Informations et entraide au sevrage des benzodiazépines et somnifères

INFORMATIONS PSYCHOTROPES ET MEDICAMENTS, SEVRAGE DES PSYCHOTROPES, ENTRAIDE, LUTTE CONTRE LES PRESCRIPTIONS DE PSYCHOTROPES, INFORMATIONS SANTE, INFORMATION DES VICTIMES, MEDICAMENTS DANGEREUX...
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 psychiatrie mortelle et négationnisme organisé le livre du professeur peter Gotzsche)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
michel
Admin
Admin
avatar

Messages : 6152
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: psychiatrie mortelle et négationnisme organisé le livre du professeur peter Gotzsche)   Sam 13 Aoû - 0:28

https://translate.googleusercontent.com/translate_c?depth=1&hl=fr&prev=search&rurl=translate.google.fr&sl=en&u=http://www.deadlymedicines.dk/wp-content/uploads/2014/10/G%25C3%25B8tzsche-Deadly-Psychiatry-chapter-1.pdf&usg=ALkJrhgk3AehoIaiBen2j1c7Zw59abfWgA
page 3
Contenu
Abréviations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
9
Remerciements. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
9
A propos de l'auteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
dix
1. Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
12
Silverbacks au Royaume - Uni présentent la psychiatrie de
déni organisé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
16
2 Qu'est-ce que cela signifie d'être malades mentaux? . . . . . . . . . . . . . . .
25
En étant sain d' esprit dans des endroits fous. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
28
Les démons vous attaquent. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
31
Qu'il y ait des troubles. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
32
Les médicaments psychiatriques conduisent à de nombreux diagnostics erronés. . . . . . .
38
L'industrie de la bonté. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
40
Les patients ne sont pas les consommateurs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
41
Diagnostics plus drôles et faux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
41
3 Dépression. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
46
Le dépistage de la dépression. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
46
Les antidépresseurs ne fonctionnent pas pour la dépression. . . . . . . .
50
D' autres défauts importants dans les essais contrôlés par placebo. . . . .
56
Fluoxétine, une drogue terrible, et la corruption en Suède. . . . .
58
Harms de médicaments antidépresseurs sont niés ou minimisés
60
La FDA protège Eli Lilly. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
62
Massive sous - déclaration des suicides dans le
essais randomisés. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
66
Méta-analyse de la FDA des suicides dans les essais avec
100.000 patients est profondément viciée. . . . . . . . . . . . . . . . .
69
Mortel Psychiatry.indd 5
20/07/15 10.29
page 4
Un autre sale tour: à l' aide de patients-années
à la place des patients. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
78
Histoires de cas de °°°°°°° sur les ISRS. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
79
Akathisie est le principal coupable. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
92
Lundbeck: Nos médicaments protègent les enfants contre le °°°°°°°. . .
94
Études observationnelles totalement trompeuses de °°°°°°°. . . . .
96
Homicides Antidépresseur-induite. . . . . . . . . . . . . . . . . 103
Les pilules qui ruinent votre vie sexuelle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
Les dommages au foetus. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110
La fraude et le mensonge de GlaxoSmithKline. . . . . . . . . . . . . . 113
Trial 329 de paroxétine chez les enfants et les adolescents. . . . 116
L'étude de D STAR *, un cas de fraude à la consommation? . . . . . . . . 118
4 Anxiété. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132
Somnifères . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
5 TDAH. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137
TDAH Enfance. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137
TDAH chez l' adulte. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142
Médicaments pour le TDAH. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145
Médicaments pour le TDAH pour les enfants. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145
Médicaments pour le TDAH pour adultes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150
Harms de médicaments pour le TDAH. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151
6 schizophrénie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156
Cobayes humains en Amérique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160
La lobotomie chimique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161
Les essais de médicaments dans la schizophrénie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
Antipsychotiques tuer beaucoup de gens. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172
Une histoire du patient. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175
Pousser les médicaments antipsychotiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177
Les crimes d'Eli Lilly liés à l' olanzapine. . . . . . . . . . . . . . . 180
Stigmatisation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183
Entendre des voix. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184
7 Le trouble bipolaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189
«Stabilisateurs de l' humeur». . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192
L'expérience d'un jeune homme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 194
Mortel Psychiatry.indd 6
20/07/15 10.29
page 5
8 démence. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197
Nous faisons les déments avec des médicaments psychotropes. . . . 204
9 électrochocs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 207
10 Psychothérapie et l' exercice. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 212
Psychothérapie pour l' anxiété et la dépression. . . . . . . . . . . . 214
Psychothérapie pour le trouble obsessionnel compulsif. . . . . . . 217
Psychothérapie pour la schizophrénie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 218
Exercice. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 223
11 Qu'est - ce qui se passe dans le cerveau? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 227
Appeler les médicaments psychiatriques "anti" -Quelque chose est
un abus de langage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 227
Les études génétiques et la recherche de l' émetteur. . . . . . . . . . . . . 231
Dommages chroniques du cerveau. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 233
La dépendance aux drogues psychiatriques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 237
Régulateurs de drogues, le bras étendu de l' industrie. . . . . . . . . 240
La dépendance aux drogues est souvent mal interprétée comme une rechute
de la maladie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 242
Le non - sens de déséquilibre chimique. . . . . . . . . . . . . . . . . 247
12 Retrait des médicaments psychiatriques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 255
La pire épidémie de drogue jamais. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 255
Comment ceci peut être fait? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 259
13 Le crime organisé, la corruption des personnes et des sciences,
et d' autres maux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 267
La evergreening de Lundbeck du citalopram. . . . . . . . . . . . . . 273
Fantastique monde de la psychiatrie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 275
Une chasse aux sorcières danoise. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 278
Tournée de conférences en Australie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 284
La psychiatrie est pas la médecine fondée sur des preuves. . . . . . . . . . . 287
Peut - on réformer la psychiatrie ou est une révolution nécessaire? . . . . 290
14 mortels psychiatrie et morts extrémités. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 297
Le lien entre les psychotropes
et homicide. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 300
Comment les médicaments rares avons-nous besoin? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 303
Mortel Psychiatry.indd 7
20/07/15 10.29
page 6
Combien de personnes sont tuées par des médicaments psychotropes? . . . . 307
15 traitement forcé et la détention involontaire
devrait être interdit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 314
Droits de l' homme en Europe. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 315
Traitement forcé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 316
Les droits des patients. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 317
Mes commentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 319
Le traitement forcé doit être interdit. . . . . . . . . . . . . . . . . . 324
Nations Unies interdit le traitement forcé et
la détention involontaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 333
Cher Luise. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 337
16 Qu'est - ce que les patients peuvent faire? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 354
17 Qu'est - ce que les médecins peuvent faire? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 359
18 sites Web utiles. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 365
Indice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/


Dernière édition par michel le Ven 7 Oct - 1:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
michel
Admin
Admin
avatar

Messages : 6152
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: psychiatrie mortelle et négationnisme organisé le livre du professeur peter Gotzsche)   Sam 13 Aoû - 0:31


_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
michel
Admin
Admin
avatar

Messages : 6152
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: psychiatrie mortelle et négationnisme organisé le livre du professeur peter Gotzsche)   Lun 15 Aoû - 9:05

"Les médicaments utilisés en psychiatrie sont le troisième tueur majeur après les maladies cardiaques et le cancer"
Plus de 80 millions d’ordonnances pour les médicaments psychiatriques sont rédigés au Royaume-Uni chaque année. Non seulement sont ces médicaments souvent tout à fait inutiles et inefficaces, mais ils peuvent aussi transformer les patients toxicomanes,

http://www.microsofttranslator.com/bv.aspx?&lo=TP&from=en&to=fr&a=http%3A%2F%2Fahrp.org%2Fdeadly-psychiatry-and-organised-denial-by-dr-peter-gotzsche%2F

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/


Dernière édition par michel le Ven 7 Oct - 1:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
michel
Admin
Admin
avatar

Messages : 6152
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: psychiatrie mortelle et négationnisme organisé le livre du professeur peter Gotzsche)   Lun 15 Aoû - 10:30


_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
michel
Admin
Admin
avatar

Messages : 6152
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: psychiatrie mortelle et négationnisme organisé le livre du professeur peter Gotzsche)   Mer 17 Aoû - 2:16


_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
michel
Admin
Admin
avatar

Messages : 6152
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: psychiatrie mortelle et négationnisme organisé le livre du professeur peter Gotzsche)   Mer 24 Aoû - 4:39


_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
michel
Admin
Admin
avatar

Messages : 6152
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: psychiatrie mortelle et négationnisme organisé le livre du professeur peter Gotzsche)   Dim 2 Oct - 0:39

extrait :

https://30ansplustard.wordpress.com/tag/psychiatrie/

Les tromperies en psychiatrie s’étendent aussi aux noms de médicaments (nombre de ces tromperies ont été détaillées dans les 10 chapitres précédents, NDT). Il est cohérent de parler d’antibiotiques dans la mesure où ces médicaments soignent les infections en tuant ou en inhibant la croissance de micro-organismes. A contrario, une guérison chimique d’une maladie mentale cela n’existe pas. Les antipsychotiques ne guérissent pas la psychose, les antidépresseurs ne guérissent pas la dépression et les anxiolytiques ne guérissent pas les troubles anxieux. En fait ces médicaments peuvent même être la cause de psychoses, de dépressions ou de troubles anxieux, particulièrement si les gens les prennent à long terme ou s’il essayent de les arrêter.

Ces médicaments ne sont pas “anti” une certaine maladie. Ils ne nous guérissent pas mais ils nous transforment en produisant un large panel d’effets chez les gens (Unrecognised Facts about Modern Psychiatric Practice ← pdf en accès libre très intéressant, NDT), juste comme le font les drogues illégales. Et ils ne sont en aucune manière ciblés bien que leur dénomination suggère qu’ils le soient. Par exemple il n’y a rien de sélectif dans les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRSs). Ce terme a été inventé par SmithKline Beecham pour apporter à la Paroxétine un avantage par rapport aux autres ISRSs mais il a finalement été adopté par tout le monde (Healy, Let them eat Prozac). Il existe des récepteurs de la sérotonine partout dans le corps et les médicaments ont de nombreux autres effets que d’accroître la sérotonine . Ils peuvent par exemple affecter la transmission dopaminergique ou adrénergique et avoir des effets anticholinergiques (Rosen, Effects of SSRIs on sexual function: a critical review). Ces médicaments ne ciblent pas la dépression et et possèdent de nombreux effets similaires à ceux d’autres substances psycho-actives comme l’alcool ou les benzodiazépines. Il n’est donc pas surprenant qu’une revue Cochrane ait trouvé que l’alprazolam, une vieille benzodiazépine, était plus efficace qu’un placebo sur la dépression et aussi efficace que les antidépresseurs tricycliques (Van Marwijk, Alprazolam for depression). Savoir si les antidépresseurs possèdent un quelconque effet sur la dépression est un autre sujet, et ils n’en ont probablement pas (il y a un long chapitre sur le sujet dans le livre, je l’ai évoqué ici, NDT). Certains des nombreux effets non spécifiques sont appelés “bénéfices” par les laboratoires – bien que puisse être contesté le fait que les patients en tirent réellement “bénéfice” – et les autres sont appelés “effets secondaires”. “Effets secondaires” est un terme marketing utilisé pour sous-entendre qu’un problème est mineur, bien que ces effets soient souvent les plus importants, observés chez la plupart des patients, comme par exemple les troubles sexuels chez les patients prenant des ISRSs ou la sédation excessive avec les antipsychotiques. La distinction est complètement arbitraire et par exemple le retard à l’éjaculation provoqué par les ISRSs peut constituer un bénéfice pour ceux qui souffrent d’éjaculation précoce mais être nuisible pour les autres – d’autant que les ISRSs peuvent parfois inhiber toute éjaculation.

Nous en savons long sur la manière dont dont les médicaments interagissent avec les récepteurs dans le cerveau et influencent les neurotransmetteurs mais malgré des effets biochimiques différents au niveau moléculaire ils fonctionnent peu ou prou de la même manière, soit en supprimant les réactions émotionnelles, rendant les gens indifférents et moins attentifs aux perturbations de leur existence, soit en les stimulant (Whitaker, Anatomy of an Epidemic). Il est notable que les psychotropes sont développés à partir d’expériences menées sur le rat et que les molécules sélectionnées sont celles qui perturbent le fonctionnement normal de son cerveau (Breggin, Medication madness).

Puisque les médicaments psychiatriques – juste comme l’alcool, la marijuana, l’héroïne ou d’autres substances addictives – altèrent de manière significative la personnalité des gens et rend significativement plus difficile pour eux de mener une vie sociale normale et d’apprendre à affronter les difficultés de l’existence, il serait plus adéquat, si l’on insiste pour utiliser le préfixe “anti”, de les appeler des pilules “antipersonnalité” ou des pilules “antisociales” dans la mesure ou de nombreux patients sont isolés socialement et s’intéressent moins à eux et aux autres. les ISRSs par exemple réduisent l’identification des expressions de la peur et de l’angoisse sur le visage (Harmer, Increased positive versus negative affective perception and memory) et certains patients disent que c’est comme s’ils vivaient sous une cloche.

Mon “anti”-terme préféré pour les antidépresseurs serait “antisexe” dans la mesure où leur effet principal est de ruiner la vie sexuelle des gens. Comme d’autres médicaments psychiatriques comme les médicaments contre les TDAH ou les antipsychotiques peuvent également altérer la vie sexuelle des gens, nous pourrions appeler l’ensemble de ces médicaments des antisexes ou des antivies car ils empêchent les gens d’avoir une vie complète.

J’appellerais volontiers les antipsychotiques des “antihumains” dans la mesure ou ils altèrent la possibilité de vivre une vie normale et enrichissante, la capacité de lire, de penser, de se concentrer, d’être créatif, de ressentir et d’avoir une vie sexuelle. Il ne reste pas grand chose aux gens sous antipsychotiques et certains dans cette situation se décrivent comme un zombie ou un légume. Il n’est pas surprenant que ces patients tentent parfois, sans espoir devant eux, de se suicider. On entend souvent que la schizophrénie accroît fortement le risque de °°°°°°° mais jamais du niveau de risque suicidaire des schizophrènes qui ont délibérément refusé de prendre des antipsychotiques.

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
michel
Admin
Admin
avatar

Messages : 6152
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: psychiatrie mortelle et négationnisme organisé le livre du professeur peter Gotzsche)   Mar 24 Jan - 6:51


_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/


Dernière édition par michel le Lun 10 Avr - 18:50, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
michel
Admin
Admin
avatar

Messages : 6152
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: psychiatrie mortelle et négationnisme organisé le livre du professeur peter Gotzsche)   Mar 24 Jan - 6:55

Dans cet ouvrage, en se basant sur les faits disponibles, l’auteur de Psychiatrie mortelle et déni organisé montre que la manière dont nous utilisons habituellement les médicaments psychiatriques inflige beaucoup plus de tort qu’elle ne fait du bien. Le professeur et médecin Peter C. Gøtzsche établit que les médicaments psychiatriques tuent chaque année plus d’un demi-million de gens de 65 ans et plus aux États-Unis et en Europe. Ces médicaments sont la troisième cause de décès après les maladies cardiaques et le cancer. Or, la consommation actuelle de psychotropes pourrait être réduite de 90 %, tout en améliorant la santé mentale et physique ainsi que la survie des patients.

Dans son livre, Gøtzsche soutient aussi que les chefs de la psychiatrie – souvent à la solde de l’industrie pharmaceutique – ont créé et promu de nombreux mythes pendant des décennies pour mieux cacher le fait que la psychiatrie biologique a été généralement un échec. La psychiatrie biologique croit que les médicaments sont la " solution " à presque tous les problèmes, en contradiction marquée avec les opinions des patients, car plusieurs ne réagissent pas bien aux médicaments qu’ils reçoivent.

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
michel
Admin
Admin
avatar

Messages : 6152
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: psychiatrie mortelle et négationnisme organisé le livre du professeur peter Gotzsche)   Mar 14 Mar - 2:38

extrait :

Peter Gøtzsche dans son livre “Deadly Psychiatry and Organized Denial” (Psychiatrie mortelle et déni organisé) leur consacre un chapitre dense et richement documenté. En voici l’introduction.

"On a utilisé les antidépresseurs depuis plus de 50 ans mais il est peu probable qu’ils possèdent un effet réel et utile sur la dépression tandis que leurs nombreux effets indésirables ne font pas de doute. Les antidépresseurs font plus de mal que de bien. La Food and Drug Administration (FDA) a montré dans une méta-analyse d’essais randomisés sur 100.000 patients, dont la moitié étaient déprimés, qu’environ la moitié allaient mieux sous antidépresseurs et 40% sous placebo. Une revue Cochrane en soins primaires a montré des bénéfices un peu supérieurs mais elle n’incluait pas les études non publiées qui ont des résultats bien inférieurs à celles qui le sont. La plupart des médecins attribuent les 40% du groupe sous placebo à un effet placebo ce que ça n’est pas. La plupart des patients auraient été mieux sans pilule de placebo car c’est le cours naturel de la dépression non traitée. Aussi quand les médecins disent qu’ils ont eu l’expérience que le traitement marche, on doit dire que de telles expériences ne sont pas fiables car les patients pourraient avoir évolué aussi bien sans traitement.

Autant que je puisse le comprendre et le ressentir à ce stade, l’expérience que le médecin peut tirer de sa pratique ne doit pas (ou à peu près pas) prendre en compte son expérience thérapeutique. Il ne peut que s’appuyer sur les études et les recommandations type Cochrane, ne doit pas céder à l’impression que son intervention médicamenteuse a été efficace et qu’il devrait faire la même chose la prochaine fois qu’il rencontrera une situation similaire. Cela me semble terriblement difficile."

http://www.retrouversonnord.be/Psychotherapie_et_Medecine.htm

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
michel
Admin
Admin
avatar

Messages : 6152
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: psychiatrie mortelle et négationnisme organisé le livre du professeur peter Gotzsche)   Lun 27 Mar - 5:58

Extrait de la traduction française du dernier livre du Dr Peter C. Gotzsche "Psychiatrie mortelle et déni organisé".

Nommer les médicaments psychiatriques "anti" quelque chose est une désignation inappropriée.

Les tromperies en psychiatrie se trouvent aussi dans les noms des médicaments. C'est cohérent de parler d'antibiotiques puisque ces médicaments guérissent les infections en tuant ou en empêchant la croissance de micro-organismes. Or, en psychiatrie il n'existe pas de traitement chimique pour les maladies mentales. Les antipsychotiques ne guérissent pas la psychose, les antidépresseurs ne guérissent pas la dépression et les anti-anxiété ne guérissent pas l'anxiété; en fait, ces médicaments peuvent causer les psychoses, les dépressions et l'anxiété, particulièrement quand on les utilise à long terme ou lorsque les patients tentent d'arrêter de les consommer.

Ces médicaments ne sont pas "contre" certaines maladies. Ils ne guérissent pas, ils ne font que changer les gens en provoquant un éventail d'effets, tout comme le font les drogues qu'on se procure sur le marché noir. Ils ne sont aucunement ciblés; par exemple, il n'y a rien de sélectif dans les inhibiteurs de la réabsorption de la sérotonine (ISRS). (...) Il existe des récepteurs de la sérotonine partout dans le corps et ces médicaments ont plusieurs autres effets que la seule augmentation de la sérotonine, par exemple. Ils peuvent influencer la transmission de la dopamine et de la noradrénaline et avoir des effets anticholinergique. Ces médicaments ne ciblent même pas la dépression ; ils ont les mêmes effets que de nombreux produits agissant sur le cerveau, tels l'alcool et les benzodiazépines. (...)

Pendant que nombreux effets non spécifiques sont qualifiés de bénéfiques par les compagnies pharmaceutiques, même s'il n'est pas évident que les patients en profitent vraiment, d'autres effets sont considérés comme secondaires. "L'effet secondaire" est un terme de marketing dont l'objectif est de signifier implicitement que le problème est mineur, même quand ce type d'effet constitue souvent les effets principaux, survenant chez la plupart des patients; par exemple, les troubles sexuels provoqués par les ISRS et la trop intense sédation provoquée par les antipsychotiques. La distinction est parfaitement arbitraire. (...)

On en sait maintenant beaucoup sur les interactions des médicaments avec les récepteurs du cerveau et leur influence sur les neurotransmetteurs, mais en dépit de leur différents effets biochimiques sur le plan moléculaire, ils agissent pratiquement de la même manière en supprimant les réactions émotives qui rendent les gens moins sensibles et moins attentifs aux événements qui bouleversent leur vie ou en les stimulant. Il faut rappeler que les médicaments psychotropes sont mis aux point à partir d'expériences menées chez le rat et qu'ils sont retenus quand ils perturbent le fonctionnement normal du cerveau du rat.

Les remèdes psychiatriques - tout comme l'alcool, la marijuana, l'héroïne et les autres substances toxicomanogènes - modifient la personnalité des gens d'une manière significative, ce qui rend passablement plus difficile pour eux de mener une vie sociale normale et d'apprendre à surmonter les difficultés de l'existence. En conséquence, si on tient tant au préfixe "anti", ils serait plus juste de les appeler pilules antipersonnalité ou pilules antisociales parce que plusieurs patients deviennent socialement isolés et finissent par se soucier peu d'eux-même et des autres. Les ISRS par exemple réduisent l'identification des expressions faciales de la frayeur ou de la colère chez les volontaires, et certains patients disent avoir l'impression de vivre sous une cloche à fromage. (...)

Il ne reste pas grand chose de la vie aux gens qui sont traités aux antipsychotiques et certains décrivent la situation comme s'ils étaient devenus un légume ou un zombie. Il n'est pas surprenant que certains patients se suicident sous antipsychotiques ou ne peuvent pas trouver un quelconque espoir. (...)

Comme on l'a déjà mentionné, les barbituriques ont été utilisés chez l'homme après qu'on eut observé que le barbital était très efficace pour endormir les chiens.

Le premier médicament antipsychotique, la chlopromazine, est une phénotiazine, un des composés constitués à la fin des années 1800 pour être utilisés comme teintures synthétiques. Dans les années 1930, on l'utilisa comme insecticide et contre les parasites sur les truies. Pendant les années 1940, on trouva qu'elle entravait tellement la motricité que les rats ne pouvaient plus éviter les chocs électriques dans les expériences de fuite.(...)

Les antipsychotiques restent néanmoins au centre du conte de fées des progrès de la psychiatrie. Les antipsychotiques réduisent les niveaux de dopamine et le nombre des récepteurs de dopamine s'accroît pour compenser cela. Quand on interrompt brutalement les médicaments, la réponse peut très bien être une psychose, un phénomène connu comme tolérance d'opposition ou psychose d'hypersensibilité. Une psychose peut même survenir pendant le traitement continu en raison de ce phénomène et peut bien ne pas répondre aux augmentation de dosage.

Un phénomène analogue survient avec les antidépresseurs. Ils augmentent les niveaux de sérotonine, ce qui provoque une diminution des récepteurs de sérotonine et un arrêt brusque du médicament peut en conséquence provoquer la dépression. Cet effet de rebond peut aussi survenir avec les benzodiazépines et le lithium. Après un intervalle court, les gens peuvent ressentir des symptômes pires que ceux d'avant le traitement, même pendant qu'ils sont encore sous traitement avec les médicaments. Et quand ils tentent de les réduire progressivement, cela peut encore s'aggraver.

Manifestement, nos cerveaux tolèrent mal d'être contraints à un nouvel équilibre avec les produits chimiques et quand la nouvelle homéostase a duré plus que quelques semaines, les gens deviennent dépendants, tout comme ils peuvent le devenir avec les drogues du marché noir.

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
michel
Admin
Admin
avatar

Messages : 6152
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: psychiatrie mortelle et négationnisme organisé le livre du professeur peter Gotzsche)   Jeu 30 Mar - 1:04

extrait de la traduction française du dernier livre du Dr Peter C. Gotzsche "Psychiatrie mortelle et déni organisé".

La dépendance aux médicaments est souvent interprétée à tort comme une rechute de la maladie

Tous les médicaments psychotropes peuvent provoquer la dépendance. Il peut être utile de diviser les symptômes de sevrage en deux phases: la phase immédiate de sevrage comprenant des symptômes nouveaux ou de rebond, survenant jusqu'à six semaines après le retrait du médicament et dépendant de la demi-vie de l'élimination et la phase de post-sevrage, survenant après six semaines, et qui peut parfois persister pendant des années.

Nombreuses sont les personnes qui ne peuvent arrêter les ISRS (Inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine), même quand un sevrage lent est tenté. Parmi 20 patients souffrant du trouble panique et d'agoraphobie qui avaient été traités avec succès grâce à la thérapie du comportement, neuf ont eu des symptômes de servrage qui disparurent en un mois pour six d'entre eux. Pour les trois autres patients, qui avaient tous reçu de la paroxétine, les symptômes persistèrent et tous les trois ont commencé à souffrir des changements de l'humeur caractéristiques du trouble bipolaire dont ils n'avaient jamais souffert auparavant. D'autres études ont confirmé qu'environ la moitié des patients ont présenté des symptômes de sevrage.

Il est manifestement certain dans ces cas que lorsque des patients traités avec succès par le traitement du comportement éprouvent des symptômes quand la dose d'un médicament est réduite progressivement il est fort probable qu'il s'agisse de symptômes de sevrage plutôt qu'un retour du trouble panique. Malheureusement, les psychiatres et les autres médecins ont une tendance prononcée à interpréter les symptômes de sevrage comme des symptômes du retour de la maladie. (...) Les médecins font donc pression sur les patients qui tentent d'arrêter les médicaments pour qu'ils continuent à les consommer.

(...) Certains patients souffrent de symptômes de sevrage pendant des années, ce qui pourrait augmenter le risque d'un épisode de dépression, mais il ne s'agirait pas là d'une vraie dépression, mais plutôt d'une dépression induite par le sevrage du médicament. (...)

Le fait que les symptômes de sevrage et ceux de la maladie puissent être les mêmes comporte des dangers. Quand un patient réduit la dose d'un antidépresseur et devient déprimé, cela ne veut pas nécessairement dire que la maladie est revenue. Deux signes distinctifs des symptômes de sevrage apparentés à ceux de la dépression sont qu'ils apparaissent rapidement et disparaissent en quelques heures quand on revient à la dose complète du médicament, alors qu'il faut compter des semaines pour que les patients s'améliorent un tant soit peu quand ils souffrent vraiment de dépression.

(...) Les trois symptômes de sevrage les plus fréquents sont la détérioration de l'humeur, l'irritabilité et l'agitation, lesquels n'ont rien à voir avec la résurgence de la dépression. (...)

Les gens peuvent éprouver des symptômes terribles quand ils essaient d'arrêter un traitement, à la fois des symptômes qui ressemblent à ceux de la maladie et plusieurs autres y compris certains qu'ils n'avaient jamais eu et qui sont susceptibles de les effrayer, par exemple des sensations de chocs électriques dans la tête après avoir pris des ISRS.

Les psychiatres chefs de file ne comprennent rien à cela, ou prétendent ne pas comprendre. Presque tous les bonzes ont interprété les études d'entretien des antidépresseurs et des antipsychotiques comme signifiant que ces médicaments sont très efficaces pour prévenir de nouvelles dépressions et de nouvelles psychoses, et que les patients devraient continuer à prendre ces médicaments pendant des années ou même la vie durant. (...)

Les psychiatres disent aussi que la dépression connaît de nos jours une évolution plus longue que par le passé. (...)

Les psychiatres oublient le fait qu'ils sont ceux qui ont créé cette épidémie par leur déni systématique du rôle important joué par les symptômes de l'abstinence et leur répugnance à mettre de côté les médicaments pour traiter leurs patients. Puisqu'il n'existe pas de preuve montrant que la maladie mentale est chronique et dure la vie entière, il n'y a pas de justification scientifique à l'utilisation des médicaments psychiatriques durant la vie entière. La "chronicité" apparente des troubles mentaux est un artéfact des médicaments eux-mêmes.Cela a été démontré dans une étude de 172 patients souffrant de dépression récurrente qui étaient rétablis depuis au moins 10 semaines depuis leur dernier épisode. Parmi ceux qui ont continué à prendre les médicaments selon les consignes internationales, 60 % ont fait une rechute en deux ans. Le taux de rechute était semblable pour les utilisateurs intermittents (64 %) alors qu'il était de 46 % chez ceux qui ne prenaient pas de médicament et seulement de 8% chez ceux qui ne prenaient pas de médicament et qui étaient suivis en psychothérapie. (...)

Les médicaments psychiatriques, quand on les consomme pendant plus longtemps que quelques semaines, provoquent des maladies dont certaines ont un effet à court terme, ou bien d'autres parfois pires et les maladies aigües deviennent chroniques. Ce problème est revenu à l'avant-plan et à répétition au cours des 30 ou 40 dernières années, mais peu importe la force de la preuve, les chefs de file de la psychiatrie la balaient sous le tapis le plus rapidement possible. (...)

C'est vraiment de la mauvaise médecine que de maintenir les patients sous médicaments pendant des années, en se fondant sur la croyance infondée que cela améliore leur pronostic.

L'absurdité du déséquilibre chimique

(...) L'histoire du déséquilibre chimique est racontée à propos de tous les médicaments psychotropes, y compris les benzodiazépines, mais il s'agit là d'un fieffé mensonge. Il n'a jamais été démontré pour aucune des grandes maladies psychiatriques qu'elles seraient provoquées par un défaut biochimique et il n'existe aucun test biologique qui puisse nous dire si quelqu'un souffre d'un trouble mental précis.

À titre d'exemple, l'idée que les patients déprimés soient en carence de sérotonine a été rejetée d'une manière convaincante. Certains médicaments qui réduisent la sérotonine semblent être efficaces pour traiter la dépression, par exemple la tianeptine. (...) De plus, des souris vidées de leur réserve cérébrale de sérotonine par une métrode génétique n'étaient pas déprimées, mais se comportaient comme des souris de type sauvage, en liberté dans la nature. Beaucoup d'autres éléments témoignent à l'encontre de l'histoire du déséquilibre chimique, par exemple cela prend des semaines avant que les antidépresseurs aient l'air d'agir et leur effet - quand il y en a un - apparaît lentement et progressivement, alors que les niveaux de monoamine du cerveau augmentent en un ou deux jours après le début du traitement. En outre, pourquoi ces médicaments agiraient-t-ils dans le cas de la phobie sociale, laquelle n'est pas tenue pour être une maladie causée par l'insuffisance de la sérotonine? (...)

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: psychiatrie mortelle et négationnisme organisé le livre du professeur peter Gotzsche)   

Revenir en haut Aller en bas
 
psychiatrie mortelle et négationnisme organisé le livre du professeur peter Gotzsche)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lorenzaccio : recherche livre du professeur Mitterand - XIXe siècle
» Livre du professeur Good News 4e - Anglais
» cherche livre du professeur Hatier 5ème Triangle 2006
» Qui a le livre du prof Terre des Lettres Nathan 6E ?
» Cinéma et santé mentale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Informations et entraide au sevrage des benzodiazépines et somnifères  :: sevrage benzodiazépines et somnifères :: Liens d'information-
Sauter vers: