Informations et entraide au sevrage des benzodiazépines et somnifères

INFORMATIONS PSYCHOTROPES ET MEDICAMENTS, SEVRAGE DES PSYCHOTROPES, ENTRAIDE, LUTTE CONTRE LES PRESCRIPTIONS DE PSYCHOTROPES, INFORMATIONS SANTE, INFORMATION DES VICTIMES, MEDICAMENTS DANGEREUX...
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 22 ... 40  Suivant
AuteurMessage
benzohell



Messages : 601
Date d'inscription : 20/11/2016

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Ven 2 Déc - 19:36

C'est reparti, depression complétement noire et vraiment qui prend au trippe, crise de colère rage de constater ou j'en suis 29 mois de post sevrage, un vendredi soir au lit à me demander ce que je fou alité depuis 3 ans non stop

C'est franchement complétement dingue, iréel, j'ai parfois l'impression que tout sa est un mauvais rêve et que je vais me reveiller

de mes 16 a mes 23 ans je n'ais jamais passé un seul weekend chez moi seul, je n'ai jamais connu la depression l'anxieté les pulsions suicidaires, l'anédhonie, jamais rien de tout sa en toute ma vie

Ces merdes sont entré dans mon corps et je suis devenu tout l'inverse de la personne que j'etais, ne sortait plus les weekends, depuis 3 ans non stop je passe mes weekends alité , mes semaines aussi d'ailleurs, mais me voir le weekend dans un lit alité complétement mort, vide mentalement,

Cette anxieté/terreur de folie

Mon frere mange chez moi se soir il raconte sa vie a mes parents, sont boulot, ses investissements, ses sorties, et moi je suis complétement flingué le cerveau lobotomiser par des pilulles de merdes qui ont détruits ma vie

C'est dure, vraiment très dure, ce syndrome est vraiment une torture physique et mentale,

L'envie d'en finir est très forte, si jeune et si détruit
Revenir en haut Aller en bas
colas

avatar

Messages : 1611
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 67
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Ven 2 Déc - 20:32

je connais,

cela va passer comme d'habitude, ce qui marche le mieux pour moi est de faire un tour à l'extérieur(malheureusement en état d'ébriété, raideur dans les jambes et comme si j'avais 90 ans)
avec le temps tu arriveras à regarder certaines émissions de télé, moi je fais télé zapping la nuit et dors le matin(sommeil flingué mais je suis habitué)

une bonne nouvelle peut te booster(par exemple tu as gagné à la loterie) , car une partie est psycho, dans la tête,
Revenir en haut Aller en bas
benzohell



Messages : 601
Date d'inscription : 20/11/2016

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Ven 2 Déc - 22:05

Je nais pas trop de soucis a regarder la télé 95% du temps appart certaines fois ou je suis hypersensible au scène violente /suspens ou psychologique

Je peux aussi jouer aux jeux vidéo sans trop de soucis la pluspart du temps

Sa me fait juste péter les plombs de passer ma vie comme sa chez moi a 28 ans comme un vieu de 90 ans comme tu dis

Mes amis font un anniv dans un resto la semaine prochaine c'est encore impossible pour moi de faire ce genre de chose 28 mois plus tard et je dois encore dire non

Je n'aurais vraiment jamais cru en être a ce stade si loin, les années défile et je n'en fais toujour pas plus que lan dernier a cause de cette anxiété terreur panique de merde
Revenir en haut Aller en bas
benzohell



Messages : 601
Date d'inscription : 20/11/2016

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Dim 4 Déc - 10:45

J'ai vraiment du mal avec l'expérience de Carole, j'ai relu ses messages ici, un coup elle dit que toute sa depression a disparu Dés les premiers jours d'arrêts des medoc, après elle dit qu'elle avait encore plein de symptômes à 8 mois, après que a 1 ans de post sevrage tout ces symptômes ont disparus parce quelle est resté chez elle dans un cocon sans stress, après qu'elle a fait un arret brutal alors qu'elle a fait un sevrage de 11 mois

J'ai du mal à suivre son histoire son post sevrage est vraiment bizard, a 1 ans de post sevrage j'avai beau avoir été enfermer dans un cocon sans aucune source de stress extérieur car je ne travaillais plus, et n'avais aucune autre sorte de pression, mes symptômes etaient toujours la et complétement incapacitants

Je me demande bien quel genre de conseils elle donnerait à Corinne aujourdhui
Revenir en haut Aller en bas
colas

avatar

Messages : 1611
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 67
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Dim 4 Déc - 13:11

pour les conseils à Corinne
c'est ceux qu'elle t'a donnés: il y a deux camps, ceux qui positivent chez Thérèse et se prennent en mains avec des huiles et du yoga et geert et 100% guérisons et ceux qui disent qu'on ne peut rien faire comme chez Michel(ce qui est faux), et que ta place est sur le forum vert et non le bleu et qu'elle regrette d'avoir essayé de t'expliquer conseillé
elle a oublié qu'elle a débuté sur le vert et que c'est grâce au vert qu'elle a compris ce qui lui était arrivé,
les syndrômes nerveux graves n'ont pas leur place sur le bleu, ils affolent et ressassent et cela ne sert à rien, on te l'a dit, donc, au moindre prétexte, ta Corinne se serait retrouvée comme toi ou alors tu la fermes, et tu as du répit un certain temps
donc en fait on constate qu'elle n'a aucune aide ni solution pour les syndrômes graves, et ne l'ayant jamais subi, elle ne sait pas trop de quoi on parle, elle se base comme tout le monde sur son vécu et pense que c'est une règle universelle et cette phrase est de toi

tu as des personnes qui croient tout savoir mieux que toi, cela existe partout, même chez les médecins, tu leur dit deux mots, ils ont déjà le diagnostic après deux questions qu'ils t'ont posées, et toi, avec internet ou sans, tu sais qu'ils sont dans l'erreur parce que ceci ou cela, ce sont des cons

dans ma jeunesse je suis allé voir un ophtalmo pour changer mes verres,
il est partit dans un discours sur les décollements de rétines, sur ma profession, sur son hopital où il opérait, je ne suis pas revenu avec mes liquides pour dilater la pupille, j'en ai fait un autre qui m'a changé les verres et puis basta
dans ma jeunesse
je me suis fait poser une fausse dent mais comme cela a duré des mois, je me suis dit qu'il faut que je trouve quelqu'un de plus rapide pour la suite, je suis donc allé au hasard à Paris chez un docteur dentaire(j'y connais rien dans ce milieu)
il s'est levé, regardé ma bouche , touché, et m'a dit, ohhh c'est mal fait , vous avez une infection, vous ne passerez pas le week-end, je vais vous prescrire des antibiotiques(cela faisait trois minutes que j''étais arrivé), il tire une feuille, pour une fois je ne me suis pas démonté, je n'ai rien payé, je suis parti en disant je vais réfléchir... et évidemment je n'ai jamais eu d'infection

donc des cons bac+10 ils ont l'air assez nombreux, dont ma généraliste qui me voit ultra rarement

on pourrait penser que je fais pareil, j'ai souvent des idées sur tout
mais il y a une nuance, souvent je précise que c'est mon opinion actuelle, qu'elle peut changer en fonction de la suite
je donne mon idée et j'accepte et attend  même avec impatience que l'autre donne son idée différente, car quand c'est la même, je suis un peu déçu

j'adorerais que quelqu'un vienne sur le site et me donne des arguments pour faire certaines choses et guérir de mon état, je mettrais direct dans mon site que je me suis trompé pendant des années et que untel avait la solution et que les syndrômes graves doivent faire comme ça,



Revenir en haut Aller en bas
benzohell



Messages : 601
Date d'inscription : 20/11/2016

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Lun 5 Déc - 14:00

Je vais refaire un test salivaire du cortisol sur 24h, c'est complétement irréel, il n'est que 14h je suis déjà au lit complétement mort, je suis resté debout 2-3h ce matin, je n'ai rien fais de spécial et je suis allité TOUT LES JOURS , TOUTES LES APREMES, d'une fatigue absolument inhumaine et incapacitante, une fatigue nerveuse et physique completement dingue, j'ai du mal a marcher ou même de juste parler tellement je suis HS, la fatigue mentale de juste parler , c'est complétement iréel sérieusement 29 mois de post sevrage pour etre complétement alité tout les jours, sans aborder les autres symptômes

C'est un truc de dingue, la dernière fois il y a 6 mois mon cortisol etait normal le matin puis chutait à 10 fois inferieur à la normale sur toute la journée, ce qui correspond bien à mes journées, un peu actif le matin et complétement mort après 12h

Si mon taux n'a pas remonter sur cette analyse je prendrais de l'hydrocortisone, yen a mare d'attendre et ecouter ces conneries du le cerveau sait ce qu'il faut faire blablala, c'est bon quoi 29 mois de post sevrage complétement alité tout les jours y arrive un moment faut se rendre à l'évidence que le cerveau est pas une machine si puissante que sa et qu'il faut surement rebalancer les hormones sois même
Revenir en haut Aller en bas
Drogbatus

avatar

Messages : 1090
Date d'inscription : 15/04/2016

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Lun 5 Déc - 16:47

Bonjour jérôme à quoi cela te sert til l'hydrocortisone ?
Tu as encore une nuit de merde ?
Pourtant tu me disais que tu arrivais parfois à dormir 5 6h hachuré depuis qq mois ??
Donc des sevrages lents ou rapide peuvent conduirent à la même chose malheureusement. C'est vrai que j'ai fait euacoup d'erreurs mais il est donc pas impossible que je puisse attendre et attendre et ca se stabilise sans succès si je comprends.

Colas quel est l'adresse de ton site stp.

Si tu es OK j'aimerais bien échangé avec toi sur ce que tu m'as dit si tu ne veux pas ce n'est pas grave. Mais c'est comme ci j'ai le sentiment d'avoir abusé de toi alors que ce n'était pas le but évidement. Je veins de lire ton post sevrage effectivement tu souffre énormément également, je comprend un peu mieux le message que m'a laissé.
Revenir en haut Aller en bas
benzohell



Messages : 601
Date d'inscription : 20/11/2016

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Lun 5 Déc - 17:45

Drogbatus a écrit:
Bonjour jérôme à quoi cela te sert til l'hydrocortisone ?
Tu as encore une nuit de merde ?
Pourtant tu me disais que tu arrivais parfois à dormir 5 6h hachuré depuis qq mois ??

Je t'ais déjà dis au moins 10 fois que les nuit a 5 ou 6 heures etaient très rares genre 1 fois par mois et encore.

L'hydrocortisone sert à remplacer le cortisol qui n'est plus produit en assez grande quantité en cas de fatigue chronique ou tu passe ta vie alité comme moi, si ta pas de cortisol tu peux pas fonctionner c'est une hormone essentielle qui donne de l'energie, pas de cortisol = pas d'energie et cloué au lit, et mon taux en journée est 10 fois inférieur à la norme moyenne, y a donc rien d'etonnant au fait que je sois un mort vivant cloué au lit les 3/4 de mes journées.

Colas tu m'as déjà dit et je le sais moi même que sa ne fait que remplacer la production naturelle du corps etc j'en suis conscient, mais la sa devient critique quand le corps ne relance plus la production lui même, j'ai pas en vue de passer mes 10 prochaines années au lit
Revenir en haut Aller en bas
Drogbatus

avatar

Messages : 1090
Date d'inscription : 15/04/2016

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Lun 5 Déc - 17:46

et comment et ou se la procurer ? cela peut m'être utile ?
Revenir en haut Aller en bas
benzohell



Messages : 601
Date d'inscription : 20/11/2016

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Lun 5 Déc - 17:52

Drogbatus a écrit:
et comment et ou se la procurer ? cela peut m'être utile ?

Je vois pas l'utilité de te rajouter encore un nouveau medoc alors que tu en as déjà 2 que tu galères a seuvrer, ca te rendra pas ton sommeil par magie non plus

C'est sur ordonnance par le medecin mais sa doit être pris de façon justifié pour palier à un manque de cortisol validé et murement reflechit

Aucune utilité pour toi a l'heure actuelle sa n'arrangera pas ta situation
Revenir en haut Aller en bas
Drogbatus

avatar

Messages : 1090
Date d'inscription : 15/04/2016

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Lun 5 Déc - 17:57

d'accord j'imagine que tu as fait des analyse pour cela de toute façon.
Oui je galère bien comme il faut là avec l'arrêt du théralène et tout ces post sevrage me font peur. La perspectives de ne pas avoir si ma situation va s'améliorer et que je puisse reprendre mon sevrage de benzo m'effraie beaucoup. Il est vrai que je me pose plein de question comme à quoi bon ne pas l'arrêter puisque je ne dors pas ect ... ce qui est une mauvaise question évidement et je ne passe pas à l'acte mais bon c'est vrai que voir tout ses post sevrages
Revenir en haut Aller en bas
colas

avatar

Messages : 1611
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 67
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Lun 5 Déc - 18:44

pour la fatigue chronique:

très peu parlent de cortisol, adrénaline et de solutions à ce niveau

mais on parle plus de :

fibromyalgie
dysfonctionnement du système nerveux autonome
dégats au niveau des mitochondries voir le lien
trop de glutamate et pas assez de gaba

mentalement on déprime

http://www.drcourtneycraig.com/blog/2014/11/29/medication-induced-mitochondrial-damage


donc donner des hormones hydrocortisone qui seront assimilées ou pas par l'organisme me semble une très mauvaise solution, de même que l'analyse de cortisol n'apporte pas de solution aux vraies causes
Revenir en haut Aller en bas
Drogbatus

avatar

Messages : 1090
Date d'inscription : 15/04/2016

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Lun 5 Déc - 19:18

merci des infos colas. Dis moi peut-on discuter ?
Revenir en haut Aller en bas
colas

avatar

Messages : 1611
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 67
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Lun 5 Déc - 19:34

salut Drogbatus
il faut que tu continues d'attendre une stabilisation pendant des semaines, puis tu passeras à la suite, il n'y a rien à faire d'autre, c'est ce que font les autres

ce sont surtout des infos pour benzohell et ses petites surrénales:

Dans le syndrome prolongé, la théorie est que le cerveau envoie «fight or flight,combat ou fuite" des signaux faux, messagers chimiques incomplets aux glandes surrénales et les glandes surrénales sont obéissantes et répondent avec de l'adrénaline et du cortisol, car elles sont conçues pour le faire.


Les glandes surrénales contrôlent plusieurs fonctions essentielles dans le corps. Sauf si tu sais vraiment ce que tu fais , il est déconseillé d'intervenir

les personnes dans notre cas ont souvent une insomnie sévère
on se sent fatigué à cause du manque de sommeil, donc on a des pics de cortisol

et il ne faut justement pas stimuler les glandes surrénales

avec les analyses, on ne sait pas ce qu'il faut faire car tout au long d'une journée il y a des pics

les glandes surrénales sont des organes esclaves, elles prennent leurs ordres dans le cerveau , c'est là qu'il faudrait intervenir


il existe des médicaments pour intervenir sur les surrénales mais ils sont très dangereux, pour cela il faut avoir une vraie maladie des surrénales, maladie addison par ex

notre problème est le stress et pas tes surrénales

Revenir en haut Aller en bas
benzohell



Messages : 601
Date d'inscription : 20/11/2016

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Lun 5 Déc - 19:52

Sa j'ai bien compris que cette réponse de "lutte ou fuite" etait la principale raison de cette épuisement chronique, ce n'est pas pour rien que je parle d'une anxieté phénoménale purement iatrogène et que la technique de Carole/Geert ne fonctionne pas trop à l'heure actuelle car cette réponse et ces décharges d'adrénaline ne sont pas envoyer par rapport à des situations précises mais absolument pour tout.

Gnere j'ai des invités qui sont venus manger hier, j'etais vraiment en terreur à table avec de l'adrenaline non stop, et ce n'est pas comme une angoisse banale ou il y a un pique d'anxieté et ou le corps épuise sa decharge d'adrénaline puis le corps s'habitue à la situation, là c'est du non stop et même en restant à table l'anxieté est terrible

Incapacité à regarder dans les yeux lorsque l'on m'adresse la parole, je suis presque à fondre en larme lorsqu'on me parle sans raison sans savoir pourquoi, comme si j'etais une proie primitive aux yeux des invités, je n'ais pourtant jamais connue de phobie sociale de toute ma vie j'ai pass" ma jeunesse en boite de nuit resto ciné soirée etudiante etc

Je suis devenu tout l'inverse de la personne que j'etais même au niveau de l'anxieté, et sa me parait évident que mon corps s'est littéralement vidé en cortisol vu l'anxieté massive qui a suivi ma reprise raté ou j'etais en terreur h24 7 sur 7 non stop pendant des mois et des mois, la réponse lutte fuite à tourner en boucle, et je serais meme tenter de dire qu'encore aujourdhui puisque malgrés le fait de sortir de chez moi tout les jours dehors je me réveil tout les matins avec cette terreur de ressortir comme si je n'etais plus sorti depuis 3 ans,

Un retour constant à 0 peu importe ce que je fais,

Alor si on pren le problème à la source de cette épuisement physique et mental, qui serait des récepteurs gaba flingué qui n'inhibe plus une masse de glutamae bloqué dans le cerveau, forcement même jouer sur les hormones c'est un coup d'épée dans l'eau

La question qui se pose est jusqu'à quel limite le corps peu encaisser un tel épuisement chronique et ce stress intense permanent sans secrouler ?
Revenir en haut Aller en bas
colas

avatar

Messages : 1611
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 67
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Lun 5 Déc - 20:02

oui, ta conclusion me parait bonne, ce n'est qu'une partie d'un tas de problèmes mal maitrisés, est-ce que on est pas dans l'erreur? j'en sais rien, aujourd'hui je vois ça comme ça avec d'autres victimes
je ne connais personne qui s'est écroulé étant hors médicaments, (sauf des personnes qui ont repris ou bougé des doses évidemment, là est le danger) mais avec le temps il y a des améliorations, toujours dans le schéma vague fenêtre
Revenir en haut Aller en bas
Drogbatus

avatar

Messages : 1090
Date d'inscription : 15/04/2016

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 6 Déc - 8:18

e dors toujours 1h30 je ne vois aucune amélioration j'ai même de l'anxité qui s'agrandit avec la fatigue Je ne suis bien évidement pasé à 'acte mais vue que ca fait pas beaucoup de temps que je prend plus le théraène je me demande si je ne devrais pas le reprendre et me sevrer vraiment bien parceque honnêtement je ne tien plus ,e sius à 10 mois ou je dors plus. lorsque j'ai repris le bzd et que je dimlinué doucement le théralène ca allait je n'avais pas de conséquences.
Je commence vraiment à flipper à resté coincé comme cela et en plus avec cette dose donc je peux pas guérir ... tant que j'ai ces molécules je ne vvais plus tenir longtemps je le sens c'est en moi c'est cela qui m'avait fait reprendre le bzd sous lespromessses de thérèse d'amélioration. Sauf que la j'ai plus de carte dans ma manche ...

je ne sais pas même pas si dans 2 mois ca ira mieux si c'est du aux bzd;

oUI y'a le baclo mais avec le théralène je dormais 2h et par tranche de 2h avec l'accu. La c'est 1h30 alors que j'ai encore moins de baclo donc ca vient d'ailleurs (ou en +) et moins que quand j'aaisque le théralène.

Je suis entrain de lâcher, y'a rien qui dit que ca v amarché et peut-être que le bzd me bloque aussi.

JE flippe grave

encore une fois j'ai rien touché

Ce qui psychologiquement m'aide c'est l'histoire de brt qui fait 2 ans a dormir 2h avant de sevrer. Sin après dans 2 mois je peux sevrer le bzd comme tout le,monde alors ca aurait valu le coup. Et se qui me mine c'est lhistoire de jérôme, car si ca reviet pas je devrait passer à son histoire sauf quen j'ai dékà une année d'insomnie d'avance !
Revenir en haut Aller en bas
benzohell



Messages : 601
Date d'inscription : 20/11/2016

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 6 Déc - 9:54

Citation :
 par admin therese Hier à 16:30
Hello,
J'ai déplacé ton message dans ton post .
Jerome est toxique pour toi : tu l'as écouté et tu as eu tort ...et ta vie n'est pas fichue . Il t'a fait monter l'anxiété au maximum et à partir de là tu as perdu la confiance en toi . Ta situation n'a rien à voir avec la sienne .

Thérèse dévoile son vrai visage, pour me faire porter le chapeau de ton etat maintenant, a croire que c'est moi qui t'avais promis mont et merveille , de retrouver le sommeil et virer le théralène tranquillement en reprenant alors que c'est elle et que j'etais le premier à te dire que j'ai empiré en reprenant et que j'aurais jamais du les ecouter lol ? Faudrait pas inverser les rôles.

Il se passe la même chose qu'avec moi, quand la reprise se passe bien avec des gens comme evy qui n'a jamais eu de problème de sommeil malgrés des arret brutaux d'antidepresseur ou de benzos ( Fascinant je trouve ) tout va bien, mais dés qu'une reprise foire tout le monde se dédouane et on fait porter le chapeau au autres.

JE ne sais que te conseiller Louis, suis les conseils de Thérèse et arrete de lire mon post sevrage qui apparement serait responsable du fait que tu ne dors plus lol
Revenir en haut Aller en bas
Drogbatus

avatar

Messages : 1090
Date d'inscription : 15/04/2016

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 6 Déc - 10:24

Ben non mais comme tu dis qd sa foire sa foire donc j'arrive même parfois à me demander si je dois pas larreter vite fait pour être en oost sevrage affreux oplutôt que pas dormir sans pouvoir guérir tant qu'il est en moi je peux pas guérir.

NON PLUS JAMAIS JE NE SUIVRAI LES CONSEILS DE THERESE

Je sais qu'il y'a un truc fascinant avec le baclo c'est que tu as besoin de moins dormir que tout le monde pour être ne forme. Moi au levé je suis mort en déprime totale ect ... vers 10h du matin ca va déjà mieux, vers 13h je fais une sieste sans dormir de 1 à 2h et après je tiens jusque 17 18 ou là ca devient dur ppuis 21h30 22h je mendors vite pour ne plus dormir après et là c'est nuit d'enfer je somnole le vide dans ma tête il peut même s epasser des histoires ... et après qq heures je tiens plus marre je redéprime je suis crévé ect ... je sais pas comment je fais pour vivre encore.

Là j'attend après je baisse le baclo sinon ben à part faire un servage pour ne pkus rien avoir et attendre en mode zombie en train de crever je vois pas d'aternatives. 155 ou170 gouttes ne le font pas dormir c'est dingue un petre humain normal serait dans les vaps 7 jours ou dans le coma
Revenir en haut Aller en bas
Drogbatus

avatar

Messages : 1090
Date d'inscription : 15/04/2016

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 6 Déc - 10:32

Jai contacté le centre régionnal de pharmacologie et toxicologie en expliquant lon parcours, ces derniers se reseignent sur le théralène son coté addictif ect et le répondront. Bon je sais pas si cela à du sens mais j'ai au moins signifié kes effets indésirables qui entre dans une base nationale.
Voilà un acte citoyen et de malade actif
Revenir en haut Aller en bas
Shiki08



Messages : 207
Date d'inscription : 12/02/2015

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 6 Déc - 11:14

salut jérôme

c'est moi qui t'ai parlé de la possibilité de prendre de l'hydrocortisone à des doses infimes sur l'autre forum...

je voulais apporter quelques précisions



- l'hydrocortisone comme le lévothyrox ne sont pas des médicaments, nous ne pouvons pas les comparer aux psychotropes ou aux autres médocs, ce sont des hormones de substitution qui remplacent ce que les glandes ne produisent pas ou plus assez, elles sont vitales à l'organisme si on n'en produit plus: une personne qui n'a plus de thyroïde, si elle ne prend pas de L thyroxine (lévothyrox), et bien, elle meurt en quelques mois (arrêt cardiaque...)

- l'hydrocortisone est dangereuse quand on en prend trop, comme les doses de cheval que les médecins administrent dans les hôpitaux pour soigner d'autres maladies que les surrénales...là je parle de doses infimes juste pour rétablir un niveau de cortisol normal..

- l'hydrocortisone ne stimule pas les surrénales, au contraire, elle permet de mettre les surrénales au repos...

-l'hydrocortisone n'est pas donnée qu'aux personnes qui souffrent de la maladie d'Addison, et ça bien trop de médecins en france ne le savent pas, des personnes restent avec de nombreux symptômes parce qu'ils ont taux bas de cortisol, les médecins en belgique sont bien plus en avance là-dessus


je ne fais pas l'apologie de l'hydrocortisone ou autres, je crois également que moins on prend de médicaments et plus on a de chance de guérir SAUF QUE
il y a des personnes qui ont pris des psychotropes et qui se retrouvent avec des surrénales ou une thyroïde complètement flinguées et ce définitivement...
alors on fait quoi? on reste avec ses symptômes? vous pourrez attendre des années et des années si une ou vos glandes ne fonctionnent plus vos symptômes ne partiront pas....
j'ai lu le témoignage d'une nana qui a arrêté son AD, 8 nodules à la thyroide sont apparus à la même période, une thyroide qui n'a plus jamais re-fonctionné correctement

problème au niveau du cerveau qui ne stimule pas assez, qui envoie des ordres erronés à ces glandes?? ou glandes en elles mêmes qui ont pris un coup?
les 2 cas sont possibles avec la prise de psychotropes...
2 possibilités: attendre que ça se remette ou aider les glandes à faire leur travail (si on constate qu'après des années et des années on est tjs mal)
si analyse montre des glandes foutues: pas le choix, substitution par des hormones
si pb au niveau du cerveau, le résultat est le même, glandes ne fonctionnent pas, symptômes donc nécessité de donner des hormones

je suis à bientôt 9 mois de post sevrage, donc j'attends sans rien prendre, avec l'espoir que ces dérèglements hormonaux se remettent...
mais je me laisse cette possibilité, si jamais...

là où je rejoins Colas c'est que notre cas est plus complexe:
-les surrénales et la thyroide sont régies par 2 régions du cerveau: l'hypophyse qui a son tour est régie par l'hypothalamus...et si les psychotropes avaient créer des lésions irréversibles à ce niveau là???
- il se peut comme le dit Asthon qu'il y ait des variations de cortisol dans la journée ou selon les périodes...mais dans le cas de jérôme il semble que son taux soit toujours le même depuis un moment (inversé jour nuit) puisque tu dis que tu es toujours alité les après midis (normal avec un taux 10 fois sous la norme)...la fatigue est le symptôme principal d'un déficit en cortisol, mais il y en a tellement d'autres: intolérance aux stimuli, vertiges,...

chez une personne en bonne santé, le taux de cortisol suit une courbe:

- aux alentours de 8h: pic à son maximum (norme haute du labo voire qui dépasse un peu)
- va diminuer progressivement tout au long de la journée
- très faible le soir  et nul à minuit: pour favoriser l'endormissement et une nuit de sommeil
- biens sûr, pics dans la journée si nous sommes confrontés à une peur, un stress mais ça se régule normalement rapidement

tous nos symptômes ne sont pas expliqués par des pbs hormonaux, cela va dépendre des personnes et des régions touchées dans le cerveau

Colas: les pbs d'insomnie, de douleurs (type fibromyalgie), de symdrôme sec (yeux, bouche...) sont souvent dûs à une insuffisance thyroïdienne, je sais que tu ne veux plus entendre parler de médecins ni de traitements, mais toi qui te documentes beaucoup depuis de nombreuses années, qui cherche des solutions, pourquoi n'envisages-tu pas la possibilité de fouiller dans cette direction...peux être que ça pourrait améliorer beaucoup de tes symptômes...il y a un forum sur la thyroide dans lequel bcp de personnes se plaignent de douleurs chroniques et ont été diagnostiqués à tord fibromyalgique alors qu'ils étaient en fait hypothyroidiennes..


je ne vous pousse pas à prendre quoi que soit, je suis comme vous, je cherche des solutions...
c'est une discussion que je lance et non une affirmation
Revenir en haut Aller en bas
Drogbatus

avatar

Messages : 1090
Date d'inscription : 15/04/2016

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 6 Déc - 11:19

c'est vraiment des drogues de dingues pfff ca me dégoûte tout cela cautionné par des médecins qui sont censés d'aider te soigner pour aller mieux et te détruise puis nie tout en bloc. Le mien rigole presque il ne prend plus au sérieux
Revenir en haut Aller en bas
benzohell



Messages : 601
Date d'inscription : 20/11/2016

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 6 Déc - 11:46

bonjour Shiki,

Je suis tout à fait daccord avec toi, ce ne sont pas des médicament mais des hormones de substitution, rien que mes insomnies de l'extrème pourrait aussi être expliqué par sa car un taux très bas de cortisol engendre une production d'adrenaline pour contrecarer le manque de cortisol, ce qui constitue une cercle vicieux sans fin, qui comme tu le dit me semble assez illusoire de revenir à l'etat initial seul par l'opération du saint esprit.

Même Thierry casanovas le dit lui même que lorsqu'une personne a atteint un stade vraiment avancer de faiblesse surrénale engendré par une quantité massive de stress sur une longue période ( comme moi en sevrage brutal + reprise foiré ou j'ai passé plus de 3 ans non stop en etat de panique quotidien et un système lutte fuite qui se lance toute les 30min et pour le moindre stimulis ), ben si tes surrénales sont HS le temps ne pourra pas les remettre car une fois que le cercle vicieux est lancé c'est presque impossible d'en sortir

Même si sa ne soigne pas la cause principale comme le dit colas et ce sur quoi je suis tout à fait daccord, sa peu au moins peut être limité quelques symptômes et avoir une vie un peu meilleur car si le seul moyen de retaper des glandes surrénales est de les laissé au repos ben c'est foutu vu la violence de mon post sevrage et mon etat constant de terreur h24

Rien que la je viens de me forcer a aller faire un petit tour dans un magasin , chose que je fais depuis deja 3 ans plusieurs fois par semaines, et bien ca ne change rien, je suis prêt à pleurer pour rien sans savoir pourquoi, une faiblesse émotionelle incroyable je ne tolère aucun stress c'est suréaliste, a ce stade 29 mois de post sevrage je met plutôt sa sur le compte des hormones car c'est ce qui est restranscris sur mon analyse, une personne sans cortisol ne peu absolument rien affronté de la vie au quotidien, et même par la force de la pensée ou de l'autopersuasion avec la methode de Carole c'est un coup d'épée dans l'eau, une voiture qui n'a plus d'essence ne pourra pas rouler même en se mettant a son volant et en pensant positif très fort
Revenir en haut Aller en bas
nadege

avatar

Messages : 259
Date d'inscription : 28/11/2016

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 6 Déc - 11:52

benzohell a écrit:
Citation :
 par admin therese Hier à 16:30
Hello,
J'ai déplacé ton message dans ton post .
Jerome est toxique pour toi : tu l'as écouté et tu as eu tort ...et ta vie n'est pas fichue . Il t'a fait monter l'anxiété au maximum et à partir de là tu as perdu la confiance en toi . Ta situation n'a rien à voir avec la sienne .

Thérèse dévoile son vrai visage, pour me faire porter le chapeau de ton etat maintenant, a croire que c'est moi qui t'avais promis mont et merveille , de retrouver le sommeil et virer le théralène tranquillement en reprenant alors que c'est elle et que j'etais le premier à te dire que j'ai empiré en reprenant et que j'aurais jamais du les ecouter lol ? Faudrait pas inverser les rôles.

Il se passe la même chose qu'avec moi, quand la reprise se passe bien avec des gens comme evy qui n'a jamais eu de problème de sommeil malgrés des arret brutaux d'antidepresseur ou de benzos ( Fascinant je trouve ) tout va bien, mais dés qu'une reprise foire tout le monde se dédouane et on fait porter le chapeau au autres.

JE ne sais que te conseiller Louis, suis les conseils de Thérèse et arrete de lire mon post sevrage qui apparement serait responsable du fait que tu ne dors plus lol

Et moi j'ai déposé une main courante en gendarmerie ce matin. Je commence à en avoir marre d'être accuser à tort pour des choses que je n'ai pas dites, j'espère que les choses vont bouger.
En même temps Louis il serait bien que tu arrêtes également d'aller sur ce forum car à chaque tu rallumes la flamme pour de nouveau faire de la polémique, il faut que cela s'arrête.

Courage à toi Jérôme !!

Bonne journée
Revenir en haut Aller en bas
Shiki08



Messages : 207
Date d'inscription : 12/02/2015

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 6 Déc - 11:52

Colas: pas mal d'hypothyroïdiens souffrent d'une baisse de l'audition aussi...tu as bcp de symptômes réunis qui font pensé à de l'hypothyroïdie...pour vérifier s'il y a un pb, il ne faut pas se baser que sur la TSH, ce qui prime ce sont les analyses des hormones T4 et T3, celles qui sont produites par la thyroide, ce sont elles dont nos cellules ont besoin et qui créent des symptômes si on n'en a pas assez (ou trop: hyperthyroïdie)

je ne me compare pas à toi Jérôme, je n'en suis pas si loin dans le post sevrage, ni dans l'intensité des symptômes...
je n'ai d'ailleurs connu que 3 jours d'insomnie après mon 1er servage, depuis je dors très bien, c'est une chance, j'en suis tout à fait consciente...maintenant ai-je un sommeil réparateur??? je ne me rappelle pas avoir rêvé depuis 2 ans...

je considèrerai que je suis sortie d'affaire quand je me sentirai dans la vie, comme les autres...j'ai l'impression de vivre dans un monde parallèle, à part...c'est ça qui me fait perdre espoir souvent...
je ne souffre pas de dépersonnalisation et je crois que je n'ai plus de déréalisation ou alors très peu (j'en ai eu à une période où c'était assez intense), je ne sais plus si c'est de la déréalisation ou cette vision floue qui fait que je vois les choses différemment, qui me fait me sentir différente

j'ai du mal comme toi à regarder les autres dans les yeux, je suis mal à l'aise quand ils me parlent, ça ne me fait pas ça avec mon compagnon et mes enfants mais c'est les seuls...je ne me sens bien que chez moi pour le moment...toujours en arrêt maladie, je ne me sens pas capable de reprendre mon travail pour le moment...physiquement je pourrais je pense, mais psychologiquement c'est pas encore ça, en décalage complet

j'ai peur car je n'ai pas de fenêtre de normalité, ni les vagues dont tout le monde parle...il y a des périodes où je me sens mieux que d'autres mais jamais totalement bien!!!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   

Revenir en haut Aller en bas
 
28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 40Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 22 ... 40  Suivant
 Sujets similaires
-
» bébé 4 mois et demi, sevrage tétine et sommeil
» La petite que j'accueille a 2 ans et 3 mois
» insomnie depuis 1 mois et demi: sevrage zoplicone
» apres 4 mois de by pass
» Le travail: c'est la santé?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Informations et entraide au sevrage des benzodiazépines et somnifères  :: sevrage des antidépresseurs :: syndrome prolongé de sevrage aux psychotropes / plus de trois ans et sevrages difficiles-
Sauter vers: