Informations et entraide au sevrage des benzodiazépines et somnifères

INFORMATIONS PSYCHOTROPES ET MEDICAMENTS, SEVRAGE DES PSYCHOTROPES, ENTRAIDE, LUTTE CONTRE LES PRESCRIPTIONS DE PSYCHOTROPES, INFORMATIONS SANTE, INFORMATION DES VICTIMES, MEDICAMENTS DANGEREUX...
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 ALTERNATIVES AUX PSYCHOTOPES ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Carole Suisse



Messages : 1008
Date d'inscription : 23/11/2010
Age : 40
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: ALTERNATIVES AUX PSYCHOTOPES ?   Mer 15 Déc - 17:22

Quelques conseils pour venir à bout de la dépression.

La dépression est un état naturel (c'est la définition que j'ai dans ma brochure de cours sur la psychologie).

Il faut savoir interpréter ce signal. Lorsqu'on se sent déprimé, c'est qu'on ne vit pas comme on le devrait ou qu'il y a eu un événement extérieur, comme un décès qui nous a stressé.

Dans le premier cas, lorsque la dépression s'installe parce qu'on ne vit pas comme on le devrait, la première chose à faire est de comprendre ce qui ne nous convient pas dans notre vie actuelle.
Le plus souvent c'est parce qu'on vit comme notre entourage nous dit de vivre et cela ne nous convient pas au point que la dépression s'installe.

Première chose à faire, c'est de ne plus écouter ce que nous dictent les autres mais de s'écouter et de comprendre quels son nos besoins.

Dans le deuxième cas, lorsque la dépression fait suite à un événement de la vie, il faut ce donner le droit d'être triste, puis il faut se donner le droit de continuer à vivre. Ceci est valable aussi bien pour les deuils, les séparations, les divorces, les pertes d'emplois, etc...

Il faut se donner le droit d'être triste, mais il faut aussi savoir pardonner et/ou accepter pour pouvoir avancer. On ne peut pas vivre dans le passé en pensant aux choses ou aux êtres qu'on a perdus. Cela ne peut que nous angoisser et nous déprimer.

Lors d'un deuil, il faut six mois à une année pour passer par toutes les étapes qui permettent d'accepter la mort d'un proche et de s'en relever.
Dans nos sociétés actuelles, on a le droit d'être triste et déprimé à la suite d'un décès que pendant quelques jours et si on est encore triste et déprimé au bout d'un mois, il est de convenance de prendre des antidépresseurs afin que le deuil ne se prolonge pas. A mon avis, c'est là qu'on fait faux. Il faut se donner le droit de vivre cette période de deuil à notre rythme et laisser faire le temps. Quand les antidépresseurs n'existaient pas, les gens se relevaient des deuils sans.
Dans notre société actuelle, on ne prend plus le temps de vivre les événements de la vie. On ne se donne plus le droit d'éprouver des sentiments "négatifs".
On n'apprend plus à faire face à de telles situations et c'est pour cela qu'on ne sait pas gérer la tristesse, l'angoisse et le désespoir.
Pire, on pathologise des situations tout à fait normal de la vie....

Il faut apprendre à accepter ses émotions. La tristesse et la joie sont deux émotions, pourquoi dans nos sociétés actuelles a-t-on le droit d'être joyeux, mais plus d'être triste?
La joie passe une fois que l'événement qui l'a provoqué est passé. Il en va de même pour la tristesse...

Le meilleur conseil que je puisse vous donner, c'est d'accepter de ressentir toutes vos émotions, même si elles sont négatives, car lorsqu'on refuse de ressentir de la tristesse par exemple, on bloque cette émotion et avec le temps cela affecte notre humeur de façon négative.

Apprendre à accepter ses émotions et à les laisser "vivre", permet d'éviter de se retrouver déprimer.

Bon courage,
Cordialement,
Carole
Revenir en haut Aller en bas
http://www.psychotropes.info/
Invité
Invité



MessageSujet: Alternative   Jeu 16 Déc - 13:15

Carole Suisse (Mer 15 Déc - 17:22) a écrit:
Quelques conseils pour venir à bout de la dépression.

La dépression est un état naturel (c'est la définition que j'ai dans ma brochure de cours sur la psychologie).

Il faut savoir interpréter ce signal. Lorsqu'on se sent déprimé, c'est qu'on ne vit pas comme on le devrait ou qu'il y a eu un événement extérieur, comme un décès qui nous a stressé.

Dans le premier cas, lorsque la dépression s'installe parce qu'on ne vit pas comme on le devrait, la première chose à faire est de comprendre ce qui ne nous convient pas dans notre vie actuelle.
Le plus souvent c'est parce qu'on vit comme notre entourage nous dit de vivre et cela ne nous convient pas au point que la dépression s'installe.

Première chose à faire, c'est de ne plus écouter ce que nous dictent les autres mais de s'écouter et de comprendre quels son nos besoins.

Dans le deuxième cas, lorsque la dépression fait suite à un événement de la vie, il faut ce donner le droit d'être triste, puis il faut se donner le droit de continuer à vivre. Ceci est valable aussi bien pour les deuils, les séparations, les divorces, les pertes d'emplois, etc...

Il faut se donner le droit d'être triste, mais il faut aussi savoir pardonner et/ou accepter pour pouvoir avancer. On ne peut pas vivre dans le passé en pensant aux choses ou aux êtres qu'on a perdus. Cela ne peut que nous angoisser et nous déprimer.

Lors d'un deuil, il faut six mois à une année pour passer par toutes les étapes qui permettent d'accepter la mort d'un proche et de s'en relever.
Dans nos sociétés actuelles, on a le droit d'être triste et déprimé à la suite d'un décès que pendant quelques jours et si on est encore triste et déprimé au bout d'un mois, il est de convenance de prendre des antidépresseurs afin que le deuil ne se prolonge pas. A mon avis, c'est là qu'on fait faux. Il faut se donner le droit de vivre cette période de deuil à notre rythme et laisser faire le temps. Quand les antidépresseurs n'existaient pas, les gens se relevaient des deuils sans.
Dans notre société actuelle, on ne prend plus le temps de vivre les événements de la vie. On ne se donne plus le droit d'éprouver des sentiments "négatifs".
On n'apprend plus à faire face à de telles situations et c'est pour cela qu'on ne sait pas gérer la tristesse, l'angoisse et le désespoir.
Pire, on pathologise des situations tout à fait normal de la vie....

Il faut apprendre à accepter ses émotions. La tristesse et la joie sont deux émotions, pourquoi dans nos sociétés actuelles a-t-on le droit d'être joyeux, mais plus d'être triste?
La joie passe une fois que l'événement qui l'a provoqué est passé. Il en va de même pour la tristesse...

Le meilleur conseil que je puisse vous donner, c'est d'accepter de ressentir toutes vos émotions, même si elles sont négatives, car lorsqu'on refuse de ressentir de la tristesse par exemple, on bloque cette émotion et avec le temps cela affecte notre humeur de façon négative.

Apprendre à accepter ses émotions et à les laisser "vivre", permet d'éviter de se retrouver déprimer.

Bon courage,
Cordialement,
Carole
Bonjour Carole, je suis d'accord avec toi.
En supplément je pourrais dire que la méditation (gratuite) est une alternative possible, moi j'appartiens à un groupe de méditation, au bout de la première séance, j'ai ressenti le bine-être.
Bien à vous
Revenir en haut Aller en bas
Maori



Messages : 1425
Date d'inscription : 24/07/2011
Age : 68
Localisation : région Centre

MessageSujet: Re: ALTERNATIVES AUX PSYCHOTOPES ?   Jeu 28 Juil - 15:26

Je me permets de faire remonter ton post, Carole, parce que je suis entièrement d'accord avec ce que tu écris sur ce sujet ! flower
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin
Admin


Messages : 5584
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: ALTERNATIVES AUX PSYCHOTOPES ?   Ven 29 Juil - 6:22

bonjour

Je viens de trouver ces quelques conseils d'un naturopathe :

http://www.stop-alcool.eu/traitement_anti_depression_naturel.pdf

J'aime particulièrement la conclusion :

voilà ce qu'il faut prendre si l'on veut échapper à la psychiatrie et sauver sa vie !

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
Maori



Messages : 1425
Date d'inscription : 24/07/2011
Age : 68
Localisation : région Centre

MessageSujet: Re: ALTERNATIVES AUX PSYCHOTOPES ?   Ven 29 Juil - 11:17

Ce texte est plein de bons conseils très sages et plein de bon-sens ! Merci beaucoup pour ce lien ! Les médecins devraient en prendre de la graine...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ALTERNATIVES AUX PSYCHOTOPES ?   Aujourd'hui à 17:23

Revenir en haut Aller en bas
 
ALTERNATIVES AUX PSYCHOTOPES ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les écoles "alternatives"
» Les thérapies alternatives
» Naturellement sucré" : Les alternatives au sucre raffiné
» 11/01 Thérapie, antidépresseurs, solutions alternatives... Comment trouver un traitement
» Une étude sur les médecines alternatives.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Informations et entraide au sevrage des benzodiazépines et somnifères  :: sevrage benzodiazépines et somnifères :: Liens d'information-
Sauter vers: