Informations et entraide au sevrage des benzodiazépines et somnifères

INFORMATIONS PSYCHOTROPES ET MEDICAMENTS, SEVRAGE DES PSYCHOTROPES, ENTRAIDE, LUTTE CONTRE LES PRESCRIPTIONS DE PSYCHOTROPES, INFORMATIONS SANTE, INFORMATION DES VICTIMES, MEDICAMENTS DANGEREUX...
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 témoignage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
evelyne kasbarian



Messages : 2
Date d'inscription : 26/11/2012

MessageSujet: témoignage   Lun 26 Nov - 15:29

Bonjour à toutes celles et ceux qui vivent un enfer au moment du sevrage.

je suis coach en nutrition, je veux témoigner pour une cliente qui est venue me voir il y a plus de deux ans car elle était accro au rivotril, qu'elle prenait depuis des années, elle n'arrivait pas à se sevrer seule, ses nuits étaient très courtes, elle dormait peu et les médicaments lui donnaient d'affreux maux de tête.

je vais donc témoigner pour elle, le sevrage a été (très) long (plusieurs mois) mais s'est fait en douceur, sans souffrance.

nous avons commencé par rééduquer l'alimentation (la base je dirais...), plus du tout de sucre raffiné, très peu de produits laitiers, uniquement des huiles bio et crues de 1ère pression à froid, peu de viande, plutôt du poisson et des oeufs, les légumes frais tous les jours, des fruits crus tous les jours, des céréales (bio et complètes) de bonne qualité, en quantité normale. Des graines oléagineuses tous les jours. Peu de café, le moins possible d'alcool.

elle a suivi cette réforme alimentaire sur plusieurs semaines, quand elle a commencé à se sentir mieux, nous avons entamé le sevrage en douceur, elle prenait alors 4 gouttes de rivotril tous les soirs ; elle a commencé par prendre 4 gouttes un soir, 4 gouttes le lendemain, et 3 gouttes le surlendemain, puis elle reprenait le rythme de 4 - 4 - 3, quand elle s'est sentie "à l'aise" dans ce rythme, elle est passée à 4 gouttes un soir, 3 gouttes le lendemain, et ainsi de suite.

après plusieurs semaines, elle m'a dit qu'elle se sentait capable de diminuer encore, nous sommes passées à 3 - 3 - 4 sur plusieurs semaines encore.

après encore plusieurs semaines elle est passé à 3 - 3 - 2 ; puis à 3 - 2 - 3 ; et ainsi de suite.

jusqu'au moment où elle ne prenait plus qu'une goutte tous les soirs ; elle était prête à décrocher, le sommeil était redevenu presque normal, elle avait repris de la vitalité, n'avait plus de maux de tête, et elle a "fini" le sevrage à son rythme, seule ; elle a pris une goutte un soir sur deux, puis un sur 3 jusqu'au moment où elle a dit : demain soir et tous les soirs suivant je ne prendrai plus de drogue.

et elle a cessé d'en prendre...

elle a donc cessé le rivotril depuis plus d'un an ; dort toutes les nuits, s'alimente de la meilleure façon possible et va très bien dans sa vie et dans son corps.

si cela peut donner espoir à des gens qui souffre de ne pas arriver à se sevrer, j'espère que ça vous aidera.

cordialement,

evelyne kasbarian Smile
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin
Admin


Messages : 5587
Date d'inscription : 28/09/2009
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: témoignage   Mar 27 Nov - 9:07

bonjour Very Happy

Si l'alimentation semble très importante lors d'un sevrage aux psychotropes.
Chacun réagit différement au sevrage.
Aussi, aucune expérience personnelle ne peut être généralisée.

bonne journée


michel

_________________
L'équipe du forum propose des conseils pour le sevrage aux benzodiazépines et somnifères mais vous devez toujours confronter ces informations avec votre médecin traitant - les renseignements donnés ne constituant qu'une partie de l'information à prendre en compte dans une situation thérapeutique. Les conseils donnés ici seront donc à suivre à vos propres risques.
SVP : signez nos pétitions, merci.
http://benzo.forumactif.org/a-vos-plumes-merci-de-signer-les-petitions-f11/
Revenir en haut Aller en bas
http://nonauxbenzodiazepines.spaces.live.com
evelyne kasbarian



Messages : 2
Date d'inscription : 26/11/2012

MessageSujet: Re: témoignage   Mar 27 Nov - 9:11

Oui Michel vous avez entièrement raison, aucune expérience ne peut être généralisée.

mais comme vous le dites très justement : l'alimentation semble très importante lors d'un sevrage aux psychotropes car elle permet de soutenir le corps au moment du-dit sevrage.

je n'ai donc pas voulu généraliser mais juste témoigner au nom de cette personne qui depuis 8 ans avait essayé de se sevrer seule et n'avait pas réussi à le faire.

bonne journée à vous aussi.

evelyne
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: témoignage   Sam 19 Jan - 16:15

evelyne kasbarian a écrit:
Bonjour à toutes celles et ceux qui vivent un enfer au moment du sevrage.

je suis coach en nutrition, je veux témoigner pour une cliente qui est venue me voir il y a plus de deux ans car elle était accro au rivotril, qu'elle prenait depuis des années, elle n'arrivait pas à se sevrer seule, ses nuits étaient très courtes, elle dormait peu et les médicaments lui donnaient d'affreux maux de tête.

je vais donc témoigner pour elle, le sevrage a été (très) long (plusieurs mois) mais s'est fait en douceur, sans souffrance.

nous avons commencé par rééduquer l'alimentation (la base je dirais...), plus du tout de sucre raffiné, très peu de produits laitiers, uniquement des huiles bio et crues de 1ère pression à froid, peu de viande, plutôt du poisson et des oeufs, les légumes frais tous les jours, des fruits crus tous les jours, des céréales (bio et complètes) de bonne qualité, en quantité normale. Des graines oléagineuses tous les jours. Peu de café, le moins possible d'alcool.

elle a suivi cette réforme alimentaire sur plusieurs semaines, quand elle a commencé à se sentir mieux, nous avons entamé le sevrage en douceur, elle prenait alors 4 gouttes de rivotril tous les soirs ; elle a commencé par prendre 4 gouttes un soir, 4 gouttes le lendemain, et 3 gouttes le surlendemain, puis elle reprenait le rythme de 4 - 4 - 3, quand elle s'est sentie "à l'aise" dans ce rythme, elle est passée à 4 gouttes un soir, 3 gouttes le lendemain, et ainsi de suite.

après plusieurs semaines, elle m'a dit qu'elle se sentait capable de diminuer encore, nous sommes passées à 3 - 3 - 4 sur plusieurs semaines encore.

après encore plusieurs semaines elle est passé à 3 - 3 - 2 ; puis à 3 - 2 - 3 ; et ainsi de suite.

jusqu'au moment où elle ne prenait plus qu'une goutte tous les soirs ; elle était prête à décrocher, le sommeil était redevenu presque normal, elle avait repris de la vitalité, n'avait plus de maux de tête, et elle a "fini" le sevrage à son rythme, seule ; elle a pris une goutte un soir sur deux, puis un sur 3 jusqu'au moment où elle a dit : demain soir et tous les soirs suivant je ne prendrai plus de drogue.

et elle a cessé d'en prendre...

elle a donc cessé le rivotril depuis plus d'un an ; dort toutes les nuits, s'alimente de la meilleure façon possible et va très bien dans sa vie et dans son corps.

si cela peut donner espoir à des gens qui souffre de ne pas arriver à se sevrer, j'espère que ça vous aidera.

cordialement,

evelyne kasbarian Smile

Votre témoignage est très intéressant, j'avais déjà vu une personne le faire, et au bout elle a réussi !
Mais ma question est de savoir si elle a fait des paliers de 2 voir 3 semaines ?

très bonne journée : en sevrage de rivotril avec deux échecs !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: témoignage   Aujourd'hui à 17:36

Revenir en haut Aller en bas
 
témoignage
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Témoignage de M. Alcader, auteur du "Vrai visage de l'Islam"
» LA CONFIRMATION (témoignage)
» VIDÉO: Un réel fait vécu; Jésus m'a sauvé ! Témoignage d'une Québécoise :
» Mon petit témoignage
» Témoignage : De Mahomet à JESUS-CHRIST (vidéo)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Informations et entraide au sevrage des benzodiazépines et somnifères  :: Lutte contre la surprescription de psychotropes en France :: A vos plumes ! Merci de signer les pétitions !-
Sauter vers: