Informations et entraide au sevrage des benzodiazépines et somnifères

INFORMATIONS PSYCHOTROPES ET MEDICAMENTS, SEVRAGE DES PSYCHOTROPES, ENTRAIDE, LUTTE CONTRE LES PRESCRIPTIONS DE PSYCHOTROPES, INFORMATIONS SANTE, INFORMATION DES VICTIMES, MEDICAMENTS DANGEREUX...
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 CONSEILS POUR LE SEVRAGE DES ANTIDEPRESSEURS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
michel
Admin
Admin
avatar

Messages : 6130
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: CONSEILS POUR LE SEVRAGE DES ANTIDEPRESSEURS   Lun 6 Sep - 13:45

bonjour  Very Happy



Voici quelques éléments :

http://sevragead.sosblog.fr

http://sevrageantidepresseur.kazeo.com

http://sevrageantidepresseur.blogspot.fr
a été censuré par google

http://sevrageantidepresseur.wordpress.com
a été censuré par wordpress



Je n'y aborde pas la substitution conseillée par le professeur david Healy avec une molécule à demi-vie longue comme le prozac, que je n'ai jamais eu le temps d'étudier.

Je souhaiterai que ce soit les personnes concernées qui fassent ces recherches.



bon courage


michel

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/


Dernière édition par michel le Jeu 5 Fév - 12:27, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
michel
Admin
Admin
avatar

Messages : 6130
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: CONSEILS POUR LE SEVRAGE DES ANTIDEPRESSEURS   Mer 27 Oct - 4:46


_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
michel
Admin
Admin
avatar

Messages : 6130
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: CONSEILS POUR LE SEVRAGE DES ANTIDEPRESSEURS   Mar 30 Déc - 3:33

http://translate.googleusercontent.com/translate_c?depth=1&hl=fr&prev=search&rurl=translate.google.fr&sl=en&u=http://paxilwithdrawals.webs.com/taperingoffdrugs.htm&usg=ALkJrhhBCoxlE8FF50meWNrdWPCY5-6h_w

Votre médicament peut être votre problème

Chapitre 8: Comment arrêter de prendre des médicaments psychiatriques

Vous pouvez vous sentir pressé d'arrêter de prendre des médicaments psychiatriques. Peut-être vous éprouvez des effets secondaires pénibles ou se sentir "marre" d'être lente et émotionnellement engourdi. Méfiez-vous! Ce ne est pas une bonne idée d'arrêter brusquement la prise de médicaments sans d'abord se assurer qu'il n'y a pas de danger que cela comporte. À notre avis, il est presque toujours préférable de pécher dans le sens d'aller trop lentement plutôt que trop vite. Dans de rares cas, le développement d'une réaction indésirable grave peut exiger un retrait immédiat; mais si vous avez une réaction médicamenteuse grave, vous devriez demander l'aide d'un clinicien expérimenté.


Une fois que vous avez commencé à se retirer de médicaments psychiatriques, ne laissez personne, pas même votre médecin ruée vers vous. Surtout si il ya une chance que vous allez trop vite, faire très attention à comment vous vous sentez physiquement, émotionnellement et spirituellement. Dans le même temps, cependant, vous devez tenir compte des avertissements de professionnels, membres de la famille ou des amis qui croient que le retrait est vous causent plus de problèmes que vous réalisez. Vous ne pouvez pas être le meilleur juge de votre état émotionnel que vous venez de la drogue, de sorte que vous devriez prendre en considération les préoccupations des personnes de confiance.


Retrait progressif est sa propre protection
Quand les gens prennent des médicaments psychiatriques, leurs facultés de décision peuvent fonctionner moins efficacement. Leurs sentiments sont engourdies. Dans ces moments, si leur pensée ont été exprimées par des mots, il serait probablement communiquer indécision, l'apathie, ou de la confusion. Ou ils peuvent éprouver des sentiments différents en succession rapide, presque comme si elles étaient hors de contrôle. Parce que les gens veulent généralement à penser plus clairement, de «sentir pleinement» à nouveau, et d'être plus en contrôle d'eux-mêmes, ils sont motivés pour arrêter de prendre des médicaments psychiatriques.

Venant de la drogue progressivement contribue à "contenir" les montagnes russes émotionnelle et intellectuelle qui accompagne parfois retrait. En effet, un rétrécissement lent et progressif sert une discipline sur le processus de retrait. Cette discipline est soutenue par les connaissances disponibles et l'expérience clinique sonore. En l'absence d'un ami ou un allié de confiance pour fournir des commentaires sur vos progrès, en l'absence d'un réseau de soutien, retrait progressif est susceptible d'être la stratégie la plus sage, surtout si vous êtes incertain quant à la rapidité avec laquelle vous devez procéder. Même si un médecin ou un autre professionnel de la santé est vous aider ou surveiller votre retrait, un cône progressif est généralement la stratégie la plus sûre.

Pourquoi progressive Retrait Is Better Than retrait soudain
La minute un médicament psychiatrique entre dans votre circulation sanguine, votre cerveau active les mécanismes pour compenser la impact.1 du médicament Ces mécanismes compensatoires se enracinent après fonctionnant en continu en réponse à la drogue. Si le médicament est rapidement éliminée, ils ne disparaissent pas tout d'un coup. Au contraire, ils ont libre cours depuis un certain temps. Typiquement, ces mécanismes compensatoires causer des troubles physiques, qui, cognitives et émotionnelles sont désignés collectivement sous le nom de syndrome de sevrage.

La façon la plus simple de réduire l'intensité des réactions de sevrage est à diminuer progressivement les doses, par petits incréments. De cette façon, vous donnez votre cerveau appropriée «temps» et «espace» à retrouver un fonctionnement normal. Sauf se il est clairement établi que vous souffrez, une réaction induite par le médicament dangereuse toxicité aiguë, vous devez procéder à un retrait lent et progressif. Plus la période de retrait, les plus vous avez de chances de minimiser l'intensité des réactions de sevrage attendus.

Fait intéressant, il existe certaines preuves que "arrêt progressif tend à raccourcir la durée de tout syndrome de sevrage." 2 En d'autres termes, la durée effective de tous les symptômes attendus de retrait du médicament est susceptible d'être plus court si vous retirez lentement que si vous retirez brusquement .

Dans une étude début du retrait de antidépresseurs tricycliques, 62 pour cent de celles retirées en moins de deux semaines eu des réactions de sevrage, comparativement à seulement 17 pour cent de celles retirées sur une période3 plus Parce que le retrait des réactions désagréables sont l'une des principales raisons que vous pourriez être tenté d'interrompre votre retrait, un cône progressif augmente vos chances de réussir et sans drogue restant.

En outre, il semble que les personnes qui réduisent progressivement leur consommation de drogue trouver un regain de vigueur et d'énergie qu'ils peuvent maintenant apprendre à réinvestir. Contrairement à un coup, la cessation imprévue, un retrait progressif leur permet de trouver des moyens constructifs d'utiliser cette énergie, pour apprécier la nouvelle confiance en leurs capacités qu'ils vont développer et à consoli¬date les nouveaux schémas émotionnels et comportementaux qui seront appris dans le processus.

Un compte-rendu publié décrit le cas d'une femme qui voulait arrêter Paxil après avoir pris 20 mg par jour pendant six mois. Son docteur a coupé brusquement cette dose de moitié, à 10 mg par jour, et lui a donné la nouvelle dose pour un mois. Puis, pendant les deux semaines suivantes, il lui a donné 10 mg tous les deux jours. Sur deux jours, non médicamenteux, la femme a connu des maux de tête sévères, des nausées, des étourdissements et des vertiges, sécheresse de la bouche, et la léthargie. La dose a été réduite à 5 mg par jour, mais, convaincu que cela ne prolonge son agonie, elle se arrêta brusquement. Elle aurait connu deux semaines de divers symptômes de sevrage, puis avoir pleinement recovered.4

Un cône plus graduelle, plutôt que d'un brusque réduction de 50 pour cent au début, aurait permis de réduire la gravité des réactions de sevrage globaux de cette femme. Certes, de nombreux utilisateurs de drogues psychiatriques ne cessent subitement sur eux, sans éprouver de douleurs de sevrage importants. Notre expérience, cependant, nous suggère que le retrait brusque est choisi par des gens qui ne sont pas bien informés ou supervisés, qui ne peuvent tolérer leurs dysfonctionnements dus à la drogue plus longtemps, ou qui agissent impulsivement parce qu'ils ont l'impression que personne ne les écoute ou de compréhension leur souffrance.

Retirer la drogue une par une
Beaucoup de gens, peut-être vous-même parmi eux, prennent plusieurs médicaments psychiatriques simultanément. Combinaisons de médicaments psychiatriques communs incluent un antidépresseur et un tranquillisant; un stimulant et un tranquillisant; lithium et un anticonvulsivant; ou un neuroleptique, un antiparkinsonien, et un tranquillisant.

Vous pouvez retirer de plusieurs médicaments en même temps, mais ce est une stratégie risquée. Il devrait être réservée à des cas de toxicité aiguë et grave. En outre, puisque les médicaments pris ensemble (comme les neuroleptiques et antiparkinsoniens) ont souvent des effets similaires, les retirer, ensemble, peuvent faire des réactions de sevrage pire. Si vous avez l'intention de se retirer simultanément de deux médicaments ou plus, vous devriez le faire sous la supervision active d'un médecin ou un pharmacien expérimenté.

Lorsque vous prenez deux médicaments, votre cerveau essaie de compenser non seulement pour les effets de chacun séparément, mais aussi pour les effets de leur interaction. L'image physique devient encore plus compliqué avec chaque médicament supplémentaire. La complexité croissante va bien au-delà de notre compréhension réelle, créant des risques inconnus et imprévisibles au cours de la consommation de drogues et de retrait. En cas d'utilisation de la polychimiothérapie, le retrait est comme essayer de démêler un noeud d'épaisseur composée de plusieurs différentes chaînes-sans couper ou d'endommager l'une des chaînes. Dans cette situation analogue, vous auriez à procéder assez attentivement effet, le démêlage progressivement une chaîne et ajuster en permanence les autres en réponse à la progression continue.

Il est généralement préférable de réduire un médicament tout en continuant à prendre les autres. Le processus recommence une fois que vous avez éliminé le premier médicament complètement et se sont habitués à faire sans elle.

Quel médicament doit être arrêté en premier?
Si vous voulez descendre plus d'un médicament, il ya quelques considérations au moment de décider quel médicament d'abord arrêter. Disons que vous êtes de prendre le médicament "A" pour contrer les effets secondaires des médicaments "B"; dans ce cas, vous devriez probablement commencer le retrait à la drogue "B." Par exemple, si vous prenez un somnifère pour l'insomnie causée par le Prozac ou le Ritalin, vous voudrez peut-être de retarder le retrait du somnifère jusqu'à ce que vous avez commencé à réduire le Prozac ou le Ritalin. De même, si vous prenez Cogentin ou Artane ou une autre drogue pour réprimer des troubles de mouvements causés par les neuroleptiques, vous devriez probablement réduire votre premier neuroleptique avant de tenter de retirer de l'Cogentin ou Artane.

Parce que les tranquillisants des benzodiazépines provoquent souvent des réactions de sevrage désagréables, de longues et potentiellement dangereuses, certaines personnes choisissent de se retirer de leur utilisation dernière, après qu'ils ont vécu le retrait d'autres médicaments et renforcé leur détermination et ont pris confiance.

La méthode de 10 pour cent
manuels de pharmacie décrivent souvent la méthode de retrait de 10 pour cent, notamment en matière de tranquillisants de benzodiazépine. Il peut être appliqué à ne importe quel médicament psychiatrique. Si vous souhaitez arrêter de prendre des médicaments psychiatriques, la méthode de 10 pour cent (ou variations sur elle) peut être un bon point de départ.

Cette méthode prévoit en général que le retrait se effectue en environ dix étapes, ou 10 pour cent à la fois. Parfois, la dernière étape est elle-même divisée en une série de petites étapes. La durée de chaque étape peut varier de quelques jours à plusieurs semaines ou mois. Ainsi, si une personne se arrête une utilisation décennie de tranquillisants ou neuroleptiques, chaque étape peut raisonnablement durer deux ou trois mois, sauf en cas de difficultés majeures. De nombreuses personnes âgées ont pris des tranquillisants par jour pendant plus de vingt ans. Dans ces cas, un délai de rétractation de deux ans ne est pas inhabituel.

Le procédé 10 pour cent ne est pas absolue. Elle doit être adaptée aux situations individuelles et aux circonstances changeantes. Comme nous l'avons mentionné, le retrait doit être sensible à la situation en développement de chaque individu que le processus se déroule. Globalement, toutefois, la méthode de 10 pour cent offre trois avantages: (1) un calendrier facile à appliquer; (2) la suggestion sensée qu'il est préférable de rester à peu près au sein de ces diminutions, même si les premières étapes se avèrent être simple; et (3) dans les cas où des difficultés de sevrage se manifestent après que la plupart de la dose a été réduite, 5 un cadre dans lequel l'individu peut éviter d'aggraver ces difficultés en ne se précipitant à travers les étapes restantes de retrait.

Comme noté, cette méthode donne à penser que 10 pour cent de la dose initiale est enlevée à chaque étape. Ainsi, une personne qui prend 200 mg d'un médicament serait re¬duce par 20 mg (10 pour cent de 200) à chaque étape de retrait.

Sept à dix jours est un délai raisonnable pour chaque étape si la durée de l'usage de drogues n'a pas dépassé un an.

* La première étape consiste à aller à partir de 200 mg à 180 mg et en prenant la dernière dose pendant sept à dix jours.
* La deuxième étape consiste à aller de 180 mg à 160 mg, et encore rester sur cette dose pendant sept à dix jours.



Les autres étapes sont similaires, impliquant une réduction de 10 pour cent jusqu'à ce que vous êtes en bas à 0 mg. Toutefois, la dernière étape peut être le plus difficile, même si le montant initial de la drogue a été réduit de 80 pour cent ou plus. Dans ce cas, vous pourriez réduire la quantité restante se progressivement. Vous pouvez progresser, disons, de 25 pour cent des diminutions, plus de deux semaines ou plus. Cela signifie, dans notre exemple, allant de 20 mg à 15 mg, puis 10 mg, puis à 5 mg, puis à zéro. (Comme décrit dans le chapitre 7, certaines personnes bénéficient d'une utilisation prolongée de doses minuscules lors de la dernière phase de retrait.) Chaque sous-étape pourrait durer quatre ou cinq jours, ou plus, en fonction de votre évaluation continue de vos progrès, idéalement, validé par rétroaction de votre médecin et d'amis ou de parents de confiance.

Comment Diviser réductions dose pendant la journée
Peut-être vous prenez des médicaments en doses fractionnées pendant toute la journée. Par exemple, vous pourriez prendre une dose le matin, à midi, et avant le coucher. Une façon de réduire ce type de consommation est d'utiliser la méthode de 10 pour cent de diminuer progressivement les doses du matin jusqu'à ce qu'ils soient éliminés; puis passer d'une manière similaire aux doses de midi et, finalement, aux doses de soirée.

Sinon, vous pouvez réduire la dose du matin lors de la première étape du procédé de 10 pour cent, puis réduire la dose à midi pendant la deuxième étape, puis réduire la dose du soir au cours de la troisième étape. Une fois ce cycle terminé, vous commencerez la quatrième étape avec une nouvelle réduction de la dose du matin, et ainsi de suite, jusqu'à ce que le retrait est terminé.

Parfois, il y aura des raisons évidentes de choisir la dose du matin ou le soir que le premier de réduire. Lorsque vous prenez des tranquillisants comme le Xanax ou Klonopin, par exemple, beaucoup de gens trouvent qu'ils se réveillent le matin dans un état d'anxiété ou de l'agitation en raison du retrait de la dose du soir précédent. Par conséquent, ils peuvent se sentir plus à l'aise début avec une réduction de la dose d'après-midi. D'autres peuvent trouver qu'ils deviennent trop endormi dans l'après-midi. Ils pourraient vouloir commencer par réduire cette dose. D'autres encore peuvent être préoccupés par la difficulté à dormir se ils arrêtent la dose du soir d'un tranquillisant. Dans ce cas, ils seraient bien avisés de commencer à réduire une dose qui est donné tôt dans la journée.

Il n'y a pas de règles absolues sur lesquelles des doses de réduire en premier. En général, cependant, vous devriez envisager d'abord de réduire la dose qui cause la plupart des effets secondaires, tels que la dose de l'après-midi qui vous rend trop endormi. Inversement, vous pouvez garder d'abord la dose qui semble vous aider le plus, tels que la dose du soir si vous souffrez d'insomnie.

Comment fraction individuelle doses
Pour suivre les étapes ci-dessus, vous pouvez avoir à utiliser des doses plus faibles que celles écrites sur votre ordonnance. Les médicaments psychiatriques viennent généralement dans les pilules de doses variables, tels que 200, 100, 75, 50 et 20 mg. Vous pouvez demander que votre pharmacien vous a fourni avec des pilules de différentes forces lorsque vous remplissez votre prescription, ou vous aider à déterminer quelles combinaisons de forces de pilules existants, vous devez utiliser pour diminuer la dose de plus près à 10 pour cent que possible. La plupart des pilules ont une fente qui leur permet d'être facilement divisées en deux; vous pouvez également acheter un dispositif de pilules, ce qui est disponible à de nombreuses pharmacies de coupe. Capsules, aussi, peuvent parfois être ouvertes et leur contenu divisés. Votre pharmacien peut vous informer sur les problèmes impliqués dans divisant vos pilules ou le contenu de vos capsules. Vous devriez également discuter de ce processus avec votre médecin.

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
flavie59



Messages : 14
Date d'inscription : 10/05/2016
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: CONSEILS POUR LE SEVRAGE DES ANTIDEPRESSEURS   Mer 11 Mai - 13:39

Bonjour,

J'aimerais parler à Michel. J'ai quelques questions.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: CONSEILS POUR LE SEVRAGE DES ANTIDEPRESSEURS   

Revenir en haut Aller en bas
 
CONSEILS POUR LE SEVRAGE DES ANTIDEPRESSEURS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» des personnes ont-elles des conseils pour ficher les cours???
» Histoire-géo et EPS: des conseils pour le choix de livres de prépa?
» Vos conseils pour les futurs 1ere bac
» liaison 3e-2nde GT : des conseils pour les élèves?
» conseils pour les repas de midi en extérieur ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Informations et entraide au sevrage des benzodiazépines et somnifères  :: sevrage des antidépresseurs :: informations sur les antidépresseurs et le sevrage des ads-
Sauter vers: