Informations et entraide au sevrage des benzodiazépines et somnifères

INFORMATIONS PSYCHOTROPES ET MEDICAMENTS, SEVRAGE DES PSYCHOTROPES, ENTRAIDE, LUTTE CONTRE LES PRESCRIPTIONS DE PSYCHOTROPES, INFORMATIONS SANTE, INFORMATION DES VICTIMES, MEDICAMENTS DANGEREUX...
 
AccueilS'enregistrerConnexion
anipassion.com
Partagez | 
 

 Remèdes mortels et crime organisé : comment l'indutrie pharmaceutique a corrompu les services de santé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
michel
Admin
Admin


Messages : 5587
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Remèdes mortels et crime organisé : comment l'indutrie pharmaceutique a corrompu les services de santé   Jeu 4 Juin - 23:33

C'est a lire absolument !


_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
michel
Admin
Admin


Messages : 5587
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: Remèdes mortels et crime organisé : comment l'indutrie pharmaceutique a corrompu les services de santé   Jeu 4 Juin - 23:41

LES MÉDICAMENTS D’ORDONNANCE SONT LA TROISIÈME CAUSE DE MORTALITÉ APRÈS LES MALADIES CARDIAQUES ET LES CANCERS.

https://www.pulaval.com/produit/remedes-mortels-et-crime-organise-comment-l-industrie-pharmaceutique-a-corrompu-les-services-de-sante

Dans ce récent ouvrage révolutionnaire, Peter C. Gotzsche lève le voile sur les comportements frauduleux de l’industrie pharmaceutique dans les domaines de la recherche et de la commercialisation et sur son mépris moralement répugnant pour la vie humaine. L’auteur établit des rapprochements convaincants entre l’industrie pharmaceutique et l’industrie du tabac et révèle l’extraordinaire vérité derrière les efforts déployés pour semer la confusion et détourner l’attention du public et des politiciens. Il s’appuie sur des données probantes et traite de manière détaillée de l’extraordinaire défaillance du système causée par le crime généralisé, la corruption et l’inefficacité de la réglementation pharmaceutique – une réglementation qui, selon lui, doit être radicalement transformée. « Si nous prenons autant de médicaments, c’est principalement parce que les compagnies pharmaceutiques ne vendent pas des médicaments, mais des mensonges à leur sujet. C’est ce qui fait que les médicaments sont si différents du reste... Tout ce que nous savons sur leur compte, c’est ce que les compagnies ont choisi de nous dire et de dire à nos médecins... Les patients ont confiance dans leurs médicaments parce qu’ils extrapolent la confiance qu’ils ont envers leurs médecins et la reportent sur les remèdes que ces derniers leur prescrivent. Ils ne sont pas conscients que les médecins, s’ils en savent long sur les maladies et la physiologie et la psychologie humaines, en connaissent très, très peu sur les médicaments si ce n’est les informations fabriquées de toutes pièces par l’industrie pharmaceutique... Si vous ne croyez pas que le système est hors de contrôle, je vous invite à m’écrire pour m’expliquer pourquoi les médicaments sont la troisième cause de mortalité... Si une épidémie provoquée par une nouvelle bactérie ou un nouveau virus avait fait autant de victimes – ou si elle avait même causé un centième seulement des décès associés aux effets secondaires des médicaments –, nous aurions tout fait pour la contenir. »

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/


Dernière édition par michel le Ven 5 Juin - 0:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
michel
Admin
Admin


Messages : 5587
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: Remèdes mortels et crime organisé : comment l'indutrie pharmaceutique a corrompu les services de santé   Jeu 4 Juin - 23:52

Table des matières

http://livres.prologuenumerique.ca/Telechargement/Extrait.cfm?ISBN=978-2-7637-2223-8&type=pdf

À propos de l’auteur.................................................................................. IX
Avant-propos par Richard Smith............................................................. XI
Avant-propos par Drummond Rennie.......................................................... XVII
1. Introduction......................................................................................... 1
2. Confessions d’un initié....................................................................... 7
Décès causés par l’asthme provoqués par les aérosols
contre l’asthme................................................................................................. 15
Marketing véreux et recherche ................................................................. 18
3. Le crime organisé, modèle
d’affaires des grosses compagnies pharmaceutiques................. 29
Le plus gros revendeur de stupéfiants, Hoffman-La Roche............. 32
Le temple de la honte pour les grandes pharmaceutiques............. 34
Les crimes sont répétitifs.............................................................................. 44
C’est du crime organisé................................................................................. 51
4. Très peu de patients tirent avantage des médicaments
qu’ils consomment............................................................................. 59
5. Les essais cliniques, la rupture du contrat social
avec les patients.................................................................................. 71
6. Les conflits d’intérêts dans les périodiques médicaux................ 89
7. L’influence corruptrice de l’argent facile........................................ 99
VI Remèdes mortels et crime organisé
8. À quoi donc s’affairent les milliers de médecins à la solde
de l’industrie ?...................................................................................... 105
Études de familiarisation.............................................................................. 108
Louer un meneur d’opinion pour « conseiller »..................................... 110
Louer un meneur d’opinion pour « éduquer »....................................... 113
9. Vendre sous pression......................................................................... 123
Les études cliniques sont du marketing déguisé................................ 123
La rédaction par des rédacteurs anonymes (nègres)......................... 127
La machine du marketing............................................................................. 129
Vendre sous pression ad nauseam............................................................ 135
Les médicaments très coûteux................................................................... 138
Les exagérations au regard de l’hypertension...................................... 140
Les organismes de patients......................................................................... 142
Le NovoSeven pour les soldats qui saignent......................................... 143
10. L’impuissance de la régulation des médicaments........................ 151
Les conflits d’intérêts dans les agences du médicament.................. 153
La corruption dans les agences du médicament................................. 156
L’insoutenable légèreté des politiciens................................................... 161
La régulation des médicaments est fondée sur la confiance.......... 168
L’évaluation inadéquate des nouveaux médicaments....................... 173
Trop d’avertissements et trop de médicaments.................................. 180
11. L’accès public aux données des agences du médicament.......... 193
Notre percée à l’Agence européenne du médicament (EMA)
en 2010................................................................................................................ 196
L’accès aux données dans les autres agences du médicament...... 200
Des pilules amaigrissantes mortelles....................................................... 203
12. Le Neurontin, un médicament pour l’épilepsie
utile pour traiter n’importe quoi...................................................... 213
13. Merck, où les patients meurent en premier................................... 219
14. L’étude frauduleuse du celecoxib et autres mensonges............. 231
Le marketing fait du tort............................................................................... 237
15. Substituer des médicaments coûteux aux remèdes
moins chers chez les mêmes patients............................................. 241
Novo Nordisk fait passer les patients à l’insuline qui coûte cher... 241
AstraZeneca fait passer des patients à la coûteuse oméprazole ... 243
Table des matières VII
16. Le glucose sanguin était correct, mais les patients
sont morts............................................................................................ 247
Novo Nordisk tente d’intimider un périodique scientifique............ 262
17. La psychiatrie, paradis de l’industrie pharmaceutique............... 267
Sommes-nous tous fous ou quoi ?............................................................ 268
Les psychiatres comme colporteurs de médicaments...................... 275
Le canular du déséquilibre chimique....................................................... 277
Le dépistage des maladies psychiatriques............................................. 280
Les pilules du malheur................................................................................... 281
Prozac, un abominable médicament d’Eli Lilly transformé
en vedette.......................................................................................................... 283
L’exercice est une bonne intervention..................................................... 289
D’autres mensonges au sujet des pilules du bonheur....................... 290
18. Inciter les enfants au °°°°°°° avec des pilules du bonheur........ 303
Étude 329 de Glaxo......................................................................................... 303
Le camouflage des suicides et des tentatives de °°°°°°°
dans les études cliniques.............................................................................. 308
Le rajeunissement du citalopram par Lundbeck.................................. 313
Les médicaments antipsychotiques......................................................... 320
Le Zyprexa, un autre médicament horrible d’Eli Lilly
transformé en grand succès........................................................................ 322
Pour en finir avec les médicaments psychotropes.............................. 325
19. Intimidation, menaces et violence pour protéger les ventes..... 331
20. Démolir les mythes de l’industrie.................................................... 349
21. La faillite générale du système commande une révolution....... 363
Nos médicaments nous tuent..................................................................... 363
De quel médicament a-t-on vraiment besoin et à quel prix ?......... 368
Le modèle à buts lucratifs est le mauvais modèle............................... 369
Les études cliniques........................................................................................ 372
Les agences de régulation des médicaments....................................... 376
Les formulaires de médicaments et les comités
de consignes de pratique............................................................................. 382
Le marketing des médicaments................................................................. 385
Les médecins et leurs organismes............................................................. 388
Les patients et leurs organismes................................................................ 392
Les périodiques médicaux........................................................................... 396
Les journalistes................................................................................................. 397
VIII Remèdes mortels et crime organisé
22. Un dernier éclat de rire aux dépens de Big Pharma..................... 405
L’argent n’empeste pas.................................................................................. 409
L’invention des maladies...............................................................................

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
michel
Admin
Admin


Messages : 5587
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: Remèdes mortels et crime organisé : comment l'indutrie pharmaceutique a corrompu les services de santé   Jeu 4 Juin - 23:56

La seule mention du nom de Peter Gøtzsche comme orateur dans un congrès
ou comme collaborateur cité dans la table des matières d’un périodique suffit
à soulever l’enthousiasme d’innombrables personnes. En effet, on peut le
comparer au jeune garçon qui voyait bien que l’empereur était nu et qui ne se
gênait pas pour le dire. Or, la plupart d’entre nous ne voyons pas la nudité de
l’empereur et, dans le cas contraire n’oserions pas en parler. Voilà pourquoi nous
avons un si grand besoin de gens comme Peter. Avec lui, pas de compromis ni
de dissimulation, mais un franc parler assorti de métaphores colorées. L’insistance
de Peter à comparer l’industrie pharmaceutique au crime organisé peut certes
en déranger plusieurs, mais renoncer à lire le présent ouvrage pour ce motif, ce
serait rater l’occasion de comprendre une réalité importante et de s’en indigner.
Peter conclut son livre en racontant que la Société danoise de rhumatologie
lui avait demandé de prononcer une conférence sur le thème La collaboration
avec l’industrie pharmaceutique : est-ce si dommageable ? Le titre était à l’origine
La collaboration avec l’industrie pharmaceutique. Est-ce dommageable ? Mais la
société l’avait trouvé trop fort. Peter commença sa conférence en énumérant
des crimes des commanditaires de la réunion. Roche avait grandi grâce à ses
ventes illégales d’héroïne. Abbott avait empêché Peter d’avoir accès à des études
non publiées qui montraient qu’une pilule pour maigrir était dangereuse. UCB
avait elle aussi caché des données tandis que Pfizer avait menti à la FDA (Food
and Drug Administration) puis avait été condamnée aux États-Unis à une
amende de 2,3 milliards de dollars pour avoir fait la promotion de l’utilisation
hors indications de quatre médicaments. Merck, le dernier commanditaire,
avait, selon Peter, provoqué le décès de milliers de patients en raison de son
comportement malhonnête relativement à un médicament contre l’arthrite.
Une fois son introduction complétée, Peter se lança dans une condamnation
de l’industrie.
XII Remèdes mortels et crime organisé
On peut imaginer se trouver à cette rencontre dont les commanditaires
bafouillent de colère et dont les organisateurs marinent dans l’embarras. Peter
cite un collègue qui lui aurait dit que son approche aurait peut-être détourné
des auditeurs dont l’opinion n’était pas encore faite. Mais la plus grande partie
de l’auditoire a été captivée et a compris la légitimité des points soulevés par
Peter.
De très nombreuses personnes qui ont soutenu avec enthousiasme la
mammographie de routine pour prévenir les décès par cancer du sein, peuvent
comprendre la grogne des commanditaires – parce qu’ils ont été eux aussi
critiqués par Peter qui a fait paraître un livre décrivant ses expériences relatives
à la mammographie. Ce qui me semble particulièrement important c’est que
Peter faisait partie des quelques rares critiques de la mammographie de routine
quand il a commencé ses recherches et qu’en dépit des attaques très intenses
dont il a été l’objet, les faits ont fini par lui donner raison.
Il n’avait pas d’opinion arrêtée sur la mammographie quand les autorités
du Danemark lui ont demandé de réviser les faits connus mais il a rapidement
conclu que les preuves disponibles étaient de piètre qualité. Sa conclusion
générale était que la mammographie de routine pourrait bien sauver des vies,
cependant beaucoup moins que ne le prétendaient les promoteurs de cet examen,
au prix de plusieurs faux positifs, imposant à des femmes des procédures invasives
et inquiétantes sans aucun avantage et le surdiagnostic de cancers inoffensifs.
Les discussions qui ont suivi à propos de la mammographie de routine ont été
amères et pleines d’hostilité mais la perspective de Peter est maintenant devenue
ce qu’on pourrait appeler la perspective orthodoxe quant à ce problème. Son
livre montre d’une manière détaillée comment des scientifiques ont déformé
les faits établis pour mieux soutenir leurs croyances.
Je sais depuis longtemps que la science est pratiquée par des êtres humains
qui ne sont pas des robots, ce qui signifie qu’ils restent exposés aux défaillances
humaines, mais j’ai été renversé par les propos du livre de Peter sur la mammographie.
Une grande partie du présent ouvrage est également renversante pour des
motifs apparentés : on montre comment on peut corrompre la connaissance
pour faire avancer certains arguments et comment l’argent, les profits, les emplois
et les réputations sont les corrupteurs les plus puissants.
Peter concède que certains médicaments ont procuré de grands avantages.
Il le fait dans une phrase : « Mon livre ne concerne pas les avantages bien connus
de médicaments comme les succès rencontrés pour traiter les infections, les
maladies cardiaques, certains cancers et les déficiences hormonales comme le
diabète de type I. » Certains lecteurs trouveront que c’est insuffisant, mais Peter
est très explicite pour dire que le présent ouvrage porte sur les échecs du système
Avant-propos par Richard Smith XIII
au complet de la découverte, de la production, du marketing et de la réglementation
des médicaments. Ce n’est pas un livre qui porte sur leurs avantages.
Plusieurs lecteurs se demanderont si Peter n’exagère pas en suggérant que
les activités de l’industrie pharmaceutique s’apparentent à celles du crime
organisé. Les caractéristiques du crime organisé sont définies dans la loi des
États-Unis comme le fait de commettre d’une manière répétée certaines transgressions
comprenant l’extorsion, la fraude, le viol d’interdits fédéraux sur les
drogues, la corruption, le détournement de fonds, l’obstruction de la justice,
l’obstruction dans l’application des lois, l’intimidation des témoins et la
corruption politique. Peter fournit des preuves, la plupart fort détaillées, pour
soutenir son argument que les compagnies pharmaceutiques sont coupables de
la plus grande partie de ces crimes.
Et il n’est pas le premier qui compare l’industrie à la mafia ou à la pègre. Il
cite un ancien vice-président de Pfizer qui a déclaré :
Il est proprement effrayant de voir les ressemblances de cette industrie avec la
pègre. La pègre gagne des quantités d’argent qui sont obscènes, tout comme
l’industrie. Les effets secondaires du crime organisé sont des massacres et des
assassinats alors que les effets secondaires de l’industrie sont de même nature.
La pègre corrompt les politiciens et d’autres, tout comme le fait l’industrie…
L’industrie est certainement à couteaux tirés avec le ministère de la Justice
des États-Unis en raison des compagnies qui ont payé des milliards en amendes.
Peter décrit en détail les dix plus grandes sociétés, mais il en existe beaucoup
d’autres. Il est aussi vrai que ces sociétés ont récidivé sans répit, calculant sans
doute qu’il y avait toujours de plantureux profits à récolter en continuant à
violer la loi et à payer des amendes. Les amendes peuvent être tenues pour des
dépenses « d’affaires » tout comme les coûts du chauffage, de l’éclairage et du
loyer.
Bien plus nombreux sont les gens tués par l’industrie que ne le sont ceux
qui périssent aux mains de la pègre. En effet, des centaines de milliers de gens
sont tués chaque année par les médicaments ordonnancés. D’aucuns pourront
penser que c’est inévitable parce que les médicaments sont utilisés pour traiter
des maladies qui sont elles-mêmes létales. D’autres objecteront que les avantages
des médicaments sont exagérés, souvent en raison de distorsions sérieuses des
preuves censées fonder les médicaments, un « crime » qu’on peut raisonnablement
imputer à l’industrie.
Le grand médecin William Osler a déjà dit que ce serait bon pour l’humanité
mais horrible pour les poissons qu’on jette à la mer tous les médicaments. Il
parlait avant que ne survienne la révolution thérapeutique du milieu du
XXe siècle ayant donné la pénicilline, d’autres antibiotiques et tant d’autres
médicaments efficaces, mais Peter vient tout près de tomber d’accord avec lui
en proposant qu’on serait beaucoup mieux sans la plupart des médicaments
XIV Remèdes mortels et crime organisé
psychoactifs dont les avantages sont minuscules et les torts considérables, tandis
que le volume de leur prescription est colossal.
La plus grande partie du livre de Peter est consacrée à la démonstration du
fait que l’industrie pharmaceutique a systématiquement corrompu la connaissance
pour exagérer les avantages et minimiser les torts causés par ses
médicaments. Comme épidémiologiste doté d’une extraordinaire connaissance
en mathématique et d’une passion infatigable pour les détails, Peter est devenu
un chef international en critique des études cliniques et se trouve donc sur son
terrain de prédilection. Il y retrouve plusieurs autres auteurs, y compris d’anciens
chefs de la rédaction du New England Journal of Medicine, pour décrire cette
corruption. Il montre aussi comment l’industrie a corrompu des médecins, des
universitaires, des périodiques, des organismes de professionnels et de défense
des patients, des départements d’universités, des journalistes, des régulateurs et
des politiciens. Ce sont là des méthodes de la pègre.
Le livre ne permet ni aux médecins ni aux universitaires d’éviter le blâme.
En fait, on pourrait soutenir que les sociétés pharmaceutiques font ce qu’on
attend d’elles en maximisant le rendement de leurs actionnaires tandis que
médecins et universitaires sont censés avoir une autre motivation. Des lois
exigeant des sociétés qu’elles déclarent les paiements faits aux médecins montrent
que de grandes proportions de médecins sont redevables à l’industrie pharmaceutique,
plusieurs recevant des sommes dans les six chiffres, pour conseiller les
sociétés ou prononcer des conférences en leur nom. Il est difficile de ne pas
conclure que ces « meneurs d’opinion » sont corrompus. Ils sont les tueurs à
gages de l’industrie.
Et, tout comme c’est le cas pour la pègre, malheur à quiconque lance une
alerte ou accepte de témoigner contre l’industrie. Peter raconte plusieurs histoires
de lanceurs d’alerte qu’on a harcelés alors que le roman de John Le Carré
décrivant la brutalité d’une société pharmaceutique devenait un grand succès
qu’on a porté à l’écran.
Il n’est pas fantaisiste de comparer l’industrie pharmaceutique à la pègre et
la population, en dépit de son enthousiasme pour la consommation de pilules,
entretient du scepticisme à l’encontre de l’industrie pharmaceutique. Dans une
enquête d’opinion menée au Danemark, le public a placé l’industrie pharmaceutique
à l’avant-dernier rang de celles à qui l’on fait confiance, tandis qu’une
enquête d’opinion américaine plaçait l’industrie pharmaceutique au bas de
l’échelle en compagnie de l’industrie du tabac et des pétrolières. Le médecin et
auteur, Ben Goldacre, dans son livre Bad Pharma soulève l’observation que ce
que les médecins ont fini par tenir pour « normal » dans leurs relations avec
l’industrie pharmaceutique deviendra complètement inacceptable pour la
population quand elle en comprendra le fin mot de la signification. En Grande-
Bretagne, les médecins pourraient rejoindre les journalistes, les parlementaires
Avant-propos par Richard Smith XV
et les banquiers dans le déshonneur, pour n’avoir pas su reconnaître la corruption
dans laquelle ils se vautrent. Pour le moment, la population fait confiance aux
médecins et se méfie des sociétés pharmaceutiques, mais cette confiance pourrait
se perdre rapidement.
Le livre de Peter ne porte pas que sur des problèmes. Il propose des solutions
dont certaines seront plus facilement appliquées. Il semble très improbable que
les sociétés pharmaceutiques soient jamais nationalisées, mais il est probable
que toutes les données utilisées pour obtenir l’autorisation de mise sur le marché
deviennent disponibles. Il faut rehausser l’indépendance des autorités de réglementation.
Certains pays pourraient être tentés d’encourager plus d’évaluation
des médicaments par des organismes du secteur public, tandis qu’on assiste à
un désir croissant de rendre publiques les relations financières liant les sociétés
pharmaceutiques aux médecins, aux organismes de professionnels et de patients
ainsi qu’aux périodiques médicaux. Il est certain qu’il faut améliorer la gestion
des conflits d’intérêts. Il faudra sans doute restreindre encore plus la commercialisation,
tandis que l’opposition à la publicité directe aux consommateurs se
renforce.
Les critiques de l’industrie pharmaceutique sont plus nombreux, plus
respectables et plus impétueux, mais Peter les dépasse tous en comparant
l’industrie au crime organisé. J’espère que personne ne se laissera dissuader de
lire le présent ouvrage à cause de l’audace de la comparaison et que la franchise
de son message va susciter une réforme convenable.

Richard Smith, M. D.
Juin 2013

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
michel
Admin
Admin


Messages : 5587
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: Remèdes mortels et crime organisé : comment l'indutrie pharmaceutique a corrompu les services de santé   Ven 12 Juin - 21:37

Il semble que pour l'instant, on soit obligé de le commander au Canada, car pas de distributeur en France ????

j'en ai commandé 4 exemplaires afin de les prêter, ou les offrir.
Commandé dans la nuit du vendredi, je les ai reçus le mardi.
La banque m'a débité de 141 euros pour les quatre exemplaires, le port et les frais de change.

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
michel
Admin
Admin


Messages : 5587
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: Remèdes mortels et crime organisé : comment l'indutrie pharmaceutique a corrompu les services de santé   Lun 6 Juil - 19:47

Le site de peter Gotzsche :

http://www.deadlymedicines.dk

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
michel
Admin
Admin


Messages : 5587
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: Remèdes mortels et crime organisé : comment l'indutrie pharmaceutique a corrompu les services de santé   Dim 12 Juil - 7:19


_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
michel
Admin
Admin


Messages : 5587
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: Remèdes mortels et crime organisé : comment l'indutrie pharmaceutique a corrompu les services de santé   Dim 12 Juil - 7:47


_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
michel
Admin
Admin


Messages : 5587
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: Remèdes mortels et crime organisé : comment l'indutrie pharmaceutique a corrompu les services de santé   Jeu 30 Juil - 8:21

Peter Gøtzsche répond

http://www.microsofttranslator.com/bv.aspx?ref=SERP&br=ro&mkt=fr-FR&dl=fr&lp=EN_FR&a=http%3a%2f%2fdavidhealy.org%2fget-real-peter-gotzsche-responds%2f


...Ce que vous entendez de Peter est un cri d'horreur. Le reste d'entre nous sont tellement habitué à la situation qu'ils ne voient plus à quel point cela est. Les troupes alliées arrivant dans les camps de concentration doivent avoir réagi de la même manière, où de nombreux détenus avaient pris l'habitude de la situation.

Il est fort possible, comme le dit George Dawson que la psychiatres pourraient faire des commentaires équivalentes sur les autres camps de concentration en médecine interne. Cela n'excuse pas ce qui se passe en psychiatrie ou le reste de la médecine. Il est temps de Get Real, ou du moins reconnaître comment un étranger dans les médias ou ailleurs réagirait si ils ont découvert ce qui se passe réellement.
...


Mythe 1: Votre maladie est causée par un déséquilibre chimique dans le cerveau

   Dawson: « c'est un hareng saur qui est fréquemment ont défilé sur les médias et souvent lié à une théorie de la conspiration que les psychiatres sont des outils des entreprises pharmaceutiques qui provient probablement de cette idée. Quels sont les faits? »

Les faits sont abondants. Nombreux articles rédigés par les psychiatres ont affirmé cela, et c'est aussi ce que la plupart des patients disent que leurs psychiatres leur dire. J'ai donné des conférences pour les patients et leur a demandé, et chaque fois que la plupart des patients dire ils ont appris exactement ce canular sur un déséquilibre chimique. Les médicaments ne guérir un déséquilibre chimique ; ils créent un, c'est pourquoi il est difficile de descendre à nouveau.
Mythe 2: C'est pas un problème d'arrêter le traitement avec des antidépresseurs

   Dawson: « une autre diversion. »

Dawson accepte qu'il peut être « Difficulté abandon antidépresseurs » mais essaie ensuite de descendre le crochet en faisant remarquer que ceci peut également être vu avec d'autres médicaments que ceux psychiatriques. Permettez-moi de dire qu'un stationnement illégal ne rend pas le prochain légal. Dawson est d'accord avec moi mais essaie de dire qu'il ne fonctionne pas. Assez bizarre.
Mythe 3: Médicaments psychotropes pour les maladies mentales sont comme l'insuline pour le diabète

   Dawson invente strawmen ici, par exemple en disant « Je reçois prednisone pour mon asthme parce que je suis déficient en prednisone? »

C'est totalement au point, car aucun spécialiste de l'asthme ne serait aussi bête que de nombreux psychiatres sont. Encore une fois, la plupart des patients m'ont dit que c'est ce que les psychiatres leur dire, et professeurs de psychiatrie ont également propagé le mythe publiquement, par exemple dans nombreuses interviews et articles rédigés par eux-mêmes.
Mythe 4: Les médicaments psychotropes réduisent le nombre de malades chroniques

   Dawson: « je ne sais pas de toute personne qui a effectivement suggéré cela. »

Pardonnez-moi, mais Dawson doit être aveugle et sourd à avoir échappé à cela, les psychiatres dire et d'écrire tout le temps. Dawson trouve l'argument « blessants pour toute personne ayant un trouble psychiatrique grave qui est intéressé à rester en dehors des hôpitaux et en étant capable de fonctionner ou en essayant d'éviter une tentative de °°°°°°°. Être en mesure d'adhérer à ce genre de plan dépend de plusieurs variables, y compris en prenant des médicaments", et il dit en outre que, « il est indifférent à penser le contraire et n'importe quel psychiatre connaît de graves effets indésirables survenus par suite de l'arrêt d'un médicament. » Whitaker a documenté en détail dans son livre que l'utilisation accrue des médicaments psychotropes a conduit à une explosion du nombre de malades chroniques sur la pension d'invalidité permanente et il a aussi expliqué et documenté les mécanismes derrière tout cela.
Mythe 5: Happy pills ne causent pas de °°°°°°° chez les enfants et adolescents

   Dawson est d'avis que je révèle mon « antipathie au médicament utilisé par les psychiatres » en se référant aux antidépresseurs comme « pilules heureux. »

Dawson joue la carte antipsychiatry ici, qui est l'utilisation de psychiatres ultime atout quand ils n'ont aucun argument valable. Je considère que la pilule du bonheur terme extrêmement trompeuses, comme, par exemple, la moitié des personnes traitées perçoivent leur vie sexuelle perturbée, ce qui m'a amené à appeler leur malheureux pilules dont l'action principale est de ruiner votre vie sexuelle. Toutefois, étant donné que tout le monde utilise le terme (au lieu de l'encombrant "selective serotonin reuptake inhibitors"), y compris de nombreux psychiatres, je l'utilise aussi. Dawson a dit qu'il n'a jamais rencontré un psychiatre qui appelle antidépresseurs "happy pills", mais que pouvez-vous attendre d'un homme qui semble être aveugle et sourd ? Dawson affirme que « dire qu'heureux pilules sont une cause de °°°°°°° est l'équivalent de dire que « sugar médecine » (insuline) est des causes de l'hypoglycémie qui nuit aux enfants et donc il ne doit pas être prescrit. » Ce que Dawson signifie exactement par cette fumée et des miroirs ? C'est un fait, que la FDA a démontré, que les ISRS augmentent des comportements suicidaires jusqu'à 40 ans, et notices avertissent du risque de °°°°°°° et recommandent de ne pas utiliser des ISRS chez les enfants et les adolescents. Alors pourquoi les psychiatres utilisent eux dans cette tranche d'âge ? Pour utiliser l'allégorie de Dawson, nous ne voudrais pas utiliser l'insuline si elle a augmenté le taux de glucose sanguin et le risque de mourir d'un coma diabétique.
Mythe 6: Happy pills sont sans effets secondaires

Naïveté de Dawson à l'égard de l'industrie du médicament est navrant. Sur l'incidence des problèmes sexuels causés par les ISRS, il se réfère aux données de la FDA. Mais ce qui est enterré dans la FDA archives n'est pas ce que les entreprises disent médecins. Il est vrai, quand j'écris que les compagnies ont dit que 5 % seulement obtenir des problèmes sexuels. Le taux réel des problèmes sexuels est supérieur à 50 %, et on signale que ces perturbations pourraient devenir permanentes, qui suis d'accord avec les études sur les rats où les rats ont montré moins d'intérêt pour le sexe long après qu'ils étaient arrivés au large de la drogue.
Mythe 7: Les pilules heureux ne sont pas provoquant une dépendance

   Dawson dit que 'antidépresseurs ne sont pas une dépendance".

Ils sont sûrement, comme la moitié des patients ont de la difficulté à se détacher de leur nouveau même avec lent s'amenuisant et ressentez des symptômes similaires que les patients qui essaient de se détacher des benzodiazépines.

Dawson affirme que les ISRS n'ont aucune valeur rue et vous rendra pas haute, et que ma comparaison avec l'amphétamine est complètement outre de la marque et compatible avec mon général manque de connaissance de la dépendance. Permettez-moi de dire qu'il y a des similitudes frappantes entre les effets des amphétamines et ISRS et aussi de citer quelques phrases de mon livre :

   "En 2004, la FDA a émis un avertissement que les antidépresseurs peuvent causer une grappe d'activation ou de stimuler les symptômes tels que des attaques de panique, insomnie, agitation et agressivité. Ces effets sont attendues, comme la fluoxétine est similaire à la cocaïne dans ses effets sur la sérotonine (73). Fait intéressant, toutefois, lorsque l'EMA en 2000 a continué de nier que l'utilisation des ISRS conduit à la dépendance, il néanmoins a déclaré que SSRIs "auraient dû être divulgués afin de réduire la consommation de substances addictives comme la cocaïne et de l'éthanol. L'interprétation de cet aspect est difficult'(77). L'interprétation n'est difficile pour ceux qui sont tellement aveugles qu'ils verront pas ».

   « Jusqu'en 2003, le régulateur britannique de la drogues multiplie le mensonge que les ISRS ne sont pas provoquant une dépendance, mais la même année, l'Organisation mondiale de la santé a publié un rapport qui a noté que trois ISRS (fluoxétine, paroxétine et sertraline) étaient parmi les drogues de plus haut rang haut de la page 30 pour quelles drogues dépendance n'avait jamais été signalée (62). »

Mythe 8: La prévalence de la dépression a augmenté beaucoup

Dawson et moi semblent convenir qu'il y a pratiquement aucun véritable augmentation de la prévalence de la dépression. L'augmentation apparente est causée en abaissant les critères pour ce qui est considéré comme une dépression. Je souscris également à son argument selon lequel, puisque 80 % des antidépresseurs sont prescrits par les médecins de soins primaires, que nous pourrions appeler cette « soins de santé primaires sont égarés. »
Mythe 9: Le principal problème n'est pas surtraitement, mais undertreatment

L'argument principal de Dawson, c'est que nous ne devrions pas blâmer psychiatres pour le surtraitement mais les prescripteurs de soins primaires. Eh bien, ils sont certainement responsables mais ce sont les psychiatres. Bien que le Conseil National danois de la santé recommande que seule les antipsychotiques doivent être utilisé à la fois, ce n'est pas le cas. Selon un rapport de la Commission d'hygiène, seule la moitié des personnes souffrant de schizophrénie ont reçu un médicament antipsychotique, un tiers a obtenu deux médicaments et le reste a obtenu trois, quatre ou même plusieurs médicaments.
Mythe 10 : Antipsychotiques prévenir les lésions cérébrales

   Dawson appelle mes arguments « Plus rhétorique. »

Ils ne le sont pas. Des psychiatres ont écrit cela et dire à leurs patients qu'ils doivent prendre des médicaments afin d'éviter des dommages au cerveau, même si il a été établi que les antipsychotiques causent des lésions cérébrales de manière dose-dépendante. Dawson continue ses vaines tentatives pour tuer le Messager: « il parle aussi de médicaments antipsychotiques avec l'arrogance d'une personne qui n'a pas à traiter les gens de psychose aiguë et incroyablement parle de ces médicaments à tuer des gens. » Ces médicaments tuent les gens. Dawson ne sait pas cela ? J'ai estimé que Eli Lilly a tué 200.000 personnes avec Zyprexa et c'est seulement un des médicaments antipsychotiques beaucoup.

Dawson se termine en disant: « à la fin de cette réfutation qu'avons-nous appris ? Je suis plus sceptique que jamais de David Healy et son site web. » Dawson est tout à fait contre que Healy mis mon article sur son site Internet et il semble laisser entendre à nouveau qu'un stationnement illégal fait suivant juridique: « Il est bien connu aux États-Unis que l'initiative de 20 ans CDC pour contrôler la prescription antibiotique est un échec ». Et alors? Qui ne laisse pas les psychiatres s'en tirer, ça ? Je pense qu'une dose d'autocritique aiderait non seulement Dawson, mais beaucoup d'autres psychiatres et leurs patients.

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
michel
Admin
Admin


Messages : 5587
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: Remèdes mortels et crime organisé : comment l'indutrie pharmaceutique a corrompu les services de santé   Sam 1 Aoû - 20:57

"Mes études dans ce domaine m'amènent à une conclusion très inconfortable : nos concitoyens serait beaucoup mieux si nous retirions du marché, tous les médicaments psychotropes car les médecins sont incapables de les manipuler. Il est inévitable que leur taux de disponibilité crée plus de mal que de bien. »

-Peter Gøtzsche, MD ; Co-fondateur de la Cochrane Collaboration

http://www.microsofttranslator.com/bv.aspx?ref=SERP&br=ro&mkt=fr-FR&dl=fr&lp=EN_FR&a=http%3a%2f%2fwww.madinamerica.com%2f2013%2f11%2fpeter-gotzsche-2%2f

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
michel
Admin
Admin


Messages : 5587
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: Remèdes mortels et crime organisé : comment l'indutrie pharmaceutique a corrompu les services de santé   Mar 25 Aoû - 3:25


_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
michel
Admin
Admin


Messages : 5587
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: Remèdes mortels et crime organisé : comment l'indutrie pharmaceutique a corrompu les services de santé   Jeu 8 Oct - 19:45

Après vérification, il est maintenant disponible dans toutes les librairies.

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
Amaryllis



Messages : 1
Date d'inscription : 27/10/2015

MessageSujet: Re: Remèdes mortels et crime organisé : comment l'indutrie pharmaceutique a corrompu les services de santé   Mar 27 Oct - 23:13

Bonjour , je suis nouvelle et complètement perdue sur ce forum pour dialoguer ou puis-je poster ? merci d'avance pour vos réponses et bonne soirée à vous tous No
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin
Admin


Messages : 5587
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: Remèdes mortels et crime organisé : comment l'indutrie pharmaceutique a corrompu les services de santé   Lun 7 Déc - 23:12

bonsoir; je n'avais pas vu ton message.
Tu peux poster ou tu veux en fonction de ce que tu as a dire Smile


michel

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
michel
Admin
Admin


Messages : 5587
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: Remèdes mortels et crime organisé : comment l'indutrie pharmaceutique a corrompu les services de santé   Dim 29 Mai - 22:22

« La différence avec la mafia, dit le Dr Turcotte, c’est que les mafieux ne se tuent qu’entre eux. »

http://www.pulaval.com/media/recensions/Remedes-mortels-Le-Devoir-2015.pdf

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
michel
Admin
Admin


Messages : 5587
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: Remèdes mortels et crime organisé : comment l'indutrie pharmaceutique a corrompu les services de santé   Dim 29 Mai - 22:25

L'industrie pharmaceutique a infiltré et corrompu tous les systèmes de santé publique dans le monde à tous les niveaux : médecins, instituts de recherche, publications scientifiques prestigieuses de même que les agences gouvernementales comme la FDA. Très peu de gens tirent avantage des médicaments qu'ils consomment. En fait, les médicaments seraient la troisième cause de décès dans les pays riches. En entrevue avec Franco Nuovo, le Dr Fernand Turcotte, professeur au Département de médecine sociale et préventive de l'Université Laval, nous livre les conclusions troublantes du chercheur danois Peter C. Gøtzsche.

Pour sortir de cette situation intenable, il faudrait rien de moins qu'une révolution : abolition des brevets en pharmacie; interdiction de tout marketing et de toute recherche clinique à l'industrie; disqualification systématique de tout expert ayant un conflit d'intérêts, qu'il soit financier ou simplement intellectuel. Notre système de santé serait donc menacé non pas par le vieillissement de la population, mais bien par l'explosion de la pharmaceutique.

http://ici.radio-canada.ca/emissions/dessine_moi_un_dimanche/2014-2015/chronique.asp?idChronique=372704



L'interview disponible sur le lien est a écouté !!!!!

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
michel
Admin
Admin


Messages : 5587
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: Remèdes mortels et crime organisé : comment l'indutrie pharmaceutique a corrompu les services de santé   Mer 6 Juil - 12:31

http://www.maisonmedicale.org/Medicaments-mortels-et-crime.html

Peter Gotzsche frappe fort avec cet essai [1]. Il démontre qu’en Occident, les médicaments sont la troisième cause de mortalité après les maladies cardiaques et les cancers. Aux Etats-Unis, les maladies cardiovasculaires font 600.000 morts par an, les cancers 575.000 et les médicaments 200.000.

   Peter Gotzsche, qui écrit souvent dans le British Medical Journal a de bonnes référence : il est co-auteur des recommandations Consort [2], Prisma [3] et strobe [4]. Il est co-fondateur de la collaboration Cochrane. Son livre est préfacé par l’ex éditorialiste en chef du British Medical Journal et par un éditorialiste du Jama.

Il y a trop peu de régulation du marché du médicament, ce qui entraîne une surconsommation alors que beaucoup d’effets secondaires sont mal connus. Au Danemark, tout citoyen, y compris les enfants, prend 1.5 dose par jour, du berceau au tombeau ( from cradle to grave ). Et pourtant, on est rarement dans une situation où un médicament va sauver notre vie. En limitant les médicaments inutiles ou en prescrivant des alternatives moins chères, on pourrait économiser 580 milliard de dollars par an : seuls 17 pays, dans le monde, ont un produit intérieur brut supérieur à ce montant !

Le livre abonde en exemples de tromperies, de pratiques mafieuses, comme les ont révélées les histoires du vioxx© ( 120.000 morts estimés ), du tamiflu© ( des milliards d’euros dépensés lors de l’épidémie A/H1N1 pour un médicament inefficace, le plus grand vol de l’Histoire selon l’auteur )…

Lors d’un colloque sur la collaboration avec l’industrie pharmaceutique, son exposé présenta tous les crimes commis par les sponsors de la conférence ! L’auteur n’hésite pas à comparer l’industrie pharmaceutique aux compagnies de tabac qui se réjouissent lorsqu’elles augmentent leurs exportations dans les pays pauvres et même à la mafia ( qui cependant tue moins de monde ). Les compagnies pharmaceutiques ne vendent pas des médicaments, mais des mensonges concernant les médicaments.

Les médicaments ont souvent une efficacité surestimée, des effets secondaires sous-estimés et un prix au gramme souvent bien multiple de celui de l’or. L’objectif des firmes est le profit et non la santé des patients [5]. Elles font plus de profits que la moyenne des autres entreprises et commettent plus de violations légales ( pots de vin et corruptions ). En 2002, les profits des 10 firmes pharmaceutiques du Fortune 500 dépassaient les profits des 490 autres entreprises !

   Aventis avait développé un médicament contre le cancer, l’eflornithine. Il ne marchait pas pour le cancer, mais bien pour la maladie du sommeil. Ce marché n’étant pas rentable, on abandonna le produit jusqu’à ce qu’on découvre son efficacité comme épilatoire…

La psychiatrie est un paradis des firmes pharmaceutiques [6]. Il y a là un champ immense pour trouver de nouvelles maladies et de nouveaux traitements. Peu de psychiatres admettent que leur spécialité est hors de contrôle. Selon le Centers for disease control and prevention, 25 % des Américains ont une maladie mentale et depuis l’invention des antidépresseurs, la dépression a augmenté de plus de 1000 % ! On a caché que les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine ( la classe la plus prescrite d’antidépresseurs ) favorisaient le °°°°°°° et créaient une dépendance.

L’industrie pharmaceutique a de nombreux moyens de tromper les médecins et les patients : les auteurs fantômes ( ghostwriters ), les auteurs invités ( guestwriters ), la promotion de médicaments en dehors de leurs indications ( out of label ) ou de médicaments inefficaces ( les sirops contre la toux ), des manipulations malhonnêtes dans les études et dans la présentation de leurs résultats, la promotion de stéréoisomères ou autres « me-too », qui n’apportent rien de plus, mais qui coûtent beaucoup plus cher6. On parle de deuxièmes ou de troisièmes générations, toujours plus chères, pour signifier que les médicaments plus anciens sont devenus obsolètes, on cache délibérément les effets secondaires…

Parmi les armes des firmes, on peut citer les cadeaux aux médecins, aux associations de patients dont certaines sont créées par les firmes elles-mêmes. Il y a 20 ans, l’industrie pharmaceutique dépensait 8000 à 15000 dollars par an par médecin aux Etats-Unis ! 12 % des médecins danois travaillent pour l’industrie pharmaceutique, certains travaillent pour 13 firmes, pour des études, des conférences ou des articles. Cela va jusqu’à la corruption de médecins, si possible des leaders d’opinions, d’hôpitaux, d’agences régulatrices des médicaments ( souvent plus proches des firmes que des patients ), de politiciens ( aux Etats-Unis, il y a plus d’un lobbyist pharmaceutique par membre du Congrès ), de journalistes. Il y a aussi les seeding trials ( de fausses études qui ont juste pour objectif de faire prescrire de nouveaux produits aux médecins ) : parfois un médecin touche plus de 40000 dollars pour recruter un patient.

Les essais cliniques randomisés sont maintenant un moyen pour les firmes pharmaceutiques de manipuler et de faire du marketing. Dans ces études, les indicateurs choisis ( surrogate outcomes ) ont parfois peu à voir avec l’intérêt du patient : par exemple, un médicament peut diminuer la taille de la tumeur, ce qui ne signifie pas une amélioration de la qualité ou de l’espérance de vie du patient, un médicament antidiabétique peut améliorer l’hémoglobine glycosylée du patient mais augmenter sa mortalité.

Les firmes ont la capacité d’influencer des journaux médicaux ( entre autres avec les tirés à part, où la conclusion est parfois différente du contenu ), d’influencer les peer reviews et les guidelines. Le New England Journal of Medicine, référence mondiale accepte maintenant que ses auteurs aient des conflits d’intérêt jusque 10000 dollars par an ! Les journaux sont classés selon leur facteur d’impact, mais celui-ci est très influencé par les firmes qui vont citer partout leurs études : les journaux ont donc intérêt à publier des études réalisées par les firmes.

Peter Gotzsche cite même des exemples de manœuvres d’intimidations, des menaces quand on met en cause leurs produits, des pressions au licenciement dans des services universitaires dépendant du « mécénat » de firmes pharmaceutiques.

Des études sont de plus en plus aux mains des firmes et de moins en moins aux mains du secteur public. Les études se déroulent de plus en plus dans des pays corrompus.

On profite de monopoles pour fixer des prix très élevés avec des bénéfices parfois de 7000 %. Pourquoi tant d’argent pour la publicité ? Un médicament efficace en a-t-il besoin ? Depuis les années 80, les profits ont explosé, mais il y a eu de moins en moins de nouvelles molécules. L’industrie pharmaceutique consacre 1 % de son budget à la recherche. La plupart des découvertes viennent du secteur public.

L’industrie pharmaceutique arrive à changer le nom de certaines maladies comme l’incontinence urinaire qu’on appelle vessie instable, ou l’impuissance qu’on appelle dysfonction érectile. Elle contribue aussi à inventer de nouvelles maladies comme la pré-hypertension artérielle ou le pré-diabète…

L’auteur affirme qu’on ne peut plus faire confiance aux industries pharmaceutiques, car elles ont trop souvent trompé notre confiance et il y a trop de conflits d’intérêt. Il propose une série de mesures. L’industrie pharmaceutique ne doit plus évaluer elle-même ses propres produits ( cela coûterait beaucoup moins cher si c’était fait par des services publics ). Il faut un meilleur enregistrement des effets secondaires. Il ne faut pas accepter les résultats surrogates. Il faut des études avec des populations comparables à la réalité ( Les études se font souvent avec des patients jeunes qui n’ont qu’une maladie alors que les patients du quotidien sont souvent âgés et polymédiqués).

Il faut rendre toutes les données disponibles. Les agences de contrôle doivent être financées avec de l’argent public. Il faut interdire la publicité pour les médicaments, comme pour le tabac et le marketing. Il faut interdire les seeding trials et les meetings financés par l’industrie pharmaceutique. Il recommande d’éviter de prescrire, si possible, un médicament durant ses sept premières années sur le marché.

Gotzsche raconte une blague : trois femmes se rencontraient régulièrement dans la salle d’attente de leur centre de santé. Un jour, l’une manquait : une des deux autres suggéra : « peut-être qu’elle est malade ».

Terminons par deux citations de William Osler ( 1849-1919 ) reprises dans l’essai : « Ce serait bon pour l’Humanité et mauvais pour les poissons si on jetait tous les médicaments dans la mer ».

« Le désir de prendre des médicaments est sans doute le fait qui différencie l’homme de l’animal » [7].

Il n’y a pas grand-chose de neuf pour ceux qui suivent ce type d’informations depuis des années, mais de les voir ainsi regroupées est impressionnant. On pourra reprocher à l’auteur de faire un plaidoyer essentiellement à décharge, mais quand on juge un criminel, faut-il expliquer qu’il est un bon voisin, un bon père de famille ou juger les faits ?

http://www.maisonmedicale.org/docrestreint.api/5510/63c802b561ce5cc5b985f92a0558b2979f27353e/pdf/sc69_rub_lu_pour_vous.pdf

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/


Dernière édition par michel le Sam 15 Oct - 6:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
michel
Admin
Admin


Messages : 5587
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: Remèdes mortels et crime organisé : comment l'indutrie pharmaceutique a corrompu les services de santé   Mar 26 Juil - 21:29


_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
michel
Admin
Admin


Messages : 5587
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: Remèdes mortels et crime organisé : comment l'indutrie pharmaceutique a corrompu les services de santé   Lun 15 Aoû - 8:53

De plus, Gøtzsche fait bien comprendre la vérité selon laquelle les produits pharmaceutiques sont tout simplement dangereux pour de nombreuses raisons :

« Nos médicaments sur ordonnance sont la troisième principale cause de décès après les maladies cardiaques et le cancer aux États-Unis et en Europe. Près de la moitié de ceux qui meurent ont pris leurs médicaments correctement ; les autres meurent à cause d’erreurs, comme une dose trop élevée ou l’utilisation d’un médicament malgré les contre-indications. Nos agences responsables des médicaments ne sont pas particulièrement utiles, car elles se fient sur des correctifs bidons, qui sont une longue liste de mises en garde, de précautions et de contre-indications pour chaque médicament, bien qu’ils sachent qu’aucun médecin ne peut ensuite maîtriser toutes ces données. Les principales raisons des nombreux décès liés aux médicaments résident dans la réglementation impuissante des médicaments, la criminalité généralisée qui inclut la corruption des preuves scientifiques sur les médicaments et la corruption des médecins, puis dans la commercialisation du médicament, qui est aussi nocive que le marketing du tabac et par conséquent devrait être interdite. Nous devrions prendre beaucoup moins de médicaments, et les patients devraient lire attentivement les notices des médicaments prescrits par leur médecin, puis les sources de données indépendantes sur les médicaments comme celles de la revue Cochrane, ce qui leur permettra de dire plus facilement « non merci ». » (2)

http://www.2012un-nouveau-paradigme.com/2016/01/grandes-compagnies-pharmaceutiques-et-crime-organise-ils-se-ressemblent-plus-qu-on-ne-le-pense-see-more-at-http-www-espritsciencemet

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
michel
Admin
Admin


Messages : 5587
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: Remèdes mortels et crime organisé : comment l'indutrie pharmaceutique a corrompu les services de santé   Dim 27 Nov - 22:23

Dr Peter Gøtzsche exposes big pharma as organized crime
(on peut avoir les sous-tire en traduction automatique)


_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Remèdes mortels et crime organisé : comment l'indutrie pharmaceutique a corrompu les services de santé   Aujourd'hui à 17:34

Revenir en haut Aller en bas
 
Remèdes mortels et crime organisé : comment l'indutrie pharmaceutique a corrompu les services de santé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Remèdes mortels et crime organisé - Comment l'industrie pharmaceutique a corrompu les services de santé- Peter C. Gotzsche
» L’Islam est un crime organisé contre l’humanité !
» Comment l'industrie pharmaceutique fabrique les maladies mentales
» beurre périmé !
» Notre "Noiraud," comment s'en aider pour la pratique et la santé.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Informations et entraide au sevrage des benzodiazépines et somnifères  :: sevrage benzodiazépines et somnifères :: Liens d'information-
Sauter vers: