Informations et entraide au sevrage des benzodiazépines et somnifères

INFORMATIONS PSYCHOTROPES ET MEDICAMENTS, SEVRAGE DES PSYCHOTROPES, ENTRAIDE, LUTTE CONTRE LES PRESCRIPTIONS DE PSYCHOTROPES, INFORMATIONS SANTE, INFORMATION DES VICTIMES, MEDICAMENTS DANGEREUX...
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Effet secondaire - LA MORT : Sans corruption pas de médicaments

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
ratoncevenol

avatar

Messages : 772
Date d'inscription : 14/08/2011
Age : 69
Localisation : Cevennes

MessageSujet: Re: Effet secondaire - LA MORT : Sans corruption pas de médicaments   Sam 26 Avr - 8:58

Michel,

Je n'avais pas lu la promotion du livre dont on parle sur le forum notamment tous tes essais de traductions. Je tombe ce matin sur tous les articles traduits. Je viens de moins en moins sur le forum et donc j'ai raté tous ces épisodes. Je viens aussi de lire le bouquin De Even et Debré que j'ai devant moi. Je vais voir ce que tu en dis.Mais je suis en gros d'accord avec ce que dit John Virapen. Je suis en effet médecin depuis 1973 et j'ai connu les grosses tentatives de corruption par les firmes pharmaceutiques. Entre 1976 et 1983-4 j'ai été victime d'une proposition de croisière dans les Caraibes "sans ma femme" à condition que je prescrive un certain antibiotique. A la meme époque j'ai remplacé un médecin qui s'est vanté avoir reçu tous ses appareils multimédia y compris la TV grace à une firme pharmaceutique.
Après mon installation aux Emirats en 1987 nous étions régulièrement invités dans les meilleurs hotels locaux pour des repas extraordinaires par la qualité et la quantité et nous avons meme séjourné dans un hotel haut de gamme à Dubai au frais des ces memes firmes.A mon retour ici en France, les cadeaux ont diminué en importance: stylos,set de bureau,vetements...et autres gadgets que je possède toujours: petite télé portative, nécessaire de massage électronique, loupe, ...mon bureau est inondé de ces objets sans valeur la plupart du temps.
Quant aux effets secondaires des médocs je suis toujours effrayé par les nombreux problèmes que je rencontre dans ma pratique quotidienne et les réactions des médecins devant ces problèmes : ignorance totale voulue ou non je m'interroge. Soit on ne veut pas charger un collègue soit on n'a pas le temps de se pencher sur ces problèmes.
Un exemple récent : un patient est mis sous un neuroleptique bien connu; il développe un diabète grave insulino dépendant subi. Hospitalisé, il revient avec un traitement lourd dont injections d'insuline quotidiennes et dextros 3X par jour. Je rentre moi-meme de maladie quelques jours plus tard et je découvre cela. Je réfléchis quelques minutes et je me rend compte que cela pourrait etre du au médicament neuroleptique prescrit; on le supprime et bingo! le diabète régresse de façon spectaculaire en quelques jours... alors question: les spécialistes de l'hosto ne veulent pas arreter le traitement neuro et traitent les complications en se disant qu'on a sans doute de bonnes raisons de prescrire cela ou bien, obnubilés qu'ils sont par les symptomes ils ne voient "que" le diabète et se concentrent là-dessus... bien sur , il faut reconnaitre que je travaille avec des patients lourds et des traitements lourds eux aussi....mais je suis obligé de corriger des traitements presque chaque semaine!!!
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin
Admin
avatar

Messages : 5957
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: Effet secondaire - LA MORT : Sans corruption pas de médicaments   Mar 29 Avr - 19:57

Industrie du médicament : "J'ai vendu mon âme au diable"

http://tempsreel.nouvelobs.com/sante/20140418.OBS4469/industrie-du-medicament-j-ai-vendu-mon-ame-au-diable.html

Dans la famille "Les Repentis de Big Pharma", voici John Virapen, ancien directeur de la firme Eli Lilly en Suède, qui a rédigé dans sa soixante-quatrième année une confession professionnelle peu ordinaire. Par une ironie du destin, son livre est sorti en France jeudi 17 avril, au lendemain de la mort de Jacques Servier.

"Depuis des années parfois aux premières heures du jour des silhouettes fantomatiques m’apparaissent en rêve, écrit-il en préambule. Elles se tapent la tête contre les murs ou s’entaillent les bras et la gorge a coups de rasoir. J’ai maintenant compris que j’avais indirectement contribué a la mort de personnes dont les ombres me hantent.

Je n’ai évidemment tué personne directement, mais aujourd'hui je ne peux pas ne pas me sentir responsable en partie de ces morts. J’ai été un instrument, un exécutant, mais consentant, aux mains de l’industrie. […] J’ai été certes manipulé, mais sans me poser de questions. J’ai vendu mon âme au diable."
Le cas du Prozac

D’origine indoue et fils de pêcheur illettré de la Guyane britannique, l’auteur de ce mea culpa glaçant est entré dans l’industrie pharmaceutique, en 1968, par la toute petite porte. En acteur habile de ce qui ne s’appelle pas encore marketing, John Virapen est déjà en 1981 directeur des ventes de la firme Eli Lilly pour la Suède.

Il raconte les petits pactes inavouables qui se scellent dans ce milieu feutré, et la main mise des firmes sur les leaders d’opinion, ces grands professeurs renommés et gardiens de la doxa. Ainsi l’entre eux, spécialiste du traitement de la douleur et expert au ministère de la santé, recevait-il de Lilly un salaire fixe, moyennant conseil, relecture de brochures et autres conférences.
On faisait surtout appel à lui en cas d’attaque contre nos produits dans les médias, souvent à propos d’effets secondaires. Il écrivait immédiatement des articles en notre faveur dans les journaux médicaux. Le microcosme médical était rassuré, la grande presse n’en parlait plus."

En 1986, pour le lancement de la fluoxétine d’Eli Lily, molécule d’or baptisée Prozac qui sera jusqu’à expiration du brevet en 2001 l’antidépresseur le plus prescrit au monde, John Virapen va commettre ce qui le hante au petit matin : avoir aidé à promouvoir un médicament dont il connaissait –déjà- l’impact suicidaire (pour les effets secondaires réels des psychotropes, voir le site de veille sanitaire indépendant de David Healy, chercheur à l’université de Cardiff RxiSK.org) et dont la supériorité sur le placébo n’est toujours pas établie en 2014.

Mais pour l’heure, tandis qu’au siège on organise le plan com’ qui fera de la dépression une maladie couramment diagnostiquée dans tous les pays riches, les satrapes de Lilly s’affairent dans les capitales afin d’obtenir pour le Prozac une autorisation de mise sur le marché.
Comment des suicidés ont disparu

A Stockholm, John Virapen sait qu’un expert indépendant a été officiellement désigné pour émettre un avis. Le nom du professeur est confidentiel, pour tenir éloignés les lobbies justement. John Virapen veut savoir. Il n’y a dans toute la Suède que cinq experts psychiatres suffisamment qualifiés pour avoir été sollicité par l’Etat.

L’un fait partie des autorités de santé ; ça ne peut être lui. Pour les quatre autres, il va agir en profiler et demander à ses visiteurs médicaux de se renseigner, discrètement. Après quelques semaines de ce maillage discret, l’expert est repéré : c’est Pr Z., à Göteborg. "J’entrepris d’étudier le Pr Z. de plus près. Il aimait la voile. Je m’achetai un livre sur la voile." Virapen l’appelle, et parvient à l’inviter à dîner.
Un facteur a joué en ma faveur, je n’aimais pas le Pr Z, poursuit-il. Une réelle sympathie rend les manipulations plus difficiles. On n’aime pas piéger une personne qu’on apprécie. On ne veut pas obliger quelqu’un qu’on aime à franchir les frontières de la légalité. Le fait de ne pas aimer était donc un atout."

Un deuxième dîner va sceller leur entente. "L’argent est toujours utile", répond l’expert indépendant quand son hôte lui demande ce qui ferait accélérer son affaire. Le lendemain, Virapen appelle le bureau de Lilly à Copenhague, qui supervise les pays du Nord, explique qu’il faut 100.000 couronnes pour obtenir une autorisation rapide, soit 20.000 dollars. "Le bureau de Copenhague consulta celui de Genève. Cela prit 24 heures. Puis je reçus un appel :'John, faites tout ce qui vous semble nécessaire.'"

L’expertise du Dr Z. en fut quelque peu orientée. Dans le dossier initial, voici un exemple de ce qu’on pouvait lire : "Sur dix personnes ayant pris le principe actif, 5 eurent des hallucinations et firent une tentative de °°°°°°° dont 4 avec succès." A la place on lisait désormais : "Les 5 derniers ont présentés divers effets secondaires." Escamotés, les suicidés sous Prozac, au cours de la phase d’expérimentation.

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com En ligne
Charlie17



Messages : 2
Date d'inscription : 23/09/2014
Age : 68
Localisation : Vaucluse

MessageSujet: Re: Effet secondaire - LA MORT : Sans corruption pas de médicaments   Mar 23 Sep - 17:42

Bonjour a tous

Je prends deux valiums 10 mg / jour et aussi 2 comprimés de Zolfoft 50 mg.
Tout ce qui écrit sur les labos pharmaceutiques indifférents au effets secondaires dangereux de leur "produits"
Juste préoccupés par des par des dividendes de plus en plus élevés au sein de leur SA multinationale est vrai.
Ce qui intéresse les labos c'est toujours toujours plus d'argent.
Maintenant sur le titre du topic n'est ce pas un peu dramatiser et effrayer.
LA MORT en capitale d'imprimerie... De quoi frissonner.
ES la mort? Peut être cela fait hélas depuis 40 ans que je prends des psychotropes. Il y a des effets secondaires graves mais je ne suis pas encore mort.
Pas encore mort mais accroché.
Pour écrire moderne je suis victime d'addiction sévère au benzodiazépine et au AD comme le Zoloft.
Mais je suis toujours en vie ....
Et je fais attention si on me dit que je vais mourir là ça m’inquiète réellement.
Ça n’empêche pas que j'ai envie de décrocher.
Cordialement a tous
Charlie
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin
Admin
avatar

Messages : 5957
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: Effet secondaire - LA MORT : Sans corruption pas de médicaments   Mer 24 Sep - 10:17

bonjour charlie et bienvenue sur le forum Very Happy

On peut d'en sortir !!
Lis les témoignages.

Ce livre est a lire !

L'as tu lu ?

Que de tels livres sortent en France est un grand progrès.

Mais comme l'écrit philippe Even, seul le public (nous) pourra faire quelque chose.

bonne journée


michel

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com En ligne
michel
Admin
Admin
avatar

Messages : 5957
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: Effet secondaire - LA MORT : Sans corruption pas de médicaments   Mer 24 Sep - 10:26

Ces médicaments qui tuent : quelle responsabilité des systèmes de santé et des médecins ?

60 % de prescriptions ou de médicaments inutiles sont vendus 10 à 100 fois leur prix de revient à 25 millions de bien-portants, « souffrant » de maladies qui n'existent guère, inventées par l'industrie pour son profit : pré-hypertension artérielle, pré-diabète, pré-ostéoporose, cholestérol, dépression, etc. Dans son livre "Médicaments effets secondaires : la mort ", John Virapen montre que de nombreux médicaments sont mis sur le marché, sans que soit étudié de près les effets secondaires, qui font pourtant des dizaines de milliers de morts chaque année à travers le monde.

....

les Français ne veulent pas savoir et nos journaux reprennent les messages rassurants de nos Agences et Autorités de Santé, encore plus incompétentes que corrompues...."

http://www.atlantico.fr/decryptage/ces-medicaments-qui-tuent-quelle-responsabilite-systemes-sante-et-medecins-medicaments-effets-secondaires-mort-john-virapen-1709864.html#GIx2gwX854phUiVU.99

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/


Dernière édition par michel le Ven 12 Déc - 21:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com En ligne
michel
Admin
Admin
avatar

Messages : 5957
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: Effet secondaire - LA MORT : Sans corruption pas de médicaments   Mer 24 Sep - 10:29

ratoncevenol a écrit:

Un exemple récent : un patient est mis sous un neuroleptique bien connu; il développe un diabète grave insulino dépendant subi. Hospitalisé, il revient avec un traitement lourd dont injections d'insuline quotidiennes et dextros 3X par jour. Je rentre moi-meme de maladie quelques jours plus tard  et je découvre cela. Je réfléchis quelques minutes et je me rend compte que cela pourrait etre du au médicament neuroleptique prescrit; on le supprime et bingo! le diabète régresse de façon spectaculaire en quelques jours... alors question: les spécialistes de l'hosto ne veulent pas arreter le traitement neuro et traitent les complications en se disant qu'on a sans doute de bonnes raisons de prescrire cela ou bien, obnubilés qu'ils sont par les symptomes ils ne voient "que" le diabète et se concentrent là-dessus...

Pour moi ce ne sont que des criminels !!

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com En ligne
Charlie17



Messages : 2
Date d'inscription : 23/09/2014
Age : 68
Localisation : Vaucluse

MessageSujet: Re: Effet secondaire - LA MORT : Sans corruption pas de médicaments   Jeu 25 Sep - 12:31

Merci Michel ...et les autres

Non je n'ai pas lu de livres - aucun - sur les psychotropes légaux

J'ai lu bcp de livres sur les "drogues" Héroine et Speed ou amphétamines -méthamphétamines.
J'en ai pris longtemps trop longtemps c'est un miracle si je suis encore en vie malgré les Overdoses les amis qui claquaient autours de moi.
Je connaissais ce danger de mort rapide par surdose d'heroine.
Mais je n'ai pas que des mauvais souvenirs ...
Les premiers mois la première année ...j'ai vraiment planné. Je me croyais invincible et à l'abri de tout.
Et cette sensation dépassait tout ce que j'avais connu.
2014 j'ai l'impression que les jeunes prennent surtout des médicaments ... c'est triste.
Et tout aussi dangereux.
Bon c'est la passé il ne s'efface pas aussi vite que ça.
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin
Admin
avatar

Messages : 5957
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: Effet secondaire - LA MORT : Sans corruption pas de médicaments   Jeu 26 Mar - 3:51

Charlie17 a écrit:

Et tout aussi dangereux.





La défonce médicamenteuse. de MAXENCE (Jean-Luc)
Les antidouleurs et antidépresseurs sont aujourd’hui les médicaments les plus consommés en France. Les 150 millions de boîtes de tranquillisants vendues par an et par Français (soit 80 cachets par personne) représentent 20 % du chiffre d’affaires des laboratoires. Or ces » gélules miracle » sont des drogues à part entière car elles induisent un état de dépendance, un refus d’assumer la réalité. L’état d’urgence est déclaré. Aux ravages causés par les antidépresseurs, s’ajoutent ceux du cannabis, de l’extasie et du crack. Chercher le bien-être, le bonheur, le sommeil, l’amour, l’indépendance, l’éternité, bref, » la lune en gélules » dans ces drogues est dangereux. La meilleure réaction commence par l’information, la compréhension des mécanismes qui mènent à la dérive et des phénomènes d’accoutumance.

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com En ligne
michel
Admin
Admin
avatar

Messages : 5957
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: Effet secondaire - LA MORT : Sans corruption pas de médicaments   Sam 12 Sep - 6:56

http://danactu-resistance.over-blog.com/2014/07/medicaments-effets-secondaires-la-mort-de-john-virapen.html

Falsifications d'études cliniques, dissimulations des accidents mortels aux agences de contrôles, mensonges habituels aux généralistes par les visiteurs médicaux ou corruption d'experts universitaires.

Depuis quelques années, les scandales ne manquent, Opren, Mediator, Isoméride ou encore, un des plus mortels Vioxx... Un premier problème est l'inutilité d'une grande partie de ces médicaments ou prescriptions, environ 60 %, suivi de près par le problème de leurs prix, entre 10 et 100 fois leurs prix de revient, quand on connait les marges des autres secteurs de l'industrie on croit rêver ! Ensuite pour sans cesse élargir leurs profits éhontés, les multinationales du médicament, jugeant qu'il n'y avait pas assez de malades, ont créé des maladies, notamment en psychiatrie où la bible américaine le fameux DSM, manuel-catalogue sur la dépression, créé par quelques psychiatres américains en 1950, dont plus de la moitié des auteurs ont eu des rapports financiers majeurs avec l'industrie pharmaceutique. Le nouveau DSM en date de 2013 a triplé en soixante ans... Toujours plus de maladies entraine toujours plus de médicaments ouvrant donc de nouveaux marchés très lucratifs. Et si par malheur, un patient souffrait de deux symptômes, c'est entre 5 et 10 médicaments proposés !

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com En ligne
michel
Admin
Admin
avatar

Messages : 5957
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: Effet secondaire - LA MORT : Sans corruption pas de médicaments   Dim 14 Fév - 9:05

extrait non disponible sur internet au sujet des antidépresseurs : "La question est désormais de savoir si les ISRS ont même un quelconque effet sur les déprmés, même si ll'on n'en connait pas le mécanisme. La réponse est  : non " (page187)

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Effet secondaire - LA MORT : Sans corruption pas de médicaments   

Revenir en haut Aller en bas
 
Effet secondaire - LA MORT : Sans corruption pas de médicaments
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Effet secondaire tegretol long terme
» Étonnant effet secondaire suite aux inondations de 2010 au Pakistan.
» Passé Zopiclone à Imovane beaucoup effet secondaire
» Effet indésirable !!
» Laroxyl et jambes sans repos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Informations et entraide au sevrage des benzodiazépines et somnifères  :: médicaments autres que les psychotropes, informations et dangers :: médicaments (nouveau) :: vos autres médicaments :: informations médicaments-
Sauter vers: