Informations et entraide au sevrage des benzodiazépines et somnifères

INFORMATIONS PSYCHOTROPES ET MEDICAMENTS, SEVRAGE DES PSYCHOTROPES, ENTRAIDE, LUTTE CONTRE LES PRESCRIPTIONS DE PSYCHOTROPES, INFORMATIONS SANTE, INFORMATION DES VICTIMES, MEDICAMENTS DANGEREUX...
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 le lithium

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
michel
Admin
Admin


Messages : 5587
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: le lithium   Ven 28 Mar - 6:25

Le lithium "est un métal toxique avec aucune fonction connue dans le corps .... elle interfère avec la transmission nerveuse, en général, ce qui ralentit les réponses au cerveau." "Conformément à ses effets toxiques sur le système nerveux, le lithium provoque un tremblement de 30-50 pour cent des patients. Tremblements peuvent être un signe d'avertissement de toxicité grave imminente du cerveau, en particulier si elle se produit avec d'autres signaux de danger, comme la mémoire dysfonctionnement, concentration réduite, ralentissement de la pensée, confusion, désorientation, difficulté à marcher, troubles de l'élocution, une vision floue, des bourdonnements dans les oreilles, des nausées, des vomissements et des maux de tête. Douleurs musculaires et des tics, faiblesse, léthargie et la soif sont d'autres signes communs de toxicité du lithium. Dans les derniers stades de la toxicité du lithium, le patient peut devenir délirant et succomber convulsions et un coma études EEG indiquent un ralentissement anormal des ondes cérébrales dans une partie importante de patients régulièrement traités par lithium;.. l'état s'aggrave avec une toxicité " (Pour une information complète voir le texte médical du Dr Breggin Brain désactivation traitements en psychiatrie Second Edition .)

http://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=en&u=http://www.toxicpsychiatry.com/lithium/&prev=/search%3Fq%3Dhttp://www.toxicpsychiatry.com/lithium/%26client%3Dfirefox-a%26hs%3DyFg%26rls%3Dorg.mozilla:en-US:official%26channel%3Dsb

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
michel
Admin
Admin


Messages : 5587
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: le lithium   Ven 28 Mar - 6:27

Lithum et autres régulateurs d’humeur

http://bipolaireinfo.sosblog.fr/

Lithium (1949)
Réputation de n’avoir aucun effet sur les facultés mentales ni sur les facultés affectives ni sur le commportement, n’enlevant que les symptomes indésirables (1970).
Aucune étude globale sur des primates n’a été faite avant la commercialisation en masse, probablement dû au fait que les études sur les animaux produisent des résultats très négatifs.

Effets
principaux
Deux heures après l’ingestion, l’animal devient léthargique et sans réactions aux stimuli pendant quelques heures avant de revenir à la normale. Perte de l’action volontaire et de l’agressivité normale, mettant en évidence l’effet lobotomique qui a fait le succès instantané de la drogue. Effet de camisole: faiblesse du tonus musculaire, lourdeur, nécessité de surmonter une résistance pour se mouvoir, effort mental pour exécuter n’importe quelle tâche (à dose thérapeutique sur 1 à 3 semaines sur des cliniciens tentant de minimiser les résultats).
Irritabilité, labilité émotionnelle.
Hypersensibilité aux sons et aux scènes familières, diminution de la réponse aux stimuli. Dullness.
Indifférence et malaise général, de distance avec l’environnement, comme séparé par une vitre, sensation d’être profondément modifié, perte d’intérêt pour la vie [autisme induit].
Difficultés d’intégrer plus d’une notion en même temps au cours d’une activité sociale. Diminution de l’initiative intellectuelle, concentration et mémorisation. Modification de la perception du temps.
Empêchement de travailler et d’apprendre, délire toxique grave au 10ème jour chez un des sujets. L’un d’eux a fui l’étude dans la première semaine avec fatigue musculaire grave, confusion et dépression. Décroissance du bien-être, de nombreuses plaintes de lassitude, léthargie, négativité, dépression, refus des autres, difficultés de concentration, confusion, perte de clarté de pensée (chez 11 sujets jeunes volontaires, puis 42 volontaires normaux dans cette étude, contrairement aux études de certification habituelles, ces changements témoignés passaient inobservés par les soignants, mais étaient parfaitement rapportés par les amis, relations et familles).
Baisse intellectuelle, perte de mémorisation, baisse de rapidité motrice des mains.
Interférence avec la créativité des auteurs et artistes. Baisse d’excitaiton dans les discussion et les débats. Vie plate et décolorée, «I am curbed!» (je suis rétréci).
Même effet sur des patients psychiatriques que sur les volontaires. Baisse de volume de leur “intensité de vie”. Largement identique à l’effet des neuroleptiques. Même recherche de lobotomie chimique.

secondaires
Nausée, diarrhée, trremblement des mains.
Même à faible dosage de routine (6 mois à 7 ans), on observe du parkinson et des troubles neurologiques. Quelques effets extrapyramidaux sont notés.
Ondes cérébrales anormales, confirme l’intoxication, tant chez les volontaires que chez les patients psychiatriques. Il a même été proposé de corréler le lithium des eaux pluviales et de distribution avec les incidences de maladies mentales! Une politique de régulation globale des humeurs par le lithium dans l’eau de ville aurait été envisagée, comme pour la politique du fluor dans l’eau [également un poison violent du corps].

syndrome
Nombreux cas de délire toxique induit par les thérapies au lithium.
En tant qu’anti-manie, le lithium ne performe pas mieux que les neuroleptiques ou le placebo, environ 50% de rechute d’épisodes maniaques sur 2 ans, 73% sur 5 ans.

Fonctionnement
Perturbe tous événements médiatisés par les cations monovalents, Na+, K+, i.E. toutes les fonctions de neurotransmission, divers métabolismes membranaires.

Sites
Pas de sites spécifiques
Diminution non-spécifique de toute l’activité nerveuse.

Types
sels de lithium
carbonate de lithium (Teraluthe)
gluconate de lithium (Neurolithium)

autres
carbamazepine (Tegretol)
valpromide (Depamide)

Combinaison
Avec neuroleptiques, surtout haloperidol (Haldol) et risperidone, augmentation de la possibilité d’encéphalites irreversibles.
Avec électrochocs, augmentation des syndromes cérébraux, avec délires.
Réactivation de la dyskinésie tardive (TD) avec le traitement.
Tous les antidépresseurs ajoutés peuvent augmenter l’effet maniaque.
Haldol et Proxilin sont souvent ajoutés pour enforcer les effets du carbonate de lithium.
L’acide valproic et le divalproec sodium (Depakene, Depakote), utilisés contre les crises d’épilepsie sont données généralement en doses massives pour tenter d’étouffer les “excès”. Elles sont hépatotoxique, particulièrement chez les enfants. Sédation, tremblements, ataxie.
Carbamazepine (Tegretol), anticonvulsant, antitics, est proche des tricycliques. Sédation, confusion, termblements, psychose, troubles de mémoire.
Clonazepam (Klonopin, ), benzodiazepine antianxieux, sédation, rebond et symptômes de retrait, addiction, anormalités de comportement.
Verapamil (Calan, ), bloqueur des canaux du Ca++, utilisé pour le traitement des troubles cardiaques.
Clonidine, antihypertension, retrait peut produire un rebond hypertensif. Sédation, cauchemars, insomnie, agitation, angoisse, dépression, hallucinations.

Symptômes de sevrage
Peut produire des épisodes maniaques.
Démence induite et autres détériorations neurologiques graves.
Cas de dialyse antitoxique du lithium: peuvent tomber en démence.
Séquelles persistantes chez 30% des patients examinés.


_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/


Dernière édition par michel le Ven 28 Mar - 6:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
michel
Admin
Admin


Messages : 5587
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: le lithium   Ven 28 Mar - 6:29

LE LITHIUM

http://www.antipsychiatry.org/fr-drugs.htm

On dit que le Lithium peut aider les gens dont l’humeur change périodiquement de très joyeuse à très mauvaise. Les psychiatres appellent cela le trouble maniaco-dépressif ou maladie bipolaire. Le lithium fut décrit pour la première fois comme un médicament psychiatrique en 1949 par le psychiatre Australien, John Cade. Selon un traité de psychiatrie: “Pendant qu’il faisait des expériences sur les animaux, Cade remarqua, presque par hasard, que le lithium rendait les animaux léthargiques, ce qui lui donna l’idée d’administrer cette substance à plusieurs patients psychiatriques agités. ” Selon ce traité: “ce fut un moment clé dans l’histoire de la psychopharmacologie” (Harold I. Kaplan, M.D. & Benjamin J. Sadock, M.D., Clinical Psychiatry (Psychiatrie Clinique), Williams & Wilkins, 1988, p. 342). Mais si vous ne voulez pas être léthargique, prendre du lithium serait d’un avantage douteux. Un supporter du lithium comme thérapie psychiatrique admet que le lithium cause : “un sentiment plutôt dépressif , généralement léthargique”. Il appelle ça, “la léthargie standard” causée par le lithium. (Roger Williams, "A Hasty Decision? Coping in the Aftermath of a Manic-Depressive Episode", American Health magazine, Octobre 1991, p. 20). De la même manière, un membre de ma famille fut diagnostiqué comme maniaco-dépressif et on lui donna une ordonnance pour du carbonate de lithium.. Il me confia, des années plus tard, “Le lithium me protégeait de mes hauts mais pas de mes bas. ” Cela, ne doit pas être une surprise qu’un médicament induisant la léthargie ait cet effet. Aussi surprenant que cela puisse paraître, les psychiatres affirment quelques fois que le lithium enlève les sentiments de dépression., comme si s’était possible, qu’un médicament induisant la léthargie comme le lithium (ainsi que la plupart des médicaments psychiatriques) n’augmente pas les sentiments de dépression et de malheur – même si on leurs donnent le nom d’antidépresseurs.

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
michel
Admin
Admin


Messages : 5587
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: le lithium   Ven 28 Mar - 6:35

http://bipolaireinfo.sosblog.fr

Les réactions de sevrage du lithium et des anticonvulsivants Le
sevrage du lithium soulève l'épineuse question de confondre les
difficultés de sevrage avec la rechute. En fait, les réactions de
sevrage au lithium imitent les mêmes symptômes maniaques qui ont mené au
traitement au lithium. Les médecins prescrivent le lithium
essentiellement pour traiter les manies; souvent, les
problèmes de manies suivent le sevrage de lithium. Comment le médecin ou
le patient peut-il savoir s'il s'agit de sevrage ou d'un retour au
problème psychiatrique original? Certains
médecins refusent de voir un syndrome spécifique de sevrage du lithium.
D'autres suggèrent qu'un syndrome de sevrage véritable du lithium ne
peut pas seulement ressembler à de la manie mais que les « tremblements,
les étourdissements et quelques fois les crises épileptiques »
devraient aussi être observés. Nous croyons toutefois que ces
opinions-ci ne sont que d’autres occasions où les médecins ont, sans
plus penser, attribué des réactions de perturbations après un sevrage de
la drogue à la «maladie sous-jacente» du patient plutôt qu’au
traitement pharmacologique comme tel. Le
retour rapide de la phase maniaque peut se produire même parmi les
patients qui ont pris du lithium pendant des années, sont apparemment
«bien stabilisés» et sont sevrés depuis seulement quatre ou cinq jours.
Dans une étude, on a substitué la dose de 21 patients précédemment en
phase maniaque par des placebos. Ils avaient pris du lithium de façon
continue en moyenne pendant environ quatre ans. Les auteurs écrivent:
« En 14 jours de placebos, 11 patients ont rechuté dans un état grave de
psychose avec syndromes paranoïde, maniaque et dépressif…La plupart des
autres patients qui n'avaient pas rechuté rapportèrent de l'anxiété, de
la nervosité, de l'irritabilité et un éveil accru et des troubles du
sommeil.» Une
recension des écrits a systématiquement examiné quatorze études
publiées de sevrage du lithium impliquant 257 patients
«maniaco-dépressifs» avec en moyenne 30 mois de traitement stable de
lithium. Des nouveaux épisodes maniaques, plus de 50 % se sont produits
dans les trois mois de sevrage. On a aussi observé une augmentation
dramatique par 28 du risque de nouveaux épisodes maniaques pour les
patients récemment sevrés du lithium. Une autre recension d'études,
publiées ou inédites, sur le sevrage du lithium arrivèrent à des
conclusions semblables. Ces preuves amenèrent un médecin à déclarer
candidement: « De francs symptômes maniaques sont les caractéristiques
qui définissent les effets significatifs du sevrage et apparaissent être
comparables dans leur gravité à ceux qui se manifestent généralement
dans les maladies de manies et requièrent généralement une
hospitalisation.» Une
augmentation de l'énergie et de l'éveil, une réaction émotionnelle
accrue, une concentration plus vive et une baisse de la soif sont
souvent rapportées même chez les patients qui n'éprouvent pas de manie pendant leur sevrage. Un éditorial du British Journal of Psychiatry
soutient ouvertement que lorsque des patients prennent du lithium
pendant moins de deux ans, il est très fréquent qu'ils traversent des
épisodes maniaques peu de temps après le sevrage. L'auteur, un
psychiatre, croit qu'il s'agit de véritables effets de
sevrage et recommande d'informer les patients du danger avant qu’ils
décident de se soumettre à un traitement au lithium. Néanmoins, le même
psychiatre maintient que de prendre du lithium pendant plus de dix ans
ne comporte pas ce risque de sevrage. Cette conclusion contredit
l'expérience clinique bien acceptée qui indique que plus longtemps la
drogue est prise, plus grand est le risque de réactions de sevrage. Les
psychiatres ont commencé tardivement à réaliser que la récurrence
rapide de manies après le sevrage de lithium est un véritable effet de
sevrage. Toutefois, il n'y a aucun doute que plusieurs médecins
continuent d'attribuer la manie provoquée par le sevrage à la « maladie
chronique » de leurs patients. Ces médecins persistent ensuite à exposer
leurs patients au lithium malgré ses effets néfastes à long terme. Le
Tegretol (carbamazépine) est un anticonvulsant largement utilisé pour
traiter plusieurs problèmes, y compris la manie. Au moment du sevrage,
le Tegretol peut provoquer des explosions de colère - dont la paranoïa,
l'hostilité et l'agitation - chez les personnes qui étaient déjà
perturbées. Ces réactions de sevrage peuvent aussi se produire chez des
individus qui sont stables mentalement, comme dans un cas documenté
impliquant un patient traité pour un trouble physique. D'autres
anticonvulsants ou anti-épileptiques, comme le Depakene (acide
valproïque), le Depakote (divalproex sodium), et le Dilantin
(phenytoin), sont aussi largement prescrits en psychiatrie. Le risque de
crises doit être considéré lors d'un sevrage de n'importe quel
anticonvulsant, qu'il y ait présence ou non de convulsions précédemment.
D'autres symptômes communs de sevrage d'anticonvulsants peuvent aussi
inclure l'anxiété, les contractions musculaires, les tremblements, la
faiblesse, la nausée et les vomissements.

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
aixur



Messages : 62
Date d'inscription : 24/07/2013

MessageSujet: Re: le lithium   Ven 28 Mar - 19:36

Dès qu'un médicament entraine des effets de type opiacé (effet calmant, somnifère, décontractant musculaire, etc...), il y a forcément les effets secondaires de type opiacé qui vont avec. Et même chose avec le sevrage.

Ça se confirme une fois de plus avec ce qui est dit ici sur le lithium.
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin
Admin


Messages : 5587
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: le lithium   Ven 28 Mar - 22:07

bonsoir

Je sais que certaines victimes sur ce forum ne savaient rien sur le lithium.
Maintenant, il y a l'info.

michel

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
aixur



Messages : 62
Date d'inscription : 24/07/2013

MessageSujet: Re: le lithium   Sam 29 Mar - 11:37

Oui, tout ça fait. Tout ce qui est dit plus haut n'est pas très connu. Généralement, on pense que le lithium est sans effets secondaires.

D'où la nécessité du présent topic.
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin
Admin


Messages : 5587
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: le lithium   Dim 20 Juil - 21:53

sel de lithium

"Le mot lithium dérive du terme grec lithos, qui signifie pierre, parce que le lithium provient d’un minerai. C'est un élément chimique proche du sodium et du potassium. Il est largement répandu dans la nature, il est extrait des mines de la Caroline du Nord. L'organisme humain contient des quantités infimes de lithium. Il est prescrit en thérapeutique sous forme de sels (carbonate, sulfate ou acétate de lithium), essentiellement pour la prévention des rechutes des troubles de l’humeur (action thymorégulatrice, du grec thumos, humeur).

En France, ils sont commercialisés sous deux formes (orales) incluant le carbonate de lithium, comprimés dosés à 250 mg et à 400 mg à libération prolongée et le gluconate de lithium en ampoules buvables de 5 à 10 mL"

http://fr.wikipedia.org/wiki/Sel_de_lithium

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
michel
Admin
Admin


Messages : 5587
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: le lithium   Mar 23 Déc - 7:34

Lithium : Les intoxications aiguës, erreur de prise ou int oxication volontaire le plus souvent, peuvent entraîner le décès par défaillance cardiovasculaire et des complications neurotoxiques pouvant donner des séquelles irréversibles (démences, neuro pathies diverses).

http://terrefuture.blog.free.fr/public/blowup-images/Lithium.pdf

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
michel
Admin
Admin


Messages : 5587
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: le lithium   Sam 25 Juil - 14:46

Le profil d'effets indésirables du lithium est principalement constitué de :

troubles digestifs : nausées, diarrhées, anorexies, dysgueusies ;
troubles neurologiques et psychiques : tremblements fins des extrémités et de la mâchoire, sensations vertigineuses, faiblesses musculaires et sensations étranges, convulsions, léthargies, ataxies, troubles de la coordination, acouphènes, visions troubles, hyperexcitabilités musculaires, mouvements choréoathétosiques, dysarthries, confusions ;
symptômes sérotoninergiques ;
prises de poids et œdèmes ;
hypercalcémies, hypermagnésémies ;
hyperleucocytoses ;
aggravations de troubles cutanés tels que acné, psoriasis, éruption ;
hypothyroïdies, ou plus rarement hyperthyroïdies, hyperparathyroïdies ;
soifs, polyuries, polydipsies, diabètes insipides, diminution progressive de la capacité de concentrer les urines notamment chez des patients ayant des antécédents d'intoxication au lithium, néphropathies et insuffisances rénales rares chez les patients sans antécédents d'intoxication au lithium ;
troubles de la repolarisation, troubles de la conduction, bradycardie.

La plupart des effets indésirables du lithium sont dose-dépendants et sont fréquents lorsque la lithémie dépasse 1,5 mEq/l. Mais ils apparaissent parfois pour des concentrations plasmatiques moins élevées.

En cas de surdose, avec lithémie supérieure à 2 mEq/l, apparaissent : syndromes cérébelleux, hyperréflexies, hyperextensions des membres, syncopes, psychoses toxiques, convulsions, polyuries, insuffisances rénales, troubles électrolytiques, déshydratations, insuffisances circulatoires, comas et décès.

Le lithium est tératogène. L'effet malformatif touche essentiellement le cœur et les gros vaisseaux.

http://www.prescrire.org/Fr/101/325/47320/0/PositionDetails.aspx

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
michel
Admin
Admin


Messages : 5587
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: le lithium   Mar 11 Aoû - 7:56


_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/


Dernière édition par michel le Mer 20 Juil - 23:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
michel
Admin
Admin


Messages : 5587
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: le lithium   Mar 11 Aoû - 8:27


_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: le lithium   Aujourd'hui à 17:34

Revenir en haut Aller en bas
 
le lithium
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Achat groupé de piles lithium 3.6 volts 1/2 AA.
» LITHIUM
» Le lithium peut-il aider à guérir le cerveau ?
» lithium
» Lithium et aspirine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Informations et entraide au sevrage des benzodiazépines et somnifères  :: sevrage benzodiazépines et somnifères :: Liens d'information-
Sauter vers: