Informations et entraide au sevrage des benzodiazépines et somnifères

INFORMATIONS PSYCHOTROPES ET MEDICAMENTS, SEVRAGE DES PSYCHOTROPES, ENTRAIDE, LUTTE CONTRE LES PRESCRIPTIONS DE PSYCHOTROPES, INFORMATIONS SANTE, INFORMATION DES VICTIMES, MEDICAMENTS DANGEREUX...
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 cancer : la technologie de Rife

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
michel
Admin
Admin


Messages : 5584
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: cancer : la technologie de Rife   Ven 29 Nov - 0:47

colas a écrit:
qu'ils ne sont plus qu'un légume vivant
Si tu connais un peu les psychotropes, je pense que tu sais que le plus souvent, on les transforme en légume !!
J'ai réussi a faire stopper sur le champ, un traitement au primpéran (neuroleptique caché) pour des soit disant retour gastrique et mon père semble un peu mieux et révellé depuis.
C'est peut-être cela ou non, je ne sais pas encore, mais bon....

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com En ligne
colas



Messages : 803
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 66
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: cancer : la technologie de Rife   Ven 29 Nov - 14:35

en général, quand on commence à expliquer à un médecin traitant que ce qu'il a prescrit n'est pas très bon, arrogants comme ils sont, intouchables, ils sont prêts à virer le malade de leur cabinet, ce qui m'est arrivé, et à l'hopital cela ne doit pas être mieux , vu que ce sont les mêmes; surtout après tout ce que Aixur a dit,
pour mon cas, dans l'état d'excitabilité et de panique où je me trouve, impossible d'aller à l'hôpital pour quoi que ce soit, ayant des problèmes par ci par là, je crèverais chez moi, ce ne sera peut-être pas pire qu'à l'hosto
fais pour le mieux pour ton père!...
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin
Admin


Messages : 5584
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: cancer : la technologie de Rife   Lun 23 Déc - 19:18

bonsoir

J'ai fait tout ce que j'ai pu.
Je me suis fait virer par l'oncologue parcequ'ils le laissaient mourir de dénutrition.
Ils ont fini par me promettre, mais n'ont absolument rien fait.
Ils l'ont donc assassiné.
C'est de l'euthanasie passive.
Ce sont parmis les pires ordures de la terre !!!

Je hais les oncolongues !!!!!!!!!

Une chose est sur, mon père n'est pas mort de son cancer !!

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/


Dernière édition par michel le Lun 23 Déc - 19:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com En ligne
michel
Admin
Admin


Messages : 5584
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: cancer : la technologie de Rife   Lun 23 Déc - 19:24

Lorsque j'ai interdit a l'infirmière de prescrire des benzos a mon père car il était sous opioide et qu'il y avait donc un risque mortel.
Elle a rit et m'a dit que quasi tout le service était sous ce coktail et qu'ils n'étaient pas morts.

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com En ligne
aixur



Messages : 62
Date d'inscription : 24/07/2013

MessageSujet: Re: cancer : la technologie de Rife   Lun 23 Déc - 23:15

Eh oui. C'est ce à quoi on pouvait s'attendre, hélas.

Une nouvelle fois, désolé pour ton père.

Ils l'ont effectivement clairement assassiné.

Et une fois le parent ou le proche entre leurs mains, on ne peut quasiment plus rien faire.


Une petite note positive pour le futur, c'est que les américains ont l'air de se réveiller sur ce sujet. Je vois de plus en plus de blogs en langue anglaise qui en parlent et qui ont bien saisi que très souvent les médecins assassinent les patients à l'aide du trio morphine/suppression de l'alimentation/déshydratation (là-bas, ça se passe dans les "hospices").
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin
Admin


Messages : 5584
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: cancer : la technologie de Rife   Ven 17 Jan - 3:38

« Depuis plusieurs années, nous contestons cette façon indirecte de provoquer des euthanasies, avec des pratiques qui ont eu tendance à se développer dans les services hospitaliers. Non seulement ces euthanasies ne respectent pas l’éthique soignante en décidant de provoquer la mort par dénutrition, mais elles conduisent les partisans de l’injection létale à parler d’hypocrisie de la loi. Pour nous, si la « sédation en phase terminale » est une pratique légitime, lorsqu’elle devient le seul moyen de soulager le patient, il ne faut pas la confondre avec une « sédation terminale » qui vise à accompagner certains arrêts d’alimentation et d’hydratation à visée euthanasique. »

http://www.alliancevita.org/2013/07/alliance-vita-salue-lavis-du-ccne-contre-le-°°°°°°°-assiste-et-leuthanasie/

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com En ligne
michel
Admin
Admin


Messages : 5584
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: cancer : la technologie de Rife   Mar 18 Oct - 5:28

On y parle de la tchnologie de rife :


_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com En ligne
michel
Admin
Admin


Messages : 5584
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: cancer : la technologie de Rife   Mar 18 Oct - 5:56

[quote="aixur"]
Citation :
Et puis il y a des cancers totalement bidons, comme la leucémie, ou pratiquement totalement bidons (99,9 % des cancers des os).


bonjour aixur Smile

Que se passe t il pour le cancer des os ?

michel

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com En ligne
michel
Admin
Admin


Messages : 5584
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: cancer : la technologie de Rife   Mar 18 Oct - 6:17

aixur a écrit:
A mon avis, pratiquement tout marche contre le cancer, tout simplement parce que 90 ou 95 % du temps, il n'y a pas de cancer. La plupart des diagnostics sont bidons.


Je n'avais pas encore compris, quand tu as écris cela.

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com En ligne
aixur



Messages : 62
Date d'inscription : 24/07/2013

MessageSujet: Re: cancer : la technologie de Rife   Mar 18 Oct - 10:25

michel a écrit:
aixur a écrit:
A mon avis, pratiquement tout marche contre le cancer, tout simplement parce que 90 ou 95 % du temps, il n'y a pas de cancer. La plupart des diagnostics sont bidons.


Je n'avais pas encore compris, quand tu as écris cela.


En y repensant, je pense qu'on peut affiner cette réflexion. Oui, tout marche. Mais tout ne va pas forcément marcher 100 % du temps à tous les niveaux (mortalité et disparition du problème).

Au niveau du taux de mortalité, celui-ci va s'effondrer et être extrêmement bas. Donc, là, oui, ça sera bon.

Mais, concernant les symptômes, c'est moins évident. En effet, dans la mesure où on a des cas avec des problèmes réels (même si non cancéreux), il va y avoir des situations où le problème semblera ne pas être réglé, voire même semblera s'aggraver si la cause sous-jacente n'a pas été traitée.

Par exemple, pour le cancer du sein, si une femme a un blocage lymphatique ou sanguin au niveau du sein, et que celui-ci n'est pas résolu, il va persister. Et du coup, la grosseur non cancéreuse qui en résulte va rester (et peut-être même grossir encore un peu). La situation peut même empirer, avec le sein qui se nécrose. Ça va souvent régresser tout seul. Mais parfois, ça va persister ou empirer.

Dans ce cas, sans même passer par le prisme de l'orthodoxie médicale, le traitement non conventionnel apparaitra aux yeux de tous comme un échec.

Et puis surtout, il y a le prisme de l'orthodoxie médicale. Si la personne continue à utiliser la médecine officielle pour le diagnostic, les médecins diront dans un certain nombre de cas que la tumeur n'a pas régressé et donc que le traitement alternatif n'a pas réussi et que le docteur non officiel est un charlatan. Et ils auront particulièrement tendance à continuer à "voir" le cancer initial, pour plus ou moins inconsciemment punir le patient d'avoir choisi une autre médecine que la leur.

Dans ce cas, ils auront très tendance à considérer que le cancer s'est étendu et que la personne est désormais en phase terminale. A cause de ce diagnostic de phase terminale, ils euthanasieront la personne. Et ils diront que c'est le cancer qui l'a tué et que c'est la faute du "charlatan" alternatif.

Donc, le taux de réussite du traitement alternatif dépendra en fait du pourcentage de patients qui auront complètement coupé les ponts avec la médecine officielle. S'il y en a beaucoup, comme très peu mourront (peut-être 2 %), le traitement alternatif apparaitra comme une réussite. Sinon, beaucoup se feront "rattraper" par la médecine officielle via le diagnostic et mourront euthanasiés. Donc, le taux de réussite du traitement alternatif apparaitra comme beaucoup moins bon. Et même si ça ne va pas jusqu'à l'euthanasie, comme les médecins diront qu'il n'y a pas eu guérison, là-aussi, le taux de guérison du traitement alternatif semblera assez mauvais.

A cause de ces limitations, même un traitement alternatif qui semble marcher pour plein de gens pourra être descendu en flamme par l'orthodoxie médicale, et même sembler peu sûr pour tous les gens n'étant pas allé chercher plus loin que les données présentées par la médecine officielle. Il y aura effectivement plein de témoignages de gens ayant été "guéris" de leur cancer (en fait guéris de rien du tout, puisqu'il n'y avait rien ; ou alors de quelque-chose, mais n'ayant rien à voir avec un cancer). Mais en face, il y aura aussi de nombreux cas de gens n'ayant pas été guéris (cas reposant pour la plupart sur l'interprétation des médecins, mais pour un certain nombre non) ou qui sont morts (la plupart de ceux-ci ayant été en fait tués par les médecins). Et le grand public, et même les gens qui s'informent et pensent, auront tendance à se dire que le traitement n'est pas si efficace et que celui qui en fait la promotion est probablement un charlatan.
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin
Admin


Messages : 5584
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: cancer : la technologie de Rife   Mar 18 Oct - 17:09

Merci pour ta réponse Smile

Mais tu n'as pas du voir la question précédente :

Que se passe t il pour le cancer des os ?

michel

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com En ligne
aixur



Messages : 62
Date d'inscription : 24/07/2013

MessageSujet: Re: cancer : la technologie de Rife   Jeu 20 Oct - 19:30

Pour le cancer des os, déjà, il faut savoir que la plupart du temps, l'orthodoxie médicale dit qu'il s'agit de métastases, et pas d'un cancer primaire.

Ça signifie que, souvent, les lésions identifiées par les médecins vont être très petites, voire minuscules. Donc, ça veut dire que les cancérologues peuvent inventer des cancers à partir de rien ou de pas grand-chose. Du coup, très souvent, les cancers des os vont être de pures inventions basées sur la détection d'artefacts ou d'anomalies insignifiantes (à la radio où à la biopsie).

Et puis, quand il y a vraiment quelque-chose, il est clair que là, très souvent, ça va être une conséquence des traitements anticancéreux. Il ne s'agira pas de cancer, mais de destruction ou de déstructuration de l'os à cause des chimiothérapies ou des rayons (dans le cas des cancers de la prostate).

Par ailleurs, il faut voir aussi que souvent, il n'y a pas développement de l'os, mais destruction de l'os. Ce qui fait qu'on aboutit à cette situation assez ridicule où, alors que tous les autres cancers se caractérisent par une accumulation de matière, ici, on a souvent une destruction de matière. C'est clairement n'importe quoi. Alors, bien sûr, l'orthodoxie a une explication. Apparemment, elle dit qu'il y a deux types de cellules dans la moelle osseuse, des qui construisent l'os et d'autres qui le détruisent. Donc là, ça serait des cellules destructrices qui se développeraient anarchiquement. On peut penser que cette histoire de cellules destructrices a été inventée afin de justifier cette histoire de cancer détruisant l'os. Cancer détruisant l'os lui-même inventé pour créer encore des cas de cancer de plus et ne pas remettre la responsabilité de ces endommagements sur la chimiothérapie et les rayons.

Et dans la plupart des autres cas, il ne semble pas qu'il y ait accumulation d'os à l'extérieur, mais une sorte de reconfiguration interne ; ou une accumulation, mais, là-aussi interne, et donc forcément d'importance limitée en terme de masse développée.

Déjà rien qu'avec des trois éléments, on voit bien le côté très bidon de ce type de cancer.


Pour aller plus dans les détails, on a donc plusieurs situations.


1) On a des cas où, suite à la chimio et aux rayons, la personne va avoir des douleurs articulaires ou musculaires aux membres, mais sans aucun endommagement réel de l'os.

Il y a plusieurs causes possibles à ces douleurs.

- la chimio ou d'autres médicaments ont endommagé les muscles ou/et les articulations.

- la chimio ou d'autres médicaments provoque des douleurs (effet neurologique)

- à un moment, il y a baisse du taux de cortisol, ce qui entraine une vasodilatation, et donc souvent provoque des douleurs articulaires.

- La diminution de l'effet de substances opiacés peut aussi provoquer des douleurs musculaires ou articulaires, parce qu'alors, le signal nerveux a tendance à être amplifié.

Donc là, il n'y aura aucune anomalie réelle dans l'os. Mais il y aura diagnostic de cancer des os à partir d'artefacts ou de minuscules anomalies détectés à la radio, ou/et parce que la biopsie sera apparue comme cancéreuse. Et si les cancérologues détectent ces anomalies, ça sera essentiellement à cause des déclarations de la personne comme quoi elle ressent des douleurs articulaires ou musculaires.


2) On a les cas intermédiaires où il y a réellement des lésions ou anomalies ; mais, de petite taille (et non cancéreuses bien sûr). Et les cancérologues vont dire que c'est cancéreux parce que la personne a déjà un autre cancer par ailleurs. Non pas bien sûr, que le fait qu'il y ait un premier cancer soit suffisant pour poser un diagnostic de métastase. Mais ça va très fortement influencer le diagnostic radiologique et biopsique.

Ces lésions et anomalies pourront avoir été causées par la chimiothérapie (et autres traitements annexes donnés à causes des effets secondaires de cette dernière). Mais elles pourront aussi pour une certaine part avoir été causées par des traitements pris par ailleurs par le patient (pour le diabète, le cholestérol, l'hypertension, etc...). Ce qui signifie que dans certains cas, les lésions seront en fait assez anciennes.

On pourrait dire que dans ce cas, vu que ces lésions ne faisaient pas souffrir avant, il n'y a pas de raison qu'elles fassent souffrir au moment de la chimiothérapie. Mais en fait, les deux problèmes vont souvent être indépendants. Dans ce cas précis, les traitements du cancer ne vont pas aggraver ces lésions, mais ils vont provoquer des douleurs musculaires ou articulaires (qui n'auront rien à voir avec ces dernières) comme on a pu le voir dans la liste précédente.


3) Enfin, on a les cas où il y a effectivement quelque-chose. Et là, soit il y a destruction de l'os, soit reconfiguration.


3,1) Dans le cas de la destruction, la cause va généralement être soit :


3,1,1) l'absorption de produits anticoagulants (ce qui est le cas des chimiothérapie) qui vont rendre la moelle osseuse trop fluide.

Ou alors, qui vont entrainer des saignements dans la moelle osseuse, ce qui entrainera un défaut de conception de la moelle osseuse ou son arrêt.

Ou alors, ça entrainera une inflammation qui va provoquer une acidose locale et la multiplication de bactéries qui vont acidifier encore plus la zone en se développant sur les cellules mortes de la moelle rouge. Souvent, il va y avoir attaque de l'os par l'intérieur et par l'extérieur (s'il y a une zone inflammatoire aussi à l'extérieur de l'os. Ca va se produire plus particulièrement aux extrémités des os, par exemple au niveau du genou). Il va y avoir alors désagrégation de la zone.

Il peut y avoir infiltration de la moelle jaune de l'os par du sang. Du coup, des bactéries peuvent se développer dans la moelle jaune et détruire l'os de l'intérieur par acidification.

3,1,2) l'absorption de produits entrainant une surconcentration sanguine, ce qui aboutit à la formation de caillots sanguins dans la moelle osseuse, ce qui entrainera une nécrose et donc une destruction de l'os. La formation de caillots est favorisée s'il y a en plus absorption de produit de type opiacé, qui vont ralentir le flux sanguin (plus un liquide chargé en particules collantes va lentement, et plus il y a risque que ces dernière s'agrègent les unes aux autres).

3,1,3) éventuellement une acidose causée par l'absorption de médicaments agressifs pour le corps. La moelle osseuse ne va plus pouvoir agglomérer l'os nouvellement produit.


3,2) Dans le cas de la reconfiguration osseuse les causes vont être un peu similaires, mais avec une conséquence différente.

Ce qui va probablement souvent se passer, c'est qu'il va y avoir endommagement partiel de l'intérieur de l'os, suivi d'une reconstruction mal réalisée.

3,3) Dans le cas de l'accumulation interne, il est possible qu'il y ait une surcalcification suite à une agression de la zone.



Il faudrait trouver les statistiques, mais à mon avis, les cas 1 et 2 doivent représenter l'écrasante majorité des cas. Le cas 3 doit arriver assez rarement. Donc, dans la très grande majorité des cas, il n'y a rien ou pratiquement rien.


Dernière édition par aixur le Ven 21 Oct - 17:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin
Admin


Messages : 5584
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: cancer : la technologie de Rife   Ven 21 Oct - 5:00

Merci aixur Smile

Cette partie du forum est en lecture libre, et j'espère que de nombreuses personnes vont lire tes messages.

bonne journée

michel

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com En ligne
colas



Messages : 803
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 66
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: cancer : la technologie de Rife   Ven 21 Oct - 12:46

Bonjour Aixur,

Citation :
Pour le cancer des os, déjà, il faut savoir que la plupart du temps, il s'agit de métastases, et pas d'un cancer primaire.

Ça signifie que, souvent, les lésions vont être très petites, voire minuscules. Donc, ça veut dire que les cancérologues peuvent inventer des cancers à partir de rien ou de pas grand-chose. Du coup, très souvent, les cancers des os vont être de pures inventions basées sur la détection d'artefacts ou d'anomalies insignifiantes (à la radio où à la biopsie).

Et puis, quand il y a vraiment quelque-chose, il est clair que là, très souvent, ça va être une conséquence des traitements anticancéreux. Il ne s'agira pas de cancer, mais de destruction ou de déstructuration de l'os à cause des chimiothérapies ou des rayons (dans le cas des cancers de la prostate).


j'ai un peu de mal à tout comprendre, je n'ai pas les bases suffisantes de départ, donc je vais rester basique et simple

ta 1e phrase dit , si j'ai bien compris, pour le cancer des os, très très souvent il s'agit de métastases, donc cancer généralisé...
pour moi une métastase c'est un cancer qui se dissémine , donc c'est plein de petits cancers, cela change quoi, si c'était un primaire?
un primaire on peut localement l'enlever, un généralisé c'est pire, les carottes sont cuites, on ne peux plus les enlever même s'ils sont à un stade de début, et là, les rayons détruisent tout, et en général, les médecins annoncent que c'est trop tard, comme pour ma mère, il s'est généralisé, donc ils ne devraient pas bombarder aux rayons et avec la chimio(là il y a des abus, ils donnent de faux espoirs et en avant le tiroir caisse pour un malade dont l'issue est connue)mais je ne parle pas de ce point
cancer primaire, c'est pas bon, mais métastases c'est sauve qui peut

j'avoue que j'ai du mal à te suivre dans les détails, mais bon, les psychotropes sont passés par là peut-être

ce qui me déroute c'est qu'au départ" la plupart du temps on a un cancer généralisé des os"
et à la fin tu annonces que "dans la très grande majorité des cas, il n'y a rien ou pratiquement rien"
je sais que c'est sorti de son contexte, mais bon, je vois pas,
Revenir en haut Aller en bas
aixur



Messages : 62
Date d'inscription : 24/07/2013

MessageSujet: Re: cancer : la technologie de Rife   Ven 21 Oct - 17:56

Eh bien, c'est tout simple Colas. Vu que je fais une critique de la théorie officielle, je reprends au départ l'interprétation officielle (elle dit que la plupart des cancers des os sont de type métastases). Et ensuite, je donne mon interprétation : "en fait, il n'y a rien. Ce ne sont pas des métastases, donc pas des cancers".

Mais bon, puisque ça n'est pas clair pour tout le monde, je vais corriger mon début de texte et préciser ça.

Et sinon, l'avantage des cancers des os que les médecins disent métastasés par rapport aux cancers des os qu'ils disent primaires, c'est qu'ils peuvent très bien ne rien trouver à l'imagerie, ou pratiquement rien, et dire quand même que c'est un cancer des os ; vu que les métastases sont supposées par eux être de petite taille. Alors que vu que les cancers des os primaires sont supposés être beaucoup plus gros, ils peuvent moins facilement inventer.
Revenir en haut Aller en bas
aixur



Messages : 62
Date d'inscription : 24/07/2013

MessageSujet: Re: cancer : la technologie de Rife   Sam 22 Oct - 1:55

michel a écrit:
Merci aixur Smile

Cette partie du forum est en lecture libre, et j'espère que de nombreuses personnes vont lire tes messages.

bonne journée

michel


Merci Michel,

Sinon, concernant une des causes de destruction de l'os que j'ai trouvée (celle via les bactéries), je pense que ça pourrait être assez fécond par ailleurs.

Ça pourrait expliquer la formation de grosseurs au niveau des articulations, et même de tous les endroits des membres (ou même ailleurs quand il y a un os à proximité). L'idée, c'est que la destruction avancée de l'os va plus ou moins souvent impliquer une attaque aussi par l'extérieur, et donc, la présence d'un œdème externe.

Je ne sais pas encore très bien quelle est la fréquence d'une telle affection chez les êtres humains (ça peut être considéré comme cancéreux ou pas). Mais on retrouve des photos de ce genre de chose chez les chiens. Ce problème chez ces derniers doit venir du manque d'activité, d'une nourriture inadaptée (riz par exemple, croquettes), des vaccins, de la prise de médicaments (comme la cortisone), etc...

Par ailleurs, ça pourrait expliquer certaines affections des pattes chez les bovins ou les ovins (avec destruction de l'os ou du sabot), qui sont considérées souvent comme d'origine microbienne. Effectivement, il y a présence de bactéries, mais les bactéries étaient déjà présentes avant l'apparition du problème (il ne s'agit donc pas d'une infection). Le problème, c'est qu'elles se sont multipliées. Et elles se sont multipliées parce qu'il y a eu inflammation de la moelle osseuse causée par un blocage du flux sanguin ou un saignement. En fait, ces affections sont causées par les conditions d'élevage, qui conduisent à ces problèmes de blocage sanguin ou de saignement dans les pattes (immobilité, usage d'antibiotiques, vaccination, alimentation trop riche en protéines, etc...).
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin
Admin


Messages : 5584
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: cancer : la technologie de Rife   Dim 23 Oct - 3:52

bonsoir aixur  Smile

Il y a quand même un truc qui me turlupine : quand tu dis que c'est la morphine et ses dérivés qui tue les gens.

Pour le cocktail benzo + opioîde, je suis d'accord et je le démontre ici :

http://cancer.sosblog.fr/victimes-b1/opiaces-opioides-antidouleurs-et-benzodiazepines-b1-p173.htm

Il y a pourtant bon nombre de "drogués" qui vivent avec leurs doses de méthadone ou autres, chaque jour, non ?

Même si c'est vrai que l'oxycondin tue :

https://web.archive.org/web/20131028020959/http://www.oxycontinkills.info/index.html

C'est plus une question de dose, non ?

Et sans doute de métabolisation chez les personnes agées, certainement :

http://cytochromep450.sosblog.fr/victimes-b1/metabolisation-b1-p26.htm

bonne journée

michel

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com En ligne
aixur



Messages : 62
Date d'inscription : 24/07/2013

MessageSujet: Re: cancer : la technologie de Rife   Dim 23 Oct - 9:20

Bonjour Michel,


Effectivement, il y a des drogués qui vivent avec la méthadone. Mais ce qui se passe, c'est que les médecins contrôlent les doses prescrites. Le drogué ne peut donc pas abuser. Et le médecin va prescrire des doses qui vont être suffisantes pour que le drogué se sente à peu près bien, mais sans plus. Donc, la personne va être dans un état à peu près normal. Elle sera loin de l'état d'un drogué à l'héroïne qui prend des doses très fortes d'opiacé parce qu'il recherche le flash. Par ailleurs, les drogués qui se soumettent à un traitement à la méthadone sont souvent des gens qui cherchent à contrôler leur addiction. Du coup, généralement, ils vont accepter de suivre le traitement de façon relativement scrupuleuse, sans chercher à tricher (ou en tout cas pas trop). Donc, les drogués qui prennent un traitement à la méthadone peuvent vivre avec pendant très longtemps.

En fait, vu qu'il y a accoutumance, ça n'est même pas vraiment la dose le problème, mais l'effet. Une personne peut prendre des doses très importantes d'opiacés. Mais si elle y est habituée, ça la maintiendra seulement dans un état normal (alors que ça pourrait tuer une personne qui en prend pour la première fois). Donc, les drogués peuvent prendre des doses puissantes de méthadone, et être dans un état de santé, de conscience et de stress à peu près normal qui ne sera pas si différent de l'état d'une personne non droguée. Ensuite, il faut voir les effets à terme sur le foie. Ça ne doit pas être très bon quand même. Mais globalement, elle peut durer comme ça pendant longtemps.

Le cas des personnes en phase terminale est très différent. Ici, il y a intention de tuer de la part des médecins. Ils estiment que la personne va mourir, et donc qu'ils lui font un fleur en abrégeant et en diminuant ses souffrances grâce à la morphine. Ils adaptent donc les doses pour faire en sorte que la personne souffre le moins possible. Autrement dit, ils l'assomment de morphine. Et ils augmentent régulièrement les doses pour que cette situation de demi-coma perdure. Et forcément, dans cet état grabataire, la personne ne peut plus se nourrir ou s'hydrater seule. Ce qui fait que si les infirmières n'insistent pas trop pour alimenter et hydrater la personne, celle-ci va rapidement maigrir et se déshydrater. Donc, elle va rapidement mourir, sans même que les médecins aient décidé de vraiment supprimer l'alimentation et l'hydratation. Et l'objectif des médecins de tuer la personne sera atteint.

Mais évidemment, comme l'objectif est de tuer, les médecins peuvent en plus décider de supprimer l'alimentation ou l'hydratation, ou les deux. Ils peuvent le faire soit tout de suite, en même temps qu'ils commencent à lui administrer les hautes doses de morphine, soit un peu après, si la personne ne meurt pas assez rapidement.

Mais bien sûr, ces hautes doses de morphine peuvent déjà suffire à tuer la personne directement, par hypotension ou insuffisance pulmonaire ou rénale. Si la personne n'est pas habituée à la morphine (ou à des doses importantes de morphine), ou si elle est déjà dans un état très fragile, c'est tout à fait possible. Donc, la personne peut mourir simplement à cause de la morphine en quelques jours.


Sinon, il y a les cas où la personne a une maladie supposément mortelle (genre cancer), pour qui c'est mal engagé, mais qui n'est pas encore considérée comme étant en phase terminale, et à qui on donne de la morphine pour soulager diverses douleurs.

Comme l'objectif est de supprimer la douleur, on va donner des doses de morphine relativement importantes. Et on va les augmenter régulièrement pour maintenir l'effet (et si jamais l'effet diminue trop, les symptômes de sevrage qui se manifesteront forcément conduiront le médecin à les augmenter à nouveau, et éventuellement à donner d'autres analogues d'opiacés). La personne va alors maigrir plus ou moins rapidement, parce que la morphine diminue très fortement l'appétit (et probablement qu'elle aura déjà maigri à cause de la chimiothérapie dans le cas d'un cancer). Et du coup, sa santé périclitera à peu près au même rythme. Et au bout de quelques mois, elle sera emmenée à l’hôpital dès que la moindre faiblesse se manifestera. Là, on lui collera facilement un diagnostic de phase terminale, et on entamera la procédure décrite plus haut (administration de très hautes doses de morphine, et éventuellement, suppression de l'alimentation et/ou de l'hydratation).


Donc, selon l'objectif des médecins (obtenir un état à peu près normal, ou la suppression de la douleur, ou une mort plus ou moins rapide, etc...), le résultat de l'administration de la morphine (ou autre opiacé ou analogue) peut conduire à des résultats très différents, parce qu'ils vont jouer sur les doses et sur l'augmentation des doses de façon différente.


PS : et sinon, il y a bien sûr le problème de la métabolisation des opiacés par les personnes âgées ou malades. Ça vient ajouter un paramètre supplémentaire au problème.
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin
Admin


Messages : 5584
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: cancer : la technologie de Rife   Dim 23 Oct - 21:06

Oui, c'est donc bien une question de dose chez des personnes qui n'en n'ont absolument pas l'habitude.
Une personne m'a dit un jour, qu'il avait pris pour voir, un quart de la dose d'un drogué qui vivait normalement, et qu'il était resté couché pendant trois jours sans pouvoir bouger.

Mais je pense que le cocktail benzo + opioîde doit être le plus utilisé.

michel

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com En ligne
michel
Admin
Admin


Messages : 5584
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: cancer : la technologie de Rife   Dim 23 Oct - 21:38

aixur a écrit:



Merci Michel,

Sinon, concernant une des causes de destruction de l'os que j'ai trouvée (celle via les bactéries), je pense que ça pourrait être assez fécond par ailleurs.

Ça pourrait expliquer la formation de grosseurs au niveau des articulations, et même de tous les endroits des membres (ou même ailleurs quand il y a un os à proximité). L'idée, c'est que la destruction avancée de l'os va plus ou moins souvent impliquer une attaque aussi par l'extérieur, et donc, la présence d'un œdème externe.

Je ne sais pas encore très bien quelle est la fréquence d'une telle affection chez les êtres humains (ça peut être considéré comme cancéreux ou pas). Mais on retrouve des photos de ce genre de chose chez les chiens. Ce problème chez ces derniers doit venir du manque d'activité, d'une nourriture inadaptée (riz par exemple, croquettes), des vaccins, de la prise de médicaments (comme la cortisone), etc...

Par ailleurs, ça pourrait expliquer certaines affections des pattes chez les bovins ou les ovins (avec destruction de l'os ou du sabot), qui sont considérées souvent comme d'origine microbienne. Effectivement, il y a présence de bactéries, mais les bactéries étaient déjà présentes avant l'apparition du problème (il ne s'agit donc pas d'une infection). Le problème, c'est qu'elles se sont multipliées. Et elles se sont multipliées parce qu'il y a eu inflammation de la moelle osseuse causée par un blocage du flux sanguin ou un saignement. En fait, ces affections sont causées par les conditions d'élevage, qui conduisent à ces problèmes de blocage sanguin ou de saignement dans les pattes (immobilité, usage d'antibiotiques, vaccination, alimentation trop riche en protéines, etc...).

bonsoir aixur

Alors, que conseilles tu, dans le cas ou l'on a déclaré a quelqu'un qu'il avait un cancer des os ?
Si tu peux donner des conseils ?

michel

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com En ligne
aixur



Messages : 62
Date d'inscription : 24/07/2013

MessageSujet: Re: cancer : la technologie de Rife   Ven 28 Oct - 18:04

michel a écrit:


bonsoir aixur

Alors, que conseilles tu, dans le cas ou l'on a déclaré a quelqu'un qu'il avait un cancer des os ?
Si tu peux donner des conseils ?

michel


Bonsoir Michel,

Eh bien, dans la mesure où le diagnostic de métastases osseuses est toujours bidon et que ce diagnostic signifie que la personne a quelque-chose comme 70 à 90 % de risques de mourir dans les 5 ans à venir, et qu'il est évident que ce qui cause la mort, c'est la chimiothérapie + la morphine + les traitements qui vont avec le diagnostic de phase terminale, il ne faut surtout pas accepter de subir les rayons et la chimiothérapie. Il ne faut pas prendre non plus d'antidouleurs à effet de type opiacé (morphine ou autres). Et bien sûr, il ne faut surtout pas croire le diagnostic de phase terminale ; parce que sinon, c'est accepter de se faire tuer à brève échéance par les médecins. Là, avec une probabilité de mourir de 70 à 90 %, là seule chose qu'il faut faire, c'est fuir les médecins.

Enfin, en tout cas, c'est que moi je ferais.
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin
Admin


Messages : 5584
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: cancer : la technologie de Rife   Sam 29 Oct - 2:10

bonsoir aixur Smile

Merci pour les conseils Smile
Mais que faire en cas de grandes douleurs ?
Car il me semble que certaines personnes aient mal, non ?

bonne soirée


michel

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com En ligne
colas



Messages : 803
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 66
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: cancer : la technologie de Rife   Sam 29 Oct - 13:16

bonjour,

je connais une personne qui a la sclérose en plaques depuis des années,

elle avale des poisons anti-douleur comme le tramadol car les douleurs nerveuses(névralgie faciale trijumeau) sont telles qu'elle n'a pas le choix et cela la soulage tout en la détruisant mais elle préfère le prendre m'a t-elle dit, cela lui donne une petite qualité de vie pour un certain temps, sachant que tout cela finira mal
je vais dans son sens
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin
Admin


Messages : 5584
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: cancer : la technologie de Rife   Sam 29 Oct - 17:43

bonsoir colas

La sclérose en plaque est un autre problème.
Surtout qu'il semble que la SEP se guérisse parfaitement selon certains médecins non allopathique et certaines victimes :


Ce médecin déclare qu'il a guérit tous les cas de sclérose en plaque ??



ça m'a l'air, également, une belle et vaste fumisterie, quand ils disent que cela ne se guérit pas !
Mais une rente pour les toubibs et les labos...comme d'hab....Ils vont d'ailleurs jusqu'a leurs prescrire de la chimiothérapie, aussi !

http://www.gibertjoseph.com/vaincre-la-sclerose-en-plaques-nutrition-et-reeducation-un-programme-global-pour-retrouver-une-vie-normale-6723873.html


bonne soirée

michel

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/


Dernière édition par michel le Dim 6 Nov - 2:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com En ligne
aixur



Messages : 62
Date d'inscription : 24/07/2013

MessageSujet: Re: cancer : la technologie de Rife   Ven 4 Nov - 19:13

michel a écrit:
bonsoir aixur Smile

Merci pour les conseils Smile
Mais que faire en cas de grandes douleurs ?
Car il me semble que certaines personnes aient mal, non ?

bonne soirée


michel


Bonsoir Michel,

Oui, effectivement, c'est le problème. Il y a une grosse partie des personnes qui sont diagnostiquées avec des métastases osseuses qui ressentent des douleurs articulaires ou musculaires, ou probablement même vraiment osseuses.

Ce qu'il y a, déjà, c'est qu'une bonne partie de ces personnes ont des douleurs qui sont liées aux chimiothérapies ou à la baisse d'effet des antidouleurs, ou au sevrage après leur arrêt. Or, la plupart du temps, ces douleurs peuvent passer au bout de quelques semaines ou mois. Donc, pour l'écrasante majorité de ces gens, il faut juste prendre son mal en patience.

Mais une autre bonne partie des ces personnes ont des douleurs à cause de traitements qu'ils prennent par ailleurs pour d'autres affections que le cancer (diabète, hypertension, problèmes cardiaques, etc...) : de types opiacés, ou de type anti-inflammatoire comme la cortisone. Soit le problème vient de la baisse de l'effet des produits de types opiacés, ce qui entraine des douleurs neurologiques. Soit il vient du fait que les produits de types opiacés entraine un ralentissement du flux sanguin, ce qui peut provoquer des caillots sanguins dans les os ou près des cartilages. Soit il vient de l'effet acidifiant des anti-inflammatoires, qui esquinte les cartilages globalement. Soit enfin, il vient de la surconcentration sanguine causée par les anti-inflammatoires, qui, s'il y a ralentissement du flux, peut conduire à la formation de caillots sanguins dans les os ou dans les jambes.

Bien sûr, dans la plupart des cas, là-aussi, il suffirait d'arrêter les médicaments pour que le problème finisse par partir. Et parfois, même avec les médicaments, la douleur va être passagère. Mais, le problème, c'est que les gens ne vont pas arrêter leurs traitements, que ce soit pour le diabète, pour l'hypertension, les maladies cardiaques, les problèmes psy, etc... Donc, une bonne partie va être coincée avec ce problème de douleurs. Et pour un certain pourcentage, ça sera des douleurs importantes.

Et il y aura une petite partie de personnes âgées qui ont des problèmes articulaires liés à l'âge. Et là, les problèmes vont en général persister.

Alors, vu que ces problèmes ne relèvent pas du cancer, on pourrait se dire qu'il suffit de se les faire traiter de façon classique (avec des infiltrations de cortisone, des antidouleurs, des opérations chirurgicales, etc...). Oui, mais comme les médecins ont posé un diagnostic de métastases osseuses, ça sera difficile. Les médecins auront tendance à dire que la seule façon de traiter ce problème, c'est de prendre un chimiothérapie et des rayons, point final. Ça sera compliqué de trouver un médecin acceptant de traiter la personne autrement que comme ça. D'ailleurs, ça pourrait lui être reproché vivement par le conseil de l'ordre.

Donc, pour s'en tirer, vu que la plupart du temps, le problème vient des traitements ou de leur arrêt, il faudrait dans un nombre important de cas être non seulement un dissident du cancer, mais aussi un dissident des traitements officiels contre de nombreuses maladies chroniques (diabète, hypertension, etc...). Sachant que pour ces dernières, si on arrête les médicaments d'un coup, les effets secondaires peuvent s'avérer dangereux pour les personnes un peu âgées. Donc, ça n'est pas gagné.

Mais il faut voir que du côté de la cancérologie, c'est un risque très élevé de mortalité qui se trouve au bout des traitements. Donc, le choix est : mourir des traitements du cancer, ou vivre avec des douleurs articulaires, musculaires ou osseuses. Pour moi, il n'y a pas photo. Mais ensuite, chacun fait ce qu'il veut.

Et puis, il faudrait des chiffres précis, mais, à vu de nez, je pense qu'on a 30-35 % de gens qui se font diagnostiquer des métastases osseuses alors qu'ils ne ressentent aucune douleur. Et on doit avoir 30 % de gens qui peuvent s'en tirer simplement en ne prenant plus les traitements anticancéreux et en attendant. Et parmi les autres, on doit bien avoir 5 % qui vont voir leurs douleurs partir toutes seules. Donc, on a tout de même dans les 60-70 % de gens qui n'ont rien, ou qui peuvent voir leurs douleurs partir soit arrêtant les traitements anticancéreux et en attendant, soit en tout simplement en attendant. Il faudrait trouver les chiffres pour confirmer ça, mais si on est dans ces eaux-là, ça présente quand même une proportion importante des cas de diagnostic de métastases osseuses.

Et pour une partie des personnes qui ressentent des douleurs, celles-ci sont tout à fait supportables. On peut penser qu'au minimum 20-25 % des personnes ressentant des douleurs sont dans ce cas. Donc, même si elles persistent, vu qu'en face, le destin à court terme, c'est la mort, il vaut mieux garder ses douleurs (en cherchant bien sûr le plus possible des moyens de les limiter, voire de les guérir).
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: cancer : la technologie de Rife   Aujourd'hui à 17:17

Revenir en haut Aller en bas
 
cancer : la technologie de Rife
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un panneau d’éclairage souple de technologie Oled
» la technologie au service de l'homme?
» La TECHNOLOGIE ? solution ou désastre ?
» Quelles sont les formes possibles avec la technologie M.H.D?
» Technologie Possible ? (champs électromagnétique)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Informations et entraide au sevrage des benzodiazépines et somnifères  :: cancer, dépistage et traitements / informations et discussions-
Sauter vers: