Informations et entraide au sevrage des benzodiazépines et somnifères

INFORMATIONS PSYCHOTROPES ET MEDICAMENTS, SEVRAGE DES PSYCHOTROPES, ENTRAIDE, LUTTE CONTRE LES PRESCRIPTIONS DE PSYCHOTROPES, INFORMATIONS SANTE, INFORMATION DES VICTIMES, MEDICAMENTS DANGEREUX...
 
AccueilS'enregistrerConnexion
Partagez
 

 Médicaments psychotropes : cadre légal et orientations publiques récentes

Aller en bas 
AuteurMessage
michel
Admin
Admin
michel

Messages : 7294
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

Médicaments psychotropes : cadre légal et orientations publiques récentes Empty
MessageSujet: Médicaments psychotropes : cadre légal et orientations publiques récentes   Médicaments psychotropes : cadre légal et orientations publiques récentes Icon_minitimeLun 28 Mar - 2:28

http://www.ofdt.fr/ofdtdev/live/produits/psychotr/reponses.html

Synthèse
La réglementation de l'usage de produits pharmaceutiques s'intéresse à une grande variété de substances. Elle s'appuie donc sur leur classification établie en fonction des risques associés. En matière de médicaments psychotropes - hypnotiques/ anxiolytiques, antidépresseurs, analgésiques et antalgiques majeurs - une réglementation spécifique porte sur leur production, leur commercialisation, leur prescription et leur délivrance.




Une production et une commercialisation soumises à autorisation


Tout établissement fabriquant, transformant ou se livrant au commerce intérieur ou international de stupéfiants, de psychotropes ou de leurs préparations est tenu d'adresser à l'AFSSAPS une déclaration annuelle d'utilisation de ces substances, faisant état, notamment, des quantités de produits élaborés (arrêté du 22 février 1990 modifié).

Selon le régime français de droit commun, la commercialisation de tous les produits pharmaceutiques est soumise à une Autorisation de mise sur le marché (AMM), délivrée par l'AFSSAPS. L'AMM fixe les modalités d'une utilisation sécurisée du médicament (posologie, durée de traitement, etc.). Une fois l'AMM obtenue, la distribution du produit relève du monopole des pharmaciens, sous couvert du système national de pharmacovigilance. Sa publicité est sujette à autorisation ou réglementée. La décision d'AMM prend en compte les risques d'abus ou de dépendance identifiés vis-à-vis d'un de ces médicaments.

http://www.afssaps.fr/Activites/Autorisations-de-mise-sur-le-marche/Definition-et-modalite-des-AMM/%28offset%29/0




Une délivrance sur prescription selon des critères officiels nationaux


Les usages de médicaments psychotropes et de médicaments stupéfiants tombent sous la réglementation des substances vénéneuses. Celle-ci exclut de son champ d'application les substances déjà soumises à un contrôle international, de par la Convention unique de 1961 et la Convention de Vienne de 1971.

Différents régimes sont applicables à la délivrance des médicaments psychotropes, ces derniers comptant parmi les médicaments stupéfiants ou ceux des listes I (toxiques) et II (dangereux), selon le code de santé publique (tableau 1). Quoi qu'il en soit, l'obtention d'un médicament psychotrope par le patient nécessite toujours une ordonnance signée d'un médecin.

Des Références Médicales Opposables (RMO) sont définies pour la prescription des hypnotiques et anxiolytiques (n°4), des antidépresseurs (n°47) et des neuroleptiques (n°31). Validées par l'AFSSAPS, elles établissent notamment les soins et prescriptions médicalement inutiles ou dangereux. Dès leur réception par le médecin, elles sont juridiquement opposables à sa pratique habituelle : ce dernier est tenu de les respecter sous peine de sanctions. Le suivi du respect des RMO, non systématique, peut être assuré par le service médical de la CPAM.

Les infractions aux règles de prescription et de délivrance peuvent être réprimées, par des sanctions pénales (code de la Santé publique) ou des sanctions disciplinaires (en référence aux règles déontologiques des professions pharmaceutiques et médicales).

La surveillance des mésusages des médicaments psychotropes commercialisés relève des CEIP (Centres d'évaluation et d'information sur la pharmacodépendance).

Tableau 1 - Délivrances des médicaments psychotropes selon leur classification (code de santé publique)

Classification
Risques associés
Délivrance
Exemples

Médicaments de la liste I
Produits présentant des risques élevés pour la santé
Ordonnance, renouvelable sur 6 mois, sauf mention expresse du prescripteur
Analgésiques mineurs (Di-Antalvic®, Dicodin®), buprénorphine (Subutex®), anxiolytiques (Valium®, Tranxène®).

Médicaments de la liste II
Produits vénéneux présentant des risques directs ou indirects pour la santé
Ordonnance non renouvelable sauf mention expresse du prescripteur
Anti-inflammatoires (Ibuprofène®, Apranax®)

Médicaments stupéfiants
Produits « à risque toxicomanogène »
Ordonnance sécurisée
Analgésiques morphiniques majeurs (Skenan®, Moscontin®).



Depuis l'arrêté du 1er avril 2008 visant à mieux encadrer la prescription et la délivrance de soins ou traitements susceptibles de faire l'objet d'un mésusage, d'un usage détourné ou abusif, la prise en charge par l'assurance maladie des traitements médicamenteux contenant de la buprénorphine haut dosage, du funitrazépam, de la méthadone ou du méthylphénidate est subordonnée à deux conditions : l'inscription du nom du pharmacien désigné par le patient sur l'ordonnance et l'établissement d'un protocole de soins entre le médecin traitant, le médecin conseil de la caisse d'assurance maladie et le patient. L'arrêté prévoit en outre l'établissement systématique d'un protocole de soins pour tout traitement par méthadone sous forme de gélules, dès son initiation.



Repères législatifs et réglementaires
- Convention unique sur les stupéfiants de 1961
- Convention de Vienne de 1971 sur les substances psychotropes
- Arrêté du 22 février 1990 modifié portant exonération à la réglementation des substances vénéneuses destinées à la médecine humaine (NOR : SJSP0760606A)
- Arrêté du 1er avril 2008 relatif à la liste de soins ou traitements susceptibles de faire l'objet de mésusage, d'un usage détourné ou abusif, pris en application de l'article L.162-4-2 du code de la sécurité sociale (NOR : SJSP0808150A)



_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.wordpress.com
 
Médicaments psychotropes : cadre légal et orientations publiques récentes
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Certains médicaments psychotropes entraînent des troubles compulsifs
» Mortalité des schizophrènes - mésusage des médicaments psychotropes
» Plusieurs médicaments (dont certains psychotropes) peuvent provoquer une hyperglycémie
» RENNES (CHU) Dr Cadre
» La médecine et les médicaments

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Informations et entraide au sevrage des benzodiazépines et somnifères  :: Lutte contre la surprescription de psychotropes en France :: Informations officielles sur les psychotropes-
Sauter vers: