Informations et entraide au sevrage des benzodiazépines et somnifères

INFORMATIONS PSYCHOTROPES ET MEDICAMENTS, SEVRAGE DES PSYCHOTROPES, ENTRAIDE, LUTTE CONTRE LES PRESCRIPTIONS DE PSYCHOTROPES, INFORMATIONS SANTE, INFORMATION DES VICTIMES, MEDICAMENTS DANGEREUX...
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sevrage du lexomil... pas bien du tout...

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9 ... 16  Suivant
AuteurMessage
crisbiquinqua

avatar

Messages : 416
Date d'inscription : 06/04/2013
Age : 51
Localisation : Basse-Normandie

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Jeu 13 Juin - 21:22

Bonsoir les amis,

Merci pour vos messages réconfortants Pierrette, Mathilde, Didier...

Oui Pierrette, je sais que notre cerveau a et va avoir besoin de temps pour se "remettre"... Après tant d'années bloqué par les benzos (20 ans for me), c'est tout un tas de sensations, d'émotions, de ressentis mais aussi d'idées, de pensées qui réapparaissent et ça fait bcp en 2 mois... Et si la vie est elle-même chaotique, ça fait ça de plus à gérer (perte d'emploi, pb familiaux, voiture en panne, pb financiers qui découlent de tout cela...)... 
Alors comme toi ces confusions mentales parfois voire souvent, j'ai du mal à fixer mes pensées... Bouh... mais ça va revenir, ya pas de raisons...
Du coup quelle appréhension pour commencer le sevrage de l'AD

Mathilde, oui nous sommes bcp à avoir des difficultés à fixer et organiser nos pensées, ça en est "hallucinant" et c'est réellement très déstructurant, fatigant, perturbant... Mais nous allons y arriver, nous devons et allons y arriver... Nous n'avons pas fait tout ce chemin pour lâcher hein??? Et comme toi c'est un peu mieux si je suis occupée, entourée, bien que j'aie de plus en plus de mal à être trop entourée, une vraie sauvageonne...

Didier, oui c'est vrai que ça fait peut-être un peu bcp de sevrage. mais que veux tu, je ne suis pas du genre docile et obéissante mais sur le forum j'ai bcp lu et on m'a souvent rapporté d'éviter :
- le café, le thé et le soda
- le tabac
- l'aspartam
- le glucamate de monosodium et etc...
que j'obéis, pour mon bien... mais c'est vrai que ça fait beaucoup d'un seul coup. Mon organisme ne doit plus rien comprendre.
Pour les activités : bah disons que je fais beaucoup de marche et de randonnée, environ 2 à 3 fois par semaine et entre 7 et 12 kms à chaque fois : ça ça me fait du bien mais en ce moment c'est plutôt 1 fois par semaine (oups). A côté de ça eh bien j'ai mon atelier (tableaux abstraits - peinture sur verre - bois flotté...) et je "pignais" de ne plus avoir de temps et là que j'en ai je ne fais rien!!! (re oups). Je lis et j'écris beaucoup...
Pour les projets, ça se corse... Un super projet pour septembre a pris l'eau, tanpis, soyons fataliste. reste trouver un emploi - entamer une VAE BPJEPS animation sociale- recommencer le yoga et la chorale (ou le théâtre) en septembre (plus fait depuis des années...).
J'aurais bcp aimé, maintenant, devenir naturopathe mais bcp trop onéreux... retanpis...

Voilà pour ce soir...

à très bientôt,
Christine2
Revenir en haut Aller en bas
isisrimon

avatar

Messages : 284
Date d'inscription : 23/05/2013
Age : 61
Localisation : Indre

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Sam 15 Juin - 10:42


Bonjour Christine,


Christine écrit «Je vous écris, je me pose pour réfléchir et je me dis qu'en fait c'est comme si je n'arrivais pas et plus à canaliser mes pensées,
 qui du coup sont très décousues, ça saute du positif au négatif et c'est très DESTRUCTURANT et angoissant en fait...
 »

Je ne suis pas en post sevrage de Lexomil mais en sevrage de mon ad et suis dans les mêmes dispositions d’esprit, impossible de me concentrer, pas même devant les jeux vidéos que j’affectionne, alors je te confirme, comme les autres membres que se sont bien nos médoc qui nous rendent malades.affraid


Mathildeee écrit «Geert explique aussi qu'une des meilleures manières de faire tomber l'angoisse c'est de l'accepter, un peu comme tu as fais :
 "je suis angoissée parce que : sevrage/licenciement, ...", ce qui fait que je ressens ça, mais quoi qu'il arrive : devenir folle/mourir/..., c'est ok.



L’acceptation est la thérapie proposée par les Psychologues et dans le cas de la non acceptation, il y a conflit et donc souffrance, cela fait un an que je suis cette thérapie et l’applique à tout, mais lorsque je suis en crise je n’y arrive pas et pourtant j’ai bien moins de problèmes que ceux que tu traverses.


Je constate que tu as de nombreuses activités et c’est très bien, pratiques-tu le Yoga en groupe ou seule, as-tu apprise la relaxation par toi-même ou avec un groupe ?flower


Si je te demande ceci, c’est que je pratique également mais comme je n’ai pas suivi de cours, je ne suis pas sur de bien pratiquer et du coup, je n’y trouve pas mon compte.
Qu’en est-il pour toi ?


Tu semble avoir une nature très forte, c’est du moins se que je perçois de tes posts, n’y a-t-il pas un moyen de te faire aider pour ton projet de naturopathe ?
        
 Et je te confirme « Avez-vous déjà ressenti ce genre de choses??????? » oui, oui et re oui.

@ +
Revenir en haut Aller en bas
crisbiquinqua

avatar

Messages : 416
Date d'inscription : 06/04/2013
Age : 51
Localisation : Basse-Normandie

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Sam 15 Juin - 20:36

Merci Didier pour ton message... Je sais que nous sommes nombreux à ressentir ces bizarreries, ce manque de concentration, cette sensation d'être perdu(e)s, ce manque de concentration, cette difficulté à "poser" nos pensées... Mais je dois être dans une phase où même lire que d'autres vivent la même chose ne m'aide pas... enfin si cela m'aide sûrement car si je lisais que personne ne ressent cela, je n'imagine même pas dans quel état je serais... Mais en tous cas, cela me perturbe à un tel point...

Je ne comprends plus rien... Je ne me reconnais pas... Moi qui avais cette sensation très agréable de me RETROUVER juste après la fin du sevrage!!! Et là, au bout d'un peu plus de 2 mois, je me sens, comme d'autres, limite bipolaire (je n'ai plus de job mais j'ai l'impression que tout serait susceptible de m'intéresser, j'ai envie de faire plein de choses mais je ne fais rien car par quoi commencer, je ne sais plus où j'en perdue, je suis perdue en fait... Oui c'est exactement ça, comme si je m'étais perdue quelque part et je ne trouve plus aucun repère!!!)...

Bon, bref, passons, il faut que ça passe, que je sois plus forte que cela, mais bon sang que c'est dur...

Pour ce qui est du yoga, je pratique en cours mais plus depuis un bout de temps et je recommence en septembre... J'en avais fait longtemps dans la ville où je vivais avant et c'était du "hatha yoga" avec un prof sensationnel, je ressortais des cours calme et sereine, avec une impression de douce ivresse... Et malheureusement je n'ai jamais retrouvé ça, je pense donc que le savoir faire du prof est important...
 
Ce que je pratique seule, c'est de la relaxation (apprise il y a 18 ans durant ma grossesse) et vraiment trop bien si appliquée régulièrement... Et aussi de la cohérence cardiaque, idem, trop top si appliquée régulièrement. le soucis c'est que depuis quelques semaines je ne suis régulière en rien... (pppfff de repppfff...)

Bonne soirée,
Bon dimanche,

Christine
Revenir en haut Aller en bas
DANFLOOPH

avatar

Messages : 1419
Date d'inscription : 09/01/2013
Age : 62
Localisation : Région centre

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Sam 15 Juin - 23:58

Je me dépêche de te dire bonsoir, j'ai encore quelques minutes.

Courage, garde le cap. Il y a toujours des périodes d'accalmie après la tempête. Et surtout rassure toi nous avons tous de nombreux symptômes communs identiques à ceux que tu décris. Il faut malheureusement faire avec et attendre qu'un peu de haut chasse un bas et ainsi de suite, en attendant d'aller MIEUX.

Bonne nuit Christine.

Daniel.
Revenir en haut Aller en bas
Mathildeee



Messages : 99
Date d'inscription : 06/12/2012

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Dim 16 Juin - 12:19

Bonjour Christine, 

J'espère que tu vas un petit peu mieux depuis hier. 

Pour moi aussi il y a eu une période de réel mieux, juste à la toute fin du sevrage et pendant un mois environ et puis ... pouf ! Ce laps de temps correspond peut-être à l'évacuation du médicament de notre sang, comme le suggérait je ne sais plus qui. Le temps que le cerveau, lui, récupère, c'est une autre histoire. 

Je te souhaite plein de courage et je suis sûre, vraiment sûre que tu vas y arriver. 

Bon dimanche.
Revenir en haut Aller en bas
isisrimon

avatar

Messages : 284
Date d'inscription : 23/05/2013
Age : 61
Localisation : Indre

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Lun 17 Juin - 9:56


Bonjour Christine,


J’espère que tu te sen mieux depuis ton dernier post, y a-t-il auprès de toi un soutien vers qui te tourner dans les moments les plus difficiles ?


Les activités que tu pratiques sont vraiment très bien pour les maux qui sont les nôtres, je ne connais pas la cohérence cardiaque, peu tu m’en dire un mot ?
Pour ma part je pratique aussi la relaxation et tu vois c’est quand je suis en crise et donc au moment ou j’en ai le plus besoin que je n’y arrive pas, nous avons tous en commun de n’arriver à rien au moment des crises.



Tu viens de perdre ton travail c’est une épreuve de plus mais comme le dit Daniel il y aura forcément une période de mieux, alors courage et positivité.


Qu’en est-il de ton projet de naturopathe?

Je te souhaite une bonne belle journée avec un beau soleil.sunny

@ + Didier
Revenir en haut Aller en bas
crisbiquinqua

avatar

Messages : 416
Date d'inscription : 06/04/2013
Age : 51
Localisation : Basse-Normandie

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Lun 17 Juin - 10:10

Bonjour les amis,

Merci de vos msg Mathilde, Didier, Daniel... ça fait chaud au coeur...

Euh, cela fait 3 fois que je fais marche arrière pour relire qui dit quoi et encore une fois, pppfff, envolé...

Mathilde, j'espère que tu vas bien en ce début de semaine...

Daniel, oui il y a des hauts et des bas tu as raison : le soucis est que la vague de creux dure trop longtemps à mon goût... mais oui il y aura des jours meilleurs (je croise les doigts...)

Didier, idem pour moi, je n'arrive pas et plus à faire quelque relaxation que ce soit... c'est quand j'en ai le plus besoin que mon organisme fait de la résistance...

Merci. je file voir vos topics...
Bonne journée,
Christine
Revenir en haut Aller en bas
crisbiquinqua

avatar

Messages : 416
Date d'inscription : 06/04/2013
Age : 51
Localisation : Basse-Normandie

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Lun 17 Juin - 10:36

Oups, Didier, j'ai oublié de te "parler" de la cohérence cardiaque... Comment dire? quand on la pratique sérieusement et régulièrement, c'est vraiment top... Oh là là, j'ai bien du mal à trouver mes mots... 
En fait, on sait déjà que la respiration et notre façon de respirer ont une grande incidence sur notre "état d'esprit" ; il est donc déjà connu de bcp d'entre nous que respirer calmement fait bcp de bien... 
Il y a plein de techniques : le 4-2-6-2 (inspir ventre sur  4sec - bloquer sur 2 sec - expir par la bouche sur 6 seconde et bien vider le ventre - bloquer sur 2 sec et on recommence...). certains emploient plutôt le 4X4 (même chose mais sur des temps de 4 sec...)

Pour ce qui est de la cohérence cardiaque (rapportée au début par David Servan Schreiber dans son livre "Guérir"), il s'agit de réussir petit à petit à obtenir 5 respirations par minute et de faire entrer le coeur en cohérence.

Notre coeur, sous l'effet du stress, des angoisses, mais aussi de la fatigue et autres désordres, bat ("respire") de façon chaotique. Même avec nos méthodes de relaxation connues (et oh combien positives), le coeur se "calme" bien sûr mais repart bien trop "facilement" dans le chaos quelque temps après la séance de relaxation, ceci car nous ne le sollicitons pas assez...

Donc, dans la cohérence cardiaque, il s'agit de respirer "par le coeur". Il faut solliciter le coeur ou en tous cas la zone du coeur si on a trop de mal à imaginer son coeur...

Certains parleront d'utiliser un appareil de biofeeback pour ce faire mais ce n'est pas obligatoire. Il suffit d'avoir des enceintes au niveau de notre pc et d'aller voir tous les exercices de cohérence cardiaque proposés sur "you tube". Il y en a de très très bons. Ils sont faits de la même façon mais certains sont bien meilleurs que d'autres... Ensuite, c'est en fait à chacun de choisir celui qui lui convient le mieux.

- En bref, la cohérence cardiaque doit (ou devrait) se pratiquer très régulièrement
- 2 à 3 fois par jour (matin et soir ou matin midi et soir)
- cela ne dure en tout qu'une quinzaine de minutes
- donc un temps perso, à soi, POUR SOI
- le coeur passe donc du chaos à la cohérence
- et si pratiqué régulièrement, il y a vraiment du mieux...

On se surprend à bailler comme une carpe voire même à pleurer...

Vous allez vous dire : ben pourquoi elle ne va pas bien alors???

Ben tout simplement parce que je ne PRENDS PLUS LE TEMPS de pratiquer la cohérence cardiaque. Sincèrement, quand je l'ai eue pratiquée régulièrement, c'était vraiment trop bien... On se retrouve parfois avec un sourire béat tellement ça fait du bien...
En ce moment je n'arrive plus à me concentrer sur quoi que ce soit malheureusement mais promis, je vais m'y remettre...

Voici 2 exercices "you tube" qui sont bien mais vous en trouverez d'autres :

https://www.youtube.com/watch?v=pF76dnWnML8 (exercice de 5 mn vraiment au top)

https://www.youtube.com/watch?v=Kp7rbvSvCeM (exercice de 3 mn pour les pressés)

Et Voici le lien pour un des nombreux sites sur la cohérence cardiaque. Les explications sont simples et sérieuses :
http://www.capitecorpus.com/outils-et-methodes/coherence-cardiaque
Revenir en haut Aller en bas
DANFLOOPH

avatar

Messages : 1419
Date d'inscription : 09/01/2013
Age : 62
Localisation : Région centre

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Lun 17 Juin - 11:44

Merci pour tes liens, je ne connais pas et je vais m'y intéresser.

A+ et je te souhaite une grosse motivation pour "tout ce qui calme".

Daniel.
Revenir en haut Aller en bas
isisrimon

avatar

Messages : 284
Date d'inscription : 23/05/2013
Age : 61
Localisation : Indre

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Mer 19 Juin - 11:58

Bonjour Christine,

Merci pour cette formidable explication qui prouve que tu es très « cohérente » (un peu facile !)lol!. c’est réconfortant de voir que tu es en mesure de développer aussi bien malgré tes symptômes.


Je connaissais la technique, inspirer, bloquer et souffler, bloquer mais pas la cohérence cardiaque tel que dans les vidéos.cheers


Encore merci à toi pour cette explication et pour les liens très utiles, (suggestion aux modérateurs, il serait peu être utile à l’ensemble d’en faire un sujet en tête de liste des forums).
  
« Vous allez vous dire : ben pourquoi elle ne va pas bien alors??? »
« Ben tout simplement parce que je ne PRENDS PLUS LE TEMPS de pratiquer la cohérence cardiaque. Sincèrement, quand je l'ai eue pratiquée régulièrement, c'était vraiment trop bien... On se retrouve parfois avec un sourire béat tellement ça fait du bien... »


Alors si tu as une solution pour aller mieux, met la en pratique, soit plus forte que les idées et que le maux.


Je suis facile mais je te comprends très bien.


Je te souhaite une belle journée et plein de bonnes choses.sunny

@ + Didier
Revenir en haut Aller en bas
DANFLOOPH

avatar

Messages : 1419
Date d'inscription : 09/01/2013
Age : 62
Localisation : Région centre

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Mer 19 Juin - 13:45

Bonjour Christine.
Citation :
Je me demandais, en écrivant sur la CC avant hier si ce ne serait pas une bonne idée de proposer un topic spécial bien être afin que chacun puisse y déposer uniquement des idées sur le bien-être
Je pense que cela pourrait être une bonne idée afin de regrouper les infos. de chacun.

Je te souhaite une bonne journée.

Daniel.
Revenir en haut Aller en bas
crisbiquinqua

avatar

Messages : 416
Date d'inscription : 06/04/2013
Age : 51
Localisation : Basse-Normandie

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Mer 19 Juin - 14:03

Bonjour les compagnons de route,

Merci Didier pour ma "cohérence" car bon sang de bois qu'est ce que je me sens bien moins cohérente qu'avant... Mais avant quoi là est la question...

Je voulais partager avec vous le fait qu'hier et aujourd'hui sont des journées +++ et j'en voudrais des comme ça tout le temps... C'est trop bizarre et encore plus bizarre de trouver bizarre quand on va bien... mais force est de constater que je vous relate cela avec du gros sel partout autour de moi (je rigole), les doigts de main et aussi les orteils croisés car en écrivant que ça va depuis 2 jours, j'ai trop trop peut d'attirer le "mauvais oeil" si mauvais oeil il y a quelque part...

En fait, cette peur que ce n'est pas normal et qu'il va y avoir un retour de bâton m'empêche littéralement de profiter de cette accalmie... C'est complètement fou mais ça aussi je l'ai parfois lu sur le forum...

Alors je ne sais pas si c'est mon organisme qui commence enfin à expulser tout ce qui restait de benzo en moi car au bout de plus de 20 ans de prise, j'imagine aisément que le cerveau ne s'en défait pas comme ça... Et il me reste encore le sevrage de l'anti dépresseur (je n'ai jamais fait de dépression!!!!!!!) à mettre en place mais, bien que pressée d'en finir, je préfère me laisser le temps, être sûre d'être passée du post sevrage benzo à un état que je nommerais de plus "normal". car j'ai ce sentiment profond que je deviens normale.  Je me retrouve et en même temps je ne suis plus la même mais 20 ans ont passé... 

Je me rends compte que j'ai "dormi" toutes ces années, je vivais et en même temps je dormais. Je travaillais, je passais des concours, je me suis mariée, j'ai eu un enfant, j'ai crée (peinture...)... dans le même temps j'avais des paniques extrèmes, terribles (Oh mon Dieu je ne supporterais pas de vivre à nouveau cela), on m'a changé de traitement (anafranyl à la place de séropram) et je suis devenue totalement désinhibée et cleptomane (honte à moi, c'est une grande honte mais j'assume) pendant un an!!! J'ai à nouveau changé de traitement, plus de cleptomanie et je suis devenue agoraphobe pendant 3 ans (du coup j'ai changé d'emploi pour travailler de chez moi)... Je ne sortais qu'accompagnée et encore, je rusais pour ne pas avoir à sortir seule, je prenais un taxi pour aller chez mon médecin, j'angoissais sans cesse, j'avais tout le temps cette terrible oppression dans la poitrine, cette certitude que j'allais devenir folle, sombrer, j'avais des rapsus anxieux tous les matins à 5h avec envie de me suicider (je me raccrochais à mon enfant et l'idée que je ne devais pas lui faire ça et lui faire vivre ce que j'avais vécu). De là, je suis passée au Déroxat, j'ai commencé à me battre, à faire une TCC, à faire du yoga, à retravailler en extérieur mais toujours avec tout un tas de repères.

J'ai divorcé, j'ai changé de département mais toujours en basse normandie, j'ai recommencé à peindre, à travailler vraiment à l'extérieur et très rapidement cet emploi de coordinatrice dans l'action sociale, un travail de fou, 45 à 50h par semaine, des responsabilités en veux tu en voilà, du management (et ça c'est trop hard pour moi), un panel d'activités très large et pour finir un burn out!!! J'en sors à peine mais je n'ai plus de boulot!!!

En même temps, comme j'en ai déjà parlé, une tentative de sevrage il y a 2 ans (1/4 de déroxat au lieu de 1  et 1/4 de lexomil au lieu de 1, seule, sans substitution, trop vite, trop rapidement et patatra), une grosse "dépression" a dit le doc (moi qui aime la vie par dessus tout) et rebelotte on reprend tous les médocs mais je ne faisais pas le rapprochement... Mais là, tout a changé ces 2 dernières années, j'ai changé, je devenais agressive, irritable, colérique. Alors j'ai enfin pensé que c'était dû aux médocs, que mon corps n'en voulait plus et j'ai commencé à baisser le lexomil, de façon anarchique, toute seule... Et mal m'en a pris : Je me sentais totalement désabusée. Je ressentais une dépersonnalisation. Je devenais un automate. je n'arrivais plus à me poser, mon cerveau "chauffait" et travaillait sans cesse (ça arrive encore bien souvent), et toutes ces douleurs terribles et je continuais à être très irritable, je "pêtais" des câbles pour un rien (un comble pour la baba cool de service)... Mais j'ai fini à arrêter complètement le lexomil et c'est là que j'ai croisé ce forum et que j'ai compris... Pour autant, comme je venais d'arrêter, je n'ai pas voulu retourner en arrière et reprendre une dose de confort (je n'en avais plus de toutes façon, ou j'étais tout le temps en manque ou souvent en tolérance...). 

Et j'ai continué et c'est LE FORUM qui m'a aidée, le forum et vous tous, tous ceux qui savent, qui vivent la même chose, toutes ces belles âmes que je croise ici... Seule je crois que je n'aurais pas compris que tout était dû aux benzos (et dire qu'il me reste encore le déroxat!!!! horreur malheur) et je ne sais pas si je n'aurais pas fini par faire une "connerie" alors que j'aime la vie...

Je me rends compte depuis presque 3 mois sans benzo, que j'ai des périodes vraiment difficiles et bizarrement elles précèdent une superbe accalmie car encore une fois je n'étais vraiment pas bien depuis une 10aine de jours et voilà, c'est le top du top, le nirvana depuis 2 jours (gros sel et croisement des vingts doigts...)...

Je ne sais pas pourquoi je pars dans une frénésie d'écriture (enfin c'est pas nouveau je noircis des feuilles et des feuilles) mais ici j'évite afin de ne pas "saouler", ne pas envahir... Mais envie de partage, de vous dire...

Vous dire que oui on se retrouve, oui je pleure à nouveau et ça fait du bien, oui j'ai les idées plus claires, oui je ris un peu plus facilement, oui j'ai parfois de grands soupirs de soulagement... Et en même temps, je me réveille, je vis ma vie... Comment dire??? Après une enfance tumultueuse (°°°°°°° de ma mère quand j'avais 8 ans, alcoolisme de ma soeur ainée qui avait 21 ans et à laquelle je me raccrochais, départ de cette soeur, mise en foyer de 12 à 18 ans, inceste avec mon père de 10 ans environ jusqu'à mes 14-15 ans, décès de ce père quand j'avais 23 ans (j'étais chez lui et je l'ai trouvé décedé d'un OAP) et descente dans l'enfer des psychotropes à cette période)), c'est seulement MAINTENANT que je comprends, je comprends enfin plein de choses, comme si de la tendre enfance à la vingtaine j'avançais coûte que coûte, pas trop mal j'ai l'impression... Et c'est quand toutes les émotions refoulées sont apparues qu'on m'a mise sous psychotropes (c'est halluciant, il vaudrait mieux aider les gens à traverser les grandes crises existentielles différemment mais alors point d'argent pour les firmes pharmaceutiques)... 23 ans de benzo et je pense qu'il "m'endormait" bien plus que ne le fait le déroxat. 

Donc, j'ai comme l'impression que tout le vécu de l'enfance revient maintenant et je comprends, je comprends enfin que j'ai toujours eu peur de l'abandon depuis lors, que non ma soeur n'était pas ma 2ème mère et que je n'ai aucun souvenir de moments calins avec elle (elle était déjà alcoolique car elle aussi vivait l'inceste avec mon père - abstinente depuis 1988 quand même, chapeau bas), elle me disait de ne pas aller à l'école et me donnait la pièce pour que je fasse tout le ménage pendant qu'elle allait boire (je savais tout cela  mais c'est uniquement maintenant que je vois les choses différemment)... Ce n'est pas simple car nous sommes 6 frères et soeurs, pas de liens particuliers et n'ayant plus de parents, c'est ma soeur ainée qui avait cette grande place en moi et autant dire qu'elle avait, même sans le savoir, beaucoup d'influence sur moi. 

Je me rends compte seulement maintenant, ces 3 derniers mois, que mon avenir est devant moi, que le passé est ce qu'il est (je l'ai toujours su mais quand même j'y restais attachée). C'est seulement maintenant que j'ai arrêté les benzos que plein de choses me reviennent, plein de sentiments, de ressentis, d'émotions. C'est seulement maintenant, aussi triste que cela puisse être que je me rends compte qu'il ne sert à rien de vouloir à tout prix une vie de famille (avec mes frères et soeurs) puisque famille il n'y a pas vraiment eu (ou en tous cas éclatée). 

Je me rends compte que MA VIE est MA VIE, que je ne m'en sors pas si mal... Quelques névroses mais ma foi on a tous... Des coups de cafard mais c'est somme toute bien humain... Des pans de vie pas drôles mais c'est justement la vie... Elle aurait pu être autrement mais elle a été ainsi alors à quoi bon s'agripper tel un petit crabe perdu sur son petit cailloux plein de trous et qui submergé par les flots alors que juste à côté il y a un beau rocher bien grand et bien lisse qui est libre??? Juste que personne ne doit avoir le monopole sur nos états d'âme et que sans tous ces empêcheurs de tourner en rond que sont les psychotropes, ben ya peut-être bien longtemps que le petit crabe serait sur son grand rocher avec l'horizon à perte de vue...

Pourquoi je vous raconte tout cela? je ne sais pas... peut-être parce qu'une fois lancée on ne m'arrête plus... Mais sûrement pour vous dire que quoi qu'on ait vécu, quel que soit notre passé, quelle que soit la raison pour laquelle on nous a donné des psychotropes à un moment donné : LA VIE EST LA!!! bien présente, à nous tendre les bras... Les émotions reviennent alors oui on se retrouve et sûrement même on se trouve, différent(e)s mais on se trouve... 

Je ne sais pas si avez eu le courage de lire tout cela mais moi ça m'a fait plaisir de vous l'écrire... 
Désolée et mille excuses pour la longueur de ce message?

Bonne journée à toutes et à tous flower
Revenir en haut Aller en bas
DANFLOOPH

avatar

Messages : 1419
Date d'inscription : 09/01/2013
Age : 62
Localisation : Région centre

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Mer 19 Juin - 14:45

Christine,

Je viens de te lire et tu n'as pas besoin d'exprimer des excuses. Je pense qu'ici personne n'embête personne.
Je ne vais pas de faire un laïus par rapport à ce que tu as exprimé, "ça n'est pas moi".
Profite bien de ces journées+++ comme tu l'as dit et pas besoin de croiser les doigts et les orteils, ce qui arrive une fois, arrive encore à nouveau, c'est une certitude.

A +

Daniel.
Revenir en haut Aller en bas
pierrette

avatar

Messages : 3127
Date d'inscription : 14/06/2011
Age : 48
Localisation : Rhône Alpes

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Mer 19 Juin - 20:06

Christine,

Enfin des fenêtres de normalité !!! Hip hip hip hourra !! Tu ne peux pas savoir comme cela me fait du bien de lire cela. Ce qui veut dire que tu vas encore en avoir et des plus longues. C'est pas super ça !!

Quant à ton témoignage, il est le tien et je pense que tu avais besoin de l'exprimer. C'est nous faire une grande confiance que de nous révéler tout ce vécu. 
Oui, la vie n'est pas facile, elle est loin d'être un long fleuve tranquille, mais je crois que c'est la manière dont les drames nous construisent qui compte. 

Je te souhaite une très très douce soirée.
Pierrette
Revenir en haut Aller en bas
crisbiquinqua

avatar

Messages : 416
Date d'inscription : 06/04/2013
Age : 51
Localisation : Basse-Normandie

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Mer 19 Juin - 20:28

Merci Pierrette... Oui c'est cela, tout à fait cela, enfin des fenêtres de normalité et bon sang de bois qu'est ce que ça fait du bien...

Pour ce qui est de mon vécu, je m'en veux un chouillat d'avoir tant parlé de ma vie... C'est vrai que n'en parle que rarement, le passé est le passé et il fait ce que nous sommes aujourd'hui... Juste que ça fait un peu narcissique de parler tant de soi mais ce qui est fait est fait... Je pense aussi que le virtuel permet cela, sûrement plus facile de s'épancher devant son écran...

En tous cas, voilà, c'était juste une tite histoire de vie comme nous en avons tous... Heureusement la vie n'est pas faite que de notre : l'avenir est là, devant nous...

Bonne soirée à toutes et à tous...
Revenir en haut Aller en bas
isisrimon

avatar

Messages : 284
Date d'inscription : 23/05/2013
Age : 61
Localisation : Indre

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Mer 19 Juin - 20:30

Bonsoir Christine,

Non tu ne nous saoule pas et je ne dirai qu'un mot "Chapeau bas".

A te lire je n'ai plus de problèmes (hors mis le Lexo).

Mon Psychologue me dit que lorsqu'on à souffert on évite de profiter des bons moments pour se préserver et ne pas souffrir de nouveau.

De cette manière nous sommes dans un cercle vicieux qui nous empêche de vire.

Alors profite, profite sans réserves c'est le meilleur moyen de ne pas souffrir.

Pour se qui est du sevrage de l'AD j'ai eu moins de peine de réduire de 30mg d'athymil que de réduire d'un quart de lexo.  

Soit confiante, je pense que tu as fait le plus dur.

Très très belle soirée.sunny

Et Daniel à une très bonne idée pour les infos.

@ + Didier
Revenir en haut Aller en bas
crisbiquinqua

avatar

Messages : 416
Date d'inscription : 06/04/2013
Age : 51
Localisation : Basse-Normandie

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Ven 21 Juin - 10:58

Bonjour à tous,

Encore une journée +++ hier et une qui se présente à moi aujourd'hui, je voulais partager cela avec vous...

Partager cela pour que vous sachiez que non le post sevrage n'est pas une sinécure, loin s'en faut, mais oui sur ce chemin se présentent de plus en plus souvent des fenêtres de "normalité". Nous sommes plusieurs (Pierrette, Audrey, Maori et d'autres...) en post sevrage et nous remarquons ces journées "comme avant" qui interviennent et ça fait un bien fou.

Bien sûr je me dis que j'ai encore l'anti dépresseur et que je ne peux pas parler de sevrage complet. Mais pour autant, j'ai pris du lexomil pendant 23 ans (depuis 1990), jamais plus de 1 barrette 1/4 (juste un arrêt durant ma grossesse et la 1ère année de mon fils ?!?!?! sans anicroches) et je n'en prend plus du tout depuis fin mars 2013...

Comme le sevrage a été fait à la sauvage, seule, sans substitution, de façon trop anarchique et rapide, le sevrage en lui-même a été terrible mais je ne reviendrais pas là dessus... 

Le début du post sevrage a été comme une libération pendant 7 à 15 jours, je me sentais libérée... J'avais réellement les idées plus claires qu'elles ne l'avaient pas été depuis 23 ans... Surtout je retrouvais des émotions que je croyais perdue et ça ça fait un bien fou (non je n'étais pas devenue insensible, c'était à cause des benzo)
Puis le retour de bâton : mauvais sommeil - douleurs articulaires terribles surtout les cervicales mais ça c'est depuis longtemps, la hanche, la cuisse, les pieds - des fourmillements et des crispations des mains et des bras la nuit - une espèce de dépersonnalisation - le cerveau qui bouillonne - ne plus arriver à "se poser" - des angoisses latentes - une respiration difficile (un poids énorme au strenum) - cette désagréable impression d'avoir envie de faire plein de choses mais une incapacité à avancer - se sentir limite bipolaire - le moral à plat - une espèce de dépression iatrogène

Et petit à petit un meilleur sommeil de temps en temps (je prend un peu d'euphytose) - moins d'angoisses - la dépression qui s'envole...
Et depuis 3 jours :  le NIRVANA... Je m'explique :  J'ai la pêche, la patate, la banane. Je respire très bien avec cette impression que l'air emplit tout mon corps et je baille comme une carpe tellement ça fait du bien... Mes idées sont claires et j'ai l'impression de voir celle que j'étais avant, je me retrouve... Plus de dépersonnalisation - Moins de fatigue - Plus de douleurs à la hanche - et oh! miracle mes cervicales ont décidé de me laisser du répit et quasiment plus de crispations et de fourmillements qui me réveillent la nuit...

Pour autant, j'ai toujours cette impression de cerveau qui bouillonne avec 50 idées à la minute (ça augmente...), j'ai beaucoup de mal à me poser et des réactions bizarres (je réponds du tac au tac, je m'emporte un peu, je m'énerve facilement...) : Je pense que mon cerveau est en hyperexcitabilité ceci du au "manque" de la molécule benzodiazépine, qu'il va falloir du temps pour réapprendre à recevoir des infos sans stresser, pour réapprendre à canaliser les pensées, les émotions...

J'ai eu beaucoup de mal à m'endormir malgré la cohérence cardiaque, j'avais une angoisse sous jacente au réveil très matinal et donc je me suis dit que l'accalmie était terminée et non, aujourd'hui est encore une journée +++. J'ai pourtant la trouille de retomber mais ça doit être normal : on ne sort pas indemnes...

Ce long message pour tous ceux qui terminent leur sevrage ou sont déjà en début de post sevrage pour vous rassurer : non ce n'est pas facile mais on peut se défaire des benzos et OUI on va de mieux en mieux, on a les idées plus claires, on retrouve des émotions qu'on croyait perdues, on se retrouve, on se trouve et on se réapprivoise...
N'oubliez pas de prendre soin de vous, chouchoutez vous, bichonnez vous... Soyez compréhensifs et doux avec vous-mêmes et vous vaincrez...

Bonne journée,
Christine2
Revenir en haut Aller en bas
crisbiquinqua

avatar

Messages : 416
Date d'inscription : 06/04/2013
Age : 51
Localisation : Basse-Normandie

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Ven 21 Juin - 11:07

J'ai oublié de mentionner que j'ai une espèce migraine que je ne connaissais pas, comme si un petit marteau me tapait sur la boîte crânienne mais de l'intérieur, côté droit... pas trop méchant mais gênant...
Et cela n'a peut-être aucun rapport,

Bonne journée à toutes et à tous
Revenir en haut Aller en bas
crisbiquinqua

avatar

Messages : 416
Date d'inscription : 06/04/2013
Age : 51
Localisation : Basse-Normandie

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Ven 21 Juin - 19:01

Désolée pour la nouvelle mais les journées +++ sont terminées : migraine de plus en plus invalidante - moral en baisse - doutes - peurs - très énervée...

J'en suis navrée... Je suis fatiguée de tout cela...

Bonne soirée,
Christine2
Revenir en haut Aller en bas
pierrette

avatar

Messages : 3127
Date d'inscription : 14/06/2011
Age : 48
Localisation : Rhône Alpes

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Ven 21 Juin - 19:54

Christine,

Je m'apprêtais à t'écrire que j'étais super contente de te savoir bien et là, j'ouvre mes mails et je lis ton post. Ce post sevrage est vraiment aussi déstabilisant, si ce n'est plus que le sevrage. Les vagues sont très aléatoires et elles nous font tourner en bourriques. Mais, si tu as eu des jours ++++, tu en auras d'autres et c'est cela qu'il faut que tu retiennes. Je sais que cela est pénible, usant, navrant tout les qualificatifs sont bons pour définir cet état, mais il faut retenir que le bon et laisser de côté le mauvais. 

Ces fameux jours supers, tu vas les retrouver et ils vont durer plus longtemps. J'en suis convaincu.
Des migraines, j'en ai eu pendant plus de 15 jours avec des jours mieux et d'autres terribles ou je devais rester dans le noir. Ce sont des migraines étranges qui ne ressemblent pas vraiment à celles que je connais. Ma vue est affectée et c'est surtout de la nuque que cela part. Etrange !! Je m'en sors à peine.

Courage, Christine, c'est juste le retour d'une vague. Dis toi que ton cerveau se répare. La guérison est au bout, et tu vas bientôt la voir.

Je t'envoie toute mon amitié.
Prends soin de toi.

Pierrette
Revenir en haut Aller en bas
crisbiquinqua

avatar

Messages : 416
Date d'inscription : 06/04/2013
Age : 51
Localisation : Basse-Normandie

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Ven 21 Juin - 20:12

Merci beaucoup Pierrette... C'est exactement la même chose, une migraine que je ne connaissais pas... Ce n'est pas tant que j'ai très très mal à la tête mais la migraine est là quand même, lancinante, ça part effectivement de la nuque depuis cet après midi et j'ai une vision un peu floue...

Oui c'est très très déstabilisant ces montagnes russes... Ce soir je me sens très fatiguée, épuisée, envie de me poser et en même temps excitée et énervée : très déstabilisant aussi...

Je me suis aperçue que j'avais oublié une dose de paroxétine hier je à priori. Je suis allée faire le plein de courses toute seule dans l'après midi,comme une grande sans aucune agoraphobie et j'en étais très contente mais cela m'a fatiguée (je sais qu'il est bizarre d'être fatiguée d'être allée faire les courses mais il y avait un monde fou et ensuite j'étais exténuée) et pour couronner le tout j'ai bu un café très fort chez une personne de ma connaissance en fin d'après midi alors que je n'en bois plus ou seulement un déca dans la matinée alors ces choses ajoutent encore aux symptômes...

Et je dois avouer qu'en parcourant le forum, je suis tombée sur un post de Michel concernant, en cas de prise d'AD et de benzo, l'arrêt de la benzo en premier car les AD ISRS sont très excitants et n'ont plus la benzo pour tempérer si on enlève celle ci en 1er : cela m'a d'autant plus déstabilisée je l'avoue. 
Je me demande si je n'aurais pas dû arrêter la paroxétine (déroxat) en 1er. je me dis que peut-être toute cette excitabilité n'est pas un symptôme de post sevrage mais un effet de l'AD pris seul... Peur que les AD seuls occasionnent des moments d'euphorie, une excitabilité exarcerbée, des symptomes +++ durant le post sevrage benzo.

C'est idiot mais cela m'a chamboulée au delà du raisonnable...
Et ça m'apprendra à oublier une dose (et là j'ai l'impression de parler comme une junkie...) et à boire un café très fort!!!!

J'espère pouvoir m'endormir sans sentir mon cerveau bouillonner (et si cela aussi était dû à l'AD mais n'était pas un symptome post sevrage benzo...)

Désolée de plomber le forum car je ne veux surtout pas que ceux qui sont en plein sevrage aient peur pour le post sevrage...
Revenir en haut Aller en bas
isisrimon

avatar

Messages : 284
Date d'inscription : 23/05/2013
Age : 61
Localisation : Indre

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Sam 22 Juin - 11:52

Bonsoir Christine,

J’espère que tu te sens mieux depuis ton post d’hier soir.

Michel m’a indiqué au début de mon post « Pour ce qui est de l'ordre du sevrage, nous avons changé notre fusil d'épaule depuis quelques temps et nous conseillons maintenant de débuter les sevrages par l'antidépresseurs »

Contrairement à se que recommande la Prof Ashton, par contre je ne connais pas la raison ?
     
Tu as donc peut être trouvé la raison de tes migraines, mais le café fort et l’oublie de ton AD sont également de nature à provoquer de tels symptômes.(si tu voulais faire un test, il est réussi)lol! 

Toutefois comme le dit Pierrette ton cerveau se répare et tu connaîtras de nouvelles journées ++++.

Je te souhaite une belle journée +++.sunny
@ + Didier
Revenir en haut Aller en bas
isisrimon

avatar

Messages : 284
Date d'inscription : 23/05/2013
Age : 61
Localisation : Indre

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Sam 22 Juin - 18:57

Oups je viens de voir que tu as pris contact avec Michel pour le débat en cours.lol!
Revenir en haut Aller en bas
crisbiquinqua

avatar

Messages : 416
Date d'inscription : 06/04/2013
Age : 51
Localisation : Basse-Normandie

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Sam 22 Juin - 21:53

Bonsoir,

Oui Didier tu as raison, si je voulais faire un test il est réussi... Je sais quoi faire du pur Colombie qu'il me reste... (sourires)

J'ai essayé hier soir en me couchant de prendre sur moi, de me calmer... En tous cas, une chose est sûre : le stress est vraiment à éviter!!! Je pense qu'on devient de plus en plus sensible à tout bouleversement, si minime soit-il... Je ne sais pas si tout revient à la normale ensuite et je verrais bien (chaque chose en son temps) mais juste après le sevrage de la benzo, force est de constater que le cerveau se retrouve privé d'une substance qui, bien que lui faisant du mal, le "couvait"... Et une fois que ladite substance n'est plus apportée du tout, le cerveau se retrouve comme à "vif", sensible à tout un tas de choses......... dont l'oubli de l'AD même une seule fois et LE CAFE!!! Je bois très peu de café car j'y suis sensible mais bon sang de bois qu'est ce que j'aime ça, qu'est ce que j'aime aller à la brûlerie,  moudre mon café, sentir ces arômes délicats et déguster!!! Bon ben je crois que c'est fichu car je sais maintenant que celui d'hier m'a été très néfaste...
Je me sentais si "fébrile", c'était bizarre, c'est comme si mon cerveau, déjà en hyperexcitabilité depuis le post sevrage, recevait toutes les infos force 10... Et quand j'ai lu ce qui est préconisé maintenant pour le sevrage, à savoir commencer par celui de l'AD avant la benzo, ça m'a complètement déstabilisée, force 10...

En tous cas, journée +++ aujourd'hui... Rien à signaler... J'ai comme l'impression que le cerveau (encore lui) est en train d'expulser tous les résidus de benzo, comme si j'étais en train de passer un cap...

Alors voici un petit récap, ça va être de la répétition mais mieux vaut souvent que pas du tout :

POST SEVRAGE : J'en suis à 3 mois :
- Oui il y a beaucoup de symptômes dont certains gênants qui arrivent pas vagues (douleurs - baisses de moral -sensations diverses (de dépersonnalisation, de culpabilité, d'être désabusée), grande fatigue, agir par automatisme... mais ça passe
- Dont surtout le cerveau comme en ébullition, bcp de pensées parasites très fréquemment (normal il n'y a plus de benzo et le cerveau "refonctionne" à plein, il faut le temps...)
- Il y a de plus en plus de journées que je qualifierais de normales
- D'abord une journée ensoleillée dans le brouillard par ci par là
- Puis un peu plus souvent
- Puis 2 journées
- Puis 3 et ainsi de suite j'espère
- De l'énervement mais là aussi je pense que c'est normal, le cerveau est comme qui dirait hyperexcitable car sans la benzo et il doit réapprendre à gérer, à canaliser... et je pense que c'est le plus long et aussi peut-être le plus gênant

CONSEILS (perso) :
- Evitez VRAIMENT tout ce qui est excitant à savoir le café, l'alcool, l'aspartam, le glutamate, le sucre rapide en trop grande quantité
- Chouchoutez vous VRAIMENT : reposez vous - octroyez vous des moments perso rien qu'à vous - faites vous plaisir
- RELAXEZ VOUS au MAXIMUM et le plus souvent possible et vous avez le choix : yoga - respiration abdominale - cohérence cardiaque - sophrologie - musique classique - lecture - actions qui vous plaisent et vous permettent de penser à autre chose (peinture - écriture - photo...) - marche...

Voili voilou... Je suis fatiguée voire exténuée (mais ça aussi c'est sûrement normal), je me sens comme sur le départ d'une course en slalom (appréhension, trac mais excitation et plaisir!!!)... Je ne sais comment expliquer, après 23 ans de lexomil, je me sens aussi un peu comme une enfant qui apprend à vivre mais avec les pensées d'une adulte, c'est très déroutant... Envie de faire plein de choses mais beaucoup d'appréhension, de fatigue...

Bonne fin de soirée à toutes et à tous,
Christine2
Revenir en haut Aller en bas
Mathildeee



Messages : 99
Date d'inscription : 06/12/2012

MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   Sam 22 Juin - 23:33

Bonsoir Christine, 

Je suis heureuse de lire que tu vas un peu mieux depuis ta nouvelle vague. 
Pour moi toujours beaucoup de vagues, mais souvent au sein de la même journée. J'ai l'impression qu'un rien me chamboule et que je suis hyper-sensible aux événements, circonstances, ... et des fois vague ou fenêtre sans explication. Pour moi aussi la nourriture semble jouer un grand rôle : selon ce que je mange je suis mieux +++ ou pire ! 

Concernant l'ordre du sevrage, j'avais commencé par le Dépakote qui me cassait et enchaîné direct par l'Effexor qui me speedait +++. Souvent je me suis demandée ce qu'il serait arrivé si j'avais gardé l'Effexor seul... Donc oui, selon moi, l'énervement peut être en partie dû au Deroxat qui, il me semble, est un AD stimulant. 

Bonne nuit Smile
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sevrage du lexomil... pas bien du tout...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sevrage du lexomil... pas bien du tout...
Revenir en haut 
Page 3 sur 16Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9 ... 16  Suivant
 Sujets similaires
-
» Tout va bien mais tout va mal, j'en ai marre
» Pas bien du tout
» Tout finit toujours bien.
» Bien le bonjour à tous!
» Pas bien du tout

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Informations et entraide au sevrage des benzodiazépines et somnifères  :: sevrage des antidépresseurs :: ACCUEIL DES NOUVEAUX MEMBRES, AIDE A LA MISE EN PLACE DES PROTOCOLES DE SEVRAGE DES ANTIDEPRESSEURS-
Sauter vers: