Informations et entraide au sevrage des benzodiazépines et somnifères

INFORMATIONS PSYCHOTROPES ET MEDICAMENTS, SEVRAGE DES PSYCHOTROPES, ENTRAIDE, LUTTE CONTRE LES PRESCRIPTIONS DE PSYCHOTROPES, INFORMATIONS SANTE, INFORMATION DES VICTIMES, MEDICAMENTS DANGEREUX...
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 19 ... 35, 36, 37, 38, 39, 40  Suivant
AuteurMessage
colas

avatar

Messages : 1611
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 67
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Dim 18 Juin - 23:47

julmood a écrit:


Que fait t-on de la neuroplasticité qu'on nous vend partout?! Y compris vieux..?! L'homéostasie?! Car on est censé se régénérer quand même !!!

Bon sinon moi j'ai repris à 10 mois et c'était ok. Donc au delà des 2 mois... parce que tu es quand meme le premier à dire que la neuroplasticité se bloque quand le cerveau est choqué trop fort. Et tout le monde s'accorde à dire que c'est en évitant de le choquer qu'on évite ça et donc que les récepteurs s'habituent doucement à moins de colle plutôt que de tout à coup zéro de colle alors qu'ils sont endormis et du coup ils ne repartent pas. Tu es d'accord non?
la neuroplasticité est la réparation
tu as repris à 10 mois et c'était ok, mais tu n'étais ni en adverse réaction ni en syndrôme grave où tu ne peux plus travailler, donc dans cette situation tu peux reprendre ou changer de molécule ou tripler les doses, tu as un soulagement,

le problème , c'est reprendre en adverse réaction ou en syndrôme prolongé handicapé incapable de travailler, tu n'étais pas concerné


pour la neuroplasticité, c'est un constat, on voit que certains se réparent en 9,18, 3 ans et sont fonctionnels en souffrant quel que soit leur passé, arrêt brutal ou yoyo

et puis il y a des personnes qui semblent figées en réparations, souvent incapables de travailler, et à 3 ans ils sont pires

alors la colle dans tout ça, je pense qu'elle ne joue pas grand chose, des récepteurs qui s'habituent ou pas, en fait le système réparateur est en arrêt et puis c'est tout(à 90% je pense, pas à 100%)
Revenir en haut Aller en bas
julmood



Messages : 119
Date d'inscription : 26/09/2015

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Dim 18 Juin - 23:57

Pouletto, c'est difficile à expliquer.. les attaques de panique c'est quand il y a un stress forcément mais c'est variable. Si c'est un jour où je sens une tension intérieure plus forte, un pas grand chose me déclenche le truc. Les sollicitations nerveuses favorisent grandement (ex: entrer dans un bar blindé où la musique est à fond et où il faut hurler pour se parler). Tu vois le genre Smile

Colas, oui théoriquement c'est ça. Après on retrouve beaucoup de nos symptomes chez les personnes en AF et chez nous et pour l'AF il est par exemple recommandé de suivre un programme de reprogrammation limbique ou de faire de l'EFT, comme pour nous donc au final ça revient un peu au même. Il y a aussi 3 vidéos sur le site de Monica qui explique le dysfonctionnement du système nerveux autonome impliqué dans le CFS, Fibromyalgie, etc.. et que Monica valide aussi comme dysfonctionnement initial chez nous. Bref il y a un lien avec les surrénales à chaque fois mais tout ça forme un tout.

Peux tu juste répondre à cette question si tu as une réponse :

- Normalement si on a un mieux avec progression positive de semaine en semaine à un moment en post sevrage.. il n'y a pas de raison que ça revienne en arrière ou regresse pour un prolongé non?!

Revenir en haut Aller en bas
colas

avatar

Messages : 1611
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 67
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Lun 19 Juin - 0:01

julmood a écrit:

Pour moi ça a été mieux quand j'ai commencé à travailler sur ce plan avec un programme précis. Essayer de chopper les bonnes heures de sommeil, etc.. car le sommeil c'est la clef numéro un pour moi. Et quand j'ai eu lâché ça, problème de dos et autres galères, stress et fatigue qui remontent, épuisement, rythmes biologiques perdu... bam ça va moins bien et retour de symptomes. C'est vraiment ce qui me questionne récemment depuis le retour de ces bouffées d'adrénaline qui me rendent dingue depuis 3 mois. Car en post sevrage quand on a un mieux à un moment, qu'on récupère de semaine en semaine.. ça veut dire que ça va pas empire et se bloquer en prolongé ensuite non?! Je te dis ça car moi ce qui m'a fait redescendre si je peux dire ça comme ça c'est le sommeil, le stress et tout les mécanismes liés aux hormones et glandes surrénales. D'ailleurs, tous mes symptômes sont liés à ça.. ??
d'abord avec les psychotropes il y a des hauts et des bas, donc c'est normal tes soucis
tant que tu vas travailler en souffrant un peu, tout va bien,
si tu n'arrives plus à aller travailler, là ça se complique, parce que dans ce cas tu as de sérieux problèmes et la suite ne se présente pas très bien
toi tu es dans le 1er cas, te casse pas la tête avec ceux qui ont eu moins de chances, t'as fait le sevrage standard, travaille un peu à ne pas trop stresser et dormir correctement, ai une vie saine, soit gentil avec ton corps et tout ira bien
ne focalise pas sur quelque chose que tu n'as pas
Revenir en haut Aller en bas
julmood



Messages : 119
Date d'inscription : 26/09/2015

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Lun 19 Juin - 0:13

Ouais le truc c'est que je travaille un ou deux jours par semaine seulement actuellement.. parfois ça passe bien, parfois c'est l'enfer donc je ne suis pas sur que je pourrais travailler chaque jour de la semaine vu que j'ai du temps pour souffler entre. Tout comme quand tu dis, si tu n'es ni en adverse reaction ni en syndrome severe tu peux reprendre et si tu es en adverse ou syndrome severe tu ne peux pas reprendre... je ne suis pas en adverse mais je ne suis pas certain de ne pas être en syndrome severe !

En fait concretement quand tu dis ne pas pouvoir aller travailler.. ça représente quoi?! Par exemple se taper 3h de transports aller-retour dans la journée et aller filer des cours à des jeunes en étant parfois complètement déchiré, la tête dans le cul à mort et parfois l'impression que t'arriveras pas au bout de la journée ça représente quoi?
Revenir en haut Aller en bas
colas

avatar

Messages : 1611
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 67
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Lun 19 Juin - 0:15

julmood a écrit:

Peux tu juste répondre à cette question si tu as une réponse :

- Normalement si on a un mieux avec progression positive de semaine en semaine à un moment en post sevrage.. il n'y a pas de raison que ça revienne en arrière ou regresse pour un prolongé non?!

il faut savoir que je n'ai pas la science infuse, alto non plus et Monica pareil
en plus nous sommes des personnes qui n'avons pas publié notre success story à part alto timidement
donc des personnes qui en savent beaucoup mais qui ne s'en sont pas sorties elle-mêmes, qui donnent des leçons à des personnes comment s'en sortir lol

le prolongé:en théorie c'est plus de 3 ans de sur place
pour savoir où te situer, une seule question, est-ce que tu vas travailler? si oui, tout va bien,si non, c'est mauvais signe bienvenue au club des handicapés des neurones, merci docteur de m'avoir aidé soulagé à une époque
mais même si tu ne vas pas travailler, il y a des personnes alitées 1 ou 2 ans, mais qui se réparent, se relèvent et à 5 ans travaillent

donc tout est relatif, il y a de tout, moi je vois que à part de la bonne angoisse, tu vis ta vie, donc pour moi, aujourd'hui tout va bien pour toi, ne te colle pas du stress nuisible et injustifié
Revenir en haut Aller en bas
colas

avatar

Messages : 1611
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 67
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Lun 19 Juin - 0:24

julmood a écrit:

En fait concretement quand tu dis ne pas pouvoir aller travailler.. ça représente quoi?! Par exemple se taper 3h de transports aller-retour dans la journée et aller filer des cours à des jeunes en étant parfois complètement déchiré, la tête dans le cul à mort et parfois l'impression que t'arriveras pas au bout de la journée ça représente quoi?
tant que tu es comme tu dis ce n'est pas un syndrôme prolongé,
le jour où tu restes chez toi, c'est pas bon, mais souffrir en post-sevrage dans les transports en n'étant pas bien n'est pas grave, il faut juste te calmer dans les transports, ne pas mettre de l'huile sur le feu, comprendre que tu as arrêté des cachets et que c'est normal que tu ai des manques, des rebonds qui vont finir par s'estomper, il faut te parler à toi-même, que tu es survolté parce que tu as bouffé une saloprie et que tu es accroc et que cela va passer, et c'est vrai que ton cerveau va se calmer et s'habituer avec le temps, c'est une question de temps, tu as la chance que tu te répares

la guérison c'est un pas en avant, deux en arrière, il y a donc régression pour pouvoir avancer
la réparation guérison n'est pas linéaire, il faut être moins bien pour bénéficier d'un pas de mieux définitif
au fur et à mesure, le pire est de moins en moins dur, donc on monte puisqu'on descend moins profond, il y a un gain à chaque fois
Revenir en haut Aller en bas
pouleto



Messages : 309
Date d'inscription : 12/04/2017

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Lun 19 Juin - 8:16

Encore une nuit da peine 3h hachurer avec reveil toute les heures je regrette plus que tout mon sevrage lent

Je commence a vraiment minquieter de faire une crise cardiaque apres 3 ans depuisement severe cest la logique du corps humain
Revenir en haut Aller en bas
colas

avatar

Messages : 1611
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 67
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Lun 19 Juin - 12:09

julmood a écrit:

Colas, oui théoriquement c'est ça. Après on retrouve beaucoup de nos symptomes chez les personnes en AF et chez nous et pour l'AF il est par exemple recommandé de suivre un programme de reprogrammation limbique ou de faire de l'EFT, comme pour nous donc au final ça revient un peu au même. Il y a aussi 3 vidéos sur le site de Monica qui explique le dysfonctionnement du système nerveux autonome impliqué dans le CFS, Fibromyalgie, etc.. et que Monica valide aussi comme dysfonctionnement initial chez nous. Bref il y a un lien avec les surrénales à chaque fois mais tout ça forme un tout.

c'est quoi AF ?

pour les reprogrammations limbiques EFT et geert et autres méditations:
pour apprendre le français, il faut un gars qui n'ai pas de problème
si le gars a mal à la tête il ne va pas apprendre ou max 1/100
si le gars est autiste tu peux toujours user ta salive
si le gars a pris de l'ecstasy(se rapproche des SRI) pendant des mois il ne va pas avancer

la méditation, les reprogrammations etc ne marchent que sur un corps sain, sur un malade c'est la galère
donc il faut d'abord désintoxiquer le corps(=se rapprocher de l'état moyen normal) avant de se lancer à le changer
essayer de modifier les réactions d'un corps sain au départ qui a modifié ses neurones par la pensée, le reverse par la pensée peut peut-être se faire en insistant
mais dans un corps  dont un poison a trop modifié les neurones physiquement, la pensée de reprogrammation ne pourra pas grand chose, le cerveau n'a plus les outils pour programmer, ils ont été cramés

tes surrénales n'ont pas été modifiées naturellement par de mauvaises interprétations du cerveau, mais par un acide, une colle, un vernis qui a cramé des récepteurs et contre lequel ton cerveau s'opposait dès le début et comme résultat tu as des détériorations, faire de l'EFT là-dessus est fatiguer la personne pour rien

c'est comme si on te donne un coup de marteau sur la tête et après tu n'arrives plus à écrire et qu'on te dit on va te faire de l'EFT pour te guérir
si tu as juste subit une trouille sévère dans la nuit, attaqué par trois voyous, l'EFT peut peut-être, parce que tu as subit une trouille psychique par ta pensée  de terreur

tout est là, pour faire chi.er quelqu'un avec l'EFT etc, il faudrait d'abord lui passer un test pour savoir si dans son état, son cerveau est en capacité de pouvoir se modifier par la pensée

mais nous on est dans un état comme un alcoolique qui ne marche plus droit parce qu'il a grillé des portions de systèmes, tu peux lui faire de  la reprogrammation limbique, tu ne lui fais que le fatiguer inutilement, il ne marchera plus droit
la neuroplasticité on en parle, mais elle a ses limites, le cerveau ne s'est pas conçu pendant des années pour faire face à des déluges de produits brûlants  et lui répare
il répare dans certaines conditions, et pas tout et pas chez tout le monde et pas à la même vitesse

donc quand on a bien récupéré, qu'on a de l'énergie, ensuite on peut passer à la reprogrammation sans garantie de succès, mais quand on souffre juste pour avancer, qu'est-ce que tu veux modifier dans la tête!!!

certains disent j'ai fait, mais ils n'ont aucune preuve que cela leur a donné des résultats

comme ceux qui vont chez le psychiatre pendant 10 ans, et quand on leur demande tu es guérit?ils disent non mais je me connais mieux, dit-il en gobant des pilules certifiées psychiatrie label

ce n'est pas parce que Monica a écrit des trucs et vidéos que c'est la vérité, que ça marche, c'est comme moi, j'écris des trucs mais de temps en temps je dis une connerie
elle n'a pas les clefs de la sortie du syndrôme, elle ne s'en est pas sortie, donc elle parle comme moi, elle n'en sait pas plus, ce qu'elle annonce n'a pas fait ses preuves, pareil pour moi, je cause mais je suis dans le trou, donc il faut toujours avoir un oeil critique, être méfiant avec ses histoires de surrénales par ci par là
je n'ai pas dit agressif, rejet débile, on peut réfléchir à nos conclusions, mais ne jamais prendre pour argent comptant, le cerveau et les pilules label psychiatrie est une science inexacte et ce n'est pas nous qui arriveront à en faire une science exacte, nous faisons de petites constatations vraies ou fausses et puis c'est tout
j'ai guéri combien de personnes, elle a guérit combien? rien du tout, c'est le cerveau des gens qui répare ou pas, et il y a des chanceux et des mal chanceux




Revenir en haut Aller en bas
colas

avatar

Messages : 1611
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 67
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Lun 19 Juin - 12:48

c'est quoi ce qui nous arrive avec les psychotropes

on ouvre un crane et chaque jour on verse 20 cl de vernis, ou d'acide ou d'eau de javel ou d'ecstasy ou d'antidépresseur ou benzo ou neuroleptique et au bout de 2 mois ou 4 ans ou 10 ans , on fait un sevrage, lent ou brutal ( ne change pas grand chose) et on constate que les adverses réactions et ceux qui ont pris 10 ans ont une petite partie des neurones crâmés et ne sont pas très nets

alors après certains disent un sevrage ultra lent et personne n'a de détériorations soi-disant, c'est trop beau pour être vrai

d'autres trouvent que c'est normal d'avoir des dégats en fonction de la durée et de la quantité ou de la réaction brutale d'une minorité à un produit extérieur agressif pour le cerveau

alors après l'arrêt, il y a un état des lieux, ils y en a qui sont ultra non fonctionnels, d'autres qui avancent comme des zombies et d'autres qui se portent pas si mal(souvent des jeunes qui n'ont pas été arrosés longtemps, on exclu les réactions adverses qui sont jeunes mais qui ont eu comme un accident grave exceptionnel rare)

puis les anciens sortent leurs théories, les nouveaux moins érudits lançant à mort que positiver  guérit , que l(Eft fazit des miracles, que tout le monde guérit etc

en fait tout le monde galère et le cerveau fait ce qu'il peut dans les différentes situations

mais on peut faire une constatation, c'est que les souffrances pour beaucoup ne durent pas une semaine des mois, mais des années d'handicap, aujourd'hui on a des connaissances qui en sont à plus de 12, 15 ans de souffrances  de post-sevrage,
il y a de quoi être désespéré , et quand on entend les nouveaux annoncer que la pensée  positive guérit, ou qu'on ne s'est pas remué comme d'autres, on n'a plus les mots pour répondre à ces imbéciles qui s'ignorent

en syndrôme grave prolongé handicapant ou adverse réaction il n'existe rien qui puisse aider, seul le temps et la capacité de son cerveau  à se rétablir compte, le reste est de la tisane
la seule chose qui m'ait aidé au bout de 9 ans bientôt, c'est le temps et mon cerveau avec ses petites modifications, la méditation et tous les leurres , je les ai arrêtés il y a longtemps, à la place j'essaye d'aller au super marché ou discuter avec des amis ou répondre sur les forums ou écouter des vidéos,  c'est mieux pour moi que de passer mon temps à travailler mon cerveau grillé


qu'est-ce que tu veux faire comme méditation, eft ou autre geert si , comme pouleto, le réflexe du coeur pulse mal le sang vers la tête
Revenir en haut Aller en bas
pouleto



Messages : 309
Date d'inscription : 12/04/2017

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Lun 19 Juin - 20:55

Je suis desesperer je souffre clairement dakathisie encore 3 ans apres je ne sais plus quoi faire

Ya til des medicament pour calmer sa ? Jmenfou den prendre a vie 3 ans dakathisie je peu pu vivre comme sa
Revenir en haut Aller en bas
colas

avatar

Messages : 1611
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 67
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Lun 19 Juin - 22:34

l'akathisie se transforme avec le temps, elle se modifie,devient plus physique que mentale, rien ne se perd, rien ne se créer, elle devient supportable et les crises s'estompent et font de moins en moins souffrir, cela demande des années, moi , pour moi elle s'est transformée, la souffrance mentale est partit dans mon corps physique et s'est diluée, c'est l"impression que j'ai, je l'ai toujours mais je vis avec et ne la remarque que rarement quand elle m'embête, je dirais presque que j'arrive à la dominer, c'est une image
donc tu attends comme les copains, ton cerveau fera le nécessaire
Revenir en haut Aller en bas
pouleto



Messages : 309
Date d'inscription : 12/04/2017

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 20 Juin - 7:32

Eleven10 va reprendre apres 4 ans de son arret brutal
Divalee arret rapide a 4.5 ans toujours pas normal apres arret rapide

Non moi jen peu pu je regrette plus que tout mon sevrage lent jorai ete fonctionnel et au moins conserver une vie sociale et professionnel et les minimums vitaux, j'ai complétement foutu ma vie en l'air en ecoutant ces cons de benzobuddies :'(:'(
Revenir en haut Aller en bas
pouleto



Messages : 309
Date d'inscription : 12/04/2017

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 20 Juin - 7:55

Citation :
Il y a aussi 3 vidéos sur le site de Monica qui explique le dysfonctionnement du système nerveux autonome impliqué dans le CFS, Fibromyalgie, etc.. et que Monica valide aussi comme dysfonctionnement initial chez nous. Bref il y a un lien avec les surrénales à chaque fois mais tout ça forme un tout.

les dereglement du systeme autonomes sont du au système limbique en vrac, et majoritairement a l'adrenaline, CFS, fibromyalgie, POTS, tout ceci est directement relié au surrenale et a ladrenaline

Monica cassani a surement fait des sevrages de merdes aussi avec tout ces médoc, rien de plus
Revenir en haut Aller en bas
pouleto



Messages : 309
Date d'inscription : 12/04/2017

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 20 Juin - 12:41

On va savoir leffet dune reprise apres 4 ans de post sevrage prolongé, eleven10 reprend sur survivingantidepressant.

Revenir en haut Aller en bas
colas

avatar

Messages : 1611
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 67
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 20 Juin - 14:44

pouleto a écrit:
Citation :
Il y a aussi 3 vidéos sur le site de Monica qui explique le dysfonctionnement du système nerveux autonome impliqué dans le CFS, Fibromyalgie, etc.. et que Monica valide aussi comme dysfonctionnement initial chez nous. Bref il y a un lien avec les surrénales à chaque fois mais tout ça forme un tout.

les dereglement du systeme autonomes sont du au système limbique en vrac, et majoritairement a l'adrenaline, CFS, fibromyalgie, POTS, tout ceci est directement relié au surrenale et a ladrenaline

Monica cassani a surement fait des sevrages de merdes aussi avec tout ces médoc, rien de plus

pour Monica, elle a été poly-droguée et cela ne pardonne pas, elle a fait un sevrage lent pendant des années, mais les dégats sont là, les psychotropes sont des toxiques nerveux qui freinent interrompent ou boostent les échanges à mort, ce qui donne un soulagement pendant un certain temps et on le paye souvent car les fonctionnements n'arrivent plus à fonctionner normalement, le sevrage lent n'étant qu'un paramètre parmi d'autres plus importants
Revenir en haut Aller en bas
colas

avatar

Messages : 1611
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 67
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 20 Juin - 15:31

pouleto a écrit:
On va savoir leffet dune reprise apres 4 ans de post sevrage prolongé, eleven10 reprend sur survivingantidepressant.

que ce soit eleven ou toi, si tu reprends, si ton cerveau l'accepte, là il y a une inconnue, on peut à tout moment retourner à la case départ, personne ne sait, tu l'avais dit toi-même que les psychotropes sont imprévisibles, personne ne peut savoir la réaction, tout peut bien se passer et à un moment donné tout éclate ou pas

ceci posé, sur des fonctions actuelles fausses, déréglées, certaines tournant à vide sans s'arrêter, sans un repos , lâchant du cortisol sans raison et sans fin, par exemple, mettre des hyper boostant ou hyper freinant là-dedans, substances extérieures dont l'organisme va tout faire pour les rejeter car elles ne viennent pas de lui, elles sont considérées comme ennemies, donc tôt ou tard tolérance,
et la suite, après avoir doublé le freinage ou accéléré les fonctions artificiellement, on va faire un sevrage lent dans l'espoir que le cerveau ne va plus faire tourner le cortisol sans fin en roue libre

mon opinion, cela ne va rien réparer, dans le meilleur des cas on aura la situation de départ, dans le plus mauvais une aggravation, donc un cortisol que le cerveau n'arrivera plus jamais à contrôler, et on se retrouve dans le cas de michael jackson qui ne dormait plus jamais et donc on l'anesthésiait artificiellement par des produits encore plus puissants qui n'ont jamais été fait pour ça et qui sont détournés, la médecine allopathique n'ayant rien d'autre à proposer, jusqu'à la mort un jour
Revenir en haut Aller en bas
pouleto



Messages : 309
Date d'inscription : 12/04/2017

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 20 Juin - 15:46

Le cortisol nest qun symptome dun corps qui est en hypervigilance

Un taux de cortisol revient a la normal quand le corps nest plus stresser

Si mon taux de cortisol est compmetment eclater cest parceque jai fait un sevragz de merde qui ma mis en panique agpraphobie terreur du matin au soir avec un corps qui nencaisse plus aucun stress a cause de recepteur gaba flingurt et ne dors plus. Pendant mon sevrage lent javais aucune alerte de danger a juste regarder la telé, ces symptomes de merde ne viennent quen sevrage brutal

Si tu prend une personne qqui na jamais pris de medoc tu le fou en panique 10 fois par jour et dormir 3h par nuit pdt 3 ans y finira pareil flinguer.

Revenir en haut Aller en bas
colas

avatar

Messages : 1611
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 67
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 20 Juin - 15:54

tu fais une obsession sur le sevrage lent qui t'aurait sauvé et qui sauvera ceux qui reprennent et les remettra normaux

sauf que sur tout ce que j'ai lu, ceux qui ont repris, cela n'a rien eu de miraculeux, je n'ai pas un exemple qui me vient à l'esprit, et pourtant je n'ai jamais été opposé à toute théorie et le sevrage est connu comme important pour minimiser le choc de la descente, les souffrances

mais dire qu'en sevrage lent il n'y a jamais ou presque de syndrôme prolongé et qu'un brutal mène au prolongé, je n'ai jamais pu le remarquer
j'ai vu des personnes qui partent en vrille et d'autres non, les deux faisant n'importe quoi

exemple des personnes sur doctissimo qui prennent du séroplex et disent qu'elles sont mieux pendant des années et d'autres comme toi qui choppent une forme d'akathisie après peu de consommation
il y a des personnes plus sensibles, qui réagissent très vite, brutalement, bien qu'on prenne le cachet quotidiennement, il y a la raison des métaboliseurs lent ou rapides, je n'ai jamais pu arriver à quelque chose sur ce sujet de métabolisme, cela me dépasse un peu, pas très sûr, clair, pas de preuves
Revenir en haut Aller en bas
pouleto



Messages : 309
Date d'inscription : 12/04/2017

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 20 Juin - 16:09

Evi 2 ans prolongé et voila ces symptpmes disparus apres 3 jours de reprise.


Citation :
S'agissant de mes symptomes, j'ai observé une disparition ou amélioration des symptômes suivants:
- agoraphobie, 
- la dépression,
- stress 
- vertiges,
- sentiment d'irréalité 
-dépersonnalisation, 
- palpitations cardiaques, 
-attaques de panique,
-explosion de colère 
- agressivité
-pensées obsessionnels 
- esprit embrumé
- douleurs articulaires
- sensation d'être une zombie
-décharge électrique dans les yeux
- perte d'appétit 
- fatigue, léthargie

Son sevrage se passe bien elle est retourner travailler et va rester fonctionnel en post sevrage comme tout ceux qui ont fait des sevrage lent en etant stable, mjp achimboldo sissi audrey corinne lorie et compagnie

Un arret brutal amene des symptomes qun sevrage lent namene pas et je le sais jai experimenter les 2
Revenir en haut Aller en bas
pouleto



Messages : 309
Date d'inscription : 12/04/2017

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 20 Juin - 16:11

Tu confond un syndrome prolongé lent qui a des symptomes residuels qui ne lempeche pas de vivre avec un syndrome prolongé sevrage rapide qui 9 fois sur 10 nest pas fonctionnel.
Revenir en haut Aller en bas
pouleto



Messages : 309
Date d'inscription : 12/04/2017

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 20 Juin - 16:12

Etre en syndrome prolonge apres un sevrage lent na rien de lhorreur dun syndrome prolongé dun arret brutal. Et ca il nya que le sevrage qui fait la difference
Revenir en haut Aller en bas
colas

avatar

Messages : 1611
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 67
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 20 Juin - 16:14

pouleto a écrit:
Le cortisol nest qun symptome dun corps qui est en hypervigilance

Un taux de cortisol revient a la normal quand le corps nest plus stresser

Si mon taux de cortisol est compmetment eclater cest parceque jai fait un sevragz de merde qui ma mis en panique agpraphobie terreur du matin au soir avec un corps qui nencaisse plus aucun stress a cause de recepteur gaba flingurt et ne dors plus. Pendant mon sevrage lent javais aucune alerte de danger a juste regarder la telé, ces symptomes de merde ne viennent quen sevrage brutal

Si tu prend une personne qqui na jamais pris de medoc tu le fou en panique 10 fois par jour et dormir 3h par nuit pdt 3 ans y finira pareil flinguer.

j'ai pris le cortisol comme exemple simple, sans plus, je suis d'accord sur ce que tu dis, alors dit moi la manip qui t'a fait basculer,
moi je pars sur le principe que tu es hyper sensible aux psychotropes dès le départ par rapport aux autres,le sérople--->tu réagis mal très vite, tu prends baclo, tu prends benzo , tu te retrouves aux urgences, un arrêt, un yoyo et tout éclate

alors on peut dire, c'est le yoyo, ou le benzo, ou le baclo, ou le séroplex qui a tout démarré, que ce soit l'un ou l'autre ou l'addition de deux phénomènes, le résultat est là, pourtant quand on compare ce que tu as fait avec Carole de Suisse ou Thérèse, elles ont fait pire que toi
mais toi tu as mal réagit dès le départ
donc ne plus faire de yoyo, ne plus rien prendre car tu supportes très mal

bon maintenant si tu avais repris à 7 mg ? et sevrage lent, est-ce que tu serais rétablit? les psychotropes étant imprévisibles je n'en sais rien et tu ne l'as pas fait
pour moi je pense que cela n'aurait pas marché, enlever un syndrôme prolongé ou une adverse reaction par un sevrage lent j'ai jamais vu, cela me parait tellement simple devant les dégats du cerveau dans le chaos que j'y crois pas, jamais entendu ça, quand t'es en vrille tu es dans le chaos nerveux et peux rien faire, ou alors aller en psychiatrie et se faire défoncer aux neuroleptiques en plus des autres, mais là tu ne vis plus, tu es un légume sans émotions, un mort vivant jusqu'à ce que l'akathisie te crêve et les dystonies et toutes les joyeusetés
le salut n'a jamais été dans la prise ou reprise de psychotropes, mon psychiatre m'a dit qu'ils ne guérissent rien, ils ne font que masquer les symptômes, et il a oublié de me dire les dégats des effets indésirables
Revenir en haut Aller en bas
pouleto



Messages : 309
Date d'inscription : 12/04/2017

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 20 Juin - 16:15

Je parle avec sissi qui est a 2 ans apres son sevrage lent et prolongé elle na aucun symptomes violent qui lempeche de civre marche 6km part en vacance et pourrait retourner travailler.

Pas de dpdr pas de pulsion suicidaire pas de peur irratiinelles pas dinsomnie etc mjp non plus achimboldo pareil audrey pareil corinne pareil les symptomes prolongés de ces gens sont des broutilles comparer au qyndrome prolongé dune personne en sevrage rapide
Revenir en haut Aller en bas
pouleto



Messages : 309
Date d'inscription : 12/04/2017

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 20 Juin - 16:21

Moi tout est parti en vrille après mon 2ème arret brutal.

1er arret brutal a 7mg c'etait la merde mais gérable a lepoque,

reprise a 6mg pendant une semaine et arret a nouveau brutalement du jours au lendemain alors que y'avais un léger mieu et qu'à ce stade reprendre a 7mg aurait surement marché si j'avais remonté direct comme pour beaucoup la reprise marche souvent 2 mois après.

Dejà après ce second arret brutal l'anxieté avait pris de plus forte proportion et je sentais que la c'etait pu pareil.

Alors pris de panique 1 semaine après je reprend 4.5mg a cause de la peur de pas avoir fini en sevrage lent avec en tete que si je reprend un peu et refait un sevrage lent sa atténuera les dégâts.

Après 3 jours à 4.5 mg je sens pas de différence et diminue direct 0.5mg, et a partir de cette diminution c'est partie en vrille. Puis inscription sur benzobuddies et on me dit d'arreter quoi qu'il arrive que de toute facon mes symptômes partiront aprés
Revenir en haut Aller en bas
colas

avatar

Messages : 1611
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 67
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 20 Juin - 16:23

pouleto a écrit:

Son sevrage se passe bien elle est retourner travailler et va rester fonctionnel en post sevrage comme tout ceux qui ont fait des sevrage lent en etant stable, mjp achimboldo sissi audrey corinne lorie et compagnie

Un arret brutal amene des symptomes qun sevrage lent namene pas et je le sais jai experimenter les 2
dans les noms que tu as cité tout le monde n'est pas sorti d'affaire, je ne peux te donner les noms pour raison privée, comme quoi internet tu es un pseudo derrière un écran tu as dit, c'est ça et tu ne sais que ce que les gens veulent bien dire, on peut peut mentir par omission, ne plus venir dire la suite, et tout le monde pense que tu as repris ta vie normale
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   

Revenir en haut Aller en bas
 
28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 36 sur 40Aller à la page : Précédent  1 ... 19 ... 35, 36, 37, 38, 39, 40  Suivant
 Sujets similaires
-
» bébé 4 mois et demi, sevrage tétine et sommeil
» La petite que j'accueille a 2 ans et 3 mois
» insomnie depuis 1 mois et demi: sevrage zoplicone
» apres 4 mois de by pass
» Le travail: c'est la santé?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Informations et entraide au sevrage des benzodiazépines et somnifères  :: sevrage des antidépresseurs :: syndrome prolongé de sevrage aux psychotropes / plus de trois ans et sevrages difficiles-
Sauter vers: