Informations et entraide au sevrage des benzodiazépines et somnifères

INFORMATIONS PSYCHOTROPES ET MEDICAMENTS, SEVRAGE DES PSYCHOTROPES, ENTRAIDE, LUTTE CONTRE LES PRESCRIPTIONS DE PSYCHOTROPES, INFORMATIONS SANTE, INFORMATION DES VICTIMES, MEDICAMENTS DANGEREUX...
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 21 ... 38, 39, 40
AuteurMessage
colas

avatar

Messages : 1610
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 67
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 7 Mar - 18:47

d'après ce que j'ai lu, moi n'ayant pris que des antidépresseurs, déroxat et citalopram
il paraitrait que le plus dangereux serait l'antidépresseur avec ses effets  2 semaines après, 3 mois après, 1 an après
beaucoup qui ont pris des ads disent après l'arrêt, ça va, et boum , 6 mois après cela ne va plus du tout ou 1 an
pour l'effet des ads, il faut souvent attendre 3 semaines, voire deux mois
alors que pour le benzo, c'est immédiat
par contre, le syndrôme prolongé serait grosso modo pareil

cela pour dire que si ça se trouve, c'est le séroplex qui s'est déclenché avec du retard chez toi et non la suite qui est devenue secondaire
Revenir en haut Aller en bas
benzohell



Messages : 601
Date d'inscription : 20/11/2016

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 7 Mar - 19:44

colas je te repete que mon etat a empiré quand j'ai repris, je bossais a plein temps avec des symptômes plus que gérable, je ne pensais meme pu au seroplex j'etais stabilisé sous benzos, sa faisait 2 ans que j'avais arreté le seroplex, meme après mon arret brutal benzos je me sentais encore fonctionel je faisais 10km a velo, j'avais mes premières fenetre de realité 10 jours après l'arret. puis sa s'est corsé a 2 mois de post sevrage avec une première vague qui m'a surpris et j'ai flipé et j'ai repris.

Puis à cette reprise j'ai repris 4.5mg, je suis resté comme sa 3 jours au lieu de me stabiliser au moins 2 semaines, j'ai directement diminué au bout de 3 jours en ayant peur des nouveaux symptômes, et c'etait foutu tout a explosé.

Il n'y a pas de coincidence tout est très clair, reprise d'une dose insufisante, pas de stabilisation, reduction après 3 jours, le coktail parfait de yoyo pour faire peter les plombs a mes récepteurs.

A la limite je pense même que mon arret brutal se serait bien passé si je n'avais pas repris et plus toucher à rien vu les premières fenetre que j'avais
Revenir en haut Aller en bas
colas

avatar

Messages : 1610
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 67
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 7 Mar - 22:34

donc si j'ai bien compris, tu as fait 2 mois de post-sevrage, une vague arrive, tu reprends et au bout de 3 j tu arrêtes

un yoyo comme tu dis
je sais qu'un yoyo peut déclencher un syndrôme, c'est toujours déconseillé
à moins d'être couvert par un autre psychotrope, auquel cas cela passe
Revenir en haut Aller en bas
benzohell



Messages : 601
Date d'inscription : 20/11/2016

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mer 8 Mar - 2:38

Jai arrêter 2 mois 7 mg

Repris apres 2 mois 6mg pendant 5 jours avec un mieux mais arrêter parceque j'avais peur de la reprise

Repris 1 semaine apres a 4.5mg sans réel mieu ( dose trop petite ) puis rediminution direct apres 3 jour sans aucune stabilisation et la a ce moment les symptomes explosent, puis sevrage de 0.25 ou 0.5 tout les 9 jour pendant 3.5 mois et de pire en pire.

Je minscris sur beneobuddies qui me dit que je suis en reaction paradoxale que je doid me seuvrer coute que coute que tout le monde guerid en 6-18 mois peu importe la methode de sevrage alors que j'aurais du ecouter Thérèse et remonter ma dose et me stabiliser

Et voila commrnt je me suis retrouver embarquer et mal conseiller par ces fils de pute .

Sa parait pas un yoyo si violent que sa en ne representant qun ecart de 2.5mg par rapport a la dose d'arrêt mais cest bien connu que le moindre chgmt peu foutre une merde monumentale et que la stabilisation est la clé

Comment jai pu etre aussi con pour ruiner mon sevrage come sa dun coup apres 1 ans qui se passait bien ? Pourquoi jai fait sa ? Je narrete pas de pleurer jai detruit mon cerveau moi meme SadSad

Je me degoute moi meme jai tout perdu inutilement alord que je travaillais et tout se passait bien et que je conaissaus ashton parfaitement
Revenir en haut Aller en bas
benzohell



Messages : 601
Date d'inscription : 20/11/2016

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mer 8 Mar - 8:54

Jme sens crever la fin est proche mon corps trop faible na pas pu encaisser le choc de cet arret brutal de merde ce stress intense non stop et 3 ans d'insomnies cetait le coktail parfait pour crever et flinguer son corps

Je sens l'hospitalisation arriver a grand pas je ne peux presque pu sortir de mon lit comme si je me paralysais

Mon dieu je naid que 29 ans et je suis deja presque mort
Revenir en haut Aller en bas
Shiki08



Messages : 207
Date d'inscription : 12/02/2015

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mer 8 Mar - 11:04

Salut Jérôme

je ne sais pas quoi te dire, à part de reprendre une molécule semblable pour atteindre progressivement une forte dose, te stabiliser longtemps pour récupérer un peu, et envisager un sevrage...

tu continues toujours le norset?

hier je me suis documentée sur la déréalisation
je vais essayer de mettre en place des "actions" pour tenter de la faire partir

Premièrement: diminuer le café et arrêter la clope

beaucoup disent qu'il faut stopper le café car ça entretient l'anxiété et donc la déréa
j'ai l'impression que c'est mon cas, je bois toujours du café, il m'arrive certains jours d'en boire jusqu'à 6 tasses avec la cigarette qui va avec Mad
ma conso de clopes s'est d'ailleurs envolée Mad  j'ai peur aussi pour mon coeur!! tout ça entretient un fond d'anxiété, un cercle vicieux mais je n'arrive pas à me faire violence pour arrêter, je recule l'échéance chaque jour...il va falloir que je le fasse

- Deuxio: porter mes lunettes tout le temps, et non plus seulement devant les écrans
                  faire travailler les muscles de mes yeux, par des exercices (orthoptie)

j'ai des lunettes de repos que j'utilise pour lire, regarder la tv, l'ordi, car problème d'accommodation, vue floue brouillée, pourtant 10/10 aux 2 yeux (confirmé hier par mon ophtalmo)
avez-vous la vue floue aussi?

un type qui a fait une vidéo sur la DP/DR dit que si on a des problèmes de vue floue cela peut engendrer la déréa
c'est mon cas, ma vue brouillée est apparue avant la déréa, elle a certainement contribué à son apparition et son aggravation,

- quand je concentre ma vue sur quelque chose, que je force sur mes muscles pour qu'ils accommodent, la réalité m'apparait plus vraie...malheureusement je ne peux pas le faire plus de quelques secondes  Mad  
- de même, l'impression de déréa est moins forte tôt le matin et en soirée, quand la lumière du jour disparait, qu'il fait plus sombre
 quand je sors à la lumière du jour, voile beaucoup plus intense devant les yeux, déréa plus intense



Troisièmement : travailler sur ce fond d'anxiété (dans le cas où ma déréa serait due à un stress prolongé et non un pb mécanique)


faire un peu de sport, 2 séances de natation par semaine, tranquilles, à mon rythme...pour me relaxer

j'ai RDV jeudi avec une psychologue qui pratique la TCC et qui connaît bien ce problème, parler ne peut pas me faire de mal

la semaine prochaine je vois également un magnétiseur avec qui j'ai longuement parlé, elle me prévoit une séance de plus de 2h, elle a été honnête et ne me garantit pas la "guérison" (ah bon? Laughing ) mais elle va travailler sur le rééquilibrage des énergies...là encore je pense que ça va m'aider, surtout pour mes pbs de thyroïde

mon sevrage a été un traumatisme qui a duré de longs mois, des symptômes atroces, des peurs pour tout alors que j'étais enceinte de jumeaux ma 1ère grossesse , j'ai coupé les ponts avec ma mère à la même période alors que j'avais une relation fusionnelle mais toxique, un problème de thyroîde est apparu (avec risque d'exophtalmie comme une épée de Damoclés (yeux qui sortent de leur orbite, globuleux affraid )

je crois que c'est cette peur d'être défigurée à cause de mes yeux que mon cerveau m'a pas supporté, je me suis coupée de cette réalité trop insupportable, ça a été une horreur, je regardais sur le net des photos de personnes atteintes d'exophtalmie, complètement défigurées et j'ai vécu de longs mois en pensant à ça tous les jours, à me regarder dans le miroir pour voir si mon regard avait changé...alitée à cause de ma grossesse, à ruminer encore et encore ce scénario catastrophe, pétrifiée d'angoisses!!

tous ces évènements traumatisants m'ont causé cette déréa, je crois me souvenir qu'elle est apparue pendant ma grossesse, j'en avais eu peu après mon 2ème sevrage, très forte, qui avait disparu...maintenant elle est là tout le temps, pas très intense mais elle me gâche la vie quand même, quand je me regarde dans le miroir, je ne me sens pas 'incarnée", je suis là sans être là, je suis mal dehors, j'ai l'impression que cela se voit, je vois tout à travers une vitre, spectatrice de ma vie et de celle des autres...

il y des femmes aussi qui disent que leur déréa est apparue pendant ou quelques mois après leur grossesse, il s'agirait alors d'un problème hormonal au niveau de l'axe hypothalamo-hypophysaire...

voilà ce que je compte mettre en place, je ne sais pas si ça va porter ses fruits...mais après une période où je me laissais aller, j'ai décidé de faire quelque chose pour ne pas rester comme ça

j'espère que je ne vous ai pas bassinés avec mes histoires Very Happy

à bientôt

Shiki
Revenir en haut Aller en bas
colas

avatar

Messages : 1610
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 67
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mer 8 Mar - 13:22

Shiki08 a écrit:


Troisièmement : travailler sur ce fond d'anxiété (dans le cas où ma déréa serait due à un stress prolongé et non un pb mécanique)[/b]

faire un peu de sport, 2 séances de natation par semaine, tranquilles, à mon rythme...pour me relaxer

j'ai RDV jeudi avec une psychologue qui pratique la TCC et qui connaît bien ce problème, parler ne peut pas me faire de mal

la semaine prochaine je vois également un magnétiseur avec qui j'ai longuement parlé, elle me prévoit une séance de plus de 2h, elle a été honnête et ne me garantit pas la "guérison" (ah bon? Laughing ) mais elle va travailler sur le rééquilibrage des énergies...là encore je pense que ça va m'aider, surtout pour mes pbs de thyroïde

mon sevrage a été un traumatisme qui a duré de longs mois, des symptômes atroces, des peurs pour tout alors que j'étais enceinte de jumeaux ma 1ère grossesse , j'ai coupé les ponts avec ma mère à la même période alors que j'avais une relation fusionnelle mais toxique, un problème de thyroîde est apparu (avec risque d'exophtalmie comme une épée de Damoclés (yeux qui sortent de leur orbite, globuleux affraid )

je crois que c'est cette peur d'être défigurée à cause de mes yeux que mon cerveau m'a pas supporté, je me suis coupée de cette réalité trop insupportable, ça a été une horreur, je regardais sur le net des photos de personnes atteintes d'exophtalmie, complètement défigurées et j'ai vécu de longs mois en pensant à ça tous les jours, à me regarder dans le miroir pour voir si mon regard avait changé...alitée à cause de ma grossesse, à ruminer encore et encore ce scénario catastrophe, pétrifiée d'angoisses!!

tous ces évènements traumatisants m'ont causé cette déréa, je crois me souvenir qu'elle est apparue pendant ma grossesse, j'en avais eu peu après mon 2ème sevrage, très forte, qui avait disparu...maintenant elle est là tout le temps, pas très intense mais elle me gâche la vie quand même, quand je me regarde dans le miroir, je ne me sens pas 'incarnée", je suis là sans être là, je suis mal dehors, j'ai l'impression que cela se voit, je vois tout à travers une vitre, spectatrice de ma vie et de celle des autres...

il y des femmes aussi qui disent que leur déréa est apparue pendant ou quelques mois après leur grossesse, il s'agirait alors d'un problème hormonal au niveau de l'axe hypothalamo-hypophysaire...

voilà ce que je compte mettre en place, je ne sais pas si ça va porter ses fruits...mais après une période où je me laissais aller, j'ai décidé de faire quelque chose pour ne pas rester comme ça

j'espère que je ne vous ai pas bassinés avec mes histoires Very Happy

à bientôt

Shiki

salut Shiki,

quelques opinions actuelles en passant
tu as de bonnes résolutions, elles ne peuvent que te faire du bien

d'abord il faut savoir que l'angoisse peut tout mimer, toutes les maladies
une façon qui fonctionne souvent pour le découvrir est de faire quelque chose du style, "j'ai mal à gauche sous le poumon, c'est le foie", on fonce aux urgences, affolé, ils font des examens et le spécialiste en blanc vous dit que vous n'avez rien ,
vous sortez et vous avez oublié vos douleurs, y a pu, c'était l'angoisse!!! elle va remettre le couvert plus tard à un autre endroit

pour le café, j'ai fait mes essais et arrêté et continue à ce jour
je dirais comme c'est écrit sur internet, qu'une tasse par jour est bénéfique (pour parkinson) et au-delà mauvais
je parle pour moi à ce jour

pour les yeux, pour moi j'ai aussi, il y a l'âge mais aussi les psychotropes, quand on prend des psychotropes ils détendent les muscles, que l'on veuille ou non, quand on arrête, plus de détente artificielle, les muscles se tendent, comme les gros muscles résistent mieux, les mini muscles eux, sont trop vulnérables, donc ils sont tendus dans le temps longtemps pour certains, ce qui veut dire que les mini muscles sont atteints un peu partout, poumons, transit intestinal, tête qui serre, mais on ne s'en rend pas trop compte, sauf avec les yeux, le focus automatique déconne, évidemment, aux analyses on ne peut le voir, ceci peut aussi être causé par une altération des transmissions nerveuses des ordres du cerveau pour la vision...on ne saura pas vraiment , sauf qu'un focus qui ne se fait pas, on le "voit"

la déréa, dont on a déjà parlé, je l'ai toujours, plus dans le supermarché avec les stimulis trop forts de lumière, brillance du sol, foule, le café ne semble pas agir dessus, j'ai fais des essais, j'arrive pas à quelque chose de sûr
La déréa c'est des perceptions, de l'angoisse, de l'interprétation, du cannabis...la vue, comme elle entre dans la perception peut jouer un rôle, mais d'après moi hyper minime, on en parle pas de son rôle depuis les années

Revenir en haut Aller en bas
colas

avatar

Messages : 1610
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 67
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mer 8 Mar - 13:32

benzohell a écrit:
Jme sens crever la fin est proche mon corps trop faible na pas pu encaisser le choc de cet arret brutal de merde ce stress intense non stop et 3 ans d'insomnies cetait le coktail parfait pour crever et flinguer son corps

Je sens l'hospitalisation arriver a grand pas je ne peux presque pu sortir de mon lit comme si je me paralysais

Mon dieu je naid que 29 ans et je suis deja presque mort

la raideur est "classique et normale dans notre cas"

maintenant je dirais, de l'extérieur, que tu mets de l'huile sur le feu sur ton système de peur, constamment à te culpabiliser
tu te rends compte que si je me mets à constamment ressasser que j'ai fait la connerie d'avoir pris le déroxat pendant 12 ans, comme un con, sans avoir lu la notice, je n'ai que 66 ans, quel con, je me suis flingué ma retraite tout seul, salaud de médecin etc
cela finira par me faire pousser un haricot sur la tête
et ce n'est pas bon pour te calmer, relaxer

il faut dépasser cet état et accepter la situation pour commencer à s'en sortir( ou pas, mais c'est comme ça que le monde fonctionne)
Revenir en haut Aller en bas
benzohell



Messages : 601
Date d'inscription : 20/11/2016

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mer 8 Mar - 15:26

Colas je met pas dhuile sur le feu je sens que jsuis en train de crever

Jai vu personne avoir un sevrage aussi brutal que moi et rester bloqué en etat de terreur pendant 3 ans avec en prime une insomnie severe la dessus

Lanxieté chimique vient du sevrage sauf que pour le corps elle est réelle et tout les hormones de peur tournent h24 et je ne dors pas pour recuperer

3 ans danxieté quotidienne intense jsuis en etat de fatigue chronique severe jai pu rien mon corps est en train de crever jcompren meme pas pourquoi jfait pas de malaise jme sens litteralement mourir

Sa a ecplosé dun coup depuis ces dernieres semaines comme si mon corps nen pouvaot plus du tout et que le seuil limite venait d'être franchi
Revenir en haut Aller en bas
colas

avatar

Messages : 1610
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 67
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mer 8 Mar - 20:00

j'ai dormi assis dans le fauteuil pendant 3 à 4 ans, impossible de m'allonger, coups de jus dans la colonne , douleurs, bouche sèche, 2 à 3 h par matin(car pas sommeil le nuit)avec lever parfois chaque 1/2 h pour pisser un peu à cause de la prostate qui pousse, parfois des crises de tremblements pendant une 1/2 h, au point qu'à Noel j'ai dû appeler mon frère,
au bout de 4 ans j'arrivais à m'allonger pendant 2 h, mais toujours prostate
on en meurt pas
aujourd'hui je dors 4 h avec mes levers
c'est vrai, je suis handicapé et pleins de douleurs
et mes amis virtuels ont également dégusté, sauf qu'ils pouvaient s'allonger, et n'avait pas la prostate et les douleurs vertébrales comme moi

et je ne te parle pas de l'akathisie dont j'ai des séquelles, et une hyper crise du mois 9 à 15
Revenir en haut Aller en bas
benzohell



Messages : 601
Date d'inscription : 20/11/2016

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Jeu 9 Mar - 10:48

https://www.youtube.com/watch?time_continue=1553&v=5pwC8eJAIG0

Tiens colas, regarde a partir de 25 minutes, sa m'a fait pensé a toi, tout les symptômes que tu décris

----> EPUISEMENT, avec tes 3-4 heures de sommeil voir moins les premières années, tout comme moi, on ne fait que creuver a petit feu et finir dans l'épuisement total.

C'est probablement ce qu'à michel aussi

Comme je te le disais, des sevrages fait nimporte comment ou trop rapide, amène un etat de stress si fort sur le corps et si la personne ne retrouve pas le sommeil très vite elle s'enfonce et c'est le chaos total.

J'etais deja en debut de burn out avant d'être mis sous medoc, et mon arret brutal n'a fait que m'enfoncer.
Revenir en haut Aller en bas
colas

avatar

Messages : 1610
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 67
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Jeu 9 Mar - 14:12

merci pour la vidéo

moi j'ai le syndrôme de raynaud depuis ma naissance, des mains froides
tout le reste fonctionnait bien moyennement
à part un peu d'angoisse de naissance, une émotion un peu trop forte devant des évènements, avec lesquelles j'ai vécu sans aucun problème jusqu'à 45 ans, date de ma 1e mini-panique au bureau(quelques douleurs à la poitrine qui sont parties en allant à la machine à café un étage plus bas)

là prescription abusive déroxat, très grosse grosse erreur, début surexcitation énergisante anormale

6 ans après début de tolérance, à 12 ans décision d'arrêter à cause d'effets indésirables fatigue malgré 12 h de sommeil et somnolence diurne, zombie, plus de vie émotionelle, plus de loisirs, plus d'envie, plus de créativité, isolement social recherché car plus les capacités depuis le déroxat

1er point important: le déroxat, de même que les benzos, change la chimie du cerveau

arrêt du 10 mg déroxat sur 1.5 mois ,7 j rien, puis switch et 11 mois sevrage citalopram(séroplex) après un mieux de 15j/3sem

à l'arrêt les problèmes dûs aux changements de la chimie du cerveau qui ne reçoit plus son irs toxique qui lui permettait d'inonder les synapses(ou benzo pour laisser les canaux ouverts)

les neurones sont partiellement touchés dans le cerveau, intestins, jambes, bras, poumons , yeux....

donc douleurs, rigidité, peau sèche que je n'avais pas avant déroxat, extrémités froides que j'ai toujours eues, tous les systèmes sont touchés et on peut retrouver le graphique des systèmes sympatique et parasympatique, système nerveux autonome et digestion, respiration, équilibre, akathisie, ataxie, hyper sensible au froid, coeur irrégulier, tu connais le reste

effectivement dans la vidéo on retrouve des explications, j'ai pas toujours le niveau pour savoir si ce qu'il dit est vraiment comme il l'affirme, mais grosso modo cela parait plausible

dans mon cas personnel, c'est une réaction de mon corps face à l'ingestion d'un poison pendant des années et à son arrêt qui a donné des dérèglements de tous mes systèmes vitaux

on peut retrouver une partie de mes symptômes dans les burn-out, chez les consommateurs de drogues illégales, chez les alcooliques

mais je n'ai pas fait de burn-out, ni suis en train d'en faire un, je suis la résultante des changements produits à mon corps par l'ingestion d'un extrait de pétrole, un pesticide, pris pendant 13 ans et arrêté
et je pense que si j'avais arrêté sur 2 ans, le résultat aurait été pareil:handicapé

et pour toi, pareil, une réaction exagérée de ton cerveau face à des pesticides extraits du pétrole et dont tu as fait le yoyo, avec burn-out dessus peut-être, va savoir, mais le résultat est du même style que le mien, on appelle cela sur les forums américains"adverse reaction", parce que les forums français ne s'en occupent pas, ils ne savent pas ce que c'est, à part  celui de Michel, et que très récemment, depuis l'apparition de la rubrique prolongée
donc toi et moi avons quelque chose que l'on retrouve dans les forums anglo-saxons depuis des années, antidépresseurs ou benzos...

la vidéo ne m'apporte rien, il explique des symptômes d'épuisement, je suis globalement d'accord
il ne connait pas le syndrôme prolongé, n'en parle pas, il parle de fatigue, il ne parle pas d'épuisement suite à l'ingestion de poisons toxiques nerveux


si tu as une vidéo de quelqu'un qui est dans notre situation et qui explique les phénomènes et guérisons , ce serait plus adapté à notre situation

nous ne sommes pas un burn-out, nos systèmes nerveux sont déréglés, nous faisons de l'akathisie, des dérèglements des sens , des stimulis, de l'agoraphobie chimique

il faut dire que regenere org, faut faire attention, il touche à tout, moi je n'ai même pas fait le tour des syndrômes prolongés, mais lui il fait plus les généralités

nous ne sommes pas des généralités, nous avons été empoisonnés par des médicaments(extraits de pétrole, pesticides) et avons les nerfs qui ne fonctionnent plus comme à l'origine, les quantités de flux chimiques ayant été modifiés

et notre guérison se fait d'une seule manière : le temps, ce sont ceux qui sont passés avant nous et qui ont guéris qui le disent
sur les forums français, tu enlèves les huiles et autres suppléments, c'est le temps qui guérit
tu as les guérisons sur 3 semaines, celles sur 3 ans, celles sur 6 ans et malheureusement celles sur persistant dirait Ashton
donc regenere org ne fera que nous expliquer partiellement des symptômes, mais la solution pour nous c'est le temps

tous attendent, les 3 sem, 3 ans ou plus, il n'y a pas de raccourci, d'anti poison

tous les prolongés attendent (puisqu'ils n'ont pas de volonté à se remuer le c.ul, de faire du geert et se lamentent sur leur sort au lieu d'aller à Londres lol)certains se baignent dans des huiles d'amandes douces ou boivent des infusions d'écorces, mais attendent quand même
Revenir en haut Aller en bas
benzohell



Messages : 601
Date d'inscription : 20/11/2016

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Jeu 9 Mar - 15:22

Je suis en agonie totale a la limite de decomposé en hystérie ou jen sais rien mais la je deviens limite borderline jarrivr au point culminant de la souffrance psychologique de me voir si diminuer et ces affreux symptomes qui ne partent pas

Jai des crises de pleure de desespoir qui monte comme sa je suis completment aneanti desesperer


Mes parent ne comprennent pas ma souffrance et me disent que pleurer n'arrange rien.

Rien narrange rien de toute manière, jarrive a un stade critique je crois que mon corps me réclame plus quz jamais de reprendre ces merdes
Revenir en haut Aller en bas
benzohell



Messages : 601
Date d'inscription : 20/11/2016

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Jeu 9 Mar - 19:47

Encore un post sevrage qui se passe bien et la personne reste fonctionelle, jonnorvan qui fait son bilan a 1 ans de post sevrage

Cette personne a commencé son sevrage de 20mg en octobre 2014, 3 mois après mon arret, fini son sevrage en fevrier 2016, et un ans de post sevrage en 2017 est fonctionel, fait du sport, malgrés quelques petit soucis est relativement fonctionel.

Et je suis la 3 ans après, a avoir perdu ces 3 ans pour me retrouver pire en pire chaque année.

Que de temps perdu sa me degoute, se sevrage raté ma tué, a tué mon sommeil, a créer une anxieté terreur 10 fois pire, a créer une hyperexitabilité de mon cerveau et de reaction au stimulis 10 fois pire, à ruiné ma vie, m'a fait perdre mon boulot, mes potes, mes capacité cognitives, ma santé

Je suis le plus gros conard que la terre ai jamais connu, 3 ans perdu pour rien , RIDICULE, ce sevrage de merde tourne au ridicule c'est nimporte quoi

Sa se trouve même en ayant repris a 10mg en octobre 2014 j'aurais encore gagné 2 ans de souffrance inutile en ayant refait un sevrage lent plutôt que perdre 3 ans pour rien

Sa me degoute, je me degoute moi meme,
Revenir en haut Aller en bas
colas

avatar

Messages : 1610
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 67
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Jeu 9 Mar - 19:53

en général, les gens viennent sur les forums pour arrêter, puis attendent, certains guérissent mieux, d'autres moins bien, d'autres attendent toujours

il y en a qui n'arrivent pas à se sevrer et repartent consommer, d'autres ont arrêté mais sont très mal
certains reprennent à leurs risques
de même que certains arrêtent à leurs risques
chacun avale ce qu'il veut,
des anciens font des sites pour aider à l'information, d'autres n'arrivent pas à se résigner
certains attendent depuis 10 ans, 15 ans
chacun fait ce qu'il veut dans sa galère
moi j'ai eu un mieux à 4.5 ans, puis vers 6 ans je crois

que tu sois effondré, c'est normal, moi je le suis depuis 8 ans de post sevrage, chacun gère comme il peut et veut

reprendre le poison qui agit sur les nerfs, fais comme tu veux
moi j'ai fait le choix de Michel, Corinne et de nombreux sur les forums, je me suis tellement fait chi.er à arrêter cette mer.de que je ne veux plus en entendre parler

mon corps a fonctionné sans cette mer.de pendant 45 ans et correctement, il n'en a pas besoin pour tourner, je ne vais remettre un coup de jaja pour ensuite pleurer à nouveau, j'ai eu un avertissement, j'ai compris, je ne veux plus jouer avec les allumettes

Revenir en haut Aller en bas
benzohell



Messages : 601
Date d'inscription : 20/11/2016

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Ven 10 Mar - 11:40

voila resultat du boitier du cardiologue je fais de la tachychardie pffff, je n'ais jamais eu cette merde de toute ma vie, ma santé part en lambeau à cause d'un putin d'arret fais nimporte comment alors que tout etait ménageable

Jen peu plus ce sevrage a tourner au ridicule complet, c'est iréel, ma santé , n'a fait que se dégrader après 3 ans d'insomnie et d'anxieté sevère à cause d'un putin de sevrage raté.

C'est nimporte quoi, clairement nimporte quoi puti dmerde

-------

http://benzo.forumactif.org/viewtopic.forum?t=2383
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   

Revenir en haut Aller en bas
 
28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 40 sur 40Aller à la page : Précédent  1 ... 21 ... 38, 39, 40
 Sujets similaires
-
» bébé 4 mois et demi, sevrage tétine et sommeil
» La petite que j'accueille a 2 ans et 3 mois
» insomnie depuis 1 mois et demi: sevrage zoplicone
» apres 4 mois de by pass
» Le travail: c'est la santé?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Informations et entraide au sevrage des benzodiazépines et somnifères  :: sevrage des antidépresseurs :: syndrome prolongé de sevrage aux psychotropes / plus de trois ans et sevrages difficiles-
Sauter vers: