Informations et entraide au sevrage des benzodiazépines et somnifères

INFORMATIONS PSYCHOTROPES ET MEDICAMENTS, SEVRAGE DES PSYCHOTROPES, ENTRAIDE, LUTTE CONTRE LES PRESCRIPTIONS DE PSYCHOTROPES, INFORMATIONS SANTE, INFORMATION DES VICTIMES, MEDICAMENTS DANGEREUX...
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 22 ... 40  Suivant
AuteurMessage
Shiki08



Messages : 207
Date d'inscription : 12/02/2015

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 6 Déc - 12:09

Même si sa ne soigne pas la cause principale comme le dit colas et ce sur quoi je suis tout à fait daccord, sa peu au moins peut être limité quelques symptômes et avoir une vie un peu meilleur car si le seul moyen de retaper des glandes surrénales est de les laissé au repos ben c'est foutu vu la violence de mon post sevrage et mon etat constant de terreur h24 a écrit:

je suis tout à fait d'accord aussi, on ne soigne pas la cause principale, on essaye d'améliorer sa vie et ses symptômes

il y a des personnes qui ne prennent ce traitement que sur de courtes périodes le temps (quelques mois) et à des doses je le rappelle PHYSIOLOGIQUES, le temps que les surrénales refonctionnent, se recadrent...
refais un contrôle sanguin sur la journée quand même
Revenir en haut Aller en bas
benzohell



Messages : 601
Date d'inscription : 20/11/2016

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 6 Déc - 12:15

@Shiki08 a écrit:


je suis tout à fait d'accord aussi, on ne soigne pas la cause principale, on essaye d'améliorer sa vie et ses symptômes

il y a des personnes qui ne prennent ce traitement que sur de courtes périodes le temps (quelques mois) et à des doses je le rappelle PHYSIOLOGIQUES, le temps que les surrénales refonctionnent, se recadrent...
refais un contrôle sanguin sur la journée quand même

Oui je vais refaire un contrôle salivaire pour voir comment le taux a évoluer car plus le temps passe et plus j'ai l'impression que la moindre tache ou le moindre événement/rendez vous de la vie devient insurmontable comme si c'etait une montagne a gravir, et ca m'inquiete de voir que plus les mois défile et plus je m'éloigne de la santé au final depuis que j'ai arreté ces merdes

Lorsqu'on nous disait qu'on se sentirait de mieu en mieu après avoir arreté, il semblerait que ce ne soit reservé qu'à une partie de l'élite et que c'est tout l'inverse pour d'autres, le corps n'arrive plus à refaire surface
Revenir en haut Aller en bas
benzohell



Messages : 601
Date d'inscription : 20/11/2016

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 6 Déc - 12:24

@Shiki08 a écrit:

je ne souffre pas de dépersonnalisation et je crois que je n'ai plus de déréalisation ou alors très peu (j'en ai eu à une période où c'était assez intense), je ne sais plus si c'est de la déréalisation ou cette vision floue qui fait que je vois les choses différemment, qui me fait me sentir différente

j'ai du mal comme toi à regarder les autres dans les yeux, je suis mal à l'aise quand ils me parlent, ça ne me fait pas ça avec mon compagnon et mes enfants mais c'est les seuls...je ne me sens bien que chez moi pour le moment...toujours en arrêt maladie, je ne me sens pas capable de reprendre mon travail pour le moment...physiquement je pourrais je pense, mais psychologiquement c'est pas encore ça, en décalage complet

j'ai peur car je n'ai pas de fenêtre de normalité, ni les vagues dont tout le monde parle...il y a des périodes où je me sens mieux que d'autres mais jamais totalement bien!!!

Il peu y avoir différent degrés de déréalisation /depersonnlisation, le simple fait de dire que tu n'a pas de fenêtre de réalité et que tu ne te sens pas comme avant peu laisser sous entendre que tu souffre encore d'un certain detachement de toi, qui peu simplement être de la DP/DR à un degrés minime

J'ai malheureusement aussi encore cette sensation 29 mois plustard et c'est d'ailleurs très perturbant car je pensais que sa disparaitrait assez vite en lisant les autres témoignages dirent qu'ls se "sentaient mieu que jamais et encore plus fort qu'avant" mais pour moi ca ne part plus et au contraire plus le temps passe plus je me sens faible face a la vie, je n'ais jamais eu aucune fenêtre de normalité en 29 mois, pas une seule minute je n'ais sentie mon ancienne personnalité revenir à elle, comme si ma chimie cerebrale avait été complétement modifier et que je n'etais simplement plus la personne que j'etais, et je pense que c'est un peu ce qui se passe, au dela du traumatisme d'avoir vecu 3 ans d'enfer, je ne suis plus la même personne a l'interieur comme si mon ancien moi etait mort le jour ou j'ai arreté ces merdes.

Mon ancien moi croquait la vie a pleine dent, n'avait pas de phobie sociale ni d'agoraphobie, n'avait peur de rien, 'etait pas depressif , j'en suis très loin aujourdhui
Revenir en haut Aller en bas
Shiki08



Messages : 207
Date d'inscription : 12/02/2015

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 6 Déc - 12:26

ça, c'est sûr et certain...

il y a une femme qui avait un déficit en cortisol qu'aucun médecin français n'avait diagnostiqué (dans les normes labo)...son état empirait d'années en années jusqu'au jour où  elle ne pouvait plus marcher tout simplement...elle s'est mise à ramper sur le sol pour prendre le téléphone et demander de l'aide...c'est un médecin belge qui l'a sauvée en lui donnant un peu d'hydrocortisone...on la voit sur les photos, quelques mois après, debout, avec une canne pour se tenir...depuis elle remarche normalement et a retrouvé sa vie...

on ne soupçonne pas l'effet d'un manque ou d'un trop 'hormones sur les personnes, il y a une liste longue comme le bras pour les symptômes..;
en plus c'est tellement personnel les hormones, certains vont être plus sensibles que d'autres à un manque, un trop d'hormones, que les normes labo ne prennent pas en considération...

beaucoup de personnes sont mises sous AD parce qu'elles souffrent en fait d'une "dépression" induite par un manque d'hormones thyroîdiennes mais elles ne le savent pas...elles ne s'en rendent compte que bien après, une fois qu'elles sont devenues accros...c'est malheureux

encore une fois, je ne suis pas médecin..;je me permets de te parler de ça car ton taux est quand même bien bas le matin...je cherche des solutions comme toi...
Revenir en haut Aller en bas
Shiki08



Messages : 207
Date d'inscription : 12/02/2015

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 6 Déc - 12:32

mon dernier message est par rapport à ce que tu disais là:

une personne sans cortisol ne peu absolument rien affronté de la vie au quotidien a écrit:

j'ai eu 1 jour où je suis redevenue entièrement moi même (heureuse comme pas possible), mais c'était après mon 1er arrêt de sevrage raté, depuis plus rien...
Revenir en haut Aller en bas
benzohell



Messages : 601
Date d'inscription : 20/11/2016

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 6 Déc - 12:33

Mon taux est au contraire tout à fait normal le matin à 8h, tout pile dans la norme, c'est d'ailleurs le matin que je me sens le mieu et que je peux bouger faire quelques truc, et tout s'effondre l'aprème a midi le taux passe soudainement à 10 fois la norme enferieur jusqu'au soir

Revenir en haut Aller en bas
benzohell



Messages : 601
Date d'inscription : 20/11/2016

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 6 Déc - 12:35

@Shiki08 a écrit:
mon dernier message est par rapport à ce que tu disais là:



j'ai eu 1 jour où je suis redevenue entièrement moi même (heureuse comme pas possible), mais c'était après mon 1er arrêt de sevrage raté, depuis plus rien...

A mon premier arret brutal aussi, a 10 jours de post sevrage j'avais ma premère fenêtre de réalité émotionelle ou je me sentais moi même, j'en ais eu 2-3 autres aussi au cours de ces 2 mois qui aurait du m'indiquer que je n'aurais jamais du reprendre comme on me l'a conseillé. Ensuite comme toi j'ai repris et c'etait finie, ce n'est plus jamais revenue
Revenir en haut Aller en bas
Shiki08



Messages : 207
Date d'inscription : 12/02/2015

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 6 Déc - 12:53

oui mais c'est ce que je te disais, ton taux doit être élevé la nuit, donc encore dans les normes à 8h (car il baisse progressivement et non d'un coup), ce qui expliquerait que tu ne dormes pas ou très peu, avec des réveils fréquents (car tu es en hyper-vigilance)

et encore, dans la norme ne signifie pas normal: est-il dans la norme supérieure, proche de la maximale à 8h? ou plutôt dans la norme inférieure? ça fait une grande différence

car s'il est dans la norme basse, tu pars avec un déficit pour commencer la journée

il va continuer à diminuer progressivement dans la matinée (tu peux alors être encore un peu actif, faire quelques trucs) pour finir par être nul à midi, et effondré dans l'après-midi...ce qui explique que tu sois alité tous les apréms, ce qui est parfaitement normal avec un taux pareil...on ne peut plus rien faire!
Revenir en haut Aller en bas
benzohell



Messages : 601
Date d'inscription : 20/11/2016

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 6 Déc - 12:57

Voila mes résultats de cortisol qui date du moi de MAI 2016, y a 8 mois donc

Valeurs physiologiques : Adultes à 8h : 0.217 à 0.725 ug/dl
Pic dans les 90min suivant le lever      : 0.5 à 1.8 ug/dl

Valeurs physiologiques journées de 18h à 24h : inférieur de 50% de la valeur du matin

7h : 1.134 ug/dl, je suis donc normal au réveil avec mon pic normal dans les 30 min suivant le lever

15h : 0.043 ug/dl

19h : 0.039

23h : 0.012

Voila je pense que j'ai bien interpreter et que mes taux de la journée devraient plutôt tourné dans les alentour de 0.400 - 0.300 et 0.100 plutôt que 0.04 etc soit 10 fois la norme

Ma thyroide est totalement normale elle n'a jamais bougé en sevrage
Revenir en haut Aller en bas
Shiki08



Messages : 207
Date d'inscription : 12/02/2015

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 6 Déc - 13:08

oui c'est normal le matin

mais bien bas la journée....ne cherche pas midi à 14h non plus, t'es au ras des pâquerettes la journée, tu as un taux qui devrait être celui de la nuit.

donc peut être renseigne toi là dessus...
Revenir en haut Aller en bas
benzohell



Messages : 601
Date d'inscription : 20/11/2016

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 6 Déc - 13:12

@Shiki08 a écrit:
oui c'est normal le matin

mais bien bas la journée....ne cherche pas midi à 14h non plus, t'es au ras des pâquerettes la journée, tu as un taux qui devrait être celui de la nuit.

donc peut être renseigne toi là dessus...

Oui je vais refaire mon test salivaire voir si sa a bougé et si ca a empirer ben j'aurais vraiment de choix que d'essayer de remonter sa d'une manière ou d'une autre
Revenir en haut Aller en bas
colas

avatar

Messages : 1611
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 67
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 6 Déc - 13:58

bonjour,

moi je suis dans mon état parce qu'on a augmenté mon taux d'hormone sérotonine au niveau des neurones(artificiellement en empêchant la recapture, mais la quantité de sérotonine contenue dans mon corps n'a jamais été augmentée, le corps avait toujours décidé lui-même de la quantité, d'ailleurs si l'on augmente la quantité réellement, on meurt)
pour Benzohell on a fait la même chose avec le gaba, et dégats similaires(benzo dégats =antidépresseurs dégats)

quels sont mes dégats au départ? les émetteurs récepteurs inutiles se sont nécrosés et je me retrouve avec des messages chimiques erronés qui dirigent toutes mes fonctions tous azimuts, donc beaucoup de systèmes fonctionnent plus ou moins bien suivant les dégats, dont le système de la peur qui n'est qu'un système parmi d'autres qui reçoit de fausses impulsions du cerveau

donc on voit que toucher les hormones est extrêmement grave en conséquences

peut-on rétablir les déséquilibres en injectant des hormones à certains endroits ou globalement en avalant?
la médecine se contente de continuer à jouer au niveau des neurones, ou électrochocs, si moi ou benzohell allons nous faire soigner

pourquoi dans les revues scientifiques, il y a quand même eu beaucoup d'essais dans le monde, ils ne donnent pas des hormones d'hydrocortisone, du gaba à injecter pour guérir les terreurs ?

pourquoi dans les hopitaux psychiatriques ils ne soignent pas les troubles de la terreur avec de l'hydrocortisone pour surrénales, pourquoi ils traitent les troubles psychiatriques avec benzo neuro antidep

et le généraliste fait la différence entre la terreur qu'il soigne différemment d'une thyroide qui ne marche pas
il vérifie si la thyroide est réellement non fonctionnelle et là il compensent artificiellement, pareil insuline

et nous on est plus malin que les chercheurs, on a trouvé la solution sans essais, hydrocortisone pour surrénales







Revenir en haut Aller en bas
Drogbatus

avatar

Messages : 1090
Date d'inscription : 15/04/2016

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 6 Déc - 13:58

@nadege a écrit:
@benzohell a écrit:
Citation :
 par admin therese Hier à 16:30
Hello,
J'ai déplacé ton message dans ton post .
Jerome est toxique pour toi : tu l'as écouté et tu as eu tort ...et ta vie n'est pas fichue . Il t'a fait monter l'anxiété au maximum et à partir de là tu as perdu la confiance en toi . Ta situation n'a rien à voir avec la sienne .

Thérèse dévoile son vrai visage, pour me faire porter le chapeau de ton etat maintenant, a croire que c'est moi qui t'avais promis mont et merveille , de retrouver le sommeil et virer le théralène tranquillement en reprenant alors que c'est elle et que j'etais le premier à te dire que j'ai empiré en reprenant et que j'aurais jamais du les ecouter lol ? Faudrait pas inverser les rôles.

Il se passe la même chose qu'avec moi, quand la reprise se passe bien avec des gens comme evy qui n'a jamais eu de problème de sommeil malgrés des arret brutaux d'antidepresseur ou de benzos ( Fascinant je trouve ) tout va bien, mais dés qu'une reprise foire tout le monde se dédouane et on fait porter le chapeau au autres.

JE ne sais que te conseiller Louis, suis les conseils de Thérèse et arrete de lire mon post sevrage qui apparement serait responsable du fait que tu ne dors plus lol

Et moi j'ai déposé une main courante en gendarmerie ce matin. Je commence à en avoir marre d'être accuser à tort pour des choses que je n'ai pas dites, j'espère que les choses vont bouger.
En même temps Louis il serait bien que tu arrêtes également d'aller sur ce forum car à chaque tu rallumes la flamme pour de nouveau faire de la polémique, il faut que cela s'arrête.

Courage à toi Jérôme !!

Bonne journée

Oui nadts c'était mes derniers messages. Néanmoins rien ne s'arrange pour moi comme je le disais ..
Revenir en haut Aller en bas
benzohell



Messages : 601
Date d'inscription : 20/11/2016

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 6 Déc - 14:09

Colas même les chercheurs sont sous influence du pognon et des labbos

Si tu attend que des chercheurs trouvent une solution a nos problème on saura déjà plus de ce monde

En attendant je compte pas rester Cômme sa 10 ans de ma vie a attendre une autre théorie tout aussi farfelue d'attendre que le corps se guérisse tout seul

Cette théorie marche tellement bien qu'on retrouve des syndrome prolonge 10 ans plus tard flinguer avec une vie misérable qui ont même peur dessayer le moindre truc et finiront leur jours comme sa
Revenir en haut Aller en bas
Shiki08



Messages : 207
Date d'inscription : 12/02/2015

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 6 Déc - 14:18

je ne dis pas que je suis plus maligne que les médecins

mais la plupart ne savent pas soigner ces maladies là, même ceux qui n'ont jamais pris d'ad ou benzos

beaucoup n'arrivent pas à faire la différence entre un vrai angoissé, insomniaque, déprimé et quelqu'un qui souffre de ces symptômes à cause d'un déséquilibre hormonal, ils la mettent alors sous psychotrope...il faut vraiment que les analyses soit parlantes (hors des normes) sinon ils passent à côté

au passage, les AD ou benzos rapportent plus aux labos et médecins que les hormones de substitution
Revenir en haut Aller en bas
Shiki08



Messages : 207
Date d'inscription : 12/02/2015

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 6 Déc - 14:25

et je ne dis pas que prendre des hormones est anodin, mais ça n'est pas si dangereux que ce que l'on croit souvent à tord...

je cherche des solutions pour améliorer ma vie

j'expose mes idées comme toi tu le fais
Revenir en haut Aller en bas
colas

avatar

Messages : 1611
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 67
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 6 Déc - 14:56

Shiki08, je te remercie pour tes idées, pistes, parfois j'appuie mes idées un peu provoc, c'est une façon d'insister sur un point, ce n'est nullement des attaques, comme tu l'as dit, on discute, on débat intelligemment pour essayer de trouver peut-être une solution

avec toutes les personnes que j'ai connues depuis 8 ans, je n'ai jamais entendu une nette amélioration
de temps en temps on lit un témoignage qui suggère un procédé miracle de détox, transcranienne électrique, oxygène hyperbar, de supplément de ceci, et finalement je ne vois rien de concret
je comprend le principe de la méthode, balancer plus de cortisol, mais il faut le mettre au bon endroit, car aux mauvais endroits il détruit, et donc on créé un déséquilibre nouveau dans un déséquilibre de départ, en espérant que notre déséquilibre va approcher de l'équilibre originel nécessaire
et cette cortisone, si on l'avale ou met dans le sang direct, elle va agir sur les yeux, la mémoire, les intestins, les muscles avant d'arriver à la glande, donc que d'effets secondaires indésirables , et faut la mettre où?...etc
d'autre part, le cerveau n'est pas fou, s'il détecte un déluge d'hydrocortisone quotidien, il va en tenir compte dans sa production et tout transformer en conséquence(l'homéostasie), et dès qu'on ne donne plus la dose, c'est le syndrôme surrenalien, en plus du syndrôme prolongé, donc ce sera à prendre à vie

pourquoi ne pas essayer...

moi j'ai peur d'une chose actuellement qui a été vérifiée sur les forums et moi-même : dans un syndrôme nerveux grave, un antibiotique  , un anesthésique dentaire, une anesthésie générale, est-ce que je vais la supporter car je suis devenu hypersensible à toute chimie artificielle(avant pas de problème)
alors franchement, j'ai peur d'une réaction paradoxale à l'hydrocortisone, j'en ai déjà une avec les antidépresseurs,
mon corps a mal réagi à un traitement de 13 ans, peut-il bien réagir dans cet état à une nouvelle chimie, les témoignages de personnes dans mon état ne sont pas rassurants, reprise de cipro et galère de 1 an de vague retour alors que la personne était mieux etc
je suis devenu très vulnérable psychologiquement et physiquement chimiquement
si je vois plusieurs personnes qui ont fait ces essais et qui reviennent dire que cela a marché, je vais revoir ma position, mais à ce jour...
Revenir en haut Aller en bas
colas

avatar

Messages : 1611
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 67
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 6 Déc - 15:18

@benzohell a écrit:
Colas même les chercheurs sont sous influence du pognon et des labbos

Si tu attend que des chercheurs trouvent une solution a nos problème on saura déjà plus de ce monde

En attendant je compte pas rester Cômme sa 10 ans de ma vie a attendre une autre théorie tout aussi farfelue d'attendre que le corps se guérisse tout seul

Cette théorie marche tellement bien qu'on retrouve des syndrome prolonge 10 ans plus tard flinguer avec une vie misérable qui ont même peur d'essayer le moindre truc et finiront leur jours comme sa
je suis d'accord pour l'argent , les labos, depuis le temps, mais dans ces études biaisées, il y a des publications qui vont à l'encontre de cette corruption, et ces recherches existent, on trouve certaines publications de recherches sur survivingantidepressants ou madinamerica, mais tout le monde s'en fout, c'est comme  les forums, Ashton, on contredit les méthodes de soins actuelles en sevrage et prescriptions abusives, et tout le monde s'en fout, les livres qui éclairent, tout le monde s'en fout , à part nous, minorité et encore, on se bouffe entre nous on se critique, il n'y a qu'à voir les polémiques
donc 0,001 n'est pas corrompu mais les 99,9999 s'en tapent

d'ailleurs tu l'avais bien dit que les vidéos ont tant de vues, que la journée du 11 juillet a tant de vue dont souvent nous-mêmes, on est en vase clos, et faut mot de passe pour lire

d'ailleurs le Wayne douglas japonais, les journées du 11 ne sont pas intégrables sur forum, site, faut les visionner sur youtube, donc va voir le nombre de vues


qui va lire notre discours sur les surrénales? les inscrits mot de passe, en sevrage, qui va rajouter une autre opinion sur le sujet? personne ne sait qu'on a parlé entre nous, 5 pelés
heureusement que j'ai mon site pour dénoncer et Michel ses blogs et Carole de Suisse ses vidéos, mais même elle, elle n'autorise pas l'intégration sur les forums ou les sites, il faut quitter le site où on est pour visionner sur youtube, censure, censure même entre ceux qui pourraient répandre plus l'information en intégrant dans le site, (ses vidéos sont signées, donc on ne s'approprie pas son oeuvre, on la donne à visionner à plus de monde),égoisme
la vidéo est piquée par les russes, mais ce n'est pas grave, c'est pour la bonne cause






Dernière édition par colas le Mar 6 Déc - 15:36, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Shiki08



Messages : 207
Date d'inscription : 12/02/2015

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 6 Déc - 15:30

je ne l'ai pas mal pris Very Happy

une petite rectification tout de même Smile :


c'est pour ça qu'il faut prendre des doses infimes (plus petite que la plus petite dose donnée par les médecins habituellement), sur une courte période (quelques mois), pour permettre aux surrénales de se reposer, se requinquer, au corps de souffler un peu (amélioration de la fatigue, du sommeil...), mais sans les mettre au repos totalement non plus, le but n'étant pas de les endormir à jamais...et d'arrêter le traitement progressivement, c'est ce qui est donné aux gens qui ont une fatigue surrénale qui ne guérit pas

je pense aussi que le cortisol va aller où il doit aller...là où il en manque

peut être que les personnes que tu connais en symdrôme prolongé sont devenues tellement hermétiques aux médecins et à tout traitement qu'elles n'essayent même pas (car elles ont peur, ce qui peut se comprendre, j'ai peur aussi)
mais y'a des personnes qui ont pris des psychotropes et qui ont eu leur thyroide ou surrénales complètement flinguées en post sevrage...donc pourquoi pas envisager cela...

bon faut que j'aille chercher mes gosses

A bientôt
Revenir en haut Aller en bas
Shiki08



Messages : 207
Date d'inscription : 12/02/2015

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 6 Déc - 15:31

petite rectification sur ça (les citations ne passent pas):
Revenir en haut Aller en bas
Shiki08



Messages : 207
Date d'inscription : 12/02/2015

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 6 Déc - 15:32

d'autre part, le cerveau n'est pas fou, s'il détecte un déluge d'hydrocortisone quotidien, il va en tenir compte dans sa production et tout transformer en fonction(l'homéostasie), et dès qu'on ne donne plus la dose, c'est le syndrôme surrenalien, en plus du syndrôme prolongé, donc ce sera à prendre à vie a écrit:
Revenir en haut Aller en bas
benzohell



Messages : 601
Date d'inscription : 20/11/2016

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 6 Déc - 15:44

Ce que je sais c'est que le traumatisme d'avoir été flinguer par un medoc laisse des traces post traumatique et là je connais bien le mécanisme pour l'avoir expérimenter moi même, et la sa revèle littéralement de l'inconscient car lorsque l'amygdale imprime un danger elle l'imprime pour trés longtemps car c'est une glande esclave aussi comme les surénales dont le simple but est de detecter les dangers H24 que se soit par les sens les yeux le toucher etc autant que par des liaisons qui se font trés vite sans même que l'on en ais conscience

Je prend un exemple banale, j'ai tellement été traumatiser aussi par tout ca aprés mon second sevrage absolument horrible, que j'avais peur de juste essayer un simple cachet de magnésium, et quand je dis peur c'est que une fois je ne l'avais encore même pas avaler que j'ai eu es symptomes vraiment de dingue due a la forte angoisse, alors que je n'avais même pas avaler le cachet... le corps se souvient du traumatisme, lance un message d'alerte et c'est parti, et la personne peu ensuite croire que c'est une vague due au magnesium. Aprés avoir ressayer et pris conscience de ma réaction avant même d'avoir essayer ben les symptomes n'etaient plus les mêmes et je pouvais prendre 4 magnesium par jour sans noté de réel différence si ce n'est de l'insomnie acrrue donc j'ai arreté.

Ou alors un autre exemple, l'autre jour j'ai eu une coupure de rosier à la jambe et j'avais peur que sa s'infecte, je suis aller au medecin pour lui montrer et il commence à vouloir me desinfecter avec de l'alcool a 90 normal, et la mon cerveau a peter les plombs a la simple vue de l'alcool par liaison- alcool - benzo- sevrage - vague, et j'ai failli m'évanouir avec une montée d'adrenaine de dingue alors même qu'il me l'avait pas encore appliqué.

tout ca pour dire que je pense quand même qu'on garde vraiment un syndrome post traumatique de ceci surtout au niveau des medoc supplément etc et moi le premier quand je vois certaines réactions que j'ai pu avoir avant même d'avoir absorber la substance dite

Je précise un syndrome post traumatique relié aux medoc et pas a la vie en elle même, car quand les gens retrouvent leur capacités ils ont toujours peur de foutre des medoc dans leur bouche mais n'ont plus peur d'affronter la vie et la savoure a pleine dent

Je comprend donc la peur de vouloir essayer d'autres truc, et je l'ais aussi, le problème est que arrivé un moment je pense que je vais complétement peter les plombs en voyant que de toute façon sa avance pas même en gardant ma routine calme en suivant la technique de Carole, et que je compte pas rester prisonnier comme sa a perdre des années de vie.

Je suis complétement anti-medoc, anti-hormone etc etc, le problème est que cette merde a fait des dégats dans le corps qui sa se strouve ne se répaperont pas seul car je doute qu'apres 3 ans sa arrive comme par magie, et que avoir une vie en prenant un traitement hormonal comme les gens qui prenenent du levothyrox a vie , ben c'est toujours mieu qu'une vie alité chaque jour sans vie professionelle ou sociale ( dans le cas ou le cortisol serait un élement clé evidement )
Revenir en haut Aller en bas
colas

avatar

Messages : 1611
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 67
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 6 Déc - 15:55

@Shiki08 a écrit:


je pense aussi que le cortisol va aller où il doit aller...là où il en manque


et aussi là où il ne doit pas aller, et la surface est énorme où il ne doit pas aller , c'est cela les effets indésirables, donc après des années on se retrouve avec des reins détruits, ou des yeux
d'ailleurs pour certains il faut constamment faire des analyses car ils sont susceptibles de détruire des fonctions, donc analyse de sang mensuelle obligatoire avec lithium par exemple

c'est le très gros problème du médicament allopathique, il agit partout, il n'est pas intelligent, donc on fait bénéfice /risque

souvent on dit il soulage(il guérit rarement) ici et détraque ailleurs

j'en suis une victime: je faisais de la petite anxiété toute ma vie
mon déroxat savait où il doit aller(d'après toi)
aujourd'hui je suis handicapé parce qu'il est allé là où il ne devait pas
j'avais un petit problème, aujourd'hui j'en ais plusieurs de plus gros, plus mon petit problème

donc j'ai la trouille que l'hydrocortisone m'en donne encore plus






Revenir en haut Aller en bas
benzohell



Messages : 601
Date d'inscription : 20/11/2016

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 6 Déc - 16:10

La dessus je suis complétement daccord, mais il est hors de question de voir ma vie defilé au lit a seulement 28 ans pour ma part, je dois construire ma vie et ma future retraite et ce n'est pas les 300€ de l'invalidité qui vont me payer mon futur toit ni ma retraite, alors j'ai pas vraiment le choix , attendre ne change rien, alors je vois pas quoi faire d'autres qu'essayer de combler ce qui peu potentiellement me retenir au lit
Revenir en haut Aller en bas
colas

avatar

Messages : 1611
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 67
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   Mar 6 Déc - 20:12

quand tu parles méthode carole/geert, en fait cela ne vient pas d'elle, cela existe depuis longtemps , mais c'est bien qu'elle le conseille

là où je veux en venir c'est que tu dis que après 28 mois d'affrontement quotidien de stress, tu es chaque jour retour à 0, comme si tu n'as rien fait en progrès

moi, ma théorie c'est que la neuroplasticité est sévèrement bloquée pour certains comme moi

lorsqu'on est sur psychotropes, les émotions, mémoire sont émoussés, ne fonctionnent presque pas, paralysés pour que tu ne ressentes pas la dépression, l'angoisse, du coup les personnes devenues léthargiques ne sont plus créatives et ne peuvent plus apprendre des nouveautés, trop dur

as-tu essayé des tests simples sur toi-même, du style apprendre un morceau de musique, apprendre à faire une recette de cuisine nouvelle, et est-ce que trois jours après il en reste quelque chose, ou tout est à refaire


cela voudrait dire que tu n'as pas les outils pour faire de la TCC et que tu perds ton temps à te forcer, c'est même contre productif parce que cela t'aggrave de le faire, il faudra attendre plus longtemps pour re essayer

ton système d'apprentissage est peut être paralysé actuellement contrairement aux autres comme l'était Carole et le forum bleu, recoit-il de faux messages de mémoire, d'émotions etc

la réponse est très complexe, comme pour les surrénales, il y a tellement de choses qui entrent en jeu, que c'est difficile de dire que c'est cela ou cela, je dis des choses mais c'est beaucoup plus complexe et interdépendant

ce que tu peut tout de même vérifier, c'est : as-tu les outils pour apprendre émotionnellement à vivre avec un stress standard quotidien ou pas actuellement

je comprends ton impatience et ton envie de bouger pour résoudre des problèmes, j'ai les mêmes, faut pas faire des erreures en suivant des méthodes miracles où il y a du danger
je n'ai pas dit de ne rien faire

que peut-on faire?
reprendre une autre molécule dirait le médecin, à vie, et si tu es mal un neuro pour les effets indésirables et la spirale sans fin

ne reprendre qu'une molécule(on recommande de ne jamais reprendre celles du passé)

se forcer à s'exposer, courir et tomber dans les pommes je pense

attendre calmement

prendre des hydrocortisones, des gabas artificiels, des neuros, des ads

faire un électrochoc(Healy pratique, Breggin est contre)

essayer l'oxygène dans un caisson hyperbar

secousses transcraniennes

soigner tous les symptômes, crème psoriasis, médicament pour bouche trop humide ou l'inverse, calmant nerveux etc

la religion, le vaudou, les rebouteux avec des aimants, les sorciers africains













Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge   

Revenir en haut Aller en bas
 
28 mois de post sevrage syndrome sevère, rien ne bouge
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 40Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 22 ... 40  Suivant
 Sujets similaires
-
» bébé 4 mois et demi, sevrage tétine et sommeil
» La petite que j'accueille a 2 ans et 3 mois
» insomnie depuis 1 mois et demi: sevrage zoplicone
» apres 4 mois de by pass
» Le travail: c'est la santé?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Informations et entraide au sevrage des benzodiazépines et somnifères  :: sevrage des antidépresseurs :: syndrome prolongé de sevrage aux psychotropes / plus de trois ans et sevrages difficiles-
Sauter vers: