Informations et entraide au sevrage des benzodiazépines et somnifères

INFORMATIONS PSYCHOTROPES ET MEDICAMENTS, SEVRAGE DES PSYCHOTROPES, ENTRAIDE, LUTTE CONTRE LES PRESCRIPTIONS DE PSYCHOTROPES, INFORMATIONS SANTE, INFORMATION DES VICTIMES, MEDICAMENTS DANGEREUX...
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sevrage du lexomil... pas bien du tout...

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9 ... 16  Suivant
AuteurMessage
pierrette

avatar

Messages : 3127
Date d'inscription : 14/06/2011
Age : 48
Localisation : Rhône Alpes

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Mar 30 Avr - 10:43

Christine,

Je lis que tu ne vas pas fort et j'en suis bien désolée pour toi. Tu vas voir cela va passer, comme les vagues pendant le sevrage, elles passent.
A cela plusieurs explications. La première, tu viens juste de terminer ton sevrage au lexo et ton corps est encore sous drogue. Il faut entre 6 mois et 1 an pour que le corps évacue cette drogue. Il n'est donc pas rare de voir resurgir des symptômes pendant cette période. ça c'est une des explications.
De plus, tu as bu de l'alcool, et on sait que cela est un excitateur de neurotransmetteurs en l'occurrence les gaba, ceux-là même qui sont perturbés par le sevrage. Je me souviens d'une expérience malheureuse que j'ai eu avec seulement un verre de vin. J'ai eu tout un tas de symptômes bien désagréables qui m'ont envahis. Depuis, plus une goutte. On dit qu'il vaut mieux éviter l'alcool la première année !!! Alors !
Enfin, tu as fait une cure de sève de bouleau qui est très dépurative... Ne pas faire de détoxification pendant les 6 premiers mois minimum !!! Cela n'a pas dû arranger ta situation!!

La morale de cette histoire ! Finir le sevrage n'est pas en avoir terminé avec les symptômes. Le post sevrage est de loin, une période aussi délicate ou il faut continuer à faire attention à ce que l'on mange, boit et fait.

T'inquiètes cela va passer mais à l'avenir, prends soin de toi.

Bonne journée
Pierrette
Revenir en haut Aller en bas
crisbiquinqua

avatar

Messages : 416
Date d'inscription : 06/04/2013
Age : 51
Localisation : Basse-Normandie

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Sam 4 Mai - 11:18

Bonjour à toutes et à tous,

Merci Pierrette pour ta réponse... Je me doutais bien que la sève de bouleau n'est pas le top en ce moment, je l'ai donc remise à plus tard voire même aux calanques grecques vu le temps que va me prendre le sevrage du Déroxat après celui du Lexomil...

Je suis malgré tout bien contente de ne plus prendre du tout de lexomil, bien que encore souvent, très souvent, étonnée de ne plus en prendre du tout... Comme si il n'était pas normal d'aller bien... Alors toujours cette tendance à redouter la (re)chute. Comme si mon cerveau donnait le change, qu'aller bien est un leurre et que du coup la chute (rechute) va être brutale... Bref, je pense que encore une fois c'est la peur d'avoir peur qui est là... Alors de plus en plus souvent je me dis que j'ai arrêté le lexomil, qu'il n'y a aucune raison pour que les angoisses reviennent, que non je ne vais pas ressombrer dans les angoisses à n'en plus finir, que je DOIS AVOIR CONFIANCE EN MOI... Car, comme tu l'écris Pierrette :
Citation :
"à attendre l'angoisse elle arrive"

Et voilà, le moment du sevrage du DEROXAT est arrivé... Un peu malgré moi. Je m'explique :
- J'ai demandé il y a quelques semaines à mon médecin de me prescrire du déroxat en gouttes afin que le sevrage se passe au mieux, par pallier de 10%.
- Me voilà donc avec une boite contenant une bouteille
- Je m'étais dit qu'une fois ma dernière boite de comprimés terminée, il serait alors temps de commencer le sevrage
- Et voilà, j'ai terminé le déroxat en comprimés et j'avoue une grande appréhension à l'idée de commencer le sevrage (trop peur des symptomes d'il y a 3 ans quand j'avais décidé de me sevrer seule et surtout trop brutalement et trop rapidement
- Je sais que cette fois le sevrage sera plus lent, plus doux, mais quand même la peur est là, je ne la maîtrise pas.

- Bref, ce matin j'ouvre la boîte (ce que je n'avais pas encore fait) et surprise, ce ne sont pas des GOUTTES mais une SUSPENSION BUVABLE.
- Très épais, pas de compte gouttes bien sûr, un simple bouchon qui passe de 40mg à 30mg puis à 20mg et enfin à 10mg!!!!!
- Donc je vois bien que pour les diminutions de 10% c'est pas ça qu'il me faut!!!!!
- en tous cas ce matin j'ai tout de même pris mes 20mg quotidiens mais cette fois en suspension buvable
- Et déjà rien que ça c'est trop bizarre vue l'épaisseur du produit qui passe par un bouchon (ça ne peut pas être toujours une dose bien franche)

- Je ne sais pas ce que je dois faire... Je me sens, comme on dit par chez moi "comme une poule qui n'a qu'un seul poussin", je me sens empotée comme c'est pas permis

- Je suis sur le forum depuis tôt ce matin, à lire des témoignages, à compulser différents posts, je cherche et je ne trouve pas.

Il est vrai que comme son nom l'indique, ce forum est avant tout dédié au sevrage des benzodiazépines et force est de constater qu'il y a bien moins de posts sur les AD ou en tous cas je n'en trouve pas sur le sevrage de la PAROXETINE...
- comment ont-ils (elles) fait?
- y a t'il autre chose que le déroxat en suspension buvable car ça ne va pas être facile autant de par l'épaisseur du produit que pour les paliers de 10%
( je ne veux absolument pas revivre ce que j'ai vécu il y a 3 ans, tous ces symptomes, ces peurs, ces certitudes que je devenais folle... et dire qu'à l'époque le médecin n'a pas fait le rapprochement avec le sevrage (dont il était au courant) et pensait que je faisais une dépression alors qu'au fond je ne me sentais pas dépressive et que si j'avais déjà connu ce forum, bah j'en aurais bavé mais je n'aurais pas repris et le lexomil et le déroxat, j'aurais insisté, j'aurais su que tout cela étaient des symptomes de sevrage mais aujourd'hui tout est à recommencer et oui : J'AI PEUR...)

Bon samedi à toutes et à toutes,
Christine2 flower
Revenir en haut Aller en bas
bbhepar

avatar

Messages : 3393
Date d'inscription : 15/10/2011
Age : 43
Localisation : Yvelines

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Sam 4 Mai - 15:25

Bonjour Christine,

Pas de panique. Ne peux-tu pas rappeler ton médecin ou demander à la pharmacie de reprendre ce produit pour avoir des comprimés à la place ?
Ensuite, tu peux effectuer le sevrage avec la méthode par titration, dont tu trouveras les explications sur le forum.
Il n'y a pas lieu de s'inquiéter, il y a toujours des solutions.
Concernant le sevrage des AD, il est vrai que je ne suis pas du tout experte. Mais la règle de base reste la même : 10% de diminution.

Courage
Revenir en haut Aller en bas
http://bbhepar.canalblog.com/
crisbiquinqua

avatar

Messages : 416
Date d'inscription : 06/04/2013
Age : 51
Localisation : Basse-Normandie

MessageSujet: c'est quand la fin???   Jeu 30 Mai - 16:43

Bonjour à tout le monde,

Je n'écris pas souvent mais je vous lis c'est déjà ça...
Je n'écris pas car je me dis que je vais répéter inlassablement la même chose à savoir les jours avec et les jours sans...

Le pire est que je ne sais même plus ce qui fait partie de mes symptômes post sevrage (au benzo uniquement) ou non... Les douleurs sont souvent là, parfois intolérables, dans la hanche puis la jambe... Puis tous ces fourmillements dans les mains la nuit... Puis les cervicales qui entraînent des migraines...

Pour autant ça ne va pas trop mal... Je suis contente d'en avoir fini avec le Lexomil au bout de 20 ans... cela fait bientôt 2 mois que je n'y ai plus touché mais je dois vous avouer qu'un fond de boîte traîne encore dans mon sac, comme un doudou dont j'ai du mal à me séparer (au cas je ferais une méga crise d'angoisse en extérieur...).

Comme vous le savez je prends aussi du Déroxat 20mg, toujours présent lui mais je ne voulais pas faire l'erreur de 2010 quand je m'étais sevrée des 2 molécules en même temps et que mon médecin pensait que je faisais une dépression et que j'avais dû tout reprendre (mais j'étais plus que néophyte en sevrage, moins maintenant grâce à vous...).

En ce moment ça ne va pas trop mal mais en même temps je me pose tellement de questions et je traverse des moments très pénibles comme avec mon "futur" ex employeur... En arrêt depuis 4 mois pour burn out, je me demande à ce jour si tout ce que j'ai ressenti n'était pas dû aussi au sevrage (j'en suis presque sûre maintenant). Pour autant cet arrêt de travail m'a été plus que bénéfique, j'ai pu arrêter définitivement le Lexomil, prendre du recul, respirer, vivre et je sais à ce jour que ce job est trop dur, trop stressant, trop déstructurant. Une inaptitude a été décidée par le médecin du travail mais j'ai eu droit il y a 2 semaines à une espèce d'humiliation lors d'une étude de poste. J'en suis venue à me demander si ce n'est pas moi qui "chapeautais" du bocal car à entendre mon employeur tout ce que je vivais était normal et faisait partie de mon job, ce à quoi j'ai répondu vertement que je n'avais qu'une tête et 2 bras et que je ne pouvais décemment plus gérer seule une antenne de 500m2 avec 1200 personnes accueillies et une toute petite équipe de bénévoles, les agissements négatifs de la part de certains...

Bref, ce sera bientôt du passé et je suis en plein projet de création de commerce pour mi-septembre (si tout se passe bien).

Je ne dors pas toujours bien. Parfois je m'endors comme une souche parfois je tourne et retourne dans le lit. Parfois je suis anxieuse voire angoissée au réveil immanquablement vers 5h du mat, parfois non. Parfois je suis pleine d'énergie parfois une vraie "loque". Parfois j'ai l'impression d'avoir les idées bcp plus claires parfois je me sens l'esprit tout embrouillé comme aujourd'hui...

J'ai envie de commencer le sevrage du Déroxat. Une amie infirmière psy travaillant dans un CMP et en prise chaque jour avec toutes ces cochonneries me dit que je ne suis pas à 2 mois près. Elle pense que je suis sevrée du benzo depuis à peine 2 mois et qu'après 20 ans de prise, je dois me laisser plus de temps.
Alors je me dis qu'effectivement septembre serait peut-être bien, les affres avec l'employeur seront un souvenir, mon projet sera bien avancé et septembre je pourrais me mettre au yoga et à la chorale (2 "loisirs" qui vont m'aider à passer le cap). Pour autant j'ai tellement envie d'en avoir fini avec tout ça, surtout envie de voir (avec appréhension) si le dernier sevrage se passera bien et si tout ira bien...

Qu'en pensez vous? Est-il nécessaire d'attendre encore un peu pour commencer le sevrage du Déroxat ou cela irait-il mieux sans, sachant que le sevrage va durer environ 20 mois car je compte descendre d'1mg par mois pas plus...

Et il pleut et repleut, ce qui n'arrange rien...

Merci à toutes et à tous...
Christine2
Revenir en haut Aller en bas
pierrette

avatar

Messages : 3127
Date d'inscription : 14/06/2011
Age : 48
Localisation : Rhône Alpes

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Jeu 30 Mai - 18:47

Christine2,

Ravie de te lire ! Je vois que nous avons cessé les benzos en même temps, cela fait également 2 mois de post sevrage. Quant, je te lis, je trouve que nous avons des vies communes, des post sevrages communs... Y a en effet, des jours de pleines formes et des jours de grosses catas. C'est effectivement très déroutant mais, nous savons que nous sommes entrain de guérir et que cette guérison prendra du temps. Je n'avais pas suffisamment mesuré ce que cela voulait dire. Je pensais bien que le post sevrage serait épineux, mais je pensais sincèrement que rapidement on pouvait prétendre à une vie nouvelle assez rapidement. Bon, ce n'est pas le cas. Nous allons donc patienter encore et encore, jusqu'à ce que le mieux s'installe vraiment et durablement.

Le cerveau doit récupérer, il doit réparer les dégâts causés par les psychotropes. Il faut donc dés à présent, relativiser, vivre au jour le jour, pour ne plus appréhender demain. Oui, il y aura des jours "out", mais il y aura aussi des jours "in". Il faut de nouveau apprendre à lâcher prise aussi sur la guérison, tout comme nous avons dû le faire pendant le sevrage.

Ah que cela est long !! Parfois, je voudrais être plus vieille de quelques mois, juste pour enfin vivre pleinement.

Maintenant, si j'étais toi, je ne ferais pas le sevrage du deroxat tout de suite, attends d'avoir 3-4 mois de sevrage pour t'attaquer à lui.

Courage, on va y arriver.
Hauts les coeurs.

Pierrette
Revenir en haut Aller en bas
bbhepar

avatar

Messages : 3393
Date d'inscription : 15/10/2011
Age : 43
Localisation : Yvelines

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Jeu 30 Mai - 19:07

Bonjour Christine,

Je pense qu'entre "post-sevrés", on commence à comprendre que la route va être longue avant de se remettre de ces années benzos.
Je suis heureuse de te lire et de lire les posts de Pierrette, car nous ne sommes que très peu à partager nos expériences de post-sevrage.
J'ai comme l'impression de vivre exactement la même chose, niveau fatigue. Je peux etre un jour très bien et le lendemain une vraie "loque". Cette phrase m'a fait énormément de bien, merci. Je réalise combien c'est important de ne pas prendre le post-sevrage à la légère. Evidemment, cela n'est rien comparé au sevrage, je m'estime heureuse de m'en être sortie ! Mais on est quelque peu déçu de ne pas pouvoir fonctionner à son maximum comme avant. Heureusement, depuis presque 11 mois, il n'y a que des progrès. Je m'en tiens à ça et surtout au fait que je peux profiter de choses que j'avais complètement mises de côté à cause des benzos, comme partir en vacances, profiter d'un séjour en chambre d'hôtes, etc...
Pendant le sevrage, j'avais lu le livre "Pouvoir Illimité" de Anthony Robbins, et je pense que je vais le relire. Il donne un ton positif sur la vie et encourage à prendre les choses en main dans tous les sens du terme, même si on a vécu le pire. Je t'encourage à le lire. A chaque fois que je le lisais, j'avais une "patate" d'enfer.
J'ai également lu "les 3 kifs" de Catherine Servan-Schreiber, qui a étudié la psychologie positive, et qui donne des petites astuces pour voir le positif dans chaque chose tous les jours.
Je vois que tu as un projet pour la rentrée, c'est magnifique. Avoir un projet après un sevrage va te permettre de penser à autre chose et te donner un objectif.
Sinon, je suis du même avis que pierrette, je te conseille également d'attendre avant d'entreprendre ton sevrage du Deroxat. Laisses-toi le temps de reprendre des forces.

Bonne continuation dans ta nouvelle vie Smile



Dernière édition par bbhepar le Jeu 30 Mai - 21:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://bbhepar.canalblog.com/
crisbiquinqua

avatar

Messages : 416
Date d'inscription : 06/04/2013
Age : 51
Localisation : Basse-Normandie

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Jeu 30 Mai - 20:14

Kikou,

Merci les filles (Pierrette, Audrey) pour vos réponses si rapides. Moi aussi ça me fait plaisir de vous lire.

Je vais suivre vos conseils, vous avez raison : je vais donc attendre début septembre pour démarrer le sevrage de l'AD. Je serais je l'espère, plus au calme, plus sereine et aussi plus sûre de moi (je croise les doigts). Vous accréditez ce que m'a rapporté mon amie infirmière psy mais je voulais l'avis de personnes qui sont passées et passent par là alors merci.

Audrey, merci pour les titres de livre, je vais tâcher de les trouver. toutes les infos sont bonnes à prendre et j'aime beaucoup lire alors...

Pierrette, tu as bien raison quand tu dis qu'il faut laisser du temps à notre cerveau qui a été mis à mal à cause de la prise de psychotropes...

Pour sûr, je ne pensais pas que la route serait si longue... Je ne savais rien du tout d'ailleurs et si c'était aujourd'hui, je ne prendrais rien ou en tous cas pas pendant des années...
Je sais au jour d'aujourd'hui (je croise encore les doigts) que je ne toucherais plus aux benzo, dussais-je avoir des méga crises de panique, tanpis, je respirerais dans un sac, je courrais au cours de yoga, je ferais de la cohérence cardiaque, je prendrais de l'homéopathie, j'irais voir l'étiopathe (car ils agissent bien sur l'anxiété) mais ne plus jamais retomber dans l'enfer des benzos...


Je vous donne des nouvelles très vite.
Je vais lire quelques posts... flower

Christine2
Revenir en haut Aller en bas
crisbiquinqua

avatar

Messages : 416
Date d'inscription : 06/04/2013
Age : 51
Localisation : Basse-Normandie

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Sam 1 Juin - 14:36

Bonjour à toutes et à tous,

Bon ben aujourd'hui n'est pas une bonne journée... En fait depuis au moins 3-4 jours ce ne sont pas de bonnes journées...

Pour ceux qui me liraient et ne me connaissent pas encore, j'ai terminé le sevrage du LEXOMIL il y a 2 mois (pour info j'en prennais 1/4 matin + 1/4 midi + 1/4 vers 17h puis 1/4 en me couchant et ceci depuis plus de 20 ans...)...
Je ne connaissais pas le forum, je l'ai connu en même temps que le POST SRVRAGE et heureusement...

Ce qui m'amène aujourd'hui c'est ce mal-être que je ressens depuis quelques jours... Je pense que c'est dû a un excès de stress (je dois revoir mon futur ex employeur le 10/06 pour un licenciement pour "inaptitude" et je l'ai appris il y a 3 jours)... Et depuis rien ne va plus... Je dois même vous avouer que l'idée m'a furtivement traversé l'esprit de reprendre du lexomil mais non, non et non...

Comment dire? J'ai un sommeil agité, plein de rêves dont je ne me souviens pas, un réveil avec l'impression de n'être pas du tout reposée, des pseudo-angoisses matinales, des images désagréables qui passent (comme me retrouver avec une corde au cou par exemple...). Au delà de ça, je me sens bizarre, je me traîne, je n'ai aucun courage, je commence plusieurs choses comme une automate et j'ai du mal à finir, j'ai surtout cette impression d'avoir le cerveau emmitouflé dans un grand sac de ouate, j'ai du mal à respirer, l'agoraphobie refait son apparition. Sans compter et j'ai déjà vécu ça il y a 3 semaines après un entretien avec l'employeur : les 3 jours qui ont suivi j'ai compensé dans la nourriture comme jamais cela ne m'était arrivé, de la boulimie de folie et là ça recommence depuis 3 jours!!!
Demain je dois faire un vide greniers et je ne sais même pas si je vais réussir à partir demain matin... Je n'ai déjà pas chargé la voiture, ça m'apparaît comme un travail titanesque... Mais je dois faire ce vide greniers, une amie s'est inscrite avec moi et avec le peu que je perçois de la CPAM, j'ai besoin de quelques sous...

Donc je ne sais pas si tout cela est dû au fait que j'ai reçu ce courrier pour l'entretien mais aussi que tout découle du post sevrage au lexomil... sachant que je prends toujours la paroxétine à raison de 20mg chaque matin (paroxétine dont je vais commencer le sevrage en septembre)...

Je voudrais juste savoir si tout cela est dû à l'arrêt du lexomil, si c'est logique...

Merci à celles et ceux qui voudront bien me répondre...

Bon après-midi,
Christine2
Revenir en haut Aller en bas
crisbiquinqua

avatar

Messages : 416
Date d'inscription : 06/04/2013
Age : 51
Localisation : Basse-Normandie

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Sam 1 Juin - 14:49

C'est re moi,

J'ai oublié, et pas des moindres, ces douleurs qui sont bien là, dans les mains, bras, hanche, jambe...

Mais aussi les grincements de dents x 100 durant mon sommeil (mon compagnon me l'a encore dit ce matin), les fourmillements dans les mains durant le sommeil aussi, des fourmillements qui me réveillent et je sers les poings, je secoue les mains et les bras pour un petit mieux et ça recommence quand je m'endors à nouveau...

Tout cela peut-il vraiment être dû au post sevrage???
Je sais que je lis des témoignages qui me disent que oui mais je ne peux m'empêcher de douter, de me dire que ça fait beaucoup... Et je ne le prends plus depuis 2 mois ce benzo quand même...

Alors je me dis que c'est parce que je continue à prendre la paroxétine et je sais que mon organisme me dit d'arrêter tout comme je ressentais que je devais arrêter le lexomil... mais je sais aussi que je dois y aller doucement, laisser le temps à mon organisme de se remettre pour ensuite commencer ce dernier sevrage...

Merci d'être là...

Christine2
Revenir en haut Aller en bas
bbhepar

avatar

Messages : 3393
Date d'inscription : 15/10/2011
Age : 43
Localisation : Yvelines

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Sam 1 Juin - 18:16

Bonjour ChriStine,

Je suis desolee de voir que ca ne va pas ces 3 derniers jours.
Malheureusement après un sevrage, le cerveau n'est pas tout a fait remis et le moindre stress stimule ton systeme nerveux central. Il devient hypersensible a tout ! C'est pour cela que tu es face a une recrudescence de symptomes en tous genres. D'ailleurs, tu l'as tres bien remarqué. Moi.eme j'ai eu une très mauvaise periode 2/3 mois après le sevrage où j'étais tres deprimé et un rien ne me contrariait. Il faut laisser le temps à ton cErveau de reequilibrer le niveau des recepteurs excitateur/inhibteur. Cela peut prendre plusieurs mois.
Ensuite, il faut mettre en place des methodes de gestion du stress et de l'angoisse. Pour cela, la methode de Geert (sansangoisse.com) est très efficace et a fait ses preuves. Je l'ai moi-meme testé, elle est géniale !
Non seulement tu dois apprendre à revivre sans benzo, mais tu dois aussi apprendre à gérer le stress, ce que les benzos t'ont empeché de faire pendant toutes ces années. Epictète disait très justement une chose : ce n'est pas tant les choses qui nous effraie, c'est l'idée qu'on en a". Il faut donnc essayer de ne pas voir le verre à moitié vide mais à moitié plein. Tu as réussi à te sevrer de ta benzo, c'est formidable. Et si tu dois être licenciée, c'est l'occasion pour toi de reprendre des forces et te lancer ensuite dans tes projets.
Rassures-toi, l'impression d'avoir passé la nuit sur un ring de boxe, les mains crispées et la machoire serré également j'ai bien connu. Ces symptomes sont bien le fruit d'un déreglement dans le cerveau du au benzo. Laisses-toi du temps et fais-toi plaisir. Essaies de t'éloigner des sources de stress et cela ira mieux.
Courage !
Revenir en haut Aller en bas
http://bbhepar.canalblog.com/
DANFLOOPH

avatar

Messages : 1419
Date d'inscription : 09/01/2013
Age : 63
Localisation : Région centre

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Sam 1 Juin - 19:03

Bonjour Christine.

C'est mon premier passage sur ton post. Je l'ai parcouru et je t'adresse mes encouragements pour le travail que tu vas devoir continuer à fournir.

Concernant les symptômes que tu énumères, j'en ai une "flopée".

Le soleil étant un peu généreux ce week end, je t'en souhaite un bon.

A plus tard.

Daniel.
Revenir en haut Aller en bas
crisbiquinqua

avatar

Messages : 416
Date d'inscription : 06/04/2013
Age : 51
Localisation : Basse-Normandie

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Lun 3 Juin - 12:04

Bonjour tout le monde,

Début de semaine moyen moyen...
En fait je ne sais même pas, je ne sais même plus si je dois tout attribuer au post sevrage du benzo...

Comment dire et expliquer? Je me sens bizarre!!! Je ne sais pas quoi dire d'autre. Je me sens bizarre, comme si je pensais à plusieurs choses en même temps, des pensées parallèles... Ah! je n'arrive pas à expliquer... Bon, c'est comme si mon corps était relativement en forme donc envie de faire les carreaux, de mettre dans la voiture des trucs pour la déchetterie, ranger, trier, jardiner et je pense à mon projet de septembre et en même temps ma tête elle ne veut pas de tous ces mouvements et mes pensées "parallèles" sont plutôt du genre que le moral est à plat, toujours le cerveau dans de la ouate... C'est trop bizarre...

Cela fait 2 mois que j'ai arrêté le lexomil et je sais aussi que c'était d'une façon plutôt brutale puisque durant les mois où a duré le sevrage je baissais de quart en quart et j'ai arrêté le dernier quart direct. J'avais arrêté le dernier quart depuis quelques jours quand je me sentais si mal et j'ai fait connaissance du forum à ce moment là.

Pour autant, vu que j'avais arrêté je ne me voyais pas reprendre le dernier quart et le substituer au lysanxia. Cela fait maintenant 2 mois, je ne peux plus faire marche arrière...

Je sais que souvent on me répond que tous ces symptomes sont dûs au post sevrage mais est-ce aussi le cas pour ces bizarreries ressenties et vécues depuis quelques jours??? Ce moral en berne? ce cerveau comme enserré dans un grand sac de ouate et donc les idées pas claires? mais en même temps le cerveau agité et l'envie de bouger?

Je vous remercie encore d'être là les amis car à qui poserais-je ces questions sans passer soit pour une personne qui yoyotte ou une personne qui se plaint sans cesse...

Bonne journée à tous,
Christine2
Revenir en haut Aller en bas
bbhepar

avatar

Messages : 3393
Date d'inscription : 15/10/2011
Age : 43
Localisation : Yvelines

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Lun 3 Juin - 12:35

Bonjour Christine,

Ne doutes pas une seconde de toi et nous sommes là pour t'écouter Smile
Je me retrouve dans tes paroles, et au début de mon post-sevrage, j'arrêtais pas de dire la même chose à mon compagnon, "je me sens bizarre", à cela il me répondait toujours "ne t'inquiètes pas c'est le post-sevrage". Alors j'ai tenu et effectivement après 11 mois de post-sevrage, je peux te dire que c'est le post-sevrage. Et si je dois te le répéter encore et encore, je serais là Laughing

Ce que tu ressens, j'ai l'impression de le vivre encore mais vraiment rarement. En revanche, au début de mon post-sevrage, je l'éprouvais régulierement. Je pense également que Pierrette te dira la même chose Wink
Ces envies de mordre la vie à pleine dent, d'avoir les idées qui fusent, de penser à mille choses, je connais bien, et en même temps la fatigue est tellement présente, qu'elle nous paralyse. Pour ma part, quand cela arrive, je me pose, je me fais plaisir et je fais baisser la pression en me relaxant. Ensuite, pour faire la part des choses, j'écris sur un petit carnet mes priorités afin de canaliser mon énergie et l'utiliser à bon escient. Profites de cette période pour avoir un rythme de vie le plus calme possible avec un emploi du temps régulier. Faire toujours la même chose rassure ton système nerveux central, et cela va te permettre de te ressourcer. Regardes des films drôles, penses positif, etc...
Quand tu seras à quelques mois de post-sevrage, tu pourras reprendre une vie un peu plus mouvementée Wink

Voilà la miss. Je dois partir travailler.
Courage, la patience et toujours la patience, comme disait Maori, est le maître-mot.
Revenir en haut Aller en bas
http://bbhepar.canalblog.com/
pierrette

avatar

Messages : 3127
Date d'inscription : 14/06/2011
Age : 48
Localisation : Rhône Alpes

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Lun 3 Juin - 13:20

Christine,

Je me retrouve tellement dans ton témoignage que je ne pouvais pas ne pas te répondre. Je suis en post sevrage comme toi depuis deux mois, et tout comme toi, je ressens cette sensation bizarre. Je me sens également très contradictoire et surtout très "bipolaire". Une part de moi voudrait tellement de chose, bouger, ranger, travailler, et l'autre, est incapable de rien. Je bouillonne d'envie et malgré tout je ne canalise rien du tout. Mes idées fusent dans tous les sens et mes actions sont bien pauvres. Je suis rongée par la fatigue et les sensations corporelles bizarres. Je me sens comme à l'étroit dans mon corps sans que je puisse expliquer les choses. Tout ce que je sais, c'est que c'est de l'inconfort qui séjourne en moi.

Je sais que cela va passer, même si, je suis comme toi, je désespère d'y parvenir. Je lis le témoignage d'Audrey et cela me rebooste. Je me dis que c'est vrai, c'est long mais que l'embellie va arriver.

Voilà, tu sais que tu n'es pas seule dans cette galère. Nous sommes tous là et nous vivons tous plus ou moins la même chose. Courage...

Bonne journée
Pierrette
Revenir en haut Aller en bas
crisbiquinqua

avatar

Messages : 416
Date d'inscription : 06/04/2013
Age : 51
Localisation : Basse-Normandie

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Lun 3 Juin - 19:02

Bonsoir à toutes et à tous,

Merci Audrey et Pierrette de vos propos qui me font du bien... Cela me rassure de "voir" que vous aussi avez vécu ou vivez cette bizarrerie... C'est vraiment très déstructurant de se sentir limite "bipolaire" (oui c'est bien ça...)... Très très bizarre, ces pseudo envies de faire tout plein de choses et en même temps trop raplapla pour le faire, un moral tout raplapla lui aussi et au final un agacement de se sentir comme ça...
C'est comme ci je "savais" que j'avais plein de choses à faire et qu'en même temps je n'ai pas du tout le courage de le faire... Du coup je ne sais même plus si j'ai le moral à zéro parce que je n'arrive à rien faire ou parce que c'est juste un symptôme du post sevrage...

Le pire est qu'on a du mal dans ces cas là à imaginer que oui ça va aller mieux...

Vivez vous encore ce que vous avez sûrement vécu durant le sevrage à savoir de l'irritation voire des nerfs à fleur de peau???


J'ai continué cet après midi à regarder plusieurs vidéos de Carole et là aussi je comprends plus de choses...

Je dois quand même avouer que voir sa vidéo sur le sevrage des AD m'a fait peur... je n'ai pas du tout envie de ressentir tous ces symptômes de sevrage, à savoir une majorité des effets secondaires listés sur la notice dudit médicament (pour moi la paroxétine, un ISRS)

Je me prépare petit à petit à commencer ce sevrage même si c'est pour après l'été (quoique je ressens bien que mon organisme me dit STOP!!! alors peut-être plus tôt)


Si j'utilise la titration, j'aimerais savoir si j'ai bien tout compris :

Je suis sûre qu'une fois la titration mise en place, on doit s'y faire très vite et faire les diminutions comme il faut. J'ai moi-même du mal à faire ces calculs alors que je n'ai pas encore commencé la titration mais d'après tout ce que l'on peut lire sur le forum, le mieux est de toujours enlever la même dose à savoir par exemple 10%.

Donc - 10% de 20mg font - 2mg soit 18mg à prendre
Puis au bout d'un palier de 15 jours minimum, il faut redescendre de - 10%
Donc - 10% de 18mg font - 1.8mg soit 16.2mg à prendre
Puis au bout d'un nouveau palier de 15 jours minimum, il faut redescendre de - 10%
Donc - 10% de 16.2mg font - 1.62mg soit 14.58mg à prendre
et ainsi de suite...???


Euh!!! j'espère que mes propos sont les bons...
Revenir en haut Aller en bas
DANFLOOPH

avatar

Messages : 1419
Date d'inscription : 09/01/2013
Age : 63
Localisation : Région centre

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Lun 3 Juin - 19:18

Bonjour Christine.

C'est OK en ce qui concerne le calcul de la titration. (A voir le pourcentage que du peux diminuer ?).

Bonne soirée et bon courage.

Daniel.
Revenir en haut Aller en bas
pierrette

avatar

Messages : 3127
Date d'inscription : 14/06/2011
Age : 48
Localisation : Rhône Alpes

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Lun 3 Juin - 19:43

Tout est bon dans tes calculs !!!

En ce qui concerne l'irritabilité... Je te confirme qu'en ce moment, je suis plus qu'au bord de la crise de nerf pour rien. Je me sens à vif et le moindre bruit m'épuise. Symptôme bien connu en sevrage et qui perdure de temps à autre en post sevrage.

Bonne soirée

Pierrette
Revenir en haut Aller en bas
crisbiquinqua

avatar

Messages : 416
Date d'inscription : 06/04/2013
Age : 51
Localisation : Basse-Normandie

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Lun 3 Juin - 20:10

Je précise que mon organisme me dit STOP car je pense que c'est très important...

Effectivement, pendant des années, étant donné que j'ai commencé les benzos à 23 ans ainsi divers AD jusqu'à arriver à la paroxétine depuis il y a environ 10 ans, j'ai pensé pendant de nombreuses années que ces traitements me faisaient du bien...
J'allais même jusqu'à dire que je n'allais pas "cracher sur la soupe", que des diabétiques insulino dépendants prennent de l'insuline à vie, que des personnes souffrant d'hypertension prennent des anti-hypertenseurs à vie et ainsi de suite et que moi j'étais agoraphobe, anxieuse et angoissée et que c'étaient ces médicaments qui m'aidaient!!! (Et oui je l'ai pensé)...

Durant très très longtemps, j'en ai ressenti ce que je prenais pour du bien-être...
Je savais bien que je changeais, que j'avais changé, ça je l'ai mis sur le compte de l'âge, des expériences de vie et tutti quanti...
Je pensais que j'étais devenue insensible, que plus rien ne me touchais et ça aussi je l'avais mis sur le compte de l'âge, des expériences...
Quand parfois j'allais vraiment bien, le coeur léger, je me disais que ça n'allait pas durer...

Je ne reparlerais pas de 2010 quand j'avais voulu me sevrer et que mon médecin a alors pensé que je faisais une dépression et que j'ai "dû" reprendre mon traitement...

Mais 2012... 2012 et mon irritabilité x 1000, mon agressivité X 10 000, mon mal-être, mes difficultés à gérer plusieurs soucis en même temps (au boulot)...
2012 et ma prise de conscience que quelque chose devait changer, que mon traitement et en 1er lieu les benzodiazépines étaient en cause et que je devais me sevrer...

Je pense, surtout après avoir lu d'autres topic et aussi après avoir vu et écouté Carole, que mon organisme était entré en tolérance (jusqu'à il y a peu j'étais perdue dans ces termes)...
J'écris cela car je pense que notre organisme nous parle et que le mien, après avoir "voulu" ces médocs pendant des années m'a dit STOP!!!
J'écris cela car le STOP ne peut pas et ne doit pas se faire trop vite et que j'ai été trop vite avec les benzos et que bien que je veuille en finir avec l'AD, je sais que je dois y aller doucement...

Mais bon sang que je suis mal ces jours-ci... Et après lectures et encore lectures de différents topic, je pense que je suis en hyper vigilance et c'est si fatigant d'avoir l'impression que le cerveau ne se repose plus!!!
Et je n'ai pas honte de dire que oui j'ai "envie" de prendre 1/4 de lexomil, juste pour dormir, pour que mon cerveau se "repose"... Mais je sais aussi que je ne le ferais pas car le pauvre serait encore mis à mal et que ce serait bien dommage...

Merci de m'avoir lue...

Bonne soirée,
Christine2
Revenir en haut Aller en bas
Mathildeee



Messages : 99
Date d'inscription : 06/12/2012

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Mer 5 Juin - 7:22

Bonjour Christine,

Félicitations pour ton sevrage du lexomil cheers

Un petit message pour t'encourager. Je reconnais bien les symptômes que tu décris en post-sevrage et effectivement ce n'est pas facile à vivre.

Je te conseille aussi, mais apparemment c'est ok pour toi, de vraiment respecter une diminution lente et progressive lors du sevrage de l'AD.

J'espère que tu vas un peu mieux, bon courage et bonne journée.

Revenir en haut Aller en bas
DANFLOOPH

avatar

Messages : 1419
Date d'inscription : 09/01/2013
Age : 63
Localisation : Région centre

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Mer 5 Juin - 17:50

Bonjour Christine.

Juste un "petit coucou" afin de t'encourager dans ta démarche.
Les symptômes vont et viennent avec différents niveaux de violence.(même sur une journée ou sur quelques heures).Il faut profiter des petits mieux.
Tu souhaites que ton cerveau se repose. Pratique-tu de la relaxation ou autres activités qui aident bien à ce niveau là ?

A bientôt.

Daniel.
Revenir en haut Aller en bas
bbhepar

avatar

Messages : 3393
Date d'inscription : 15/10/2011
Age : 43
Localisation : Yvelines

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Jeu 6 Juin - 9:39

Bonjour Christine,

Encore merci pour ton message sur mon post, qui m’a réchauffé le cœur.
Je souhaiterais également t’encourager dans cette période plus que délicate qu’est le post-sevrage.
Je vais bientôt écrire mon témoignage dans le nouveau forum Post-sevrage : http://benzo.forumactif.org/f31-post-sevrage-des-drogues-medicales
Cela permettra aux nouveaux « post-sevrés » de relativiser et d’être rassurés.
Je t’encourage à écrire le tien dans cette partie, afin de noter les changements et suivre ton évolution.

Allez haut les cœurs, comme dirait Pierrette
Revenir en haut Aller en bas
http://bbhepar.canalblog.com/
crisbiquinqua

avatar

Messages : 416
Date d'inscription : 06/04/2013
Age : 51
Localisation : Basse-Normandie

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Mar 11 Juin - 10:56

Bonjour les amis,

Désolée de ne pas être passée depuis une semaine mais ce n'est pas le top, encore et encore...
Merci pour vos messages Daniel, Mathilde, Audrey...

J'avais RV hier pour mon licenciement (entretien préalable). Je savais que cela me travaillait beaucoup et me stressait. Bref, ça y est, c'est fini (pour ainsi dire), terminé, basta, affaire classée que ce job dans lequel je me suis donnée à fond pendant 7 années.

Et pourtant ça ne va pas mieux, loin s'en faut...
Depuis quelques jours, j'ai l'impression que mon cerveau ne s'arrête plus (et non Daniel pas de relaxation en ce moment si ce n'est au coucher...). Mes idées courent et courent sans cesse, du coq à l'âne. ça va et ça ne va pas et ça recommence, ça va et ça ne va pas... Plein d'idées qui se bousculent, des positives, des négatives. Peur de tomber folle!!!

J'ai passé une nuit trop bizarre... Je me suis couchée avec cette angoisse là quelque part (pas la crise de panique, non mais une angoisse sourde). Beaucoup de mal à m'endormir. Quand j'ai éteint la lumière, que j'ai essayé de me relaxer afin de m'endormir, impossible : les idées m'assaillaient. j'ai réussi à dormir en me disant :"tanpis, si je pête un câble ben je vais le pêter, si je tombe folle ben je tombe folle, si je meurs ben je meurs"... J'ai dû faire appel à la fatalité pour m'endormir.
En même temps, c'est comme si toutes mes terminaisons nerveuses ou je ne sais quoi étaient en pleine exitation (dans mes mains, mes jambes, mes entrailles, ma tête.......)

Plusieurs réveils nocturnes, plein de rêves.
Et levée tôt avec ces douleurs hanche, cuisse, jambe et toujours cette drôle d'angoisse...

Pour autant je me dis que le post sevrage n'est pas simple, que quoi qu'il en soit j'en resterais (nous en resterons) fragile(s) de ces mois ou années de prise de benzos, que oui je dois me relaxer, je dois éviter le stress, je dois me poser (vie pas simple en ce moment entre le boulot terminé, les finances...) mais JE N'Y ARRIVE PAS...

Je ne sais même plus si c'est dû à l'arrêt du lexomil qui est malgré tout encore récent (2 mois 1/2) ou si c'est moi qui ai un sérieux problème là haut!!! Je ne sais plus.
Je me dis ce matin que si tout cela est dû à l'arrêt du lexomil, alors je dois constater que nous n'en sortons pas indemnes et que le post sevrage n'est pas une sinécure. Pour autant je ne reprendrais jamais de ces m...

Je ne bois plus de café. Je bois beaucoup moins de thé (juste 2 le matin avant c'était 5 à 8 par jour). Je n'utilise plus d'aspartam. Je ne fume plus que 4 cigarettes par jour (au lieu de 20) mais je suis patchée. Je ne bois pas d'alcool (j'ai encore refusé un apéritif en fin de semaine et ai pris un jus d'orange). J'évite autant que faire se peut le glucamate monosodique (mais il y en a partout et hier j'en ai consommé pas mal je crois...)... J'essaie d'éviter vraiment tout se qui perturberait les neurotransmetteurs

Je vous écris, je me pose pour réfléchir et je me dis qu'en fait c'est comme si je n'arrivais pas et plus à canaliser mes pensées, qui du coup sont très décousues, ça saute du positif au négatif et c'est très DESTRUCTURANT et angoissant en fait...

Avez vous déjà ressenti ce genre de choses???????

Merci,
Christine2
Revenir en haut Aller en bas
pierrette

avatar

Messages : 3127
Date d'inscription : 14/06/2011
Age : 48
Localisation : Rhône Alpes

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Mar 11 Juin - 11:46

Christine,

Nous sommes toutes les deux à deux mois et demi de post sevrage. Je comprends ce que tu dis et j'ai aussi beaucoup de symptômes. Ils ne sont peut être pas les mêmes que toi, mais parfois, ils y ressemblent. J'ai également des pensées intrusives et des moments "bipolaires" passant du désespoir à l'euphorie limite hystérique. Te redire que tous est normal est je crois, le plus sage que je puisse faire.
La récupération est lente et progressive mais les deux premiers mois sont les plus délicats. Il faut tenter de faire fi de tout ce qui se passe dans notre tête. Je sais, pas toujours facile à faire, mais c'est la seule solution. J'ai des confusions mentales très fréquentes, avec sensation que mon cerveau flotte dans ma boite craniénne, je contrecarre le phénomène par de la méditation. Je ne sais pas si cela est très efficace mais en tout cas, quant je médite, je ne pense plus à ma pseudo folie.

Les améliorations vont se faire mais il faut du temps au cerveau pour se réadapter. Le mieux que tu puisses faire, c'est de te laisser du temps et de lâcher prise autant que faire se peut.
Continues à chouchouter ton corps et ton cerveau.

Nous sommes dans la même barque, nous nous devons de tenir.
Moi, j'y crois.

Je t'envoie toute mon affection.
Pierrette
Revenir en haut Aller en bas
Mathildeee



Messages : 99
Date d'inscription : 06/12/2012

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Mar 11 Juin - 15:14

Bonjour Christine,

Je me reconnais beaucoup, en partie, dans ce que tu décris. Les peurs, l'angoisse sourde, profonde et permanente, les changements brusques d'humeurs, les difficultés à fixer et organiser ses pensées, ... Comme toi, souvent je me demande : "C'est moi ? J'ai un problème ?". Mais on ne peut pas tous, ici, avoir le même problème, ... !

Alors, sans doute, comme dit Pierrette, il n'y a plus qu'à attendre et trouver les moyens de patienter au mieux.

Ce qui m'aide à moi, c'est d'être occupée, de ne pas être trop seule, de m'obliger à m'intéresser ou à faire quelque chose, même si, bien sûr, c'est imparfait et que je mesure le décalage.

La relaxation m'aide beaucoup à m'endormir même si les nuits restent entrecoupées et pas toujours réparatrices. Dans son programme Geert explique aussi qu'une des meilleures manières de faire tomber l'angoisse c'est de l'accepter, un peu comme tu as fais : "je suis angoissée parce que : sevrage/licenciement, ...", ce qui fait que je ressens ça, mais quoi qu'il arrive : devenir folle/mourir/..., c'est ok.

Je voudrais te rassurer davantage mais je suis moi-même tellement incertaine de tenir et d'y arriver. Cependant, pour les autres et pour toi, je pense ce discours : oui, ce sont les médicaments, non, ce n'est pas nous, non, nous ne sommes ni folles ni malades, peut-être plus sensibles ou émotives, mais ni folles ni malades".

Je pense bien à toi et j'espère que tu vas au mieux.

Bon courage pour la suite, je suis sûre que tu vas y arriver Smile
Revenir en haut Aller en bas
isisrimon

avatar

Messages : 284
Date d'inscription : 23/05/2013
Age : 61
Localisation : Indre

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Mer 12 Juin - 12:02

Bonjour Christine,



Malheureusement, je constate que ton post sevrage ne se passe pas bien et suis de tout cœur avec toi.


Je constate également que ce que tu décris comme symptômes et commun à la plupart des gens qui sont dans ce forum.
Alors il ne faut pas avoir de doutes ce sont bien le médoc qui nous rendent comme cela et il est également évident que nous devenons plus fragiles et le resterons probablement.bounce
Je constate également que tu as entreprise le sevrage de plusieurs substances en même temps comme le café, les cigarettes, le thé  ceci est peut-être de nature à compliquer ton post sevrage.affraid
Je ne suis pas un expert bien évidemment mais il me semble que cela fait beaucoup en même temps.
Désolé pour ton travail, il est évident que tu n’es pas folle et comme l’indique Pierrette tout ceci va s’estomper.
A-tu une activité ou un projet dans lequel t’impliquer ou une recherche en particulier ?
Nous sommes avec toi, tu vas y arriver, le soleil est au bout du voyage.sunny


@ + Didier.       
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sevrage du lexomil... pas bien du tout...
Revenir en haut 
Page 2 sur 16Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9 ... 16  Suivant
 Sujets similaires
-
» Pas bien du tout
» Pas bien du tout
» La vie est fade
» mon bébé de 4 mois ne dort pas longtemps la nuit
» pas bien du tout...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Informations et entraide au sevrage des benzodiazépines et somnifères  :: sevrage des antidépresseurs :: ACCUEIL DES NOUVEAUX MEMBRES, AIDE A LA MISE EN PLACE DES PROTOCOLES DE SEVRAGE DES ANTIDEPRESSEURS-
Sauter vers: