Informations et entraide au sevrage des benzodiazépines et somnifères

INFORMATIONS PSYCHOTROPES ET MEDICAMENTS, SEVRAGE DES PSYCHOTROPES, ENTRAIDE, LUTTE CONTRE LES PRESCRIPTIONS DE PSYCHOTROPES, INFORMATIONS SANTE, INFORMATION DES VICTIMES, MEDICAMENTS DANGEREUX...
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 13 ... 22, 23, 24 ... 31 ... 40  Suivant
AuteurMessage
pouleto



Messages : 309
Date d'inscription : 12/04/2017

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Jeu 20 Avr - 19:34

Tout comme tu as surement perdu 8 ans en ecoutant les autres aussi au final
Revenir en haut Aller en bas
colas

avatar

Messages : 1574
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 66
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Jeu 20 Avr - 20:08

pouleto a écrit:
Tout comme tu as surement perdu 8 ans en ecoutant les autres aussi au final

bon, puisque tu as fais tes observations et tes conclusions, et que c'est vrai, 8 ans de post-sevrage et je suis handicapé, je peux juste dire que je n'ai que les séquelles de l'akathisie, mais avec le syndrôme sec, la fatigue chronique, les douleurs, l'équilibre foiré etc
ce n'est donc pas brillant, je le concède
alors aurais-je dû reprendre et re-sevrer sur 2 ans, va savoir, c'est trop tard
donc comme tu as fait ton enquête, tu es prêt à tenter quelque chose en connaissance de cause
moi je ne sais pas conseiller quoi, je n'ai jamais fait, j'ai attendu 8 ans

Revenir en haut Aller en bas
Drogbatus

avatar

Messages : 1079
Date d'inscription : 15/04/2016

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Jeu 20 Avr - 20:12

colas a écrit:
Drogbatus a écrit:
Je vais assumer sevrage clinique poker pis sinon sui..de.
Je suis tt seul j'ai tt perdu pour maintenant tout le monde s'en tape de moi (famille amies compagne).
J'aurais préféré ne pas avoir d'enfants ce qui me fait chialer c'est pour eux 3 4 ans ils n'auront MM pas de souvenirs. C'est la vie le forum bleu ma tué  (c'est mon avis)

tu vas décourager un régiment de sénégalais

une épreuve dans la vie et tu lâches tout

14 mois dinssonie un sevrage lent impossible a mener si retard syñptomes(insomnie violentes) / duree du sevrage.

Je peix que le sevrer vite prier pour pas dev dautres símptomes et attendre dans la souffrance un retour hypithetique du sommeil.

Ja i tt perdu tout doncs a part tenter cela je vius plus de sokutions

Je crois que lon peut pas limaginer cest a vivre des insomnies totales qui durent des mois

Voila doncs ce que j gais faire virer les bzd et le baclo en clinique pius me laisser creve. Gest grave pauvres petites filles si ca marche pas
Revenir en haut Aller en bas
pouleto



Messages : 309
Date d'inscription : 12/04/2017

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Jeu 20 Avr - 20:27

colas a écrit:
pouleto a écrit:
Tout comme tu as surement perdu 8 ans en ecoutant les autres aussi au final

bon, puisque tu as fais tes observations et tes conclusions, et que c'est vrai, 8 ans de post-sevrage et je suis handicapé, je peux juste dire que je n'ai que les séquelles de l'akathisie, mais avec le syndrôme sec, la fatigue chronique, les douleurs, l'équilibre foiré etc
ce n'est donc pas brillant, je le concède
alors aurais-je dû reprendre et re-sevrer sur 2 ans, va savoir, c'est trop tard
donc comme tu as fait ton enquête, tu es prêt à tenter quelque chose en connaissance de cause
moi je ne sais pas conseiller quoi, je n'ai jamais fait, j'ai attendu 8 ans


Cest ce que je dis tes observations moi je nai pas fais les memes, les anciens qui disent que seul le temps guéri et compagnie ou ils sont ? C'est 2-3 clampin qui ont gueri par magie a 4-5 ans qui ont perpetré cette mode sur les forums et cest devenue une règle generale ?

Comme me dit le jeune de mon age a qui je parle sur facebook depuis 2014 et qui est a 5 ans de post sevrage : " cette connerie que seul le tempd guéri semble etre la plus grosse escroquerie jamais inventer dans cette communauté de merde "

Et je le rejoins apres avoir epluché absolument tout benzobuddies de fond en comble de A a Z chaque signature et historique des gens, ben cest simple sur la 30aine de personne là-bas jai du en voir seulement 2 guerir


Les 28 autres deambulent dans la partie syndrome prolongé en commençant a se poser les memes question

" ben merde jarrive a 3 ans jsuis toujour flingué cest bizard pourtant les gens mont dit que tout lmonde guerissait en 2-3 ans"

Ah ben merde soudainement tu trend compte que les 4 moderateurs principaux labas sont 4 femmes,
3 sevrage lent ashton avec reduction de 10% puis 5% sur la fin et gueri en moins de 2 ans post sevrage
Et la 4eme une qui a fait 3 arrer brutaux a la suite gueri en 3 mois de post sevrage qui du coup conseille a tout les nouveaux newbies qui ont cold turkey " ne reprend pas a 2 semaines cest trop tard laccute phase dure 3 moid jetais gueri a 3 mois et jetais un des pire cas ".

Et hop la personne se retrouve influencer et fais confiance, et se retrouve sur le forum prolongé 2-3-4 ans plustard.

Jai tout epluche jusquaux historique de conversation. La majorités des syndromes prolongé actuel benzobuddies sont des gens fraichment inscris apres arrer brutaux de moins de 1 mois et qui ont pas repris par peur de ce quon leur a fait croire labas que cetait trop tard alors que les modo ont fait ashton et nont aucune conaissance en matiere de cold turkey.

Mes observations colas cest que tu nas surement pas si bien observé que tu le crois
Revenir en haut Aller en bas
pouleto



Messages : 309
Date d'inscription : 12/04/2017

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Jeu 20 Avr - 20:39

Ya tellement peu de success story sur benzobuddies que une gonzesse en syndrome prolongé nommé " morreweg" bump ( ecris un message pour remonter le topic en premiee sur le forum ) toutes les anciennes success story qui date de 2010-2012 tout les mois comme pour que les newbies qui arrivent ne se rendent pas compte de la supercherie et que tout lmonde gueri peu importe la facon dont on se sevre.

Comme si cette gonzessz était remunerer pour faire sa et remonter constamment les anciennes success story.

Cest simple depuis 2014 je nais vu que 2 nouvelles sucess qtory. Tout les autres sont des anciennes qui remontent regulierement uniquement.

Je pousse lobservation la ou tu ne la surement pas poussź comme tu le vois jusqua me rendre compte de petot detail comme sa.

Alors mes conclusions a moi sont clairement differentes des tiennes et peut etre qun benzo pris a demie vie longue comme le lysanxia arreterait tes symptômes comme ils ont arretés les miens de mon arret seroplex et mont permus de retourner bosser pendant que tu reste handicape a ecouter une rumeur a la con que le temps guéri

Je suis sur que meme michel se rend compte de la supercherie maintenant et ny croit pu une seconde
Revenir en haut Aller en bas
pouleto



Messages : 309
Date d'inscription : 12/04/2017

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Jeu 20 Avr - 20:41

Jen connais un comme vous il est a 26 ans de post sevrage et est encore en train de faire la guerre sur ibternet apres avoir fait 3 arret brutaux tellemenr sa vie est misérable quil a rien dautre a foutre.

Cest ca que tapelle ecouter les anciens les pionnier qui sen sont sortis pour eclairer les newbies ?

26 ans de post sevrage et faire gober au newbies que tout lmonde gueri avec le temps ?
Revenir en haut Aller en bas
colas

avatar

Messages : 1574
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 66
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Jeu 20 Avr - 20:47

c'est vrai que les success story des prolongés je n'en ai pas vu beaucoup, peut-être aucun de vraiment sûr
par contre des cold turkey qui n'ont pas été en prolongé, il y a des success story
Revenir en haut Aller en bas
pouleto



Messages : 309
Date d'inscription : 12/04/2017

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Jeu 20 Avr - 20:53

Oui il y a des succes story cold turkey, mais si j'avais eu la lucidité a lepoque de ne pas ecouter cette conasse de moderatrice qui a gueri en 3 mois de post sevrage apres 3 CT me dire t'inquiète jetais pire cava passer. Mais plutot ecouter therese me dire remonte vite tu risque un syndrome prolongé.

Ben je serais pas la a te parler aujourd'hui sûrement.
Revenir en haut Aller en bas
pouleto



Messages : 309
Date d'inscription : 12/04/2017

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Jeu 20 Avr - 21:01

A chaque fois que je donnais les liens et exemple de personnes qui ont repris apres 6 mois jusqua 3 ans sur benzobuddies et qui se sont restabiliser, les modérateurs supprimaient immediatement mes messages en me dusakt comme motif que je navais pas a influencer les gens .

Alors quils sont les premiers a sauter sur les newbies qui viennent darriver en les harcelant a leur dires ne reprend surtout pas tu vas etre pire.

Ce forum cest clairement le cancer de tout les forum benzo et diriger par 4 salo,,,es qui se sont sevré tranquilmement facon ashton et qui laisse crever des centaines de personnes sans les eguillier
Revenir en haut Aller en bas
pouleto



Messages : 309
Date d'inscription : 12/04/2017

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Jeu 20 Avr - 21:49

3 ans de post sevrage je ne peux pas ecouter la musique trop fort dans ma voiture car sa me declenche un sentiment de peur de danxieté.

Peux tu m'expliquer a quel point cest ridicule de vivre comme sa a 29 ans 3 ans de post sevrage ?

C'est completment ridicule le temps dmon cul soigne quedal
Revenir en haut Aller en bas
colas

avatar

Messages : 1574
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 66
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Jeu 20 Avr - 21:53

tout ça est décourageant, j'ai dû mal à avaler que reprendre à 3 ans va améliorer et stabiliser

parce que un psychotrope n'a jamais rien guéri, il ne fait que masquer les symptômes un certain temps avec toute la cohorte de problèmes qui vont avec, comment va t'il arriver à réguler les récepteurs alors qu'il les a toujours détraqués
avec tous les prolongés que je connais, pourquoi aucun ne reprend, pourquoi Corinne ne reprend pas si c'est le salut? mes amies américaines ne reprennent pas, mon ami des chutes du niagara
et un ami qui faisait des ruminations et qui a été interné et donc a repris, pourquoi je n'ai plus de nouvelles depuis deux ans s'il est mieux?
pourquoi l'anglaise qui a fait un sevrage de 5 ans n'a plus jamais donné de ses nouvelles, pas de success story, alors qu'elle a fait des posts pendant 10 ans ou 14, me rappelle plus, elle a pris 4 ou 7 ans et ensuite sevrage 5 ans, puis un an en post-sevrage , plus de nouvelles alors qu'elle n'était pas guérie ?
pourquoi la femme qui après un post sevrage de 5 ans a repris, un mois après poste je suis tellement mieux, puis apparition des mois après sans un mot, puis disparue
Revenir en haut Aller en bas
pouleto



Messages : 309
Date d'inscription : 12/04/2017

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Jeu 20 Avr - 22:11

Jen sais rien surement parce qui sont traumatiser et ont eté laver du cerveau comme sur benzobuddies pour jamais reprendre parce ashton dit dans son bouquin que yz aucun interet a reprendre que tant quon est pas guerie cest que les récepteur ont pas repoussé.

Sauf quon est maintenant en 2017 et ce quashton ne savait pas a lepoque cest que mtn les gens restent 10 ans avec des symptomes et plus et qui partent pu

Jai parler avec des femmes en UK qui ont parle a ashton elle meme et dont une qui est celle qui a traduit ashton en français et ils ont modifier la version pour ne pas laisser apparaitre que les degat pouvait etre permanent car les gens avait peur.

Tu fais partie ainsi que corinne et tout tes amis de l'ancienne generation comme je te dis, moi des gens qui ont repris jen ai vu plein une sur benzobuddies apres 3 ans pouf en quelques jour redevenu normal

Evi forum therese apres 2 ans dhandicapé reprise et la elle est retourner bosser meme si cest pas le top au moins elle est pas handicapé chez elle et fonctionne et se sevre lentement tout en restant fonctionel

Jen ai vu d'autres reprendre et empirer, et cest des gens commme ta copine qui reprenait un cachet parci parla

Ou une autre qui a repris commençait a aller mieu et a fait nimporte quoi avec les doses en diminuant trop gros dun coup des ldebur puis yoyo et cetait fini

Comme moi

Le cas de louis pour moi jai meme pas limpression quil est en sevrage benzo tant il décrit aucun symptome de sevrage benzo. Jai rarement vu quelqun faire nimp avec ses doses comme sa et navoir aucun symptom typique des benzos musculaire sensoriel ou psycho.

De quoi vien son insomnie jen sais rien mais aucun symptomes de sevrage typique des benzos pour moi il fait partie de ceux qui les quitte sans soucis

Ma mere a pris 2 semaine de lexomil sous mes yeux pour lz décès de ma grd mere et arreter du jour au lendmain sans rien du tout
Revenir en haut Aller en bas
colas

avatar

Messages : 1574
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 66
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Jeu 20 Avr - 22:43

pour le lexo de ta mère, je crois que c'est 12 sem sevrage compris max, donc 2 sem , pourquoi pas

pour Louis, l'insomnie le travaille comme beaucoup, je pense que ce qui le tient c'est qu'il bouffe lysanxia plus baclo, il veut les enlever, et j'ai bien peur que là il parte très mal, sauf s'il remplace par deux autres

je suis d'accord qu'Ashton est vieux, mais on n'a pas tellement fait de nouvelles découvertes depuis cette époque

je suis de l'ancienne génération, tu as raison

mais des récepteurs qui n'ont pas repoussé en rebalancant le produit qui les as grillé, on va griller les restants

je vois pas la logique dans tout ça, et moi il me faut un minimum de logique, que je comprenne, sinon je ne peux me lancer dans une aventure pareille, elle m'a quand même démolit cette molécule, elle ne m'a pas retapé, pourquoi demain elle me retaperait

en plus, les 6 dernières années j'étais en tolérance et pire creshendo, c'était ou augmenter ou arrêter, car je n'étais pas bien dessus
et je me suis fais ch.er un an à l'enlever, j'ai quand même souffert

j'ai actuellement un ami de 73 ans qui est sous drogue depuis des années, je ne peux pas dire qu'il est en forme, il a des effets secondaires, on buvais un verre le soir quand je le rencontrais, 8 j que je ne l'ai pas vu, je l'appelle, il n'est pas très bien, donc cela ne m'enchante pas de me redroguer, ce sont tout de même de l'ecstasy coca ces cochonneries
Revenir en haut Aller en bas
colas

avatar

Messages : 1574
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 66
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Jeu 20 Avr - 22:55

franchement, quitte à reprendre, je préfère prendre de l'alcool, j'aime bien le vin sucré sauvignon je crois, bon je n'en bois plus parce que je ne supporte plus depuis le sevrage, au moins j'aurais du plaisir, et je serais prêt à faire des efforts pour m'habituer

parce que ces antidépresseurs et benzos, rien qu'à voir la boite, ça passe pas, c'est comme quand je croise un médecin, des envies de meurtre, donc je n'y vais plus, et ils n'ont pas bon gout, aucun plaisir, souffrance rien que de penser au dosage, seringue,
de la merde
quand j'allais chez le médecin, je l'aurais crevé, je me retenais, et ça a empiré, donc je n'y vais plus, je ne peux plus les voir, ils ont fait mon malheur, alors aller sourire pour avoir une boite, je peux pas, je fais un blocage,
Revenir en haut Aller en bas
pouleto



Messages : 309
Date d'inscription : 12/04/2017

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Ven 21 Avr - 7:31

Citation :

pour le lexo de ta mère, je crois que c'est 12 sem sevrage compris max, donc 2 sem , pourquoi pas

Rien sue cette phrase minterpelle et me fais encore plus me rendre compte qune fois encore jecoute quelqun qui semblait sy connaitre vraiment bien mais qui est encore deancienne génération et nobserve pas si bien que sa oour comprendre comment sa marche et croit encore que la durée de prise est un facteur determinant la dedans. Je me demande ce que tu lis quand tu dis que tu observe les forums

Parce que moi ce que jobserve cest que jai parler zvec des tonnes de personnes qui se retrouve niquŕ et en sevrage apres 1 semaine de xanax ou seulement 10 jours de benzo lambda.

Et cest pas de ladverse reaction cest du syndrome de sevrage pure et dure des l'arrêt

Cest piur sa que je parle uniquement genetique et pour pourcentage a la con. Si tu fais partie de cette communaité zoquer des les premiere pillule et remarque la dépendance ta seule issue cest simple cest un sevrage ashton

Sur benzobuddies une francais a seulelent pris 10 jour et a encore des symptomes 6 mois après qui ne partent plus.

Voila comment je me leve encore une journee de plus en constatant que rien nest partie rien ne change et je perd juste mon temps pour rien.

Quant au fait de reprendre qui diminue encore plus le nombre de récepteur, sa cest encore juste de la theorie a la con qui nest pas prouvé scientifiquement non plus.

Dans ce cas comment expliqué que les gens qui reprennent des années apres a une dose suffisante redeviennent normaux immédiatement ?

Et si le cerveau en détectant la drogue repoussait lui meme de nouveaux recepteurs ? Apres tout cest ce qui fait avec les receoteurs a glutamate quand on prend des benzos pour maintenir l'équilibre le cerveau creer de nouveau recepteurs a glutamate pour maintenir lhomeostasie

La ou les gens font ensuite n'importe quoi cest qui refond ub sevrage trop rapide une seconde fois et se pleignent que sa marche pas.

Evi a repris a 2 ans est retourné bosser et a deja diminuer 1/3 de sa dose en restant pareil. Refonctionnement des recepteurs morts et nouvelle homeostasie qui se fait en diminuant lentement
Revenir en haut Aller en bas
pouleto



Messages : 309
Date d'inscription : 12/04/2017

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Ven 21 Avr - 7:34

Je parle évidement dans des cas comme nous qui a la base etaient simple et pas polydroguer flinguer puisquon etait fonctionnel.

Le sevrage encore plus lent aurait sauvé ta peau et la mienne, ne serait ce rien quen ayant conserver notre sommeil ta fatigue chronique tu loublie.

Tu fais dormir nimporte qui qui a jamais prid de medoc de sa vie comme tu dors 4h par jour en debut de matinée avec reveil fréquent y fini ratatiner, ya pas vraiment de s
surprise la dedans

Revenir en haut Aller en bas
Shiki08



Messages : 207
Date d'inscription : 12/02/2015

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Ven 21 Avr - 11:45

Bonjour Colas, Jérôme,

quelques nouvelles, car y'a du nouveau pour moi

ma prise de sang pour la thyroïde montrait une hyperthyorïdie importante, une thyroïde qui travaille trop.
je remets les résultats:

TSH: < 0,005     normes labo: (0,27 - 4,20)

T4:  31  (13 - 21)
T3:  9,25  (3,50 - 6,90)

L'endocrino n'est pas étonnée de mes symptômes et du fait que je sois si maigre: elle m'a pesée, je fais 40 kilos pour 1m 59!!! j'ai donc encore maigri

mes symptômes à 13 mois de post sevrage, certains sont apparus et ont progressé depuis quelques temps (ceux avec une *):

- amigrissement, fonte musculaire
-déréalisation légère/ agoraphobie
-vision floue
- nausées très fortes *
- vertiges *
-étourdissements *
-oppressement, douleur thorax
- coeur qui cogne, qui s'emballe rien qu'en marchant et même au repos, palpitations très très fortes: de pire en pire
- migraines, douleurs derrière les yeux*
-diarrhées
- énervement *
- speed et par moments fatigue monumentale*
- pics d'angoisse....tout ça je n'avais pas!!


le nouveau c'est qu'on pensait que c'était dû à un surdosage de lévothyrox, et bien non, j'ai une maladie auto-immune, Basedow pour être précise, les résultats des anticorps sont parlants! l'endocrino me dit que je la couve depuis quelques mois, vu mes symptômes

donc là il ne s'agit plus d'une simple variation de TSH dû au sevrage/ post sevrage, tabac ou autre...mais d'une maladie qu'il faut traiter

je dois prendre un traitement qui freine ma thyroïde pour 18 mois, pas le choix, l'endocrino m'a dit que j'allais me sentir mieux dans quelques temps, que mon coeur allait retrouver un rythme normal, que j'allais regrossir...
elle m'a demandé si je voulais un bétabloquant car mon coeur s'emballe vraiment beaucoup, et j'avais peur d'un arrêt cardiaque...j'ai refusé, elle n'a pas insisté et m'a dit que de toute façon une fois l'hyper réglée tout allait rentrer dans l'ordre

depuis que j'ai baissé mon dosage de lévothyrox, je me sens mieux:

ce qui a disparu: nausées, migraines, douleurs derrière les yeux, vertiges, étourdissements

PAR BONHEUR: ma déréalisation est maintenant presque imperceptible
je me fais la remarque tous les jours, tiens c'est bizarre, c'est plus net, je me pose des fois la question: tiens je ne suis plus déréalisée?,je suis moins dans ma bulle, je me reconnais plus dans le miroir, j'ai plus confiance en moi...ou alors c'est que je vois moins flou, je ne sais pas...toujours est-il que je suis BEAUCOUP plus à l'aise dehors et pour parler aux gens

pour moi, ça ne fait aucun doute, ma déréalisation est due à un dérèglement hormonal
je parcours beaucoup les forums liés à la thyroïde/ surrénales et pas mal se plaignent d'être comme saoûle, étourdie, déréalisée...

à savoir si c'est l'AD, le sevrage qui m'a provoqué cette maladie auto-immune, je ne sais pas...peut être, mais ce type de maladie peut apparaître après un choc, un stress par exemple, la grossesse, l'hérédité rentre en compte aussi (mon père s'est fait enlevé un lobe de thyroide et ma mère opérée de nodule toxique)
en gros je cumule tous les facteurs pour qu'elle se soit déclenchée

et puis mes problèmes de thyroide ont commencé AVANT la prise de l'AD, c'est d'ailleurs ce qui a poussé mon médecin à me le prescrire, j'ai eu une "déprime" et quelques angoisses soudaines, sans raison...mais il est passé à côté de la thyroide ce connard

après réflexion je me dis que, peut être, si je n'avais pas ce pb de thyroide, j'aurai été une success story et qu'à quelques mois de post sevrage je n'aurais peut être plus de symptômes...

ceux que j'avais en sevrage (dépression, idées suicidaires...) sont partis, ceux qu'il me reste sont vraiment typiques d'une hyperthyorïdie

avec cette maladie, il y a rémission soit définitive, soit on rechute, mais maintenant que j'ai un suivi rigoureux, on pourra réagir plus vite

je suis contente d'avoir enfin un diagnostic précis, même si ça me fait un peu peur quand même

je vous donne de mes nouvelles bientôt, et ne vous oublie pas...

Shiki
Revenir en haut Aller en bas
colas

avatar

Messages : 1574
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 66
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Ven 21 Avr - 12:09

[quote="pouleto"]
Citation :


Rien sue cette phrase minterpelle et me fais encore plus me rendre compte qune fois encore jecoute quelqun qui semblait sy connaitre vraiment bien mais qui est encore deancienne génération et nobserve pas si bien que sa oour comprendre comment sa marche et croit encore que la durée de prise est un facteur determinant la dedans.  Je me demande ce que tu lis quand tu dis que tu observe les forums

Parce que moi ce que jobserve cest que jai parler zvec des tonnes de personnes qui se retrouve niquŕ et en sevrage apres 1 semaine de xanax ou seulement 10 jours de benzo lambda.

Et cest pas de ladverse reaction cest du syndrome de sevrage pure et dure des l'arrêt

Cest piur sa que je parle uniquement genetique et pour pourcentage a la con. Si tu fais partie de cette communaité zoquer des les premiere pillule et remarque la dépendance ta seule issue cest simple cest un sevrage ashton

Sur benzobuddies une francais a seulelent pris 10 jour et a encore des symptomes 6 mois après qui ne partent plus.


pour le lexo de ta mère, je disais que son cas est fréquent, des personnes qui prennent deux sem et arrêtent méthode médecin ou sec , cela arrive , ils ont juste un peu de vertige 2j et c'est bon
maintenant tu cites des personnes mal après 1 sem, pourquoi pas, s'ils réagissent mal

je viens d'entendre sur rfi un médecin qui poussait à la vaccination, aluminium non problème, que des milliers sont vaccinés sans aucun souci, et il avait dit que les problèmes pour quelques'uns sont le syndrôme fatigue chronique, cela m'a interpellé, moi, les youtubes que j'ai vus ce sont des jeunes qui ne marchent pas droit, se tordent en marchant avec des mouvements dans tous les sens, mais je n'ai pas trop approfondi,

entre l'adverse reaction et le syndrôme pur et dur, les 1es années, il est difficile de voir la différence, certains souffrent le martyr mais ça s'en va, alors que le syndrôme adverse ne régresse pas et est là à 3 ans, bien que certaines choses peuvent avoir disparu, et d'autres apparues, le seul constat est que à 3 ans on est toujours flingué donc c'est adverse,

alors la seule issue est le sevrage lent, ça, ce n'est pas prouvé car certains souffrent tellement plus dès qu'ils prennent leur dose que presque tous sont obligés de l'arrêter sec car dès qu'ils avalent c'est double folie, donc sevrage impossible avec une molécule qu'on ne peut plus introduire , ça c'est le syndrome reaction adverse, par contre, ceux dont ce n'est que le problème de sevrage dur, ceux-là peuvent faire un sevrage lent car le cerveau accepte la molécule

tu dis que tu aurais dû reprendre, tu ne l'as pas fait, cause benzobuddies
mais est-ce que tu étais en état de reprendre, la question était de savoir si ton cerveau accepterait de prendre la molécule ou si tu étais tombé en reaction adverse auquel cas impossible pour toi de reprendre et faire un sevrage lent, sauf en théorie
perso, comme tu es flingué à trois ans je dirais que tu es en reaction adverse et non en sevrage pur et dur, car dans ce dernier cas tu aurais récupéré une bonne partie
reaction adverse veut dire rejet de la chimie, surtout celle qui l'a provoquée, on ne peut plus gober, une augmentation de dose ou une diminution ne donne aucun soulagement, plus on bouge, plus c'est pire, la seule voie est de ne rien prendre et attendre que tout se calme,
il n'y a pas de sevrage lent possible dans un cerveau dans le chaos , on ne peut le toucher, d'où , nous anciens benzobuddies, on préconise de ne pas bouger pour pas aggraver

Revenir en haut Aller en bas
Shiki08



Messages : 207
Date d'inscription : 12/02/2015

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Ven 21 Avr - 12:21

Colas

je t'ai mis en dessous une copie d'un article qui me paraît très important dans ton cas, j'espère que tu prendras la peine de le lire

[quote="La thyroïde en question dans le diagnostic de la fibromyalgie.

A force de constater que bien des personnes diagnostiquées fibromyalgiques ont soit eu des résultats d'analyses pour la thyroïde dont les médecins n'ont pas vraiment tenus compte, car résultats dans les normes du laboratoire, ce qui satisfait bien trop souvent les médecins, ou soit que ces examens n'ont pas été fait du tout alors qu'ils sont recommandés par l'Académie de Médecine, ou soit ils n'ont pas été assez complets, je fais ici une petite mise au point.  Donc pour être bien sûr qu'en fait de fibromyalgie, il ne soit pas question d'une hypothyroïdie et/ou d'une thyroïdite d'Hashimoto qui je le précise donnent toutes les deux, les mêmes symptômes que la fibromyalgie, je vais donner quelques explications.  
Les examens de la thyroïde pour qu'ils soient complets, doivent comporter : TSH, T3L, T4L + anticorps antithyropéroxydase dit aussi anti TPO + les anticorps antithyroglobuline dit aussi anti TG.  La TSH : La nouvelle norme maximale internationale est fixée 2,5 UI/l depuis septembre 2004. Les laboratoires comme bien des médecins généralistes ou endocrinologues n'en tiennent pas compte. Certains laboratoires ont cependant fait un effort en diminuant la norme maximale à 3 ou 3,3 ou 3,5 au plus. Ce qui rapproche déjà un peu.  De plus, il est très important de savoir que la TSH même dans les normes du labo n'est pas significative à elle seule. La TSH est une hormone de l'hypophyse qui permet de stimuler la thyroïde pour qu'elle produise plus d'hormones ou au contraire, lui dire de ne plus en produire. La TSH n'a aucune activité en dehors de celle-là. La TSH peut aussi donner une indication erronée, puisque l'hypophyse a elle-même ses propres dysfonctionnements qui peuvent venir perturber les indications qu'elle donne. La TSH peut indiquer par exemple, une hyperthyroïdie, (elle sera basse), alors qu'en fait la personne va décrire des symptômes d'hypothyroïdie et les hormones d'ailleurs démontreront que c'est bien le cas, elles seront elles basses.  Les hormones : Les T4 sont une "réserve" d'hormones que la thyroïde fabrique en très grande quantité. Les T3 sont produites en très petite quantité par la thyroïde, la plus grosse part étant apportée par la conversion de la T4 ce qui se fait surtout par le foie, mais également toutes les cellules. Une petite partie de cette conversion est aussi obtenue par le cerveau, les intestins, les reins. La T4 n'est donc pas une hormone active mais elle peut induire certains symptômes dit hypers si elle est trop haute par exemple. Seule la T3 est vraiment active. Et si on veut quantifier son activité par rapport à la T4, elle 5 à 8 fois plus active que la T4.  La T3 est nécessaire à chaque cellule de notre organisme pour que cette cellule puisse jouer pleinement son rôle.  Les médecins, ont la fâcheuse tendance de dire que tout est correct à partir du moment où les résultats sont dans les normes du laboratoire. Effectivement on pourrait aussi le penser mais il n'en est rien du tout.  La TSH donc peut donner une mauvaise indication comme expliqué plus haut, mais aussi peut donner la tendance sans pour autant dépasser la norme du laboratoire. Car nous sommes tous et toutes différents et que notre hypophyse également peut fonctionner différemment. Donc les normes du laboratoire ne doivent qu'être indicatives mais pas être interprétées au chiffre près. Car en fait chacun d'entre nous à SES propres normes.   Une TSH qui est plus vers la minimale indiquera donc une tendance à l'hyperthyroïdie. Une TSH qui est plus vers la maximale indiquera donc une nette tendance à l'hypothyroïdie. Pour mieux comprendre le fonctionnement : Petit cours d'endocrinologie.  Mais ensuite, il faut tenir compte des hormones qui elles donneront vraiment la direction à suivre, ainsi d'ailleurs que les symptômes. Et là il faut tenir compte, si les T4 sont élevées et les T3 basses on est dans le cadre d'un hypo dite à T3. On peut avoir aussi l'inverse et là alors il s'agit d'une hyper à T3. Le problème est alors surtout la conversion qui n'est pas suffisante ou alors trop importante. On peut aussi avoir les deux hormones très basses sous la minimale ou supérieures à la minimale mais alors très proches. Exemple : normes labo : 2 à 4,4 et le résultat est de 2,3. Si un tel résultat est celui des T3, on peut alors considéré qu'on est ici face à une hypo. Et même si le résultat est dans les normes.  Je ne donnerais ici que les symptômes de l'hypothyroïdie ou maladie d'Hashimoto (ce sont les mêmes en fait), c'est surtout elle qui nous intéresse, puisqu'elle est la plus proche des symptômes décrit pour la fibromyalgie. Mais on peut retrouver une tendance avec une hyperthyroïdie, mais c'est beaucoup plus rare. Fatigue extrême Constipation Douleurs articulaires Douleurs musculaires Frilosité Prise de poids malgré une perte d'appétit Acouphènes Palpitations cardiaques (qui ne sont pas retrouvées uniquement en hyperthyroïdie) Cholestérol élevé Apnées du sommeil Diminution importante de la concentration intellectuelle Lenteur intellectuelle Perte fréquente de la mémoire proche État dépressif Crampes musculaires et orteils Syndrome sec Syndrome des jambes sans repos ou membres sans repos Chute des cheveux Ongles cassants et striés Insomnies Douleurs pharyngées (type angine) Il en existe bien d'autres mais ceux-ci sont les plus courants .  Les anticorps : Permettent de savoir si il y a ou pas la maladie d'Hashimoto qui est une maladie auto-immune. Le bilan hématologique montre alors aussi des lymphocytes élevés, mais pas toujours. La maladie comporte les mêmes symptômes qu'une hypothyroïdie qui peuvent donc être ressentis et ce même si les taux thyroïdiens donc TSH, T3L et T4L sont eux parfaitement dans les normes. La présence seule des anticorps l'un ou l'autre et encore à plus de raisons les deux, peut justifier les symptômes. Et donc il ne sera pas question ici de fibromyalgie mais bien de dysfonctionnement thyroïdien.  Donc si vous n'avez pas eu les examens complets cités plus haut, demandez-les à votre médecin. Si les résultats montrent effectivement des irrégularités, une échographie thyroïdienne devra être faite afin de vérifier si il existe ou pas la présence d'un goitre et de nodule(s).  Le traitement thyroïdien adapté devrait normalement très rapidement voir la plupart des symptômes diminuer voire même disparaître.  Attention toutefois, dans le cadre d'une hypothyroïdie et d'une maladie d'Hashimoto, on peut aussi très souvent trouver une insuffisance ou pire carrément une carence en vitamine D. Cette insuffisance ou carence va accentuer les symptômes de la dite fibromyalgie ou de la maladie thyroïdienne et surtout renforcer les douleurs. Un traitement substitutif permet alors d'améliorer la symptomatologie douloureuse et ceci sans l'aide de traitement type Lyrica  ou Cymbalta aux effets secondaires très nombreux et nocifs. Demandez à votre médecin un contrôle de cette vitamine D, trop souvent ignorée et pourtant à l'origine de bien des problèmes également."][/quote]

il ne te reste que des symptômes physiques qui t'handicapent beaucoup que tu appelles toi fibromyalgie, pourquoi ne fais-tu pas les analyses des hormones T3 ET T4, si tu en manques tu te retrouves avec les symptômes que tu décris, un traitement comme le lévothyrox pourrait te faire retrouver une qualité de vie certaine
ce n'est pas un psychotrope, ça pallie ton manque d'hormones

le problème c'est que tu ne veux plus faire d'analyses, c'est dommage je trouve, car tu passes peut être à côté d'un mieux être


j'espère que tu auras pris le temps de le lire, même si la mise en page est compacte, désolée...

en tout cas je voulais te remercier d'être toujours là pour nous  Wink

Shiki
Revenir en haut Aller en bas
colas

avatar

Messages : 1574
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 66
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Ven 21 Avr - 12:27

shiki

tu prends levothyrox, tu as des troubles

tu dis tu baisses, tu es mieux

puis basedow, c'est pas induit par levothyrox? , parce que toucher les hormones avec levothyrox va changer tout le reste

méfie-toi, ils te donnent du levo , tu as des troubles
on diminue, les troubles disparaissent
maintenant on va te basedower, qui vont donner de nouveaux troubles, donc nouvelle maladie et hop nouveau traitement
et on se retrouve à médicaliser les effets secondaires du précédent médicament dans une spirale sans fin

il ne faut plus rien prendre, puis après un certain temps on fait des mesures, et  si basedow, ok, traitement

moi c'est ce que j'ai compris, et je me méfie des médecins et de leur incompétence
parce que avant le traitement levothyrox, ils ne t'ont pas dit basedow, maintenant c'est sûr...
pourtant tout cela est mathématique et se mesure par des analyses
donc t'as bouffé trop de levothyrox !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Shiki08



Messages : 207
Date d'inscription : 12/02/2015

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Ven 21 Avr - 12:34

non colas si j'avais bouffé trop de lévothyrox, je serai en surdosage, qui induit les mêmes symptômes qu'une hyper

il suffirait de baisser le médoc pour aller mieux

or c'est ce que j'ai fait, j'ai diminué le lévo après mon accouchement, pourtant mes hormones ne font que monter malgré ça, mes symptômes s'aggravent, et mes anticorps aussi
si anticorps élevés = maladie auto-immune, c'est pas la même histoire

il faut la traiter, les anticorps ne redescendront pas tout seuls, c'est impossible

il est possible d'avoir la maladie pendant un temps mais que les analyses ne montrent rien, et puis les anticorps se réveillent
Revenir en haut Aller en bas
Drogbatus

avatar

Messages : 1079
Date d'inscription : 15/04/2016

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Ven 21 Avr - 12:42

pouleto a écrit:
Jen sais rien surement parce qui sont traumatiser et ont eté laver du cerveau comme sur benzobuddies pour jamais reprendre parce ashton dit dans son bouquin que yz aucun interet a reprendre que tant quon est pas guerie cest que les récepteur ont pas repoussé.

Sauf quon est maintenant en 2017 et ce quashton ne savait pas a lepoque cest que mtn les gens restent 10 ans avec des symptomes et plus et qui partent pu

Jai parler avec des femmes en UK qui ont parle a ashton elle meme et dont une qui est celle qui a traduit ashton en français et ils ont modifier la version pour ne pas laisser apparaitre que les degat pouvait etre permanent car les gens avait peur.

Tu fais partie ainsi que corinne et tout tes amis de l'ancienne generation comme je te dis, moi des gens qui ont repris jen ai vu plein une sur benzobuddies apres 3 ans pouf en quelques jour redevenu normal

Evi forum therese apres 2 ans dhandicapé reprise et la elle est retourner bosser meme si cest pas le top au moins elle est pas handicapé chez elle et fonctionne et se sevre lentement tout en restant fonctionel

Jen ai vu d'autres reprendre et empirer, et cest des gens commme ta copine qui reprenait un cachet parci parla

Ou une autre qui a repris commençait a aller mieu et a fait nimporte quoi avec les doses en diminuant trop gros dun coup des ldebur puis yoyo et cetait fini

Comme moi

Le cas de louis pour moi jai meme pas limpression quil est en sevrage benzo tant il décrit aucun symptome de sevrage benzo. Jai rarement vu quelqun faire nimp avec ses doses comme sa et navoir aucun symptom typique des benzos musculaire sensoriel ou psycho.

De quoi vien son insomnie jen sais rien mais aucun symptomes de sevrage typique des benzos pour moi il fait partie de ceux qui les quitte sans soucis

Ma mere a pris 2 semaine de lexomil sous mes yeux pour lz décès de ma grd mere et arreter du jour au lendmain sans rien du tout

Dsl Jérôme mais mes insomnies sont apparu à la première diminution du lysanxia !
Enfin en premier à cause du balco donc theralene ect


Dernière édition par Drogbatus le Ven 21 Avr - 14:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
colas

avatar

Messages : 1574
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 66
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Ven 21 Avr - 12:52

merci pour le texte Shiki

moi sur 13 ans de pilule du bonheur, 6 se sont à peu près bien passés, puis j'étais 6 ans en tolérance creshendo où j'avais les troubles qui ont éclaté plus tard, mais qui étaient masqués par le demi cachet que je prenais, je n'ai jamais voulu augmenter ou changer ma dose, je vivais zombie
quand j'ai enlevé le cachet, toutes les modifications hormonales, n'ayant plus leur cachet se sont développés, là-dessus les maladies auto-immunes ont fait leur lit, de toute façon, plus rien ne marchait normalement, donc une thyroide ou autre connerie
à l'époque j'allais chez le médecin pour mes doses et j'ai été forcé de demander ce qu'elle pensait de mon problème de côte flottantes, elle ne voulait rien dire, toujours entretenir le mystère, comme ça ils font de moi ce qu'ils veulent, je me suis fâché une fois, elle a voulu me mettre à la porte, ils n'aiment pas qu'on découvrent qu'ils nous droguent pour rien , pour leur sous
donc elle m'a sorti: ostéoporose
j'ai compris leur niveau, ce sont des criminels de merde qui te font la comédie et qui ne pensent qu'à leur pognon 28 euros la visite
j'ai eu deux médecins dans ma vie, empaffés les deux, l'un m'a mis sur le déroxat pour rien et m'a gâché ma vie et l'autre a continué
et c'est moi seul contre tous qui a arrêté
donc ils sont dangereux, alors on en a besoin pour accoucher etc, oui, mais faut faire attention aux vaccins qu'ils prescrivent, aux statines contre le cholestérol inutiles et ...
je préfère crever avec mon basedow
Revenir en haut Aller en bas
colas

avatar

Messages : 1574
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 66
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Ven 21 Avr - 13:04

Drogbatus a écrit:


Dsl Jérôme mais mes insomnies sont apparu à la première diminution du lysanxia !

il y a peut-être une explication théorique, mais non garantie

on donne le lysanxia pour dormir, comme le xanax etc

donc cela veut dire que l'on a remarqué que cette molécule agit sur le sommeil

donc rien d'étonnant qu'elle ait agit sur le sommeil, et comme je l'avais expliqué

on a constaté que si quelqu'un prend un AD et n'a rien, il risque de développer une dépression chimique induite
que si quelqu'un prend un benzo et n'a pas d'angoisse, il risque de développer des paniques monstres
et dans notre cas de l'insomnie, et une fois installée, comment l'enlever, déjà on sait que plus longtemps elle est installée plus elle sera dure à dégager, cela s'appelle la chronicité, à vie
j'en sais quelque chose, j'ai plusieurs problèmes induits chroniques, j'en suis à 8 ans
Revenir en haut Aller en bas
Shiki08



Messages : 207
Date d'inscription : 12/02/2015

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Ven 21 Avr - 13:13

merci pour le texte Shiki moi sur 13 ans de pilule du bonheur, 6 se sont à peu près bien passés, puis j'étais 6 ans en tolérance creshendo où j'avais les troubles qui ont éclaté plus tard, mais qui étaient masqués par le demi cachet que je prenais, je n'ai jamais voulu augmenter ou changer ma dose, je vivais zombie quand j'ai enlevé le cachet, toutes les modifications hormonales, n'ayant plus leur cachet se sont développés, là-dessus les maladies auto-immunes ont fait leur lit, de toute façon, plus rien ne marchait normalement, donc une thyroide ou autre connerie à l'époque j'allais chez le médecin pour mes doses et j'ai été forcé de demander ce qu'elle pensait de mon problème de côte flottantes, elle ne voulait rien dire, toujours entretenir le mystère, comme ça ils font de moi ce qu'ils veulent, je me suis fâché une fois, elle a voulu me mettre à la porte, ils n'aiment pas qu'on découvrent qu'ils nous droguent pour rien , pour leur sous donc elle m'a sorti: ostéoporose j'ai compris leur niveau, ce sont des criminels de merde qui te font la comédie et qui ne pensent qu'à leur pognon 28 euros la visite j'ai eu deux médecins dans ma vie, empaffés les deux, l'un m'a mis sur le déroxat pour rien et m'a gâché ma vie et l'autre a continué et c'est moi seul contre tous qui a arrêté donc ils sont dangereux, alors on en a besoin pour accoucher etc, oui, mais faut faire attention aux vaccins qu'ils prescrivent, aux statines contre le cholestérol inutiles et ... je préfère crever avec mon basedow a écrit:

ok je respecte ton point de vue, je n'insiste pas...

je préfère crever avec mon basedow" a écrit:

moi j'ai pas envie de crever, j'ai 2 bébés de 1 an que je veux voir grandir!!! et j'ai envie de vivre...et bien!

t'as quand même le don pour mettre le doute Razz , j'espère que tu ne prendras pas mal ma remarque c'est pas méchant...

depuis hier j'ai arrêté le lévo, je vais peut être attendre un peu pour prendre le traitement freinateur (j'aurais dû le prendre ce matin), et voir ce que cela donne pour les anticorps dans quelques temps...je vais quand même pas mal angoisser d'ici là
mais surtout je vais me renseigner sur la possibilité de développer une basedow à cause du lévothyrox

à bientôt
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   

Revenir en haut Aller en bas
 
28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 23 sur 40Aller à la page : Précédent  1 ... 13 ... 22, 23, 24 ... 31 ... 40  Suivant
 Sujets similaires
-
» bébé 4 mois et demi, sevrage tétine et sommeil
» La petite que j'accueille a 2 ans et 3 mois
» insomnie depuis 1 mois et demi: sevrage zoplicone
» apres 4 mois de by pass
» Le travail: c'est la santé?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Informations et entraide au sevrage des benzodiazépines et somnifères  :: sevrage des antidépresseurs :: syndrome prolongé de sevrage aux psychotropes / plus de trois ans et sevrages difficiles-
Sauter vers: